Windows 11 : bug imprimante !

Par Jérôme Gianoli – Publié le mercredi 27 octobre 2021.

Windows 11

Windows 11, Microsoft corrige le bug de l’imprimante réseau (KB5006746) : Microsoft apporte une solution à un bug de Windows 11. Il affecte les imprimantes et plus particulièrement leur installation.

La défaillance a été confirmée il y a quelques semaines. Elle affecte Windows 11 mais pas seulement puisque Windows 10 est également concerné. Ce bug est associé à l’impression. Au travers de sa note de version, Redmond précise

“Ce problème a été observé avec les périphériques qui accèdent aux imprimantes via un serveur d’impression, à l’aide de connexions HTTP. Lorsqu’un client se connecte au serveur pour installer l’imprimante, une incompatibilité de répertoire se produit. Cela entraîne une génération incorrecte des fichiers du programme d’installation. En conséquence, les pilotes peuvent ne pas se télécharger. Les méthodes de connexion de l’imprimante décrites ne sont pas couramment utilisées par des périphériques pour des usages domestiques. Les environnements d’impression affectés se retrouvent plus souvent dans les entreprises et les organisations.”

Windows 11 et KB5006746 : Ce dysfonctionnement a désormais été corrigé au travers d’une récente mise à jour cumulative. Concrètement si, vous êtes concernés la seule chose à faire est d’installer la mise à jour cumulative KB5006746.

Dans le cas où cela n’est pas possible, une solution de contournement est possible. Redmond explique : “Les administrateurs informatiques ayant des privilèges d’administrateur peuvent toujours installer des pilotes d’imprimante par d’autres moyens […] Seuls les processus de téléchargement et d’installation automatiques sont affectés par ce problème.”

Pour le moment KB5006746 n’est proposée qu’en version « Preview ». L’unique moyen de la récupérer et de l’installer passe par une action manuelle. Il faudra patienter jusqu’au prochain Patch Tuesday pour profiter d’un déploiement automatique. Vous pouvez la récupérer au travers du service en ligne Catalog Update.

KB5006746 est une importante mise à jour cumulative. Elle apporte de nombreuses corrections de bugs tout en proposant différentes optimisations. L’un des faits les plus marquants est probablement une solution face à l’effondrement des performances des processeur Ryzen d’AMD sous Windows 11.

Lire la Source : https://www.ginjfo.com/actualites/logiciels/windows-11/windows-11-microsoft-corrige-le-bug-de-limprimante-reseau-kb5006746-20211027

N.B. : Je dois bien reconnaître que ce fut une sacrée galère suite à Windows 11 de faire reconnaître 2 imprimantes (parfaitement admises par Windows 10) impossible de les faire reconnaître sous Windows 11. D’autant télécharger les drivers, pratiquement très difficile, plein de sites disent palier à ce défaut mais il faut payer et polluer son ordi d’une application bidon ! Après bien des essais et des tourments, j’ai réussi à faire reconnaître mes imprimantes et je sais faire !

© Par Bernard TRITZ

Pourquoi Macron ne sera pas réélu 

MEMORABILIA

Ne dit-on pas que l’histoire se répète?

Roland Hureaux – 27 octobre 2021 CAUSEURl

Pourquoi Macron ne sera pas réélu
Emmanuel Macron, 27 octobre 2021 © Michel Euler/AP/SIPA Numéro de reportage : AP22619206_000007

Une tribune libre de Roland Hureaux


Je pense qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu.Ce pronostic n’est pas, je le sais, celui d’une certaine France bourgeoise. Mais elle a tort.

Je me fonde sur plusieurs raisons, mais d’abord une: depuis de Gaulle, aucun président de la Ve République en pleine possession de ses pouvoirs constitutionnels n’a été réélu. Le général de Gaulle, lui seul, a été réélu en 1965, et encore ce fut bien laborieux. En ballotage inattendu au soir du premier tour (44,6% “seulement”), il pensa à démissionner, puis l’emporta un second tour avec 55,2% des suffrages seulement contre François Mitterrand.

Georges Pompidou mourut avant d’avoir fini son premier mandat, donc nous ne le compterons pas. Contrairement à ses successeurs, il était encore…

Voir l’article original 556 mots de plus

Zemmour – Deux études !

Par Romain Herreros – Journaliste politique – Publié le mercredi 27 octobre 2021 à 06h00 – Mis à jour le mercredi 27 octobre 2021 à 09h45.

Un soutien d’Éric Zemmour photographié à Béziers samedi 16 octobre (illustration) – ERIC GAILLARD / REUTERS

Présidentielle 2022 : l’électorat d’Éric Zemmour disséqué par deux études : Après une « radioscopie » publiée par l’IFOP la semaine dernière, la Fondation Jean-Jaurès se penche ce mercredi sur l’électorat du polémiste.

POLITIQUE – Il n’y a que sur le papier qu’Éric Zemmour n’est pas (encore) candidat à l’élection présidentielle. : Son agenda, ses conférences aux allures de réunion et ses ballons d’essai programmatiques ne laissent que peu place au doute quant à ses intentions. C’est aussi comme cela que les Français l’ont compris. Ce mercredi 27 octobre, la Fondation Jean-Jaurès publie un rapport qui étudie en profondeur les ressorts d’une candidature du polémiste, à la lumière des données sociologiques et électorales collectées par Ipsos Sopra-Steria en partenariat avec Le Monde et le Cevipof-Sciences Po.

Une étude qui intervient quelques jours seulement après une note publiée par l’IFOP, proposant une “radioscopie d’un nouvel électorat nationalpopuliste” qu’ambitionne de capter l’essayiste. Ces deux publications ont en commun d’avoir sondé un panel plus large que d’habitude : 5.025 personnes pour l’IFOP et 16.000 électeurs potentiels pour Ipsos. Ce qui permet d’obtenir des données plus solides qu’un sondage d’intentions de vote classique qui rassemble généralement entre 1.000 et 1.500 sondés. Il en ressort une première observation majeure : Éric Zemmour dispose d’un solide ancrage.

Un électorat compact et déterminé : Avec un positionnement au carrefour du Rassemblement national et des Républicains, Éric Zemmour parvient à rassembler plusieurs catégories de la population, réalisant des scores “relativement proches quel que soit l’âge des électeurs, de 13 % chez les moins de trente-cinq ans à 17 % chez les plus de soixante ans”, écrit la Fondation Jean-Jaurès, qui ajoute: “il réalise des scores relativement proches également entre les principales professions, de 14 % chez les CSP+ à 16 % chez les CSP-: cet écart de 2 points culminant à 18 points pour Marine Le Pen”.

Éric Zemmour Twitter

Une homogénéité mesurée aussi par l’IFOP. “L’animateur de télévision recueille aujourd’hui à peu près autant de voix chez les ouvriers (14%) que chez les cadres et professions intellectuelles supérieures (16%), de même qu’il obtient à peu près le même score chez les détenteurs d’un 2ème cycle (14%) que chez les électeurs n’ayant pas le bac”, note cette étude réalisée pour la Licra. Dit autrement : une certaine assise électorale qui contredit l’hypothèse d’une “bulle sondagière” sur laquelle surferait artificiellement le candidat putatif.

D’autant que son électorat apparaît très déterminé. Pour l’IFOP, 64% des électeurs d’Éric Zemmour se disent sûrs de leurs choix. Ce qui est proche de ceux de Jean-Luc Mélenchon (63%) ou d’Emmanuel Macron (66%). Avec Ipsos, la Fondation Jean Jaurès souligne que “57 % de ses électeurs pensent qu’il sera qualifié pour le second tour et élu” et que “83 % d’entre eux estiment qu’il a l’étoffe d’un président de la République”. Ce qui démontre un taux d’adhésion particulièrement fort.

Priorité à l’islam et l’immigration : Vous trouvez qu’Éric Zemmour en fait trop sur l’islam et l’immigration ? Il n’a, en réalité, aucune raison d’arrêter, tant ces thématiques impriment au sein de ses électeurs potentiels. “Ils n’ont pour préoccupation que l’immigration (75 %) et la délinquance (51 %) – respectivement 46 points et 24 points au-dessus de la moyenne – inversement, ils n’accordent guère d’importance à l’environnement (12 %) ou aux inégalités sociales (7 %). Ils estiment à 96 % que l’islam est une menace pour la République et à 98 % qu’il faut fermer davantage la France sur le plan migratoire”, observe la Fondation Jean Jaurès.

Même constat du côté de l’IFOP, qui fait une comparaison avec l’électorat de Marine Le Pen. “S’ils se caractérisent tous les deux par une sensibilité beaucoup plus forte que la moyenne aux questions de lutte contre la délinquance, le terrorisme ou l’immigration clandestine, l’électorat Zemmour se montre encore plus polarisé par ces thématiques. Les enjeux sociaux comme la lutte contre le chômage ou le relèvement du pouvoir d’achat sont cependant beaucoup moins présents dans les motivations de l’électorat zemmourien que lepéniste”, détaille l’institut de sondage. Ce qui permet d’observer d’un autre œil le clivage politique qui s’exprime entre Éric Zemmour et Marine Le Pen au sujet du pouvoir d’achat.

“Gender gap” et autres limites : Si le quasi-candidat peut se targuer d’avoir des bases solides, il accuse tout de même de sérieuses limites. Première difficulté, ce que les anglo-saxons nomment le “Radical Right Gender Gap”, soit le peu d’adhésion que suscite l’extrême droite auprès de l’électorat féminin. Sans grande surprise, l’auteur du Premier sexe (éd. Denoël) affiche un sérieux déficit sur le vote des femmes, à l’inverse de Marine Le Pen qui avait réussi en 2017 à dépasser cet obstacle.

Comme le montre le graphe ci-dessous (Fondation Jean-Jaurès), la sous-représentation des femmes est criante dans l’électorat Zemmour, et plus particulièrement chez les Françaises de moins de 35 ans, qui ne sont que 8.2% à le soutenir (soit 10 points de moins que les hommes du même âge). Une réelle difficulté pour Éric Zemmour, qui continue de se dire “contre la parité” en promettant même de revenir sur la loi qui la consacre, ce qui reviendrait à faire une révision constitutionnelle, puisque l’article 1er de la Constitution établit que “la loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales”.

Éric Zemmour Graphique – GRAPHIQUE RÉALISÉE PAR LA FONDATION JEAN-JAURÈS SUR DES DONNÉES IPSOS – Fondation Jean Jaurès

Ce n’est pas la seule difficulté à laquelle est confronté le quasi candidat. Parmi les autres faiblesses mesurées à cet instant T, une sorte de plafond dans sa capacité à siphonner chez ses concurrents, et plus précisément chez la candidate RN. ”À 57%, les électeurs de Marine Le Pen approuvent l’idée que ‘pour établir la justice sociale, il faut prendre aux riches pour donner aux pauvres’ – exactement dans les mêmes proportions, les électeurs d’Éric Zemmour pensent le contraire”, note la Fondation Jean Jaurès.

Un phénomène également mesuré par l’IFOP. “Compte tenu du positionnement plus libéral du journaliste du Figaro sur les questions économiques, Éric Zemmour ne parvient pas à capter la frange la plus populaire du lepénisme : la candidate du RN parvient à conserver dans son giron l’essentiel de ses ex électeurs ouvriers (74%) ou employés (71%)”, observe l’institut de sondages. Autre mécanisme qui pourrait constituer une limite, une sorte de miroir déformant lié à la spécificité de son électorat, qui compte une large proportion d’“accros à la politique” pour reprendre l’expression de la Fondation.

70% des Français estiment qu’il n’a pas l’étoffe d’un président de la République : Enquête Ipsos-Sopra-Steria pour La Fondation Jean Jaurès, Le Monde et le Cevipof Sciences Po.

“Près d’un quart (23 %) de ceux qui déclarent s’intéresser beaucoup à la politique le choisissent pour candidat, contre seulement 9 % de ceux qui affirment au contraire ne pas s’intéresser à la politique”, notent les auteurs, qui préviennent : “cela peut d’ailleurs expliquer pourquoi la dynamique du polémiste est si favorable à l’heure actuelle, où les citoyens les moins intéressés par la politique n’expriment pas encore d’intention de vote claire car ils se désintéressent de l’élection”. En résumé, une surreprésentation du vote zemmourien dans les différents sondages publiés par la presse ces derniers jours ne serait pas étonnante.

Éric Zemmour, qui devrait officialiser sa candidature début novembre, parviendra-t-il à consolider et élargir sa base en surmontant ces difficultés ? Même s’il y parvient, la compétition restera compliquée pour le polémiste. Selon les données Ipsos, 70% des Français estiment qu’il n’a pas l’étoffe d’un président de la République (dix points derrière Marine Le Pen) et 71% qu’il ne donne pas une bonne image de la France à l’international : “sur ces deux questions, il est celui de tous les candidats qui réalise les pires performances”.

Lire la Source : https://www.huffingtonpost.fr/entry/presidentielle-2022-lelectorat-deric-zemmour-disseque-par-deux-etudes_fr_6177fc55e4b010d933163ac7

© Par Bernard TRITZ

Test de Débit Free : réalisez le test débit Freebox

Test de débits du mercredi 27 octobre 2021 à 08h11

Connexion lente, écran qui se fige… Simple ressenti ou véritable problème, comment savoir ? Est-ce la faute de votre opérateur, à savoir Free ? Pas toujours simple à déterminer… En exclusivité, nous vous proposons un test de débit Freebox. En dessous, retrouvez toutes les informations qui vous permettront d’interpréter les résultats de votre test.

À quoi ça sert ce test de débit Free ? : Un épisode de série qui se bloque sur l’écran, un jeu en ligne qui traîne, des téléchargements qui s’éternisent : vous vous posez peut-être des questions sur le débit de votre Freebox. Est-il conforme aux valeurs promises par l’opérateur ? Bonne nouvelle, nous avons conçu un test débit Freebox qui va vous permettre de le vérifier ! Mais avant, il convient de lire ces quelques lignes d’explication très utiles et de prendre le temps de découvrez le lexique des termes techniques utilisés.

Notre site vous propose un test de débit Free en ligne permettant d’évaluer avec précision le débit ascendant (upload) et descendant (download) de votre connexion, ainsi que deux autres critères techniques importants : le ping (équivalent au temps de latence) et la gigue.

Faire un test cliquer sur le lien ci-après : https://freebox-news.com/tutoriel/test-debit-free

Bien entendu, la mesure essentielle à prendre en compte, celle qui impacte le plus l’utilisation du web au quotidien, est la vitesse de débit descendant, c’est-à-dire la transmission des données depuis le réseau Internet vers un appareil connecté : ordinateur, mais aussi tablette, smartphone ou console de jeu branchée en wifi.

N.B. : Pour donner suite aux mises à jour (ce matin) de la Freebox POP V8, des mises à jour de Windows 11, il a fallu faire une grande opération de nettoyage du disque dur de l’ordinateur Acer Aspire C27 (27’’) Etc. Un contrôle des débits fut nécessaire. Validant ainsi un bon fonctionnement général de l’ensemble.

© par Bernard TRITZ

Chinois – Argent liquide, blanchiment !

Par Denis Trossero – La Provence –

L’argent liquide soustrait de la comptabilité des commerces marseillais était manifestement destiné à être investi dans des achats de marchandises en Italie, revendues en France. / PHOTO ANTOINE TOMASELLI

La justice aussi est affaire de loi des séries : Après les blanchisseurs du Port qui cachaient l’argent sale sous du fromage râpé, puis ceux qui tentaient la semaine dernière de l’embarquer pour Amsterdam dans des boîtes de céréales – le blé appelant sans doute le blé ! -, c’est la communauté chinoise qui avait rendez-vous hier au tribunal pour s’y voir reprocher des faits de blanchiment.

Tout a commencé par un contrôle sur l’A8, à hauteur de Monaco, le 30 septembre 2017. Quand les douaniers demandent aux occupants d’une Alfa Roméo de dire s’ils ont des sommes à déclarer, c’est panique à bord. La voiture est fouillée. Quatre des passagers portent des sommes en liquide qui varient entre 12.000 et 23.000€. Or il est interdit de transporter plus de 10.000€ !

Etc. —

Lire la Source : https://www.laprovence.com/article/faits-divers-justice/6538931/marseille-les-blanchisseurs-chinois-avaient-un-faible-pour-litalie.html

© Par Bernard TRITZ

Microsoft – Ascension insolente !

Par Anne Feitz – Publié le mardi 26 octobre 2021 à 23h19.

Microsoft a profité de la demande en pleine explosion pour le cloud. (GERARD JULIEN / AFP)

Microsoft poursuit son ascension insolente : Le géant de Redmond a vu ses revenus progresser de 22 % sur le premier trimestre de son exercice fiscal 2021-2022, à 45 milliards de dollars. Une croissance à nouveau tirée par le cloud.

Après une année déjà marquée par une forte hausse de ses activités – et de ses bénéfices, Microsoft récidive au premier trimestre de son exercice 2021-2022.

Le géant de Redmond a publié mardi soir des résultats à nouveau supérieurs aux attentes des analystes, avec un chiffre d’affaires de 45 milliards de dollars, en hausse de 22 % par rapport à la même période de l’année dernière, un résultat opérationnel de 20,2 milliards (+27 %) et un résultat net de 20,5 milliards (+48 %).

Explosion du cloud : La demande pour les activités numériques est restée forte. « La technologie numérique est une force déflationniste dans une économie inflationniste », a souligné le patron du groupe, Satya Nadella.

Microsoft a surtout continué de profiter à plein de la demande en pleine explosion pour le cloud, liée au boom des activités en ligne provoqué par la pandémie. Le géant de Redmond a ainsi vu ses revenus dans le « cloud intelligent » bondir, et notamment ceux de sa plateforme Azure. Et ce malgré la concurrence féroce qui sévit sur ce segment.

L’insolente santé des champions de la tech : « Nous avons connu un solide début d’année avec notre cloud, qui a généré 20,7 milliards de dollars de revenus sur le trimestre, en hausse de 36 % sur un an », a souligné Amy Hood, la directrice financière du géant américain. À elle seule la plateforme Azure a vu ses revenus progresser de 50 %, un taux de croissance en ligne avec celui des trimestres précédents.

Pénurie de puces : Microsoft n’a cependant pas été épargné par la pénurie de semi-conducteurs qui touche de nombreux secteurs. Alors qu’il vient de lancer sa nouvelle version de Windows, baptisée Windows 11, la crise pénalise les ventes d’ordinateurs, de même que les jeux vidéo.

Les revenus des activités Windows OEM (Original Equipment Manufacturer) n’ont en conséquence progressé que de 10 %, et celles de la XBox et services associés de 2 %. Et ceux de sa gamme d’ordinateurs Surface ont même reculé de 17 %.

La croissance folle de cette dernière année avait permis à la firme américaine de voir sa capitalisation boursière franchir le cap des 2.000 milliards de dollars en juin dernier, deux ans à peine après avoir franchi celui des 1.000 milliards – un exploit que Tesla vient tout juste de réaliser à son tour.

Lire la Source : https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/microsoft-poursuit-son-ascension-insolente-1358654

© Par Bernard TRITZ

FREE : Mise à jour des serveurs

Par la rédaction de universfreebox – Publié le mardi 26 octobre 2021 à 16h00.

Freebox Révolution

Free déploie une nouvelle mise à jour du serveur des Freebox Révolution, Pop, Delta, mini 4K et One : Un nouveau firmware du serveur est à présent disponible sur les Freebox. Des corrections ont été apportées.

Une semaine après avoir lancé une mise à jour du serveur de ses Freebox Révolution, Pop, Delta, mini 4K et One, Free remet le couvert ce 26 octobre 2021 en déployant une nouvelle version estampillée 4.5.2. Pas de réelles nouveautés au programme mais plusieurs corrections :

– Femtocell bloquée en état « Démarrage en cours »

– Sur Freebox Delta, la connexion 10G pouvait être affichée en 1G dans l’interface

– Freebox OS pouvait ne pas fonctionner dans certains cas

– Possibilité d’ajouter un utilisateur du VPN

– Il est possible de formater un disque en HFS+

Pour en bénéficier, il suffit de redémarrer le serveur de votre Freebox.

Lire la Source : https://www.universfreebox.com/article/505128/free-deploie-une-nouvelle-mise-a-jour-du-serveur-des-freebox-revolution-pop-delta-mini-4k-et-one

© Par Bernard TRITZ