Sarko Pécresse furieuse

Par Marianne – Publié le 22 janvier 2022 à 12h00.

Pécresse a dû sortir les rames, lors de son passage, le 8 janvier, dans « On est en direct », l’émission de Laurent Ruquier, quand Léa SALAMÉ l’a interrogée sur l’absence de soutien de Nicolas Sarkozy à sa candidature. – AFP –

Les indiscrétions de « Marianne » – Pécresse furax contre Sarko : Que se dit-il dans les coulisses du pouvoir ? Marianne laisse traîner ses oreilles pendant la campagne présidentielle 2022. Au menu du jour : Sarkozy qui ne soutient pas Pécresse ou Zemmour fasciné par la Suisse.

LREM AFFICHE LES CONSIGNES : La République en marche a placardé dans les salles de son siège parisien une affiche intitulée « 7 règles d’or pour mener la campagne présidentielle en toute conformité ». Le parti Macroniste défend par exemple à ses troupes d’utiliser les moyens des ministères, d’encaisser des dons en espèces ou d’accepter un financement de la part d’une entreprise, histoire de ne pas avoir d’ennuis légaux. Il intime également l’ordre de « faire valider tout tract ou support de com par le Mouvement et par l’équipe de campagne ».

PÉCRESSE FURAX CONTRE SARKO : Valérie Pécresse a dû sortir les rames, lors de son passage, le 8 janvier, dans « On est en direct », l’émission de Laurent Ruquier, quand Léa SALAMÉ l’a interrogée sur l’absence de soutien de Nicolas Sarkozy à sa candidature. Une situation qui risque de se reproduire, car l’ex-président, traité avec égards par Emmanuel Macron pendant la première partie du quinquennat, ne semble pas pressé de prendre position. Résultat : « Pécresse est furieuse », raconte un ténor historique de LR qui parle régulièrement à la candidate.

LE MODÈLE SUISSE DE ZEMMOUR : « Ce n’est pas parce que c’est à l’étranger que c’est à jeter ! » La phrase est signée d’Éric Zemmour, expliquant en petit comité où il a trouvé l’inspiration pour son programme sur l’école : « Je suis très impressionné par le modèle suisse. Ils ont gardé un bac comme le nôtre l’était avant ». En Suisse, l’école est obligatoire jusqu’à 15 ans, puis les élèves se répartissent entre trois filières plus ou moins professionnalisantes. Environ 20 % d’une classe d’âge passent l’équivalent de notre bac général. Mais les élèves ne portent pas la blouse, contrairement à ce dont rêve Zemmour…

Lire la Source : https://www.marianne.net/politique/petites-indiscretions-grosses-revelations/les-indiscretions-de-marianne-pecresse-furax-contre-sarko

© par Bernard TRITZ

Windows 11 : 2 jours après, rebelotte !

C’est épouvantable, ce que cela doit coûter en TAXES CARBONE ! Tout le monde laisse faire. Et pourquoi ? Pas de signe d’intérêt de la part de l’EUROPE, qui doit boire le thé ou une bière Pils ? Il y a pourtant là un bon gros os à ronger !

© par Bernard TRITZ

2017 en pire : Fin des 35 heures – fac payante – proportionnelle. . .

Par Louis Hausalter – Marianne – Publié le vendredi 21 janvier 2022 à 7h00.

Emmanuel Macron, quasi-candidat à sa réélection – Blondet Eliot/ABACA

Fin des 35 heures, fac payante, proportionnelle… Ce que Macron prépare s’il est réélu : « Marianne » dévoile plusieurs pistes explosives d’un programme élaboré en tout petit comité. Le président-candidat pimente son breuvage de la dernière élection présidentielle avec des mesures très fortement teintées de néolibéralisme et d’individualisme.

Officiellement, l’élaboration du programme Macron 2 pour la présidentielle 2022 est une grande œuvre collective. La preuve ? La République en marche a fait remplir des « questionnaires » à 27 000 citoyens, organisé des « ateliers » pour cerner les attentes et installé 35 « groupes de travail » thématiques. Les jeunes Pierre Bouillon, énarque et ancien consultant, et David Amiel, normalien et ex conseiller élyséen, coordonnent l’usine à pondre des notes. Mais l’essentiel se passe à l’Élysée, sous la houlette du puissant secrétaire général Alexis Kohler, chargé du tri. « Plein de gens m’expliquent tous les jours qu’il faut absolument faire remonter leurs idées, ricane un élu expérimenté, proche de longue date du président. Mais Macron fait son programme tout seul ».

RÉFORMES FORTES

Un membre d’un groupe de travail ne se fait pas d’illusions : « C’est une usine à gaz qui sert surtout à remobiliser et former un vivier pour le prochain quinquennat. En fait, on occupe les gens ! » Le délégué général de LREM, Stanislas Guerini, se charge de bonne grâce de « traiter » tous ceux qui jugent leur précieuse expertise indispensable. Cette méthode fait grincer des dents chez les députés LREM, tenus à l’écart. Certains poussent quand même leurs propositions, comme Gilles Le Gendre, qui a lancé un cercle de réflexion, le Défi démocratique. « Je mets des idées sur la table, sans savoir si elles seront reprises, admet il. Il est le candidat, donc c’est lui le boss. » Côté calendrier, « tout cela a vocation à converger mi-février » confie un cadre de la majorité. L’un des moments envisagés pour la déclaration de candidature d’un président qui, en réalité, bat déjà la campagne.

Une campagne pour dire quoi ? Macron a beau être le favori des sondages, son camp jure qu’il ne se contentera pas d’un programme pépère. « Ce président a été élu sur une attente de réformes fortes, c’est son ADN vante le producteur Jean-Marc Dumontet, un proche du couple Macron qui joue les relais avec le monde de la culture. Il ne va pas se présenter en disant : “Bon, voilà, c’était sympathique, on recommence ?” » François Patriat, patron des sénateurs Macroniste, renchérit : « Je pense qu’il veut un truc disruptif. Il va refaire Révolution », le titre de son livre programme de 2017.

ATOMISATION DE LA SOCIÉTÉ

De fait, selon nos informations, plusieurs idées au fort potentiel polémique circulent avec insistance, qu’il s’agisse d’enterrer les 35 heures, d’étatiser l’assurance chômage ou de remettre en question le temps de travail des enseignants. Dans le camp présidentiel, on revendique de regarder loin. « Le monde d’après dont on a tant parlé est totalement absent de la campagne » déplore Stanislas Guerini, atterré par le « classicisme total » des débats des Républicains. On pourrait objecter que, en focalisant l’attention sur le Covid-19 et les non vaccinés, Emmanuel Macron a été le premier à étouffer les sujets de fond.

Un projet se dessine tout de même, qui fait toujours la part belle au néolibéralisme, mais accompagne aussi l’individualisme contemporain. Au siège de LREM, on a lu le dernier livre de Jérôme Fourquet et Jean-Laurent Cassely décrivant « la France d’après », cette société de bulles où chacun se recentre avant tout sur son cercle privé. « Cette campagne se fera beaucoup sur les intérêts personnels, que ça nous plaise ou non théorise-t-on. Il faut aller chercher les gens là- dessus ». Quitte à accompagner une atomisation de la société, où l’on individualise aussi bien la scolarisation de ses enfants que son temps de travail ou le choix de sa mort. Quand ils planchent sur la campagne, certains stratèges Marconistes se souviennent avec admiration de « la France unie », le slogan du président candidat François Mitterrand en 1988. Sera-ce vraiment au programme ?

Lire la Source : https://www.marianne.net/politique/macron/fin-des-35-heures-fac-payante-proportionnelle-ce-que-macron-prepare-sil-est-reelu

© par Bernard TRITZ

Omicron # Recrudescence !

dépistage cas contact ou positif

1. La multiplication des cas positifs : Cela fait plusieurs mois maintenant que l’épidémie de Covid-19 est en recrudescence. Non seulement en France, mais aussi aux quatre coins du monde. Résultat : les cas positifs se multiplient et chaque jour est synonyme de nombre de contamination record.

2. Le variant Omicron : Force est de constater que l’arrivée du variant Omicron a son rôle à jouer dans l’aggravation de la situation sanitaire ! Plus contagieux, il est bien difficile de lui échapper… Heureusement, ce dernier se révèle moins dangereux que ses prédécesseurs. Ce qui ne l’empêche pas d’être inquiétant pour le système hospitalier.

3. Les symptômes d’Omicron : Parmi les symptômes propres au variant Omicron, on en retrouve certains déjà détectés auparavant : maux de tête, courbatures, fièvre, problèmes respiratoires, diarrhée… Mais à ces derniers ne se limite pas la liste des symptômes !

4. Les symptômes d’Omicron (suite) : En effet, d’une telle infection peut résulter l’apparition de symptômes bien plus surprenants. Perte d’appétit, éruptions cutanées (majoritairement chez les enfants), sueurs nocturnes, paralysie du sommeil… Des symptômes tous plus atypiques les uns que les autres.

5. Un symptôme précis à détecter : Si les signes qui trahissent le variant Omicron sont variés, certains chercheurs affirment qu’il est possible de rapidement détecter l’infection grâce à l’apparition d’un symptôme bien précis…

6. Les maux de gorge : Effectivement, d’après Dr Jorge Moreno – professeur à l’école de médecine de Yale -, la plupart des personnes infectées par le variant Omicron commencent par ressentir des maux de gorge. Comme l’avance L’Indépendant, ce symptôme pourrait par conséquent compter plus que les autres lorsqu’il est question de diagnostiquer Omicron.

7. Un symptôme très répandu : Selon une étude norvégienne, 72 % des infectés par Omicron souffrent de maux de gorge. Les scientifiques avancent que cela pourrait être dû au fait que l’infection commence par la gorge, avant de s’attaquer aux voies nasales.

8. Que faire en cas de maux de gorge ? : Si vous commencez à ressentir des picotements au niveau de la gorge, ne tardez pas avant de vous faire tester ! Sachez que cette sensation peut s’accompagner d’une toux douloureuse.

9. Que faire en cas de maux de gorge ? (Suite) : Si le résultat est positif, effectuez un test PCR afin de déterminer s’il s’agit bien du variant Omicron. Pour rappel, ce dernier représente aujourd’hui la majorité des nouveaux cas de contamination détectés en France.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/lifestyle/trucs-et-astuces/omicron-voici-le-sympt-c3-b4me-qui-appara-c3-aet-en-premier-celui-qu-e2-80-99il-faut-d-c3-a9tecter/ss-AASYouw?ocid=uxbndlbing#image=9

© par Bernard TRITZ

Berre : Brasserie Le Central

Chez VITO

Pendant des mois nous sommes allés nous promener, prendre le soleil, durant la pandémie sur la Promenade Serge ANDREONI à Berre. Belles balades au bord de l’Étang de Berre, sous les palmiers, et, invariablement nous faisions une pause café à la Brasserie Le Central à mi-parcours de 6 km.

Nous y avons toujours été très bien accueillis et servis.

Les personnes y sont très accueillantes, polies et courtoises. Toujours prêtes à aider ou à conseiller, veillant au bien-être.

D’où notre surprise de recevoir, pour les étrennes de début d’année 2022 un stylo bille de couleur bleue chacun. Nous avons remercié bien entendu le manager de cette Brasserie.

Berre – Centre ville !
Marche du vendredi 21 janvier 2022
Vu, l’heure, avons tourné plus court !

À travers ces quelques lignes : à nouveau Merci !

Un temps magnifique peu de vent Mistral, une ville extrêmement propre. Tous les palmiers ont été élagués, pas de débris au sol.

Nous avons repris un café ce matin même.

© par Bernard TRITZ

François BAROIN # Barclays France

Par Franceinfo – Publié le jeudi 20 janvier 2022 à 11h00.

© Fournis par Franceinfo

L’ancien ministre François Baroin nommé président de la banque Barclays France : Depuis 2018, il conseillait déjà les activités de banque d’affaires du groupe britannique.

Un nouveau fauteuil pour François Baroin : L’ancien ministre du Budget et de l’Économie va prendre la tête de Barclays France. Son « expérience » et sa « stature » « font de lui un choix idéal pour devenir Chairman [président] pour la France », se réjouit jeudi 20 janvier 2022 Francesco Ceccato, le PDG de Barclays Europe. « En élargissant son rôle, il sera en mesure de contribuer encore plus fortement à l’expansion de nos activités en France ».

Le maire de Troyes aura notamment pour mission de participer au développement des relations avec les grands clients de la banque et à la promotion de toutes les activités et solutions proposées par Barclays en France. L’ancien responsable politique avait déjà un pied dans la banque d’affaires du groupe britannique. Il y exerçait depuis 2018 un rôle de conseiller.

Ancien parlementaire : François Baroin a été plusieurs fois ministre, de gouvernements de droite, entre 2005 et 2012, notamment de l’Intérieur, du Budget et de l’Économie et des finances. Il dirigeait jusqu’en 2021 la puissante Association des Maires de France (AMF).

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/l-ancien-ministre-fran%C3%A7ois-baroin-nomm%C3%A9-pr%C3%A9sident-de-la-banque-barclays-france/ar-AASXUEa?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Faux passes sanitaires = Impasse

Par Fabien MAGNENOU – France Télévisions – Publié le mercredi 19 janvier 2022 à 07h08 – Mis à jour le mercredi 19 janvier 2022 à 19h28.

L’application TousAntiCovid ouverte sur un téléphone portable, le 17 décembre 2021 à Montaigu (Vendée). (MATHIEU THOMASSET / HANS LUCAS / AFP)

Vaccination contre le Covid-19 : face aux « repentis » du faux passe sanitaire, les professionnels de santé dans l’impasse. Les passes de complaisance, acquis avec la complicité d’un professionnel, sont considérés comme valides dans la base de l’assurance-maladie. Il est ainsi impossible de revenir en arrière pour avoir accès à la vaccination. Et la loi reste pour l’instant floue sur le sujet.

Une à deux fois par semaine, dans son centre de vaccination des Bouches-du-Rhône, le médecin Abdel B.(*) se retrouve confronté à la même situation. Un patient se présente pour se faire vacciner, mais au moment de l’enregistrer, une anomalie se produit. Et pour cause : le patient est déjà enregistré dans la base de données de la plateforme VAC-SI (système d’information vaccin Covid-19). Le diagnostic est rapide : « Les faux passes, c’est un peu la cata à Marseille », témoigne le généraliste et urgentiste, sous couvert d’anonymat. Après avoir déboursé des centaines d’euros pour acquérir un passe de complaisance, le fraudeur a des remords. Et c’est alors le début des ennuis.

« Tuyaux », complicités, paiements en liquide. . . Comment les faux passes sanitaires sont devenus « un marché noir qui nuit à la santé publique » : Ces faux passes sont parfois enregistrés en bonne et due forme, grâce à la complicité d’un professionnel de santé ou d’un employé disposant de la fameuse carte CPS, qui ouvre l’accès à la base. Le fraudeur est alors considéré comme vacciné dans les fichiers de l’assurance-maladie. Impossible pour lui de faire machine arrière, et donc de bénéficier effectivement du vaccin. Le médecin doit alors improviser, avec une bonne dose de bricolage. « J’effectue une correction sur l’outil VAC-SI en signalant une erreur de saisie, ce qui annule l’ancien cycle vaccinal », explique le professionnel interrogé par Franceinfo. Il en crée alors un nouveau, lavant ainsi le péché originel du fraudeur.

Des cas de conscience pour les professionnels de santé : Le médecin marseillais souhaiterait la mise en place d’un protocole de régularisation « plus simple », afin d’encourager les fraudeurs à sortir de la clandestinité. « Beaucoup ont peur de venir, et quand ils viennent, certains me demandent de ne pas les dénoncer », poursuit-il. « Je leur rappelle que tout est couvert par le secret médical. Il ne faut surtout pas hésiter à en parler à son médecin ».

« Ces gens-là sont aussi des victimes. De l’ignorance, de la désinformation. . . Il faut leur donner une porte de sortie ».

Un médecin généraliste et urgentiste à Franceinfo : Effacer un cycle vaccinal sur une base nationale n’est toutefois pas anodin. « Je comprends son point de vue, mais c’est illégal », commente la sénatrice UDI Françoise Gatel, membre de la commission des lois. « Un professionnel de santé se rend alors coupable d’un délit, et sa responsabilité peut être engagée. On ne peut pas accepter qu’un médecin soit amené à bidouiller pour protéger un fraudeur ». Mêmes réserves de la part du médecin Christian Lehmann, qui dénonce le poids des trafics. En modifiant la base VAC-SI, le professionnel fait confiance au patient et « considère que les vaccins n’ont pas été faits, mais il n’en sait rien ! » Inutile donc de tergiverser, selon ce médecin. Face aux faux passes, il faut « alerter les autorités – CPAM et ARS –, lesquelles alerteront les cellules de police et de gendarmerie ».

« Les dealers de faux passes, qu’ils soient ou non du milieu médical, mettent en danger la vie d’autrui. On ne peut pas rester passif et considérer que ce n’est pas notre problème ».

Christian Lehmann, médecin et écrivain à Franceinfo : Mais cette solution présente le risque de dissuader certains « repentis », qui redouteraient de « griller » l’identité de leur fournisseur. C’est un cas de conscience pour les professionnels. Faut-il encourager la vaccination de ceux qui ont bénéficié de faux passe, au prix de quelques accommodements, ou combattre les trafics coûte que coûte ? « C’est délicat », résume Jean-Jacques Fraslin, médecin généraliste en Loire-Atlantique. A titre personnel, il refuse de supprimer un cycle vaccinal frauduleux. « Je ne sais pas si la Sécurité sociale archive les données des cycles annulés mais, s’il y a une enquête, je pourrais être accusé d’avoir effacé une preuve ».

« L’essentiel est d’être vacciné » : Toc, toc, toc. Un beau jour, un « repenti » frappe à la porte de son cabinet. « Il avait dépensé 450 euros pour un faux passe, mais il a changé d’avis quand son père, malade du Covid-19, a terminé en réanimation. » Jean-Jacques Fraslin trouve alors une solution : conserver le cycle frauduleux en ajoutant deux autres doses, bien réelles cette fois-ci. Le généraliste administre la première injection en faisant promettre au patient de revenir pour la seconde, sans quoi il n’obtiendra pas son attestation. Celui-ci, désormais, « est noté quatre doses sur quatre ». En cas d’enquête future, les données du cycle frauduleux apparaîtront toujours sur VAC-SI.

« Nous n’avons pas d’instructions, mais quand ces personnes viennent, il faut bien qu’on les vaccine ! »

Jean-Jacques Fraslin, médecin généraliste à Franceinfo : Les professionnels sont aujourd’hui livrés à eux-mêmes, contraints d’agir en leur âme et conscience. Comme son confrère marseillais, le généraliste nantais attend donc des instructions nationales pour gérer ces personnes. Il est temps de trancher, car la question concerne de très nombreux Français : le 30 décembre, le ministère de l’Intérieur dénombrait au moins 192.000 faux passes, mais ce nombre est sans doute plus élevé.

Le gouvernement a pourtant affiché sa volonté de réintégrer le plus grand monde dans la vaccination, quitte à passer l’éponge et abandonner d’éventuelles poursuites. Auditionné mi-décembre en commission au Sénat, le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait défendu la notion de « repentance » pour les détenteurs de passes frauduleux. « Cela permet à quelqu’un qui était déterminé à ne pas se vacciner, et donc, s’est procuré de faux documents, de se rendre compte qu’il a fait une grosse bêtise », avait expliqué le ministre, plaidant en faveur de l’oubli et d’une solution de repli, « car l’essentiel est d’être vacciné ».

Pas de règle claire pour l’instant : Le projet de loi sur le passe vaccinal, adopté dimanche 16 janvier par le Parlement, prévoit une amende de 1.000 euros pour non-présentation, présentation d’un passe appartenant à autrui, usage ou détention d’un faux. Le texte accorde toutefois un délai de trente jours pour échapper à l’amende, à condition d’aller se faire vacciner. Mais cette disposition semble destinée aux fraudeurs pris la main dans le sac, davantage qu’à ceux qui souhaiteraient spontanément régulariser leur situation. Cette mesure, encore mal définie, nécessitera « dans tous les cas la mise en place d’une procédure spécifique », précise à Franceinfo la direction générale de la santé (DGS).

En attendant, les autorités sanitaires appellent les professionnels à la plus grande prudence dans la gestion de ces fraudeurs en quête de régularisation. La « possibilité technique de procéder à ces annulations de cycle dans VAC-SI » est simplement ouverte « en cas d’erreur par le personnel de santé », insiste la DGS. « Il convient de ne pas annuler de cycle de vaccination (. . .) en cas de faux passe sanitaire pour le moment ».

Le détenteur d’un passe de complaisance peut toujours tenter de désactiver son passe sanitaire, en le signalant comme frauduleux (il faut alors écrire un mail à revocation-passe-sanitaire@sante.gouv.fr, avec une copie du QR code et d’une pièce d’identité, ainsi que l’identifiant du certificat sanitaire, c’est-à-dire la suite de caractères affichés sous le code en mode « frontière » sur l’application TousAntiCovid). Sans aucune garantie sur les suites de la procédure.

Pour résumer, il n’existe, à ce jour, aucune consigne claire sur le volet éthique du dossier, pas plus que sur la gestion technique et administrative des personnes concernées. Interrogé par Franceinfo, le Conseil national de l’ordre des médecins n’a pas souhaité s’exprimer. « Nous avons effectivement eu des remontées de terrain de professionnels concernés par ce cas de figure », confirme de son côté l’Ordre des infirmiers. « L’objectif, c’est de maximiser la couverture vaccinale. Les autorités compétentes doivent donc leur apporter des précisions sur la marche à suivre pour leur permettre de vacciner » ceux qui avaient décidé jusqu’ici de contourner les règles.

(*) Le prénom a été modifié

Lire la Source : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/pass-vaccinal/covid-19-quelle-porte-de-sortie-pour-les-detenteurs-de-faux-pass-sanitaires-qui-souhaitent-finalement-se-faire-vacciner_4906481.html

© par Bernard TRITZ

Castex # Véran : annonces

Par Franceinfo – Publié le jeudi 20 janvier 2022 à 20h15.

© Fournis par Franceinfo

Covid-19 : entrée en vigueur du passe vaccinal, levée progressive des restrictions, protocole sanitaire à l’école. . . Ce qu’il faut retenir des annonces du gouvernement : Le Premier ministre, Jean Castex, a présenté ce soir, aux côtés d’Olivier Véran, les décisions prises dans la matinée lors d’un Conseil de défense et de sécurité nationale.

Garder le cap en pleine tempête sanitaire. Alors que la moyenne de contaminations quotidiennes au Covid-19 n’a jamais été aussi élevée depuis le début de la pandémie, le Premier ministre, Jean Castex, et le ministre de la Santé, Olivier Véran, ont présenté, jeudi 20 janvier 2022, le calendrier retenu par le gouvernement pour une levée progressive des dernières restrictions.

L’exécutif en a profité pour livrer des détails sur l’application du passe vaccinal. Voici ce qu’il faut en retenir :

Entrée en vigueur du passe vaccinal lundi : Le passe vaccinal, qui remplacera le passe sanitaire, sera appliqué à partir du 24 janvier 2022. Pour se rendre au restaurant, au théâtre, dans un stade ou encore pour voyager en avion ou à bord d’un TGV, les personnes âgées de 16 ans et plus devront justifier d’un schéma vaccinal complet. « Je rappelle que le schéma final complet suppose de faire son rappel dans un délai de sept mois après la dernière injection et que ce délai sera ramené à quatre mois à partir du 15 février 2022 », a réaffirmé Jean Castex. La preuve d’un dépistage négatif suffira en revanche pour accéder aux hôpitaux, aux EHPAD ou aux établissements médico-sociaux.

Il n’y a en revanche pas de changement pour les adolescents de 12 à 15 ans, pour qui le passe sanitaire classique continuera à s’appliquer.

« Depuis l’annonce du passe vaccinal, plus d’un million de Français qui n’étaient pas encore vaccinés ont franchi le pas. C’est bien, mais ce n’est pas encore suffisant », a commenté le Premier ministre. Afin d’inciter les derniers réticents à accepter la piqûre, le gouvernement a indiqué que le passe vaccinal pourrait être activé dès le début du processus de vaccination.

Certaines conditions s’appliqueront toutefois : la première dose devra avoir été effectuée avant le 15 février, un dépistage négatif datant de moins de 24 heures restera nécessaire pour accéder aux différents lieux soumis au passe vaccinal, et la deuxième injection devra être réalisée sous un mois.

La dose de rappel ouverte aux adolescents : Jusqu’ici réservée aux majeurs et aux mineurs fragiles ou atteints de pathologies chroniques, la dose de rappel du vaccin contre le Covid-19 sera ouverte à tous les adolescents de 12 à 17 ans à partir de lundi. Elle ne sera toutefois pas obligatoire pour bénéficier d’un passe vaccinal valable.

Fin du télétravail obligatoire, des jauges dans les stades et du masque à l’extérieur le 2 février 2022 : Le Premier ministre a ensuite détaillé le calendrier de la levée des restrictions sanitaires.

Deux étapes ont été retenues : la première, le mercredi 2 février 2022, verra la fin de l’application des jauges dans les établissements accueillant un public assis, comme les stades et les établissements culturels. Le port du masque y restera toutefois obligatoire.

En revanche, le 2 février 2022 marquera la fin du masque obligatoire en extérieur : Le télétravail restera recommandé, mais l’obligation de 3 à 4 jours de travail à distance actuellement en vigueur prendra fin.

Réouverture des discothèques, reprise des concerts et des consommations debout dans les bars le 16 février 2022 : La deuxième étape de la levée des restrictions aura lieu le mercredi 16 février 2022. Cette date marquera la reprise des concerts debout. La consommation de nourriture et de boissons sera à nouveau possible dans les stades, les cinémas et les transports. La consommation debout dans les bars sera de nouveau autorisée.

Les discothèques pourront également rouvrir leurs portes. Faudra t il y porter un masque ? : À priori non, a répondu Olivier Véran. Mais si la situation sanitaire est tendue à ce moment-là, « on sera peut-être amenés à demander de le conserver encore quelques jours ou quelques semaines ». En l’état, le gouvernement n’envisage également pas de demander un test négatif en plus du passe vaccinal pour accéder à ces établissements où les gestes barrières sont difficiles à appliquer.

Vers un protocole sanitaire allégé à l’école après les vacances de février 2022 : Enfin, le gouvernement a annoncé que le protocole sanitaire qui s’applique dans les établissements scolaires sera « probablement » allégé après les vacances d’hiver (du 5 février au 6 mars, selon les zones). Le port du masque à l’école primaire pourrait notamment ne plus être obligatoire à l’école primaire. Ces décisions seront toutefois soumises à la validation des autorités sanitaires.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/covid-19-entr%C3%A9e-en-vigueur-du-pass-vaccinal-lev%C3%A9e-progressive-des-restrictions-protocole-sanitaire-%C3%A0-l-%C3%A9cole-ce-qu-il-faut-retenir-des-annonces-du-gouvernement/ar-AASYMSe?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Samsung : ma tablette S3

Ma tablette Samsung S3

Depuis une bonne quinzaine de journées, ma tablette montrait de réels signes de fatigue. Des tas de questions ou tourments : Mais qu’est-ce qu’elle a ? C’est quoi ce bordel ? Comme dans la chanson. Cela devenait dingue ! Je savais que Samsung devait se retirer du Cloud. La guerre fait rage partout, Microsoft, Google, et les autres.

Finalement j’ai dû prendre la décision ultime : j’écrase tout et je reformate. Finalement Samsung et Google ont fait à leurs idées. Je ne pouvais pas lutter, accepter, ce qu’ils m’imposaient. J’ai subi.

Souci : je l’ai achetée la S3 il y a peut-être 5 ans. Quels identifiants, quels mots de passe, dans quels ordres ??? Fort Heureusement j’avais noté.

De toutes les façons, Samsung m’a arnaqué 100,00€ une remise à l’achat, qu’ils ne m’ont pas accordé. OK bandes de C. . . Vous savez combien de matériels j’ai acheté depuis ? Vous avez perdu des milliers d’Euros. Il y a de l’ordre à mettre dans ces services commerciaux. J’ai perdu 100,00€ et vous bande C. . . combien avez vous perdu ?

La Tablette refonctionne de façon optimale semble-t-il. De toutes les façons je ne fonde pas de plans avec cette tablette. Je prendrais un Mac, un iPad ou autre.

© par Bernard TRITZ

Pays Visiteur : 1 nouveau

Par Bernard TRITZ – Publié le jeudi 20 janvier 2022 à 09h55.

Pays Visiteurs du jeudi 20 janvier 2022, par WordPress.

Statistiques du jeudi 20 janvier 2022 à 09h55.

1 Nouveau pays visiteur :

La Slovénie

Durée de vie du Blog : 120 journées dont 192 de publication journalière continue.

Nombre de pays Visiteurs selon WordPress : 97

832 articles, 116 abonnés

Nous souhaitons la bienvenue à nos nouveaux (lles) visiteuses, visiteurs. Bonnes lectures et visites sur ce blog.

© par Bernard TRITZ

Emmanuel Macron hué avant son intervention !

Par Étienne Bianchi – RTL – Publié le mercredi 19 janvier 2022 à 11h56 – Mis à jour le mercredi 19 janvier 2022 à 12h18.

Emmanuel Macron le 19 janvier 2021 – Crédit : BERTRAND GUAY / AFP

Emmanuel Macron hué avant son intervention au Parlement européen : Le chef de l’État a été froidement accueilli ce mercredi 19 janvier juste avant son discours au Parlement européen.

Arrivée mouvementée au Parlement européen pour Emmanuel Macron ce mercredi 19 janvier 2022. Alors qu’il doit prononcer un discours devant les eurodéputés, le chef de l’État a été froidement accueilli dans les bâtiments. Des huées se sont fait entendre. « Macron coupable » ont scandé plusieurs personnes.

Accompagné de la nouvelle présidente du Parlement européen, la Maltaise Roberta Metsola connue pour ses positions anti-avortement, le président français est resté impassible face aux quolibets et a salué la foule d’un geste de la main.

Emmanuel Macron prononce actuellement un discours pour lancer la présidence française de l’Union européenne. Il a notamment annoncé sa volonté d’inscrire le droit à l’avortement dans la charte des droits fondamentaux. Le chef de l’État doit ensuite répondre aux questions des eurodéputés.

Lire la Source : https://www.rtl.fr/actu/politique/video-emmanuel-macron-hue-avant-son-intervention-au-parlement-europeen-7900116036

© par Bernard TRITZ

La chanson est bien ! Non ?

Windows 11 : énième Mise à Jour

Une heure et 3 minutes ! Avec une Fibre Optique à 945 Mbit/s. Soit pour un raccordement ADSL de 9,45 Mbit/s il faudrait estimer plus de 100 heures ou plus de 4 journées de 24 heures. Ou près de 3 semaines pour un horaire de 35 heures.

Bill Gates shame on you !

© par Bernard TRITZ

SNACK Tino # Réouverture attendue

SNACK Tino réouverture attendue !

Nous avons communiqué par téléphone, la date de réouverture est estimée pour la mi-février 2022. Nous sommes très nombreux à attendre cet évènement culinaire.

Pour les règles sanitaires Covid-19, pour la réouverture, elles seront parfaitement observées et suivies.

Nous communiquerons à nouveau afin de préciser les toutes dernières informations utiles de réouverture, pour les réservations.

Sur Google Maps !

Nous y étions pour la fermeture estivale de juillet 2021, nous y serons pour la réouverture à la mi-février 2022 !

© par Bernard TRITZ

ENEDIS refuse un chèque en breton !

Par Léa Giraudeau, France Bleu Breizh Izel, France Bleu – Mercredi 19 janvier 2022 à 5h07.

La réponse d’Enedis reçue par l’habitant de Lanildut qui avait rédigé son chèque en breton – Capture d’écran de mail

Il rédige son chèque en breton, il est refusé par Enedis : Un habitant de Lanildut (Finistère) s’est vu refuser par Enedis un chèque libellé en breton. L’exploitant du réseau électrique reconnaît finalement son erreur. Et invoque une « méconnaissance malheureuse ».

Un habitant de Lanildut dans le nord Finistère, souhaitant raccorder sa maison au réseau électrique, s’est vu refuser son chèque d’acompte car celui-ci était libellé en breton.

Le client concerné a essuyé un premier refus par courrier de la part d’Enedis avec retour de son chèque pour cause « d’anomalie s’agissant du montant en lettres », puis un second refus par mail car le chèque devait être rédigé en français.

Faux, explique le collectif Ai’ta! qui milite pour la reconnaissance des droits linguistiques des Bretons. « Selon la convention de Genève de 1931, _un chèque peut être rédigé en toute langue_. »

Des refus malheureusement courants que regrette l’association. « L’entreprise doit respecter ses clients, et en plus, en assurant un service public comme celui-ci, elle se doit de donner l’exemple. »

Enedis présente ses excuses : Contacté par France Bleu Breizh Izel, la Direction Régionale d’Enedis Bretagne se dit « désolée » de la situation. « Le refus d’encaissement d’un chèque libellé en langue bretonne est la conséquence d’une _méconnaissance malheureuse de ce droit_. » L’entreprise a recontacté le client malheureux pour qu’il renvoie son chèque pour encaissement immédiat.

Lire la Source : https://www.francebleu.fr/infos/societe/il-redige-son-cheque-en-breton-il-est-refuse-par-enedis-1642521164

© par Bernard TRITZ

Omicron # 464.769 cas positifs !

Par LCI avec AFP – Publié hier mardi 18 janvier 2022 à 22h52, mis à jour hier mardi 18 janvier 2022 à 22h58

LCI : hier soir

Omicron : 464.769 nouvelles contaminations au Covid-19 en 24 heures, un record en France : EXPLOSION – Ce mardi, le nombre de nouveaux cas de Covid-19 s’est élevé à 464.769 en France, un record depuis le début de l’épidémie. Derrière ce chiffre, le variant Omicron, extrêmement contagieux et majoritaire dans l’Hexagone.

Jamais pareil chiffre n’avait été atteint depuis le début de l’épidémie : Ce mardi soir, la France compte 464.769 nouveaux cas de Covid-19 détectés ces dernières 24 heures et se rapproche dangereusement de la barre des 500.000. De l’autre, dans les hôpitaux, le nombre des entrées continue aussi sa hausse, avec 26.526 patients aujourd’hui, contre 25.776 lundi. Parmi eux, 3.881 personnes ont été admises en soins critiques. C’est un peu moins que la veille (3.913) et que mardi dernier (3.969).

Pourtant, depuis quelques jours, certains se montrent optimistes : le bout du tunnel ne serait pas si loin. « Le scénario du pire s’éloigne, la décrue a commencé », notait, lundi, le Pr. Arnaud Fontanet, membre du conseil scientifique, au micro de France Inter. Pas plus que tard que ce mardi matin, Gabriel Attal a également assuré, enthousiaste, qu’il y a des « des raisons » de croire à une sortie de crise sanitaire.

« Il y a ce qui semble être le début d’une décrue » : « On voit que la vague Delta a vraiment régressé, que la circulation tend à ralentir, et que dans les régions où la vague Omicron a démarré en premier, notamment en Ile-de-France, il y a ce qui semble être le début d’une décrue », a expliqué le porte-parole du gouvernement sur CNews.

Contre le variant Omicron, hautement contagieux, il faut faire cependant faire très attention : « Les mesures traditionnelles n’ont pas véritablement d’impact », assumait, la semaine passée, Olivier Véran sur France Info. Pour le ministre de la Santé et des Solidarités, « quand on fait 370.000 diagnostics un jour donné, on peut considérer qu’il n’y a pas loin d’un million en réalité » voire « plus de 500.000 par jour », admettait il.

Mais un espoir s’est confirmé ces dernières semaines : Omicron est moins dangereux que les précédentes souches du virus. Il provoque moins d’hospitalisations, à la fois parce que les populations sont mieux vaccinées et parce qu’il est en soi moins virulent.

Du côté des décès, l’épidémie a causé la mort de 289 personnes ces dernières 24 heures, portant le nombre total de décès en France depuis le début de la pandémie, il y a presque deux ans, à 127.690.

Sur le terrain de la vaccination, plus de 53,6 millions de personnes ont reçu au moins une injection (79,6% de la population totale) et plus de 52,3 millions ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 77,6% de la population totale). En outre, quelques 32,4 millions de personnes ont reçu une dose de rappel.

Lire la Source : https://www.lci.fr/sante/omicron-464-769-nouvelles-contaminations-a-covid-en-24-heures-un-record-en-france-2207567.html

© par Bernard TRITZ