Saint-Brieuc – Cancer : Interventions Hi-Tech du futur !

Par Soizic QUÉRO – Ouest-France – Publié le mercredi 20 octobre 2021 à 14h57.

« Après l’injection intraveineuse d’un produit colorant au patient, la caméra à fluorescence permet de mieux distinguer la limite entre l’organe malade (en rose) et l’organe sain (en vert) », explique présente Karel Pfeuty, chirurgien thoracique. | CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-BRIEUC

À l’hôpital de Saint-Brieuc, les patients opérés d’un cancer bénéficient d’une technologie innovante : Dans les Côtes-d’Armor, le centre hospitalier de Saint-Brieuc est le premier à être équipé d’un système de vidéochirurgie de dernière génération, accompagné d’une technique de fluorescence. Une innovation au bénéfice des patients opérés d’un cancer colorectal, pulmonaire ou gynécologique.

Des risques postopératoires réduits en chirurgie colorectale, une respiration mieux préservée en chirurgie du cancer pulmonaire, un meilleur repérage des ganglions « sentinelles » autour du sein ou de l’utérus en chirurgie gynécologique : ce sont les conséquences positives au profit des patients, développées par la dernière innovation du centre hospitalier Yves-Le Foll, à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor).

Depuis juin dernier, le bloc opératoire est équipé d’un système de vidéochirurgie de dernière génération, accompagné d’une technique de fluorescence​, présente Karel Pfeuty, chirurgien thoracique. C’est une première dans le département. Les CHU bretons en sont déjà dotés, mais pas tous les services.

« Plus précis, plus sûr »En quoi consiste ce nouveau procédé ? : En fin d’intervention, après l’injection intraveineuse d’un produit colorant au patient, la caméra à fluorescence permet de mieux distinguer la limite entre l’organe malade et l’organe sain, explique Karel Pfeuty. Cette technique permet d’être plus précis, plus sûr et d’améliorer les suites opératoires. ​Cet équipement, partagé pour les chirurgies thoracique, colorectale et gynécologique, s’appuie également sur un nouveau logiciel de reconstruction de l’anatomie en 3D, financé par la Ligue contre le cancer (15.000 €).

Une montée en puissance : Pour Fabienne Gérard, chirurgienne gynécologue, cette innovation est synonyme d’une chirurgie plus sélective et évite des opérations plus lourdes, ainsi que les complications d’une chirurgie d’ablation de tous les ganglions​.

Une quinzaine d’interventions ont été réalisées depuis le lancement de cette technologie, qui va monter en puissance​, prévient Karel Pfeuty. C’est un investissement de 150.000 €. On développe une chirurgie de demain personnalisée, adaptée aux patients.

Lire la Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/a-l-hopital-de-saint-brieuc-les-patients-operes-d-un-cancer-beneficient-d-une-technologie-innovante-14f4b060-30fe-11ec-a718-a624d0d4b41d?utm_source=Microsoft-News-general&utm_medium=fluxrss&utm_campaign=banquedecontenu

© Par Bernard TRITZ

Facebook : Dysfonctionnements !

Par Le Figaro avec AFP – Publié le samedi 23 octobre 2021 à 06h00 – Mis à jour  il y a 7 heures, le samedi 23 octobre 2021 à 10h00 heures.

FILE PHOTO: Facebook logo displayed through broken glass in this illustration taken October 4, 2021. REUTERS/Dado Ruvic/Illustration/File Photo – Les dernières révélations ont été extraites de milliers de documents internes remis à la SEC, l’autorité boursière, par la lanceuse Frances Haugen, qui a déjà été auditionnée par le Congrès américain. DADO RUVIC / REUTERS

Nouvelle salve de révélations sur les pratiques de Facebook : Selon plusieurs médias, le réseau social avait conscience du flot de désinformation en lien avec la présidentielle américaine de 2020, mais n’a pas réagi.

Facebook avait conscience de la radicalisation de nombreux utilisateurs et du flot de désinformation en lien avec l’élection présidentielle américaine de 2020, mais n’a pas réagi en conséquence d’après des documents de la lanceuse d’alerte Frances Haugen, obtenus par différents journaux américains. Ces révélations sont les dernières en date d’une longue série, depuis une première vague d’enquêtes publiées par le Wall Street Journal en septembre grâce à des rapports internes transmis par cette ex-employée du groupe californien. Vendredi, des articles du New York Times, du Washington Post ou encore de la chaîne NBC portaient sur le rôle de Facebook dans la polarisation intense de la vie politique aux États-Unis.

Début novembre, quelques jours après le scrutin, un analyste faisait par exemple savoir à ses collègues que 10% des contenus politiques visionnés par les utilisateurs américains de la plateforme étaient des messages assurant que le vote avait été truqué, d’après le New York Times. Cette rumeur sans fondement, martelée par l’ex-président Donald Trump, a alimenté la colère de nombreux conservateurs et conspirationnistes, qui a culminé avec les émeutes du Capitole le 6 janvier. Des partisans du milliardaire républicain avaient ce jour-là envahi le Congrès pendant la certification de la victoire du démocrate Joe Biden. Cinq personnes ont trouvé la mort pendant ou peu après l’attaque.

Dans la foulée, Facebook, comme Twitter et les autres grandes plateformes, ont banni Donald Trump et les mouvements extrémistes impliqués dans les émeutes. Mais d’après les nouvelles révélations publiées vendredi, des employés du groupe californien estiment qu’il aurait pu mieux anticiper le problème. Ces informations ont été extraites de milliers de documents internes remis à la SEC, l’autorité boursière, par Frances Haugen. Début octobre, elle a répété devant des sénateurs américains que les dirigeants de la firme, Mark Zuckerberg en tête, « financent leurs profits avec notre sûreté ».

Ce sera un feu de paille. Des élus vont râler. Et d’ici quelques semaines, ils seront passés à autre chose. En attendant on imprime de l’argent au sous-sol et tout va bien ». Propos attribués à Tucker Bounds, membre de l’équipe de communication de Facebook

Elle avait auparavant fait fuiter des études montrant que Facebook a conscience des problèmes psychologiques des adolescentes surexposées aux vies et corps apparemment « parfaits » des influenceuses sur Instagram. C’est le fil rouge de ces révélations : le géant des réseaux sociaux connaissait les problèmes mais a choisi, en bonne partie, de les ignorer, selon la lanceuse d’alerte et d’autres sources anonymes.

Les articles de vendredi évoquent ainsi un rapport intitulé « Le voyage de Carol vers QAnon ». Carol Smith, une « mère conservatrice de Caroline du Nord », était un faux compte créé par un chercheur, payé par Facebook pour étudier le rôle de la plateforme dans la polarisation des utilisateurs. D’après ce chercheur, dès l’été 2019, Carol Smith était exposée par l’algorithme du réseau social à un «torrent de contenus extrêmes, conspirationnistes et choquants », dont des groupes de la mouvance QAnon. La responsabilité de l’insurrection revient à ceux qui ont enfreint la loi et à ceux qui les y ont incités ». Guy Rosen, vice-président du groupe chargé de l’intégrité civique

Face à cette nouvelle vague de critiques, Facebook a publié un communiqué rappelant ses investissements conséquents pour assainir ses plateformes et soutenir le processus démocratique. « Mais la responsabilité de l’insurrection revient à ceux qui ont enfreint la loi et à ceux qui les y ont incités », y déclare Guy Rosen, un vice-président du groupe chargé de l’intégrité civique. Cette défense a peu de chances de satisfaire des élus remontés à bloc contre le réseau social. D’autant que le flot de révélations ne tarit pas : un consortium d’une dizaine d’organisations de presse, de CNN au Monde, s’apprête à publier des articles basés sur ces documents, d’après le site spécialisé The Information.

Et un nouveau lanceur d’alerte s’est manifesté, selon un article du Washington Post paru vendredi. Ex-membre de l’équipe d’intégrité civique, il a fait une déposition auprès de la SEC le 13 octobre, où il accuse Facebook de faire passer les profits avant les enjeux humains. Dans ce document, l’ancien employé relate notamment des propos tenus en 2017, quand l’entreprise décidait de la meilleure façon de gérer la polémique liée à l’interférence de la Russie dans la présidentielle américaine de 2016, via sa plateforme. « Ce sera un feu de paille. Des élus vont râler. Et d’ici quelques semaines, ils seront passés à autre chose. En attendant on imprime de l’argent au sous-sol et tout va bien », aurait alors déclaré Tucker Bounds, un membre de l’équipe de communication de Facebook.

D’après le Washington Post, le deuxième lanceur d’alerte assure dans sa déposition que les managers de Facebook sapaient régulièrement les efforts de lutte contre la désinformation et les discours haineux par peur de mettre en colère Donald Trump et ses alliés, et pour ne pas risquer de perdre l’attention des utilisateurs, essentielle à ses volumineux profits.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/la-presse-americaine-lance-une-nouvelle-salve-de-revelations-sur-les-pratiques-de-facebook-20211023?utm_source=CRM&utm_medium=email&utm_campaign=[20211023_NL_ACTUALITES]&een=86641ea8c294d5c7be9a97f7f353f771&seen=2&m_i=DR9DBlB1MHe%2Byca7Gh8H7OpqcO4U_fTetRJ73ks2qR5CgM4NOZ0TI24OmA2YSKP27I51pQ1vp06%2BPkiAmb4RRxutdhK3LLBDDr


Comme le sexe, la pornographie, et bien d’autres !

Déjà signalé à plusieurs reprises : tous ces clics rapporte de l’argent ! Eh voilà !

© Par Bernard TRITZ

Bière : Envol des prix !

Par Le Figaro – Publié le vendredi 22 octobre 2021.

3 chopes de bière blonde donnant envie ? À votre santé à toutes et tous avec modération, même si c’est bon !

Avec 30 litres consommés chaque année, la bière a une place de choix dans les habitudes de consommation des Français. Mais la note devrait être plus salée ces prochains mois. À l’instar de l’essence, de l’électricité, du gaz ou encore des pâtes, la boisson alcoolisée n’échappe pas à l’inflation.

Cette hausse des prix s’explique en premier lieu par la mauvaise année qu’a connue la production des céréales nécessaires à la fabrication de la bière, notamment le malt. En cause, des épisodes récurrents de pluie et de gel qui ont « conduit à une augmentation du prix de 30% », constate Jean-François Drouin, président du syndicat national des brasseurs indépendants (SNBI).

Les piètres récoltes de 2021 ne sont pas le seul problème auquel doivent faire face les 2300 brasseries implantées en France. Comme le reste de la France, ils sont soumis à la hausse des prix de l’énergie. Or, la production de bière est très gourmande en électricité et en gaz. « Certaines cuissons à la vapeur ainsi que le refroidissement et les machines d’embouteillage consomment beaucoup d’électricité », témoigne Laurent Boiteau, dirigeant de la brasserie Mélusine, située en Vendée. Selon le syndicat Brasseurs de France « les hausses moyennes pour les brasseurs sont de 7 à 15% sur l’énergie ». Un chiffre qui grimpe de +10 à +24% pour les matériaux d’emballage. Qu’ils soient fabriqués à base de verre, de métal ou de carton, le constat est le même : les prix des fournisseurs flambent. Même l’inox, matière dans laquelle sont fabriquées les cuves utilisées par les brasseurs, est concerné. « Les cuves qui valent en temps normal environ 30.000 euros peuvent coûter actuellement jusqu’à 45.000 euros, ce qui risque de freiner les investissements », s’inquiète Jean-François Drouin, qui précise n’avoir jamais connu un tel phénomène en vingt ans de métier. Même le prix des produits de nettoyage tend à s’envoler.

Négociations : « Pour l’instant, les brasseurs ont pris sur leurs marges », mais « nous allons être obligés d’augmenter nos prix pour compenser nos pertes », prévient le président du syndicat national des brasseurs indépendants. La profession ne veut surtout pas être seule tenue responsable de l’augmentation des tarifs en magasin. « Il faut que les grossistes et distributeurs prennent aussi sur leurs marges pour contenir au maximum le prix de vente aux consommateurs », demande le président du SNBI. Sans quoi, il pourrait bondir de 5 à 10%, prédit-il.

Cette question devrait tenir une place importante lors des négociations annuelles entre grande distribution et fournisseurs pour les tarifs 2022 et qui ont déjà commencé en ce mois d’octobre. « Il est primordial que (ces) négociations prennent en compte cette réalité », abonde Brasseurs de France dans son communiqué du 5 octobre. Le syndicat a toutefois refusé de s’exprimer sur le sujet. Mais plutôt qu’à un bras de fer, Jean-François Drouin s’attend à une attitude compréhensive des distributeurs. « Je ne suis pas trop inquiet quant à leur aptitude à comprendre cette problématique », veut-il croire, assurant néanmoins qu’il n’hésitera pas à se tourner vers Bercy si les discussions sont dans l’impasse. De son côté, Carrefour répond «ne pas avoir connaissance de hausses de tarif à venir de la part de ses fournisseurs de bière » ni de mauvaises récoltes concernant le houblon et le malt. « Il est de la responsabilité de tous les intervenants de la chaîne de travailler au mieux pour que le consommateur ne subisse pas de hausse des prix », ajoute-t-on sans préciser pour autant si des négociations pourront être menées avec les brasseurs. Contacté par Le Figaro, Leclerc n’a pour le moment pas répondu.

Protéger les clients : Autres clients des producteurs de bière, le secteur des cafés, bars, restaurants et de l’événementiel qui devront, eux aussi, mettre la main au portefeuille s’ils veulent continuer à se fournir. « Cela dépend des producteurs mais généralement 50% de leur chiffre d’affaires est réalisé par ce secteur », indique Jean-François Drouin. « Nous allons devoir réévaluer nos prix de vente pour rester à l’équilibre mais de façon raisonnable car c’est un secteur qui a déjà beaucoup souffert de la crise sanitaire. Le but n’est pas de leur mettre la tête sous l’eau », rassure Laurent Boiteau. « On sort déjà d’une période très compliquée et là on est à nouveau sous le coup d’une nouvelle crise d’une autre forme », regrette Jean-François Drouin qui espère que la profession pourra bientôt tourner la page de ces mois difficiles.

Lire la Source : Windows 11 – Microsoft News : les actualités à ne pas manquer !

Le Figaro : https://www.lefigaro.fr/conso/pourquoi-le-prix-de-la-biere-va-augmenter-20211022

© par Bernard TRITZ

Militaires avec Zemmour

Par Valérie G. – Publié le vendredi 22 octobre 2021 à 18h24.

Éric Zemmour. Photo © JOEL SAGET / AFP

Monsieur,

Vous n’avez toujours pas déclaré votre candidature à l’élection présidentielle de 2022. J’espère néanmoins que votre amour pour la France sera plus fort que vos doutes.

Permettez-moi donc de faire « comme si » vous aviez décidé de vous lancer pour de bon.

C’est en tant que futur chef des armées que je vous adresse cette lettre qui m’importe au plus haut point, car elle parle de l’armée française et de son avenir.

Il n’est pas question de vous parler ici de « défense » ou de « stratégie », mais plutôt de tradition, de cohésion, d’honneur, de courage, de tout ce qui nous anime et nous porte chaque jour, nous soldats français, à accomplir notre mission coûte que coûte, parfois même jusqu’au sacrifice ultime.

L’armée est une institution porteuse de valeurs. Vous le savez et les Français aussi. C’est d’ailleurs pour cette raison que, dans certains moments de crise, l’armée est considérée comme le dernier recours pour maintenir l’ordre.

Je ne parle pas ici d’interventions armées, mais de références et de repères essentiels pour notre pays. Dans notre société de plus en plus individualiste, sans histoire commune, sans héros à glorifier, l’armée résiste et ne plie pas. L’amour de la France porte ses soldats et les pousse chaque jour à se dépasser collectivement afin de défendre la patrie.

France et patrie. Ces deux mots ont encore un sens pour nous, et nous nous attachons à les transmettre à nos jeunes soldats. Ces deux mots s’adressent à cette jeune génération qui vient trouver dans notre armée ce qu’elle ne trouve plus dans notre société : un cadre, des repères, le respect des générations et des gloires passées, le goût de l’effort et du mérite.

Ces jeunes soldats exceptionnels vont au combat dans des conditions très difficiles et font preuve d’un héroïsme et d’un courage qui n’ont rien à envier à ceux de nos anciens.

En cela, le métier de soldat n’est pas un métier comme les autres ; et devenir le chef de l’armée est un honneur et une grande responsabilité.

C’est donc avec grande attention et intérêt que je vous ai écouté.

Vous avez sans nul doute le courage, la foi et la sincérité d’un homme qui aime profondément la France. Vous parlez avec beaucoup de passion, de conviction et avec une grande fierté d’être français.

J’ai reconnu dans votre discours les valeurs qui nous animent et que nous partageons ; les qualités autrefois portées au pinacle et à présent moquées et critiquées : mérite, goût de l’effort, sens de la discipline et du devoir.

Vous voulez une France rayonnante, forte, indépendante et souveraine. C’est avec cette idée de la nation que renaîtra l’amour de la patrie, l’envie et le profond désir de la servir. Vous parlez comme un chef, sans langue de bois ; vous assumez vos propos avec courage sur la place publique et en prenant des risques.

Vous êtes sans nul doute un homme droit, courageux et honnête.

Permettez-moi donc de vous poser quelques questions qui m’apparaissent fondamentales pour l’avenir de notre armée :

– Vous aimez la France, dont vous rappelez la grandeur et la place particulière ; nous aimons la servir ! Faites nous part de votre vision de son rôle dans le monde. Parlez nous de la place des armées dans notre société.

– Vous montrez une grande force de caractère. Accepterez vous que les militaires et leurs chefs en fassent autant ? Car ils n’ont qu’un seul intérêt, celui de la France, et aimeraient être écoutés lorsqu’ils donnent leur avis sur le budget ou la stratégie.

– Une défense forte suppose des moyens financiers et humains à la hauteur de ses ambitions. Aurons nous les moyens de vos ambitions ?

– Le chef est celui qui prend tout en charge. Il dit : « J’ai été battu. » Il ne dit pas : « Mes soldats ont été battus » (Antoine de Saint Exupéry). Saurez vous être ce chef pour nous ?

L’intérêt que nous vous portons est réel, et nous espérons de votre part un engagement et un soutien total. Ce n’est qu’ainsi que notre armée pourra avoir à vos côtés un avenir glorieux et « pas seulement un futur ».

Lire la Source : https://www.valeursactuelles.com/politique/exclusif-presidentielle-2022-la-tribune-des-militaires-avec-zemmour/

© par Bernard TRITZ

Gmail = Faciliter la vie !

Par Manon Carpentier – Publié le 22 octobre 2021 à 09h00.

Solen Feyissa © Unsplash

Gmail se dote de nouvelles fonctionnalités pour vous faciliter la vie : Avec ses nouvelles fonctionnalités, Gmail s’assure que vous ne vous trompiez plus jamais de destinataire. Une excellente nouvelle !

Qui n’a jamais envoyé un courriel à la mauvaise personne par erreur ? Nous sommes sûrement nombreux à avoir fait cette malheureuse expérience. Fort heureusement, Gmail dévoile de nouvelles fonctionnalités, qui devraient notamment nous permettre de mieux nous y retrouver quand nous écrivons un courriel.

Gmail met plus en avant les destinataires lors de la rédaction d’un courriel : Ça peut paraître évident, comme ça, mais avec une flopée de suggestions lorsque nous tapons une adresse électronique, il est facile de cliquer sur la mauvaise adresse. Et par la même occasion, d’envoyer par erreur un courriel à la mauvaise personne. Ce qui peut être embêtant, surtout au travail. Google a entendu vos prières et tente de pallier ce problème.

En effet, dorénavant, lorsque vous rédigez un nouveau courriel, les destinataires auront un avatar rattaché à leur contact. Ainsi, vous pourrez visualiser à qui vous envoyez votre courriel et éviter tout envoi fâcheux.

Aussi, lors que la liste de suggestions d’adresses e-mails apparaîtra, les destinataires déjà dans la boucle seront grisés et marqués d’une coche. De quoi s’y retrouver plus facilement.

De la même manière, Google explique que les doublons dans les champs À, Cc et Cci seront automatiquement supprimés.

Et ce n’est pas tout ! Google continue de proposer des fonctionnalités astucieuses pour faciliter la vie de ses utilisateurs. Désormais, Gmail identifiera en jaune les utilisateurs qui ne travaillent pas dans votre entreprise même si vous les avez déjà contactés, si vous utilisez la suite Google.

En revanche, si vous n’êtes jamais entré en contact avec une personne extérieure à votre société, il y aura en plus un bandeau jaune en bas du courriel pour éviter de faire partir un courriel malencontreux.

Enfin, si vous avez entré une adresse électronique erronée, comme oublier l’arobase ou le point avant le “fr”, Gmail ne la prendra pas en compte car elle ne sera pas au bon format. Il vous faudra alors double-cliquer pour corriger cette petite erreur.

Lire la Source : https://www.presse-citron.net/gmail-se-dote-de-nouvelles-fonctionnalites-pour-vous-faciliter-la-vie/

© Par Bernard TRITZ