CNEWS – Face à l’info : baisse en vue !

Par Benoit Mandin – Publié le vendredi 17 septembre 2021 à 12:45

Face à l’Info !

Face à l’info : revirement pour Christine Kelly, CNews en alerte après Eric Zemmour : À la veille d’un retour surprise, Christine Kelly a alerté CNews d’une sensible baisse d’audience avec Face à l’info le jeudi 16 septembre 2021.

Le lundi 13 septembre 2021, CNews a mis fin à deux ans de présence d’Eric Zemmour dans Face à l’info : Suite à la demande du CSA aux médias de décompter le temps de parole du candidat potentiel à la présidentielle 2022, la chaîne de Canal+ s’est résolue à l’évincer de son antenne.

Le début d’une nouvelle ère : Face à l’info a survécu au départ d’Eric Zemmour. Christine Kelly a dégainé une nouvelle formule de son émission de débats. Celle, qui a sensiblement contribué à une percée historique d’audience de CNews au cours de la saison 2020/2021, a été maintenue entre 19 heures et 20 heures. La première sans Eric Zemmour a intrigué 575.000 Français, soit 3.3% de l’ensemble du public. Au lendemain d’audiences à la hausse, Christine Kelly a reculé à 543.000 fidèles, soit 3.2% des quatre ans et plus, le mercredi 15 septembre.

CNews chute sans Eric Zemmour : Le jeudi 16 septembre, Christine Kelly a orchestré une nouvelle édition de Face à l’info à partir de 19 heures. Dimitri Pavlenko, Matthieu Bock-Côté, Charlotte d’Ornellas et Marc Menant, déjà présents lors des deux précédents numéros, se sont chargés de décrypter l’actualité. Les débats ont tenu en haleine 520.000 téléspectateurs, soit 3.1% de l’ensemble du public. Si elle a permis à CNews de se positionner leader des chaînes info, Christine Kelly a accusé un sensible recul sur une semaine. Le jeudi 9 septembre, Face à l’info s’était montré plus conquérant de 1.9 point en présence d’Eric Zemmour.

Face à l’info de retour le vendredi ? : Pour sa saison 2021/2022, CNews avait prévu de miser sur des duels entre Eric Zemmour et une série de personnalités le vendredi en access prime time. Depuis la rentrée du journaliste controversé le lundi 30 août, ceux-ci n’ont pas eu lieu. Si l’on se réfère à l’émission du jeudi 16 septembre, il semblerait que Face à l’info signera son retour le vendredi à 19 heures ce 17 septembre. En clôture, Christine Kelly a lâché « A demain » à ses fidèles téléspectateurs. Reste à savoir sous quelle forme l’émission de débats sera étendue pour le dernier jour de la semaine…

En attendant, un revirement de situation a eu lieu pour Christine Kelly. En effet, CNews a annoncé programmer un numéro de Ca se dispute ce vendredi 17 septembre. Dès 19 heures, Loïc Signor sera à l’antenne de la chaine info du groupe Canal en compagnie de Gilles-William Goldanel et Julien Dray.

Lire la Source : https://www.toutelatele.com/face-a-l-info-revirement-pour-christine-kelly-cnews-en-alerte-apres-eric-zemmour-133560

© Par Bernard TRITZ

USA – France : Le divorce est consommé !

Par Orange avec Media Services – Publié le jeudi 16 septembre 2021 à 21h57.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a qualifié de « coup dans le dos » la rupture du contrat avec l’Australie (ici le 10 septembre 2021, à Budapest) – ©Attila KISBENEDEK / AFP

La rupture du contrat des sous-marins australiens provoque une crise diplomatique entre la France et les États-Unis : La rupture du « contrat du siècle » avec l’Australie, à savoir 12 sous-marins pour 56 milliards d’euros, jette un froid entre la France et les Etats-Unis. Les autorités françaises ont annulé une soirée de gala prévue vendredi à Washington.

C’est un coup dur pour la France. Les Etats-Unis, qui cherchent à renforcer tous azimuts leurs alliances face à la Chine, ont annoncé mercredi 15 septembre avec l’Australie et le Royaume-Uni un vaste partenariat de sécurité dans la zone indopacifique, comprenant notamment la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire à Canberra. La France voit par conséquent lui échapper un contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros) pour fournir à l’Australie 12 sous-marins à propulsion conventionnelle.

États-Unis, Australie et Royaume-Uni scellent un pacte de sécurité dans l’Indopacifique, colère de Pékin et Paris

La rupture du « contrat du siècle » avec l’Australie, à savoir 12 sous-marins pour 56 milliards d’euros, jette un froid entre la France et les Etats-Unis. Les autorités françaises ont annulé une soirée de gala prévue vendredi à Washington.

C’est un coup dur pour la France. Les Etats-Unis, qui cherchent à renforcer tous azimuts leurs alliances face à la Chine, ont annoncé mercredi 15 septembre avec l’Australie et le Royaume-Uni un vaste partenariat de sécurité dans la zone indopacifique, comprenant notamment la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire à Canberra. La France voit par conséquent lui échapper un contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros) pour fournir à l’Australie 12 sous-marins à propulsion conventionnelle.

Sous-marins français en Australie : « La crise diplomatique la plus sévère entre la France et les États-Unis » par FRANCE 24. « C’est vraiment, en bon français, un coup dans le dos », s’est indigné ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian sur Franceinfo jeudi matin, qui avait conclu le « contrat du siècle » sur les sous-marins lorsqu’il était ministre de la Défense. « Cette décision unilatérale, brutale, imprévisible ressemble beaucoup à ce que faisait Monsieur Trump », l’ancien président américain, a encore fustigé le chef de la diplomatie française.

Mais les Etats-Unis ont affirmé plus tard dans la journée avoir eu des contacts avec la France avant l’annonce de cette nouvelle alliance. « De hauts responsables de l’administration américaine ont été en contact avec leurs homologues français pour discuter de ‘AUKUS’ (ndlr : le nom de ce nouveau partenariat), y compris avant l’annonce » intervenue mercredi, a déclaré à l’AFP un haut responsable de la Maison Blanche. « Comme le président (Biden) l’a dit hier, nous coopérons étroitement avec la France à propos de nos priorités communes dans l’Indopacifique et nous continuerons à le faire », a néanmoins dit le haut responsable de la Maison Blanche, qui a demandé l’anonymat.

Ce que Paris a aussitôt démenti. « Nous n’avons pas été informés de ce projet avant la publication des premières informations dans la presse américaine et australienne, qui elles-mêmes ont précédé de quelques heures l’annonce officielle de Joe Biden », a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’ambassade de France à Washington, Pascal Confavreux.

La France annule une célébration à Washington : Cette rupture de contrat avec l’Australie jette un froid entre Paris et Washington, alors que Joe Biden était censé incarner une embellie dans la relation transatlantique après quatre années de brutalité trumpienne. « Il est certain que nous avons une petite crise diplomatique sur la table », résume pour l’AFP Anne Cizel, spécialiste de politique étrangère américaine à l’université parisienne de la Sorbonne. « Les Etats-Unis envoient un signal un peu curieux en ce sens qu’ils réclament une présence (militaire) de leurs alliés européens dans l’Indopacifique et dans le même temps se positionnent en premiers concurrents des ventes de sous-marins français », résume-t-elle.

Paris peut se targuer d’une relation privilégiée avec les Etats-Unis sur un certain nombre de dossiers, à commencer par la lutte anti-jihadiste, de l’Irak au Sahel. Mais l’affaire du partenariat stratégique avec l’Australie concrétise un peu plus, après le retrait d’Afghanistan, un mode d’action et de décision très unilatéral du nouveau président américain. Les Européens ont désormais une idée « assez claire » de la façon dont Washington considère ses alliés, a résumé une source proche du dossier à Paris.

Preuve des tensions entre Paris à Washington, les autorités françaises ont annulé une soirée de gala prévue vendredi à Washington, a confirmé jeudi à l’AFP un responsable sous le couvert de l’anonymat. Cette réception, à la résidence de l’ambassadeur de France à Washington, était censée célébrer l’anniversaire d’une bataille navale décisive de la guerre d’indépendance des Etats-Unis, conclue par une victoire de la flotte française sur la flotte britannique, le 5 septembre 1781.

La bataille de la baie de Chesapeake, aussi connue sous le nom de bataille des caps de Virginie, opposant la flotte de l’amiral britannique Thomas Graves à celle du lieutenant-général des armées navales François Joseph Paul de Grasse, a été jugée cruciale pour la victoire finale des armées coalisées de George Washington, Rochambeau et La Fayette.

D’autres événements s’inscrivant dans la célébration de ce 240e anniversaire ont été toutefois maintenus, comme l’escale d’une frégate française à Baltimore et celle d’un sous-marin à Norfolk, ou encore la dépose d’une gerbe sur un monument à Annapolis.

Lire la Source : https://actu.orange.fr/monde/la-rupture-du-contrat-des-sous-marins-australiens-provoque-une-crise-diplomatique-entre-la-france-et-les-etats-unis-magic-CNT000001EqRdj.html

© Par Bernard TRITZ

Manu

Manu Manu rêva
Où es-tu Manu Manu rêva ?
Bateau fantôme, toi qui rêvas
Des îles et qui jamais n’arrivas
Là-bas (là-bas)Où es-tu Manu Manu rêva ?
Portée disparue Manu rêva
Des jours et des jours tu dérivas
Mais jamais, jamais tu n’arrivas
Là-bas (là-bas)As-tu abordé les côtes de Jamaïca?
Oh, héroïque Manu rêva
Es-tu sur les récifs de Santiago de Cuba ?
Où es-tu Manu rêva ?
Dans les glaces de l’Alaska ? Où es-tu Manu Manu rêva ?
Portée disparue Manu rêva
Bateau fantôme, toi qui rêvas
Des îles et qui jamais n’arrivas
Là-bas (là-bas)Tu es parti, oh Manu rêva
À la dérive Manu rêva
Là-bas (là-bas)As-tu aperçu les lumières de Nouméa ?
Oh, héroïque Manu rêva
Aurais-tu sombré au large de Bora Bora ?
Où es-tu Manu rêva ?
Dans les glaces de l’Alaska? Où es-tu Manu Manu rêva ?
Portée disparue, Manu rêva
Des jours et des jours tu dérivas
Mais jamais, jamais tu n’arrivas
Là-bas (là-bas)Manu rêva, pourquoi ? Manu rêva, pourquoi ?

Windows 10 21H2 : derniers tests !

Par Jérôme GIANOLI – Publié le jeudi 16 septembre 2021.

Windows 10 21H2

Windows 10 21H2, derniers tests avant le lancement : Windows 10 21H2 franchit une nouvelle étape. Microsoft propose son système d’exploitation aux administrateurs informatiques. Cette dernière étape avant le coup d’envoi permet de télécharger et d’exécuter cette mise à jour afin de s’assurer que tout fonctionne bien.

Le lancement de Windows 10 21H2 devrait avoir lieu dans quelques semaines :  Selon les habitudes de Microsoft le rendez-vous est fixé en octobre. Il va s’agir de la deuxième mise à jour de fonctionnalités Windows 10 de l’année. Au travers de son programme de test commercial, Microsoft pousse cette mise à jour via tous les canaux dont Windows Update (si l’organisation est inscrite au programme Insider), Windows Server Update Services (WSUS) et Azure Marketplace. En parallèle nous avons eu la publication de nouvelles images ISO.

Cette démarche a pour objectif de donner la possibilité aux responsables informatiques de tester la nouvelle version de Windows 10 sur leur matériel existant afin de configurer de nouvelles politiques de gestion avant le déploiement automatique.

Windows 10 21H2 sera proposé comme une « mise à jour facultative » via Windows Update : Si la configuration répond aux minimum requis pour Windows 11, une notification le dira. En effet un message spécial dans Windows Update est prévu pour les ordinateurs éligibles. Il informera l’utilisateur qu’une mise à niveau gratuite vers Windows 11 est possible. Le message en question indiquera

« Bonne nouvelle – votre PC répond à la configuration minimale requise pour Windows 11. […] Certaines fonctionnalités de Windows 10 ne sont pas disponibles dans Windows 11. Certaines applications et fonctionnalités peuvent avoir des exigences supplémentaires.”

Microsoft a confirmé que Windows 11 sera disponible à partir de l’automne. Une date officielle est désormais avancée. Le rendez-vous est fixé au 5 octobre prochain.

Windows 10 21H2, quoi de neuf ? : Concernant Windows 10 21H2 il va s’agir d’une mise à jour mineure sans grande nouveauté à la clé. Nous avons tout de même des améliorations dites de “qualité” et quelques “plus” pour les entreprises.

Microsoft propose la prise en charge de la norme WPA3 H2E : Windows 10 renforce ainsi sa sécurité Wi-Fi. De son côté Windows Hello Entreprise permet d’activer le “sans mot de passe” grâce à l’approbation cloud. Nous avons également la prise en charge du calcul GPU dans le sous-système Windows pour Linux (WSL). En théorie, cette avancée améliore les performances dans des nombreux contextes comme les travaux d’intelligence artificielle (IA) et d’apprentissage automatique (ML). Le WSL va également profiter de mises à jour via Windows Update et d’autres fonctionnalités sont attendues dans les prochains mois.

À tout ceci va s’ajouter quelques corrections de bugs. Cela va concerner des problèmes :

– De luminosité de contenu de plage dynamique standard au travers d’un moniteur avec une plage dynamique élevée (HDR),

– De moniteur externe affichant un écran noir après la mise en veille prolongée en raison d’une station d’accueil,

– Et des soucis de fuites de mémoire à l’origine d’une baisse de performance.

Lire la Source : https://www.ginjfo.com/actualites/logiciels/windows-10/windows-10-21h2-derniers-tests-avant-le-lancement-20210916

© Par Bernard TRITZ