France – Australie : Tensions glaciales !

Par Olivier Beaumont, avec Ludwig Gallet – Publié le mardi 02 novembre 2021 à 11h38.

French president Emmanuel Macron reacts during a meeting at the COP26 UN Climate Change Conference in Glasgow, Scotland, on November 1, 2021. – COP26, running from October 31 to November 12 in Glasgow will be the biggest climate conference since the 2015 Paris summit and is seen as crucial in setting worldwide emission targets to slow global warming, as well as firming up other key commitments (Photo by Brendan Smialowski / AFP) – L’Elysée a vivement réagi à la publication d’un SMS envoyé par Emmanuel Macron à Scott Morrison, le Premier ministre australien, dans la presse locale. AFP/BRENDAN SMIALOWSKI

Crise des sous-marins – la colère de l’Elysée après la divulgation d’un SMS de Macron : Un SMS du président français, envoyé deux jours avant la dénonciation officielle de l’accord sur les sous-marins au Premier ministre australien, a été divulgué dans la presse locale.

« La confiance est totalement brisée » : Ce mardi, un proche d’Emmanuel Macron ne décolérait pas après qu’un échange privé entre le chef de l’État et Scott Morrison, le Premier ministre australien, a été diffusé dans les médias australiens. Les relations entre la France et l’Australie étaient déjà glaciales, elles ne sont pas près de s’arranger.

Tout a débuté lundi, lorsque le président de la République Française était filmé répondant à un journaliste être « certain » que Scott Morrison lui avait menti dans la dénonciation de l’accord historique conclu en 2016 entre la France et l’Australie. « J’ai les épaules larges, je peux gérer ça », rétorquait dans la foulée Scott Morrison, ajoutant que « l’Australie est fière de son bilan en ce qui concerne sa capacité de défense ». Puis les médias australiens ont publié ce qui apparaît d’ores et déjà comme une fuite spectaculaire et rarissime : un SMS présenté comme ayant été envoyé par Emmanuel Macron à Scott Morrison, deux jours avant l’annonce du pacte entre Américains et Australiens, au grand dam de la France.

« Une méthode assez inélégante et particulière » : « Dois-je m’attendre à de bonnes ou mauvaises nouvelles pour nos ambitions communes en matière de sous-marins ? », aurait ainsi envoyé Emmanuel Macron sur l’iPhone de son correspondant. Qu’espèrent ainsi prouver les Australiens ? Selon le Daily Telegraph, il s’agirait de démontrer qu’Emmanuel Macron avait des doutes sur la réalisation du contrat avant même que celui-ci ne soit dénoncé. Ce SMS, envoyé deux jours avant l’annonce de l’AUKUS, démontre plutôt selon l’Élysée, également contactée, que le président de la République « ne savait pas où en étaient les discussions » aussi près de la rupture du contrat.

Sur Twitter

Divulguer le SMS d’un échange entre chefs d’État ou de gouvernement, c’est une méthode assez inélégante et particulière, poursuit-on au château. Jamais le président de la République ne s’aviserait à divulguer ce genre de communication. Et cela n’est pas de nature à améliorer les relations entre la France et l’Australie ».

Interrogé lundi soir par ABC sur la provenance de cette fuite et l’authenticité de ce sms, le Premier ministre australien n’a ni démenti, ni confirmé, affirmant ne pas vouloir « se laisser aller » sur ce sujet.

Les versions divergent quant à la manière dont le contrat a été cassé et la manière dont les autorités australiennes ont tenté de prévenir Paris. Emmanuel Macron a-t-il refusé plusieurs coups de fil ? Non, insiste l’Élysée. « Il y a eu un seul appel, c’était un mercredi. À 11 heures, assure-t-on aujourd’hui. Or, le président était en plein Conseil des ministres à ce moment, il ne pouvait pas répondre. On a du mal à croire que le Premier ministre australien n’ait pas été avisé de cette contrainte. Il savait très bien que le président serait injoignable ».

D’après l’Élysée, c’est ce même jour, « dans la foulée », que les services de l’État auraient appris la rupture du contrat et la tenue d’une conférence de presse dans l’après-midi. « C’est une curieuse méthode. On a laissé aucune chance à la France de pouvoir se retourner et de faire une contre-proposition alors que nous avions les moyens d’en faire. Une fois de plus, ce n’est pas le choix que nous dénonçons, il est souverain. Mais c’est la méthode ».

L’Élysée semblait attendre des signaux de Canberra ces derniers jours, en marge du G20 et de la COP26, qui se tient actuellement à Glasgow. On assure que Morrison aurait pu répondre à la main tendue de Macron ce week-end pour organiser une rencontre entre eux deux et voir comment dépasser cet épisode. « Le président attendait des propositions du Premier ministre Australien, elles ne sont pas venues », déplore-t-on, avant d’ajouter que le président de la République a continué, malgré tout, les rencontres bilatérales concernant la stratégie et la feuille de route de la France en Indopacifique. Il a vu ses homologues de Singapour, d’Indonésie, de Corée du Sud notamment.

Lire la Source : https://www.leparisien.fr/politique/crise-des-sous-marins-la-colere-de-lelysee-apres-la-divulgation-dun-sms-de-macron-02-11-2021-P6ROWPRFJNED3JNAYMBSEZPWLM.php

© par Bernard TRITZ

1er novembre 2021 : Changements

Par Pauline Dumonteil – Journaliste BFM Tech – Publié le lundi 01 novembre 2021 à 6h17.

La nouvelle législation sur les équipements hiver, issue de la Loi Montagne, entre en vigueur le 1er novembre. – Creative Commons

WHATSAPP, PNEUS NEIGE, TRÊVE HIVERNALE – CE QUI CHANGE AU 1ER NOVEMBRE 2021 : Interdiction de signaler certains contrôles routiers sur les applications GPS, fin de WhatsApp pour certains modèles de smartphones, début de la trêve hivernale pour cinq mois… Voici tout ce qui change au 1er novembre.

• Les équipements hiver obligatoires dans près d’une quarantaine de départements

La nouvelle législation sur les équipements hiver, issue de la Loi Montagne, entre en vigueur ce lundi. 48 départements étaient théoriquement concernés, mais seuls 36 l’appliqueront sur tout ou partie de leur territoire, comme le précise L’Argus. Chaque préfecture édite par arrêté en consultation avec les élus locaux les communes concernées.

Les équipements hiver obligatoires dans près d’une quarantaine de départements © Sécurité routière

Dans celles-ci, les véhicules devront être équipés de pneus hiver avec le marquage 3PMSF et/ou M+S entre le 1er novembre et le 1er mars. A défaut, les conducteurs devront avoir dans leur véhicule des « dispositifs antidérapants amovibles », type chaînes ou chaussettes.

En cas de non-respect de cette réglementation, les automobilistes risquent 135 euros d’amende. Mais le ministère de l’intérieur a précisé que pour ce premier hiver, les contrevenants ne seraient pas verbalisés. 

• Waze, Coyote… certains contrôles routiers ne pourront plus être signalés

Les automobilistes ne pourront plus signaler certains contrôles des forces de l’ordre à partir du 1er novembre, suivant un décret publié au Journal Officiel le 19 avril. Sur décision du préfet ou du ministre de l’Intérieur, le signalement des forces de l’ordre ne sera plus possible sur une zone précise appelée « zone blanche » pour une période courte.

Cette mesure vise en effet à ne pas permettre de signaler les contrôles d’alcoolémie, de stupéfiants pour une durée de 2 heures maximum ou encore en cas de personnes recherchées suite à une attaque terroriste et d’enlèvement, pour 12 heures maximum. L’utilisateur ne sera pas vraiment informé de l’impossibilité de signaler : il sera possible de cliquer sur le bouton « présence des forces de l’ordre », mais ce signalement ne sera pas visible. Les contrôles de vitesse ne sont pas concernés.

• La hausse du prix du gaz reportée

Le 1er novembre, la facture de gaz des 5 millions de ménages abonnés au tarifs réglementés aurait dû augmenter de 15%. Mais le gouvernement a décidé de geler les prix jusqu’à la fin de l’année 2022. Cette mesure doit empêcher les hausses futures attendues alors que le gaz a augmenté de 57% depuis le début de l’année.

Une fois l’hiver passé, le prix du gaz devrait logiquement baisser. Il diminuera alors moins pour compenser la limitation de la hausse de cet hiver : les prix seront ainsi « lissés » sur le reste de l’année.

• WhatsApp désormais inaccessible sur certains modèles

Ce 1er novembre, WhatsApp cessera de fonctionner sur certains modèles de smartphones anciens. L’application ne sera plus compatible avec les systèmes d’exploitation antérieurs à Android 4.1, datant de 2012, et iOS 10 pour les iPhone, sorti en 2016.

La mesure ne concernera qu’une poignée d’utilisateurs. A titre d’exemple, pour trouver un iPhone incompatible avec iOS 10, il faut remonter à l’iPhone 4S, sorti en 2011. Idem sur Android, un smartphone incompatible avec Android 4.1 serait vieux d’au moins dix ans.

• Plafonnement des loyers à Lyon et Villeurbanne

Après Paris (de 2015 à 2017 et de nouveau depuis 2019), Lille (depuis 2020) et les villes de Plaine Commune en Seine-Saint-Denis (depuis juin 2021), Villeurbanne et Lyon vont pouvoir appliquer le plafonnement des loyers pendant deux ans à compter du mois de novembre.

Ces deux communes répondent aux critères de forte tension locative fixés par la loi ELAN. Seront concernés les logements mis ou remis en location, en renouvellement de bail ou en bail mobilité.

• Début de la trêve hivernale pour cinq mois

Comme chaque année, la trêve hivernale est de retour ce 1er novembre. Pendant les cinq prochains mois, il sera interdit d’expulser un locataire. Elle s’applique quel que soit le motif d’expulsion : loyers impayés, troubles anomaux du voisinage ou même défaut d’assurance.

La trêve hivernale doit officiellement prendre fin le 31 mars 2022 mais le gouvernement est susceptible de la prolonger. En 2020, à cause du Covid, la trêve hivernale s’était achevée le 10 juillet et pour les mêmes raisons, elle a pris fin le 1er juin cette année.

• Des distributeurs de billets dans les bureaux de tabac

Une vingtaine de bureaux de tabac vont accueillir un distributeur de billets, mis en service courant novembre. Une bonne nouvelle pour les habitants des communes en zone rurale, où il faut parfois faire plusieurs kilomètres pour retirer des espèces, mais aussi pour les buralistes qui cherchent à diversifier leur activité pour pallier la baisse du nombre de fumeurs.

À terme, les 24.000 buralistes du territoire devraient se voit proposer d’accueillir ce nouveau service.

• Revalorisation des retraites complémentaires du privé

Les retraités qui perçoivent une complémentaire Agirc-Arrco bénéficieront d’une revalorisation de leur pension de 1% seulement. Soit moins que l’inflation, fixée à 1,5% cette année selon l’Insee. Une sous-indexation permettant de combler le trou creusé dans les caisses par la crise sanitaire, notamment à cause du recours massif au chômage partiel.

Lire la Source : https://www.bfmtv.com/economie/economie-social/france/whats-app-pneus-neige-treve-hivernale-ce-qui-change-au-1er-novembre-2021_AN-202111010012.html

© par Bernard TRITZ

A319 : carburant durable !

Par Alexandra Saintpierre – Publié le lundi 01 novembre 2021 à 07h55.

A319 néo

Airbus, Dassault Aviation, l’ONERA, le Ministère des Transports et Safran ont lancé la première étude en vol d’un avion monocouloir fonctionnant au carburant d’aviation durable (CAD) non mélangé.

Lors du vol d’essai au-dessus de la région toulousaine, le 28 octobre, un avion d’essai Airbus A319neo équipé de moteurs CFM LEAP-1A a fonctionné avec 100% de CAD.

Les premiers résultats des essais au sol et en vol sont attendus en 2022.

Le CAD non mélangé est fourni par TotalEnergies. Il est fabriqué à partir d’esters hydro-traités et d’acides gras (HEFA), qui se composent principalement d’huiles de cuisson usagées. HEFA est constitué d’hydrocarbures paraffiniques, sans soufre ni aromatiques. Environ 57 tonnes de CAD seront utilisées pour l’ensemble de la campagne d’essais. Il est produit en Normandie près du Havre, en France. Le 100% CAD sera également employé pour les études de compatibilité et d’opérabilité du moteur Arrano de Safran utilisé sur l’Airbus Helicopters H160, qui devraient démarrer en 2022.

Airbus, en collaboration avec le DLR, est chargé de caractériser et d’analyser l’impact de 100% de CAD sur les émissions au sol et en vol. Safran se concentre sur les études de compatibilité liées au système de carburant et à l’adaptation des moteurs destinés aux avions commerciaux et aux hélicoptères, ainsi que leur optimisation pour différents types de carburants 100 % CAD. Safran effectuera d’ici la fin de l’année sur son site de Villaroche des tests au sol du moteur LEAP avec 100% de CAD afin de compléter cette analyse. L’ONERA soutient Airbus et Safran dans l’analyse de la compatibilité du carburant avec les systèmes de l’avion et sera chargé de préparer, d’analyser et d’interpréter les résultats des tests d’impact de l’utilisation de 100% de CAD sur les émissions et la formation de traînées. Dassault Aviation contribue aux études de compatibilité des matériaux et équipements et vérifie la sensibilité de biocontamination avec l’utilisation de 100% de CAD.

L’étude, connue sous le nom de VOLCAN (VOL avec Carburants Alternatifs Nouveaux), contribue à l’effort global de décarbonation actuellement mené par l’ensemble des acteurs de l’industrie aéronautique qui bénéficie d’un financement du plan France Relance dont la partie dédiée à la décarbonation de l’aviation est mise en oeuvre par la DGAC sous la responsabilité de Jean-Baptiste Djebbari, Ministre des Transports.

L’objectif ultime de l’étude est de promouvoir le déploiement à grande échelle de CAD, ainsi que la certification d’une utilisation de 100% de CAD pour la nouvelle génération d’avions commerciaux monocouloirs et d’avions d’affaires.

Source : Microsoft par Windows 11

© par Bernard TRITZ