France Racing – Le Mans – Alpine défie !

Par Gilles Festor – Publié le vendredi 20 août 2021 à 17-51.

36 Negrao André (bra), Lapierre Nicolas (fra), Vaxivière Matthieu (fra), Alpine Elf Matmut, Alpine A480 – Gibson, action PIT STOP during the free practice and qualifying sessions of 24 Hours of Le Mans 2021, 4th round of the 2021 FIA World Endurance Championship, FIA WEC, on the Circuit de la Sarthe, from August 18 to 22, 2021 in Le Mans, France – Photo François Flamand / DPPI (Photo by Francois Flamand / DPPI / DPPI via AFP)

Au Mans, Alpine défie la montagne Toyota ! – L’équipe française croit en ses chances de créer l’exploit face aux Toyota invaincues depuis 2018 dans la Sarthe.

Sur l’Alpine A480 qui s’élancera à l’assaut des 24 Heures du Mans ce samedi à 16 heures (en direct sur La chaîne L’Équipe), on distingue quatre noms. À ceux du trio de pilote Nicolas Lapierre, Matthieu Vaxivière et André Negrao est venu s’ajouter celui de Jean-Pierre Jaussaud, décédé le 22 juillet dernier à 84 ans. Un hommage au Normand qui, associé à Didier Pironi, avait offert à la marque (sous le nom de Renault-Alpine) sa seule victoire au Mans, en 1984. Les « forces de l’esprit » de « Papy Jaussaud », pour reprendre une expression chère à François Mitterrand, ne seront pas de trop pour porter le constructeur français vers un nouveau succès. Car le combat qui s’annonce ressemble à celui de David contre Goliath.

La démonstration des Toyota hybrides aux deux premières places des qualifications jeudi soir avec un temps canon de la numéro 7 (3’23”900 par Kamui Kobayashi) a confirmé la suprématie du clan japonais, le prototype français devant se contenter de la 3e place, en 3’25”574. « On espérait être à peu près dans la même seconde, et nous sommes à 1”6, mais nous n’avons pas cherché non plus à optimiser nos qualifications », nuance le leader naturel de l’équipe, Nicolas Lapierre, passé chez Toyota entre 2012 et 2014 et en 2017.

Le Haut-Savoyard le sait, être rapide sur un tour est une chose, durer sur vingt-quatre tours d’horloge en est une autre dans la Sarthe. « L’important, c’est d’avoir une voiture fiable, qui a fait beaucoup de kilomètres. Ces résultats ne doivent pas nous faire paniquer, on savait qu’ils seraient devant à la régulière », ajoute le pilote. Une robustesse éprouvée, c’est justement le point fort de l’Alpine non hybride, une LMP1 récupérée il y a quelques mois à la meilleure écurie privée de 2020, Rébellion Racing, et techniquement adaptée pour pouvoir disputer le championnat du monde dans la nouvelle catégorie Hypercar. Sans ce coup de pouce de l’Automobile Club de l’Ouest, Toyota aurait été, comme l’an passé, le seul constructeur officiellement engagé au Mans dans cette catégorie. Triste.

Une robustesse éprouvée : Les nouvelles Hypercars étant plus lourdes et moins rapides que les anciennes LMP1, l’Alpine a été bridée grâce à une balance de performance (BoP) censée permettre aux cinq bolides du plateau (deux Toyota, l’Alpine et deux Glickenhaus à la préparation tardive et financées par le richissime producteur hollywoodien Jim Glickenhaus) de rouler dans un rythme similaire. « Sur les circuits normaux, cette balance est plus ou moins équitable, mais, au Mans, elle sera quand même favorable aux Toyota. Les Japonais sont dans leur fief et n’imaginent pas être battus. Ils sont restés en endurance et l’ACO leur en est reconnaissant. Ils leur doivent une fleur, en quelque sorte », éclaire Thomas Laurent, pilote Alpine la saison passée (en LMP2) avant que la marque ne se décide à faire le grand saut en « première division » avec un budget resserré.

Est-ce à dire que les dés sont jetés ? Assurément, non. Contrairement à Alpine, les Toyota et les Glickenhaus sont nouvelles. Et même si l’équipe nippone a déjà effectué des simulations de vingt-quatre, voire trente-six heures, avec ses Toyota GR010 Hybrid, les Hypercars pourraient rencontrer des soucis de jeunesse ce week-end. « Je crois à une vraie bataille. Même si Toyota est un constructeur expérimenté, on a vu aux Six Heures de Monza qu’ils n’étaient pas infaillibles », explique Pierre Fillon, président de l’ACO, faisant référence aux soucis mécaniques du clan nippon, invaincu cette saison malgré tout. « Alpine est là, mais Toyota a quelques longueurs d’avance », reconnaît le sextuple vainqueur de l’épreuve Jacky Ickx.

« On devra les mettre sous pression et être le plus proche possible d’eux, en ne perdant surtout pas le contact. Et on saisira toute opportunité qui se présentera », veut croire Nicolas Lapierre. Comme Esteban Ocon, sublime vainqueur surprise du Grand Prix de Hongrie de Formule 1 cet été avec Alpine. Le Français et son coéquipier, Fernando Alonso, seront présents dans la Sarthe pour encourager leurs cousins de l’endurance, afin que cette année porte le sceau du « A fléché ».

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/sports/autres-sports/au-mans-alpine-defie-la-montagne-toyota-20210820

© par Bernard TRITZ

Une réflexion au sujet de « France Racing – Le Mans – Alpine défie ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s