Canal+ Séries – The West Wing !

The West Wing !

Maison-Blanche (The West Wing), (l’aile Ouest) est une série télévisée américaine en 155 épisodes de 42 minutes. Créée par Aaron Sorkin et diffusée entre le 22 septembre 1999 et le 14 mai 2006 sur le réseau NBC.

Ayant une Free Box POP V8, nous avons eu en cadeau un abonnement d’un an à la Série Canal+ Séries. J’ai eu l’occasion de visionner cet ensemble de 7 Séries.

J’aime ce type de séries telles que SUITS, BILLIONS, Vikings et la dernière visionnées THE WEST WING.

De très, très bons acteurs. Un ensemble harmonieux sans souci et surtout sans PUB !

Je recommande cette série à celles et ceux qui voudraient s’instruire de la vie de la Maison Blanche. En effet on pénètre et s’imprègne de la vie 24h00/24 et 7j/7.

Mon conseil : garder un calepin à portée de main pour y noter les épisodes vus, les uns après les autres afin de ne pas perdre le fil.

© par Bernard TRITZ

Freelances indispensables !

Par BFM Business – Publié le dimanche 10 octobre 2021.

Hitesh0141- CC

Le freelance, ce collaborateur de plus en plus indispensable en entreprise : D’un phénomène marginal, le recours aux freelances dans les entreprises devient une tendance de fond dans les boites françaises. Ce phénomène s’est accéléré ces derniers mois avec la pénurie de talents dans de nombreux secteurs.

L’appétence des jeunes salariés pour ce statut, qui offre une qualité de vie faite de plus d’indépendance et de libertés, et le contexte actuel de pénuries font que « le freelance s’installe durablement », affirme une étude (*) menée pour le spécialiste du recrutement Cooptalis. D’autant plus que ces indépendants sont désormais en position de force.

« Leur statut d’indépendant, externe et libre, ne constitue pas un frein à leur embauche au regard du risque de manquer de ressources pour assurer le développement des projets. Les freelances sont donc désormais en situation de pouvoir choisir leurs missions et leurs conditions de travail, résume cette étude. De leur côté les entreprises commencent à développer des stratégies RH et de management adaptées pour attirer et mieux gérer cette nouvelle ressource externe et à retenir ces profils par nature volatils ».

Concrètement, 44% des entreprises interrogées ont augmenté le nombre de leurs freelances cette année, selon cette étude et 57% l’ont fait face aux pénuries dans leurs secteurs d’activité ou pour avoir accès à une expertise particulière.

Une présence forte dans les petites entreprises technologiques : Sans surprise, on les trouve dans les petites entreprises technologiques où ils peuvent représenter plus de 30% des effectifs dans 61% des startup interrogées. Dans la majorité des PME (88%), ils constituent moins de 5% des effectifs.

En fait, plus l’entreprise est grande, moins ils sont nombreux : dans les grands comptes interrogés, les freelances représentent en effet seulement 1 à 5% des effectifs. Mais « certains grands groupes y recourent déjà massivement afin de ne pas bloquer leurs projets de croissance (notamment dans le numérique). Cette nouvelle pratique a pour conséquence de pousser la structuration et la formalisation de freelance policies », peut-on lire.

Non seulement ils sont de plus en plus nombreux, mais leurs missions, par définition limitées à un projet, sont également de plus en plus longues. 43% des entreprises interrogées évoquent des missions de plusieurs mois.

Des missions plus longues, une intégration plus forte : un salarié comme un autre ? : « La difficulté de trouver les bons profils dans certains secteurs pousse les entreprises à prolonger les missions quel qu’en soit le coût. Beaucoup d’entre elles espèrent également, qu’avec l’allongement de la durée du contrat, elles auront davantage la possibilité de transformer des freelances en salariés internes », souligne l’étude.

Et si le freelance reste souvent un acteur travaillant depuis chez lui en multi clients, les entreprises qui en emploient de plus en plus cherchent à les intégrer davantage. Afin que les freelances participent davantage à la vie de la société, aux projets et aux rituels de management, les entreprises appliquent de plus en plus leurs politique de présence aux freelances.

Bref, le freelance devient presque un salarié comme les autres, les contraintes en moins. De quoi inciter les salariés « classiques » à envisager sérieusement de passer en freelance !

Des salariés de plus en plus nombreux à demander un changement de statut : Ainsi, 58% des entreprises recourant au freelance ont eu des cas de salariés demandant à passer freelance. De quoi encore augmenter les cohortes de ces collaborateurs dans les entreprises. Rappelons que selon une autre étude, 40% des salariés en France déclarent vouloir s’installer à leur compte post-Covid-19.

Ces aspirations – qui viennent s’ajouter au désir de télétravail intégral ou hybride notamment chez les plus jeunes et au rapport de force en faveur des travailleurs – remettent encore une fois en cause le modèle traditionnel du salariat et du temps de travail.

Le sacro-saint CDI pourrait-il être remplacé par des relations ‘clients/fournisseurs’, ‘clients/freelances’ ? : « Peut-être pas de manière générale mais c’est vrai que vont cohabiter plusieurs typologies de relations à l’entreprise, CDI ou pas CDI. Et ça posera assez vite un autre problème : la France est très structurée autour du CDI, il va falloir revoir les schémas. Si vous avez demain 30% des gens qui sont en modèle de prestation, on ne peut pas dire que le modèle d’auto entreprenariat soit d’une efficacité folle sur le plan de la protection sociale », expliquait il y a peu sur BFM Business Benoit Serre, Vice-président de l’ANDRH et DRH de L’Oréal France.

« Je ne sais pas si on va aller vers la fin du salariat mais c’est vrai qu’on ira vers un marché du travail contractuellement différent. On sait que le nombre de métiers télétravaillables s’étend. Si demain vous avez une société du travail en France qui comporte 50 ou 60% de gens qui télétravaillent partiellement, il va falloir nécessairement se poser la question du temps de travail mais surtout de sa comptabilisation », conclut il.

(*) entretiens menés par sondage du 1er juillet au 10 septembre 2021 auprès de 526 DRH ou PDG d’entreprises françaises représentant un panel représentatif de toutes les tailles d’entreprises.

Source : Windows 11 Microsoft News

© par Bernard TRITZ

Marseille : 73 années de prison !

Par Denis Trossero – Publié le samedi 09 octobre 2021 à 08h47.

Le tribunal a condamné le chef du réseau et le leader des passeurs à 9 ans. La prostitution nigériane reste très active – PHOTO ARCHIVES

Marseille – 73 années de prison pour les proxénètes nigérians : Le tribunal a lourdement sanctionné les 12 prévenus jugés depuis lundi 04 octobre 2021.

Des sanglots dans le box, une des prévenues qui s’effondre à quelques mètres de la barre, victime d’un malaise à l’annonce de sa condamnation à 6 ans de prison ferme, exigeant l’intervention hâtive des marins-pompiers : le délibéré rendu hier soir par la 7e chambre correctionnelle de Marseille, présidée par Johan Denis, a été accueilli dans la douleur.Le tribunal a condamné le chef du réseau et le leader des passeurs à 9 ans.

La prostitution nigériane reste très active : Au total, ce sont en effet 73 années de prison que la justice marseillaise a prononcées.

Des peines de 2 à 9 ans ferme.

Neuf ans de prison contre le chef du réseau, Tony Osemiwigie, contre le leader des passeurs Kelly Orobosa et contre Happy Sunday, un des prévenus qui n’avait …

Lire la Source : https://www.laprovence.com/article/faits-divers-justice/6518854/marseille-73-annees-de-prison-pour-les-proxenetes-nigerians.html

© par Bernard TRITZ