Républicains : GROSSE pagaille !

Par Justine Faure – Publié le mercredi 29 septembre 2021 à 16h16.

Éric Zemmour − JOEL SAGET / AFP

Éric Zemmour sème la pagaille chez les Républicains : DIVISER POUR MIEUX RÉGNER – Alors qu’Éric Zemmour multiplie les offensives pour déstabiliser les Républicains, ces derniers n’ont pas encore trouvé la bonne parade pour le contrer. Et apparaissent divisés sur l’attitude à adopter face au polémiste.

Le 23 septembre 2021, l’entourage d’Éric Zemmour laissait entendre que le polémiste pourrait rejoindre la liste des candidats à l’investiture LR pour la présidentielle : Depuis, le polémiste répète à l’envi qu’il est le seul héritier du RPR (ex-UMP) et que LR est devenu un parti centriste qui a trahi le général de Gaulle. Des offensives qui sèment la zizanie au sein des Républicains, d’autant plus que ses membres sont en désaccord sur la tactique à mettre en place pour répliquer. Le sujet a d’ailleurs occupé une bonne partie du bureau politique du parti qui s’est tenu ce mardi 28 septembre 2021.

Faut-il accepter de soumettre le nom d’Éric Zemmour aux militants LR lors du congrès qui désignera leur candidat à la présidentielle ? : Lundi, l’eurodéputé François-Xavier Bellamy y a ouvert la porte. « Je ne vois pas ce qui empêcherait cela. On a besoin du dialogue le plus ouvert et le plus large », a-t-il déclaré. Mais le patron du parti, Christian Jacob, a estimé mardi qu’Éric Zemmour n’avait « rien à faire dans le cadre de notre sélection ». « Au fur et à mesure qu’il s’exprime, on partage de moins en moins de choses avec lui », a ajouté celui qui refuse pourtant de désigner le polémiste comme raciste et d’extrême droite.

Si Éric Zemmour est persona non grata, alors faut-il débattre avec lui ? : C’est ce que pense le patron des députés LR, Damien Abad, qui dans un courrier daté de ce mercredi 29 septembre, propose au souverainiste de débattre avec lui. « Les Français ont droit à un débat éclairé pour comprendre ce qui différencie la droite républicaine d’Éric Zemmour. Mon groupe parlementaire formule des propositions depuis près de 5 ans. Je suis prêt à les défendre face à Éric Zemmour », justifie-t-il dans un communiqué de presse. Mais là encore, cette initiative ne fait pas l’unanimité au sein du parti.

« Nous n’avons pas à débattre avec Éric Zemmour » : « Je ne suis pas d’accord avec Damien Abad : nous n’avons pas à débattre avec Éric Zemmour pas plus que nous n’avions à débattre avec Jean-Marie Le Pen. Comme Jacques Chirac, il faut clairement dresser une digue avec celui qui met sur le même plan De Gaulle et Pétain », a tweeté le maire du Touquet, Daniel Fasquelle, soutien du candidat à la présidentielle Michel Barnier.

Le député Éric Ciotti – qui s’est dit prêt à voter pour Éric Zemmour plutôt qu’Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle – est également contre, mais pour d’autres raisons. Celui qui, selon son entourage, juge cette démarche « présomptueuse » et « malsaine », a plutôt peur que les électeurs se rendent compte de la proximité des Républicains avec Éric Zemmour : « Cela va créer de la connivence, car ils seront d’accord sur beaucoup de choses, c’est de la folie. Nos électorats sont proches », a confié un membre de son entourage à LCI. Toujours selon cette source, il ne faut pas « ostraciser » Éric Zemmour qui « dit des vérités » et « des choses qui parlent aux gens ». « Le victimiser, ça le sert à mort », ajoute-t-elle.

Le polémiste et écrivain met également dans l’embarras LR : en forçant ses membres à assurer que leur parti n’a rien à voir avec lui, alors que deux de ses thèmes fétiches, immigration et islamisme, occupent largement le terrain à droite, où les discours se sont durcis, notamment parmi les prétendants républicains à l’investiture pour la présidentielle. Aussi, Éric Zemmour, Xavier Bertrand et Michel Barnier ont en commun de souhaiter un référendum sur l’immigration. Le polémiste sait également qu’il a parfois été le bienvenu chez les Républicains : en 2019 encore, il était accueilli en grande pompe au siège du parti. « Éric est ici chez lui », lançait le président d’alors, Laurent Wauquiez.

Signe qu’Éric Zemmour observe avec délectation l’incendie qu’il a allumé : son tweet de réponse à la proposition de débat de Damien Abad. « Vous vous proposez parce que votre patron, Xavier Bertrand, n’ose pas le faire ? », ironise-t-il. En effet, Xavier Bertrand, favori à l’investiture LR pour l’élection présidentielle, n’a plus aucune responsabilité au sein des Républicains, parti dont il n’est même plus membre depuis 2017.

Lire la source : https://www.lci.fr/politique/presidentielle-2022-eric-zemmour-seme-la-pagaille-chez-lr-les-republicains-2197592.html

 © par Bernard TRITZ

Pays Visiteurs : 2 nouveaux

Par Bernard TRITZ – Publié le mercredi 29 septembre 2021 à 20h30.

Pays Visiteurs du mercredi 29 septembre 2021, par WordPress.

Statistiques du mercredi 29 septembre 2021 à 20h30.

2 Nouveaux pays visiteurs :

La Russie

Le Liban

Durée de vie du Blog : 80 journées.

Nombre de pays Visiteurs selon WordPress : 73

Nous souhaitons la bienvenue à nos nouveaux (lles) visiteuses, visiteurs. Bonnes lectures et visites sur ce blog.

© par Bernard TRITZ

Hypermind : Zemmour devant Le Pen – Bertrand

Par Émile Servan-Schreiber (*) – Publié le 29/09/2021 à 09h20 – Modifié le 29/09/2021 à 12h39

Vidéo Le Point

Le marché prédictif présidentiel Hypermind : « Le Point » estime qu’Éric Zemmour a plus de chances de gagner l’élection que Marine Le Pen ou Xavier Bertrand.

Il y a deux façons d’observer l’évolution des candidatures à l’élection présidentielle : Via le prisme des sondages du jour sur les intentions de vote, on apprend que, si l’élection avait eu lieu hier, Emmanuel Macron et Marine Le Pen seraient qualifiés pour le second tour. Xavier Bertrand, Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour rivaliseraient pour la troisième place, mais seraient éliminés dès le premier tour.

L’autre façon d’appréhender l’élection est de se projeter jusqu’au printemps 2022 en se demandant qui a le plus de chances d’être élu(e) à ce moment-là : C’est la question que se posent les centaines de pronostiqueurs de notre marché prédictif présidentiel, et leurs prévisions collectives éclairent la course à l’Élysée sous un jour différent.

Le Pen remplacée par Zemmour : Le président fait toujours figure de grand favori à sa succession, avec une cote stabilisée depuis le printemps au-dessus de 60 % de chances de gagner. Mais c’est Zemmour que le marché place désormais en challenger, désigné avec 14 % de chances. Si l’écart avec Macron est encore énorme, les chances du polémiste sont, en revanche, déjà plus du double de celles de Le Pen ou de Bertrand, à 6 % chacun.

Graphique

Pour les pronostiqueurs, la fatalité d’un duel de second tour entre Macron et Le Pen semble aujourd’hui une idée désuète : Ce matin, ils n’accordent à cette dernière qu’une chance sur trois (34 %) de figurer au second tour, contre 95 % pour Macron. Il y aurait donc deux chances sur trois que quelqu’un d’autre affronte le président au second tour. Le marché estime aujourd’hui à 80 % les chances que Zemmour se déclare officiellement candidat. Si celui que d’aucuns considéraient hier comme un « clown » devait céder à la tentation, il ne ferait plus rire personne.

Le marché prédictif est une plateforme de paris (virtuels) en ligne conçue pour prévoir le futur en interrogeant l’intelligence collective : Chaque prévision est cotée sous la forme d’actions qui s’échangent sur le marché. Si la prévision est avérée, son action vaudra 100 points ; si elle ne l’est pas, son action ne vaudra rien. Le prix d’une prévision – qui évolue avec l’actualité – reflète ainsi sa probabilité de réalisation à terme. Sept cents traders participent aux pronostics présidentiels mentionnés dans cet article.

Lire la source : https://www.lepoint.fr/politique/hypermind-zemmour-devance-le-pen-et-bertrand-29-09-2021-2445295_20.php

© par Bernard TRITZ

Électricité : 12 appareils à débrancher !

Par Nantcy Leone – Publié le mardi 28 septembre 2021 à 14h07.

12 appareils à débrancher chez soi pour éviter son explosion

Facture d’électricité – 12 appareils à débrancher chez soi pour éviter son explosion : Selon l »UFC Que-Choisir, le tarif régulé de l’électricité (TRVE) pourrait bondir de 10% en 2022. Des millions de ménages pourraient ainsi voir leur facture gonfler de 150 euros en moyenne. Voici comment réduire cette hausse de moitié, en évitant de laisser en veille divers appareils.

Votre note d’électricité pourrait exploser en 2022 ! L’UFC Que-Choisir a récemment lancé une alerte à ce sujet. Selon l’association de consommateurs, le tarif régulé (TRVE) pourrait bondir de 10% l’an prochain, en raison de la hausse des prix sur les marchés européens. Des millions de ménages ayant souscrit à cette formule pourraient donc voir leur facture grimper de 150 euros en moyenne. Pour limiter cette augmentation, de nombreuses stratégies peuvent être mises en place. À commencer par les écogestes.

Facture d’électricité – Vos appareils en veille vous coûtent 86 euros par an en moyenne : Si réduire le chauffage de 1 °C chez vous permet d’économiser 7% sur la consommation d’énergie, pensez également à entretenir vos appareils ou d’opter pour de l’électroménager moins énergivore. Une autre habitude à laquelle nous pensons moins souvent peut aider à baisser la facture d’électricité. En effet, des dizaines d’appareils électriques restent branchés en permanence chez nous. Or, en plus de ne pas être écologique, cette consommation d’énergie « en sommeil » nous fait perdre beaucoup d’argent, inutilement. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), un foyer gaspille ainsi chaque année 86 euros à cause de cette mauvaise habitude. Du fait du courant résiduel, même « un ordinateur éteint, mais encore branché continue à consommer de l’électricité », indique l’ADEME.

Tous les éléments branchés consomment environ un euro par watt de veille. Soit l’équivalent de « sept à huit ampoules nouvelle génération laissées allumées 365 jours par an et 24 heures sur 24 », d’après les calculs de l’ADEME.

Quels sont alors les appareils que l’on peut débrancher (en utilisant des multiprises à interrupteurs ou interrupteurs programmables) pour consommer moins d’énergie et économiser ? Découvrez-les dans notre diaporama ci-dessus.

Lire la Source : https://www.planet.fr/conso-facture-delectricite-12-appareils-a-debrancher-chez-soi-pour-eviter-son-explosion.2316460.1404.html

© Par Bernard TRITZ

Présidentielles : Zemmour – Bertrand Ex aequo !

Par Le Figaro – Publié le mardi 28 septembre 2021 à 18h34 – Mis à jour le mardi 28 septembre 2021 à 18h38.

French far-right media pundit Eric Zemmour speaks during the promotion launch event of his new book « France hasn’t said its last word » (La France n’a pas dit son dernier mot) in Nice, southeastern France, on September 18, 2021. – French far-right pundit Eric Zemmour is inching closer to announcing a run for the presidency, a move that would create fresh uncertainty around France’s 2022 election race. (Photo by Valery HACHE / AFP) – Éric Zemmour à Nice, le 18 septembre 2021. Valery HACHE / AFP

Présidentielle 2022 – un sondage donne Zemmour au coude-à-coude avec Bertrand, dans un mouchoir avec Le Pen : L’étude, réalisée par Harris Interactive, indique que le polémiste devancerait la droite en cas de candidature de Valérie Pécresse ou Michel Barnier.

Le ticket d’entrée pour le second tour est plus serré que jamais : Tandis qu’Emmanuel Macron caracole en tête des intentions de vote (23% à 24%) dans presque tous les sondages, le jeu pour la deuxième place apparaît de plus en plus incertain. Selon une étude Harris Interactive pour Challenges, publiée mardi, Éric Zemmour vient semer le trouble en continuant sa progression.

Testé à 13%, le polémiste est donné au coude-à-coude avec l’ex-LR Xavier Bertrand (14%), et dans un mouchoir avec Marine Le Pen (16%) : En cas de candidature de l’ex-LR Valérie Pécresse (12%) il passerait alors devant la droite (13%). Écart qui se creuserait encore plus (14%) si c’est le LR Michel Barnier (8%) qui était choisi pour représenter sa famille politique.

Mélenchon en tête à gauche, devant Hidalgo, Jadot et Montebourg : Quel que soit le scénario, la candidate RN plafonnerait quant à elle à 16% des voix, soit douze points de moins qu’au début du mois de juin (28%). Une mauvaise dynamique qui la laisse de marbre, comme elle ne manque jamais de le rappeler en petit comité. « Je garde le calme des vieilles troupes », a-t-elle coutume de répéter lorsqu’elle est interrogée sur les enquêtes d’opinion.

À gauche, enfin, seul Jean-Luc Mélenchon peut se satisfaire des résultats : Avec 13% (+3 par rapport au début du mois de septembre), le leader de la France Insoumise s’impose en distançant la socialiste Anne Hidalgo (7%), l’écologiste Yannick Jadot (6%), et le souverainiste Arnaud Montebourg (2%). Reste à savoir s’il bénéficiera d’un report des voix des soutiens de Sandrine Rousseau.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/presidentielle-2022-un-sondage-donne-zemmour-au-coude-a-coude-avec-bertrand-dans-un-mouchoir-avec-le-pen-20210928

© Par Bernard TRITZ