Éric Zemmour : Vitesse, points

Par La rédaction de LCI – Publié aujourd’hui dimanche 24 octobre 2021 à 16h13, mis à jour à 16h49.

LCI capture écran

Présidentielle 2022 – Éric Zemmour remet en cause les limitations de vitesse et veut supprimer le permis à points : SÉCURITÉ ROUTIÈRE – Le polémiste d’extrême droite Éric Zemmour a proposé sur le plateau de l’émission « Le Grand Jury » sur LCI, dimanche 24 octobre, de supprimer le permis à points, assurant qu’il ne servait à rien.

C’était un domaine dans lequel il n’était pas attendu. Invité sur le plateau de l’émission « Le Grand Jury », diffusé sur LCI, l’essayiste situé à l’extrême droite de l’échiquier politique a donné son opinion sur plusieurs mesures de sécurité routière, proposant notamment de supprimer le permis à points, qui servirait essentiellement à apporter de l’argent à l’État et à « emmerder les Français ».

Niant l’impact de cette mesure de régulation sur la protection des usagers de la route, Éric Zemmour a expliqué que cela ne servait à rien, tout comme la limitation de vitesse sur les autoroutes.

Le permis à points ne servirait pas à baisser la mortalité routière : Reconnaissant qu’entre 1972 à aujourd’hui, le nombre de morts sur la route était passé de 75.000 à moins de 5000 morts, Éric Zemmour a cependant expliqué que cela était dû « à l’amélioration des voitures » et « à la ceinture de sécurité routière ». L’essayiste a également cité d’autres pays européens qui n’utilisent pas cette mesure comme la Suisse, la Suède ou la Finlande.

« Le permis à points, c’est un racket organisé par l’État », a assuré Éric Zemmour en parlant des stages de sensibilisation à la sécurité routière qui seraient « infantilisants », coûteraient « 300 euros » et rapporteraient « 75 millions d’euros à l’État ». « C’est du racket », a-t-il répété. 

En fait, cette formation de deux jours, si elle est suivie de manière volontaire, permet de récupérer jusqu’à quatre points, sans attendre une période probatoire d’un an. Elle peut également être imposée par la justice en cas d’infraction, et ne permet pas, dans cette situation, de récupérer des points. Selon le site du ministre de l’Intérieur, le prix moyen du stage est de 200 €, bien que le responsable du stage soit libre de fixer le prix.

En plus de cette proposition, Éric Zemmour a dénoncé les limitations de vitesse, notamment sur l’autoroute. « J’ai toujours trouvé que les limitations de vitesse sur les autoroutes étaient assez inutiles », a déclaré le polémiste, citant cette fois l’exemple de l’Allemagne.

Dans ce pays, la sécurité routière conseille malgré tout de circuler à la vitesse maximale de 130 km/heure. À la différence de la réglementation française cependant, le non-respect de cette recommandation n’entraîne pas d’infraction. Par ailleurs, la vitesse reste la première cause de mortalité routière en France, étant à la fois un facteur déclencheur de l’accident et un facteur aggravant. En effet, plus la vitesse est importante, plus le choc est violent et donc, les conséquences graves.

Le polémiste a finalement annoncé qu’il reviendrait sur la mise en place de la limitation à 80 km/h sur les routes à double sens sans séparateur central pour remettre une limitation à 90 km/h. « On passe sans cesse de 80 à 90km/h et ça permet évidemment de faire flasher les automobilistes », a ainsi attesté l’essayiste.

Lire la Source : https://www.lci.fr/politique/video-election-presidentielle-2022-securite-routiere-eric-zemmour-remet-en-cause-les-limitations-de-vitesse-et-propose-la-suppression-du-permis-a-point-dans-le-grand-jury-2199892.html

© Par Bernard TRITZ

Pays Visiteur : 1 nouveau

Par Bernard TRITZ – Publié le dimanche 24 octobre 2021 à 07h10.

Statistiques du dimanche 24 octobre 2021 à 07h10.

1 Nouveau pays visiteur :

Le Koweït

Durée de vie du Blog : 114 journées dont 103 de publication journalière continue.

Nombre de pays Visiteurs selon WordPress : 79

Nous souhaitons la bienvenue à nos nouveaux (lles) visiteuses, visiteurs. Bonnes lectures et visites sur ce blog.

© par Bernard TRITZ

Test de Débit Free : réalisez le test débit Freebox

Test de débits du dimanche 24 octobre 2021 à 06h23

Connexion lente, écran qui se fige… Simple ressenti ou véritable problème, comment savoir ? Est-ce la faute de votre opérateur, à savoir Free ? Pas toujours simple à déterminer… En exclusivité, nous vous proposons un test de débit Freebox. En dessous, retrouvez toutes les informations qui vous permettront d’interpréter les résultats de votre test.

À quoi ça sert ce test de débit Free ? : Un épisode de série qui se bloque sur l’écran, un jeu en ligne qui traîne, des téléchargements qui s’éternisent : vous vous posez peut-être des questions sur le débit de votre Freebox. Est-il conforme aux valeurs promises par l’opérateur ? Bonne nouvelle, nous avons conçu un test débit Freebox qui va vous permettre de le vérifier ! Mais avant, il convient de lire ces quelques lignes d’explication très utiles et de prendre le temps de découvrez le lexique des termes techniques utilisés.

Notre site vous propose un test de débit Free en ligne permettant d’évaluer avec précision le débit ascendant (upload) et descendant (download) de votre connexion, ainsi que deux autres critères techniques importants : le ping (équivalent au temps de latence) et la gigue.

Faire un test cliquer sur le lien ci-après : https://freebox-news.com/tutoriel/test-debit-free

Bien entendu, la mesure essentielle à prendre en compte, celle qui impacte le plus l’utilisation du web au quotidien, est la vitesse de débit descendant, c’est-à-dire la transmission des données depuis le réseau Internet vers un appareil connecté : ordinateur, mais aussi tablette, smartphone ou console de jeu branchée en wifi.

© par Bernard TRITZ

Vietnam – 74 milliards de dollars

Par Vietnam + – Publié le dimanche 24 octobre 2021 – 10h38 (local time)

Lors de l’événement, le 18 octobre à Hanoi. Photo : VNA

La technologie numérique rapporterait 74 mds de dollars au Vietnam d’ici 2030 : La technologie numérique, si elle est exploitée au maximum, pourrait rapporter 74 milliards de dollars au Vietnam d’ici 2030, selon un rapport présenté lors d’un séminaire tenu le 18 octobre à Hanoi.

Hanoi (VNA) – La technologie numérique, si elle est exploitée au maximum, pourrait rapporter plus de 1.733 milliards de dôngs (74 milliards de dollars) au Vietnam d’ici 2030, les secteurs les plus bénéfiques étant notamment la fabrication, l’agriculture et l’alimentation, l’éducation et la formation, a-t-on appris d’un rapport présenté lors d’un séminaire tenu lundi 18 octobre à Hanoi.

Réalisé par la société de conseil en économie stratégique AlphaBeta, le rapport sur le potentiel de l’économie numérique du Vietnam a montré que le Vietnam a de nombreuses opportunités de bénéficier de l’économie numérique.

La population jeune, instruite et féru de technologie représente 70% des moins de 35 ans. Le taux d’alphabétisation dans le groupe d’âge des 15-35 ans est supérieur à 98%, supérieur à la moyenne mondiale de 91%. Environ 70% de la population utilise des téléphones intelligents. Le Vietnam a également la deuxième économie de l’Internet à la croissance la plus rapide en Asie du Sud-Est après l’Indonésie.

Le rapport a cependant souligné certains obstacles à l’exploitation des avantages de la technologie numérique, notamment les exigences réglementaires, la connectivité numérique et une pénurie de ressources humaines qualifiées en numérique.

Coorganisé par le Centre national d’innovation du Vietnam (NIC) du ministère du Plan et de l’Investissement et Google, le séminaire a passé en revue la situation actuelle et le développement possible de l’économie numérique du Vietnam, ainsi que les mécanismes et politiques visant à promouvoir sa croissance.

S’exprimant lors de l’événement, le vice-ministre du Plan et de l’Investissement, Trân Duy Dông, a déclaré que le Vietnam, durement touché par l’épidémie de Covid-19, devrait accélérer le développement de l’économie numérique sur la base de la science, de la technologie et de l’innovation pour améliorer la qualité de vie, la productivité, l’efficacité et la compétitivité.

L’économiste en chef de la Banque mondiale pour le Vietnam, Jacques Morisset, a recommandé qu’il soit nécessaire que le Vietnam se concentre sur l’amélioration des compétences numériques des travailleurs, l’encouragement de l’innovation dans les entreprises et l’amélioration de l’accessibilité et de la qualité de l’information.

Le directeur du NIC, Vu Quôc Huy, a déclaré que le centre avait coopéré avec des partenaires tels que Google et Amazon pour organiser des programmes de formation en ligne et de renforcement des capacités dans les domaines de la technologie, des applications de commerce électronique et de la transformation numérique pour les entreprises nationales.

Il a noté que la construction et la mise en œuvre de plus de programmes pour soutenir l’innovation pour les entreprises se feront dans les temps à venir.

© Par Bernard TRITZ

Présidentielle 2022 – Sondages, dérives ?

Par François-Xavier LEFRANC – Ouest-France – Publié le samedi 23 octobre à 07h31.

Dans un bureau de vote à la Roche-sur-Yon, en Vendée. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

ÉDITORIAL. Présidentielle 2022 – les sondages, inquiétantes dérives : « À chaque élection, on veut connaître le résultat avant même que les Français aient voté. Cette année où l’on est allé jusqu’à imaginer convoquer les sondeurs pour désigner les candidats, on atteint des sommets », déplore François-Xavier Lefranc, rédacteur en chef de Ouest-France.

Pourquoi consulter les citoyens alors qu’il est si simple d’attendre les sondages ? : Pourquoi se casser la tête à bâtir un programme politique alors que pour quelques milliers d’euros, des sondages vous diront ce qu’attendent les gens ? Pourquoi s’enquiquiner à débattre avec les militants politiques pour désigner un candidat alors que les sondages peuvent s’en charger ? On a tout vu ces derniers temps, des sondages mis à toutes les sauces, des personnalités politiques cherchant désespérément une légitimité dans les pourcentages des dernières études d’opinion, des sondages faisant ou défaisant le deuxième tour de l’élection présidentielle, des cadors du petit écran gonflés à l’hélium des mesures d’audiences devenir des stars politiques déjà qualifiées par les sondages avant même d’être candidats. Les sondeurs n’arriveront bientôt plus à mettre du charbon dans la machine tant elle est en surchauffe.

Revenons quelques années en arrière : au début de l’année 2002, les sondages annonçaient pour le deuxième tour de l’élection présidentielle un duel serré entre Jacques Chirac et Lionel Jospin. La seule question qui se posait était de savoir lequel allait arriver en tête au premier tour. Au soir du 21 avril, Jean-Marie Le Pen créait la surprise en se qualifiant et Lionel Jospin était éliminé. La leçon n’a jamais été retenue : à chaque élection, on veut connaître le résultat avant même que les Français aient voté. Cette année où l’on est allé jusqu’à imaginer convoquer les sondeurs pour désigner les candidats, on atteint des sommets.

La démocratie est fragile : Les sondeurs qui, quoi qu’en disent certains, sont des professionnels sérieux ont beau rappeler que leurs enquêtes donnent seulement une photographie à un instant précis, qu’il faut évidemment tenir compte des marges d’erreurs, qu’il ne faut pas faire dire aux sondages ce qu’ils ne disent pas, rien n’y fait. Les sondages sont pris pour argent comptant.

Ce que tout cela met en évidence, c’est l’extrême fragilité de notre système politique. Les partis sont affaiblis et n’ont plus beaucoup de militants. Les familles politiques traditionnelles semblent à court d’idées pour répondre aux défis, colossaux, d’aujourd’hui. La progression inquiétante de l’abstention témoigne de la sévérité avec laquelle la politique est jugée par les citoyens.

Le temps passé à commenter les sondages détourne les personnalités politiques et les médias de l’essentiel : la rencontre avec les citoyens, l’échange approfondi, le débat d’idées, l’écoute de ce que vivent les gens au quotidien, de leurs inquiétudes, de leurs espoirs. L’obsession sondagière empêche les uns et les autres d’écouter la diversité du pays, de ses habitants, de ses territoires. Elle nous berce d’illusions et nous aveugle. Elle nous fait prendre des vessies pour des lanternes (1).

La démocratie est fragile. Sans doute avons-nous trop tendance à penser qu’elle est un acquis indéboulonnable, que même fatiguée, elle est solide et résiste au temps. La multiplication des discours populistes, haineux et extrémistes devrait pourtant nous tenir éveillés. Ce n’est pas la consultation de « panels représentatifs » qui redonnera de la vigueur à la démocratie, c’est l’écoute et la consultation de chacune et chacun. Il est urgent de rebâtir un espace politique au contact immédiat des citoyennes et des citoyens.

(1) Ce recours systématique aux sondages pour éviter de se pencher sérieusement sur les programmes des candidats (ou pour pallier l’absence de programme) nous paraissant dangereux pour la démocratie, Ouest-France ne réalisera aucun sondage sur le sujet avant l’élection.

Lire la Source : https://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/editorial-presidentielle-2022-les-sondages-inquietantes-derives-87978474-32ef-11ec-a99b-9345f1757da3

© Par Bernard TRITZ