Europe : Présidence française —

Par Emmanuel Berretta – Publié le vendredi 05 novembre 2021 à 16h38 – Modifié le vendredi 05 novembre 2021 à 20h19.

Celui qui crispe, qui énerve, qui ne fédère pas !

À Bruxelles on tremble d’énervements – Présidence française de l’UE – Macron épuise déjà tout le monde : Un planning de folie se dessine pour les trois mois utiles de la présidence française. Mais les ambassades râlent en raison du choix des villes de province.

Trois mois de show ! Mais déjà toutes les délégations étrangères de l’Union européenne se plaignent de la cadence folle qu’Emmanuel Macron, potentiel candidat à sa réélection à la présidence de la République, veut imprimer à sa présidence tournante de l’UE à partir de janvier. Une idée met tout le monde dans l’embarras : les 18 réunions informelles des ministres jusqu’ici programmées se dérouleront dans des villes de province et pas seulement à Paris. « Mais l’acheminement sera à notre charge, râle-t-on dans les ambassades en France. Or, nos ministres ne prennent jamais le train. Ils prennent l’avion. Il faudra donc aller les chercher dans des aéroports de province alors que nous sommes à Paris. Tout ça nous complique la vie ! » Le français sera la langue prioritaire dans la publication des documents de travail.

Le Point a obtenu le planning des réunions qui vont se concentrer sur les trois premiers mois de l’année puisque, à partir de la fin mars, l’élection présidentielle va imposer une certaine neutralité aux ministres français censés présider et animer ces très nombreuses négociations. Ainsi, c’est à Brest qu’aura lieu la première réunion informelle des ministres de la Défense autour de Florence Parly les 12 et 13 janvier. Ensuite, c’est à Amiens que Barbara Pompili animera la réunion des ministres européens de l’Environnement et de l’Énergie les 13 et 14 janvier. Chacun est appelé à revenir en quelque sorte dans son fief pour faire vivre l’Europe à travers les régions françaises. Pour beaucoup, ce dispositif régional amorce une sorte de bande-annonce de la campagne présidentielle de Macron sur le thème de l’Europe proche des gens…

Bachelot dans son fief d’Angers : Le 25 janvier, les ministres de l’Enseignement et de la Recherche se retrouveront à Paris. Les 26 et 27 janvier, direction Strasbourg pour une réunion des ministres de l’Industrie et du Marché intérieur. Le 31 janvier et 1er février, à Lille et Tourcoing, ce sera Éric Dupond-Moretti qui réunira les ministres de la Justice et des Affaires intérieures. Le Bourget accueillera la réunion informelle du Conseil Transports les 21 et 22 février. Retour à Strasbourg pour une réunion du 28 février au 1er mars entre les ministres en charge de la Cohésion. Roselyne Bachelot recevra ses homologues de la Culture les 7 et 8 mars à Angers. Et Nevers est envisagé pour une réunion des ministres des Télécommunications les 8 et 9 mars.

Les lieux restent à définir pour neuf autres réunions qui s’échelonneront du 13 janvier au 7 mars, soit entre les ministres des Affaires étrangères, du Travail, de l’Économie, du Développement, de l’Agriculture…

Des priorités législatives, mais aussi électorales : Les priorités de la présidence Macron de l’UE se profilent assez nettement désormais. La France espère obtenir des résultats sur le numérique avec l’adoption des règlements DSA (régulation de l’usage des services numériques) et DMA (régulation de la concurrence des grandes plateformes). L’avancement des travaux au Conseil comme au Parlement rend cet objectif atteignable. La France tentera d’obtenir l’adoption du Mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (autrement dit la taxe carbone), l’un des éléments clés du Pacte vert. Elle poussera aussi le « salaire minimum européen », mais avec peu de chance de l’obtenir. Emmanuel Macron pourra en revanche agiter ce thème social dans le cadre de sa campagne en démontrant qu’il a essayé.

L’Afrique sera l’objet d’un sommet pour rénover les partenariats avec le continent. Sur la défense, le sommet prévu en mars devrait aboutir à une énième déclaration sur la nécessité pour l’Europe de construire un « bras européen » au sein de l’Otan. Mais qu’en sera-t-il réellement d’une avancée concrète quant à une petite force d’intervention telle que présentée par le Haut Représentant pour les relations extérieures ?

Le précédent de 1995 : La présidence de l’UE de la France sera très dense au cours des trois premiers mois. Ensuite, elle sera moindre durant la campagne présidentielle. Si Macron est réélu, il reprendra à toute vitesse pour boucler d’ultimes dossiers en juin. Ce n’est pas la première fois que la présidence de l’UE est traversée par l’élection présidentielle. En 1995, François Mitterrand achevait son mandat. Malade, en fin de vie, il avait, en vérité, complètement laissé la main aux équipes du Premier ministre, Édouard Balladur. Puis, Jacques Chirac a gagné la présidentielle le 17 mai 1995 et lors des 45 derniers jours de la présidence française de l’UE le nouveau président avait mis un « joyeux bazar en Europe ! », d’après les témoins de l’époque.

Planning des réunions ministérielles informelles :

– 12 et 13 janvier : ministres de la Défense, à Brest.

– 13 et 14 janvier : ministres des Affaires étrangères, lieu à définir.

– 20 et 22 janvier : Conseils Environnement et Énergie, à Amiens.

– 25 janvier : ministres de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, à Paris.

– 26 et 27 janvier : ministres de l’Éducation et de la Jeunesse, à Strasbourg.

– 31 janvier/1er février : ministres de l’Industrie et du Marché intérieur, lieu à définir.

– 2 et 4 février : ministres en charge de la Justice et des Affaires intérieures, à Tourcoing et Lille.

– 6 et 8 février : ministres de l’Agriculture et de la Pêche, lieu à définir.

– 9 et 10 février : ministres de la Santé, lieu à définir.

– 13 et 14 février : ministres du Commerce, lieu à définir.

– 14 et 15 février : ministres du Travail, de l’Emploi et des Affaires sociales, lieu à définir.

– 21 et 22 février : Conseil des Transports, au Bourget.

– 25 et 26 février : ministres de l’Économie et des Finances, lieu à définir.

– 28 février/1er mars : ministres en charge de la Cohésion, à Strasbourg.

– 4 mars : Conseil affaires générales, lieu à définir.

– 6 et 7 mars : ministres du Développement, lieu à définir.

– 7 et 8 mars : ministres de la Culture, à Angers.

– 8 et 9 mars : ministres des Télécommunications, à Nevers (à confirmer).

Lire la Source : https://www.lepoint.fr/europe/macron-president-de-l-ue-tout-le-monde-est-deja-epuise-05-11-2021-2450799_2626.php

© par Bernard TRITZ

2 réflexions au sujet de « Europe : Présidence française — »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s