Rognac : Incendie du 10 août 2016

Par Faustine Mazereeuw – franceinfo – FR3 – Publié le dimanche 14 novembre 2021 à 17h06.

2.000 pompiers avaient été mobilisés, des centaines d’habitations touchées. • © Maxppp

Aix-en-Provence – le procès du responsable de l’incendie géant de Rognac débute demain : Il avait jeté un mégot sur un chantier, plus de 2.000 hectares avaient brûlé. Au tribunal correctionnel d’Aix s’ouvre demain le procès hors-normes du responsable involontaire de l’un des plus grands incendies du département, survenu en 2016.

C’est un procès marqué par l’immense décalage entre l’insignifiance d’un acte et la gravité de ses conséquences. Au tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence débute demain à 9h l’audience du maçon ayant provoqué l’un des plus grands incendies des Bouches-du-Rhône depuis 1973.

Le prévenu, Mostafa El Fathi, avait négligemment jeté son mégot sur le chantier de Rognac, sur lequel il travaillait le 10 août 2016, déclenchant un incendie qui avait grignoté 2.655 hectares de terrain. Le maçon avait alors tenté d’éteindre lui-même le feu avec un tuyau d’arrosage, en vain. C’est lui qui avait prévenu les pompiers.

Rognac – Google Maps.

Ce jour-là, le danger de feu était à son niveau maximum, couleur noir, avec un “risque météorologique extrême”. Des conditions qui ont permis au feu de se propager très rapidement et massivement. Poussé par un mistral à 85 km/h, l’incendie avait rapidement atteint les communes de Vitrolles, des Pennes Mirabeau, ne s’arrêtant qu’aux portes de Marseille.

Des chiffres impressionnants : Pendant trois jours, le prévenu sera jugé pour « destruction involontaire ayant causé des dommages à l’environnement“ au cours d’un procès dont les chiffres donnent le tournis.

L’incendie avait mobilisé près de 2.000 pompiers. 8 personnes avaient été blessées, brûlées ou intoxiquées. De nombreux habitants avaient dû être évacués, 26 maisons avaient été détruites et 93 autres touchées.

447 plaintes ont été déposées par des riverains, des entreprises ou encore des institutions, comme la ville d’Aix-en-Provence, de Gardanne ou des Pennes Mirabeau. Les dégâts sont estimés à 63 millions d’euros.

« Faire passer un message » : Le Service départemental d’incendies et de secours (SDIS) des Bouches-du-Rhône est l’un des plaignants. Une plainte surtout là pour « marquer le coup ». « Nous voulons faire passer un message. On veut montrer aux gens que chacun de leur geste peut entraîner des conséquences désastreuses, qu’il faut être vigilant. Le procès de demain montre bien le décalage entre un geste insignifiant et des conséquences colossales. Et quand on voit tous les gens qui continuent de jeter leurs mégots par la fenêtre de la voiture Etc.”, déclare le lieutenant-colonel Dumas, chef du pôle action anticipation du service.

Le SDIS ne pourra être dédommagé qu’à hauteur de 6.000 euros sur les 1,2 million d’euros que lui a coûtés la catastrophe. Reste à savoir si le procès marquera assez les esprits pour contribuer à sensibiliser les vacanciers et les habitants imprudents aux risques d’incendie.

Lire la Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/aix-en-provence-le-proces-du-responsable-de-l-incendie-geant-de-rognac-debute-demain-2334325.html

© par Bernard TRITZ

Drapeau français : changement en douce

Par Louis de Raguenel – Publié le dimanche 14 novembre 2021 à 16h00.

© AFP (montage photo Europe 1) Bleu-blanc-rouge, trois couleurs qui symbolisent la France mais qui ne sont plus exactement les mêmes depuis un an. Le président de la République a pris la décision de changer la couleur du drapeau français. C’est une information Europe 1/CNews que nous révèle le chef du service politique d’Europe 1, Louis de Raguenel.

INFO EUROPE 1 – Emmanuel Macron a changé la couleur du drapeau français : C’est un détail que personne n’a vu et pourtant il est fort de sens : la drapeau français a changé de couleur. La France possède toujours les mêmes couleurs, le bleu-blanc-rouge mais le bleu en question n’est plus tout à fait le même au palais de l’Élysée depuis un an, révèle Louis de Raguenel, le chef du service politique d’Europe 1. C’est désormais un bleu marine qui s’affiche sur tous les bâtiments rattachés à l’Élysée, à l’Assemblée nationale, et même à la place Beauvau, au ministère de l’Intérieur, sous l’impulsion du préfet François Xavier Lauch, l’ancien chef de cabinet d’Emmanuel Macron qui travaille aujourd’hui pour Gérald Darmanin.

Un des symboles de la France : Emmanuel Macron a touché aux symboles de notre pays sans jamais en parler. La décision de changer la couleur du drapeau français a été prise par le président de la République le 13 juillet 2020, fortement poussé par une personne peu connue du grand public, un certain Arnaud Jolens, le directeur des opérations de l’Élysée, ainsi que Bruno Roger-Petit, le conseiller mémoire du président. Mais aussi avec une petite complicité des Marins qui composaient à l’époque l’état-major particulier de l’Élysée autour de l’amiral Rogel. Il faut savoir que la Marine nationale a toujours utilisé ce bleu marine.

Renouer avec un emblème de la Révolution française : Pourquoi Emmanuel Macron a-t-il pris cette décision ? Pour plusieurs raisons, tout d’abord, il y a des raisons esthétiques, ce bleu est plus élégant mais surtout, l’entourage du chef de l’État explique la volonté du président de la République de renouer avec le drapeau français de 1793, l’imaginaire des volontaires de l’an II et la Convention. En clair, c’est très politique : renouer avec un symbole de la Révolution française.

L’Élysée a connu un débat en interne, entre ceux qui considèrent que cela n’a aucun intérêt, que ce nouveau drapeau est moche et qu’il jure à côté du drapeau européen, et d’autres, attachés à revoir le drapeau de leur enfance avant les années Giscard. À quelques semaines de la présidence française de l’Union européenne, en janvier prochain, tous jurent qu’il ne s’agit pas d’un geste anti-européen.

Aucune communication n’a été faite sur ce changement : Un petit retour en arrière s’impose. Depuis les années Giscard et la construction de l’Union européenne, il a été décidé d’utiliser pour le drapeau français, le bleu foncé du drapeau européen. Il y a une vraie symbolique autour de ce drapeau : la couronne de 12 étoiles – les 12 apôtres de Jésus – une couronne de la Vierge Marie, sur fond bleu marial. Dans la mesure où le drapeau européen est désormais apposé un peu partout à côté du drapeau français, pour des raisons avant tout esthétiques, il avait donc été décidé d’utiliser le même bleu marial.

Aucune communication n’a été faite sur ce changement de couleur, aucune consigne n’a été donnée pour changer ou non tous les drapeaux officiels, l’Élysée affirme que la démarche est incitative. L’entourage d’Emmanuel Macron n’a aucune envie de donner l’image d’un président qui touche aux symboles profonds du pays, même si au fond, vous l’avez compris, il y a un sens derrière tout cela.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/info-europe-1-emmanuel-macron-a-chang%C3%A9-la-couleur-du-drapeau-fran%C3%A7ais/ar-AAQGnpR?ocid=msedgdhp&pc=U531#image=1

© par Bernard TRITZ

Paiements par mobile non sécurisés

Par Gilbert KALLENBORN – PaymentVillage.org – Publié le samedi 13 novembre 2021 à 14h15.

© Timur Yunusov Démonstration à l’occasion de Black Hat Europe 2021

De nouvelles failles découvertes dans les systèmes de paiement par mobile de Google et de Samsung : Un chercheur en sécurité a montré qu’il était possible de réaliser des paiements non authentifiés et sans plafond avec presque tous les portemonnaies et toutes les cartes. À condition d’avoir un terminal de paiement piraté sous la main.

La sécurité des portefeuilles mobiles est en train de devenir un véritable maquis : En octobre dernier, des chercheurs des universités britanniques de Birmingham et Surrey ont révélé qu’Apple Pay permettait d’effectuer des paiements non authentifiés et sans aucun plafond avec une carte virtuelle Visa, à condition que celle-ci soit configurée en mode « Carte de transport express ». Cette fonction, en effet, est une exception au modèle de sécurité des portefeuilles mobiles où l’authentification de l’utilisateur est la règle. Elle est destinée à faire des paiements rapides dans un réseau de transport urbain sans authentification.

Dans cette étude, les chercheurs estimaient que ce type d’attaque n’était possible qu’avec la combinaison Apple Pay et Visa. À l’occasion de la conférence Black Hat Europe 2021, le chercheur en sécurité Timur Yunusov de Positive Technologies a montré que la situation était en réalité beaucoup plus complexe que cela. Il s’est penché non seulement sur Apple Pay, mais aussi Samsung Pay et Google Pay. Et il a essayé de les combiner avec les principales cartes du marché, à savoir Visa, Mastercard et Amex. Résultat : à chaque fois, il a trouvé un moyen de faire un paiement non authentifié et sans plafond !

Une analyse méthodique : Pour y arriver, le chercheur s’est appuyé sur une interception des flux de type « Man in the Middle » et sur différentes faiblesses d’implémentation, généralement des champs de données et des cryptogrammes qui sont mal validés dans le déroulé protocolaire. Dans le cas du porte-monnaie Google Pay avec carte Visa, c’était immédiat. Cette faille, qui fonctionne avec tous les terminaux de paiement, a été découverte fin 2019 et elle n’est toujours pas corrigée. Pour toutes les autres combinaisons, en revanche, il faut disposer d’un terminal de paiement « modifié », autrement dit piraté. C’est en effet le seul moyen de pouvoir modifier certaines données des messages échangés.

© Timur Yunusov Image

La nécessité de disposer d’un terminal de paiement piraté réduit évidemment le risque de fraude, mais il ne l’élimine pas. Selon Timus Yunusov, l’usage de terminaux de paiement piratés — et donc de faux comptes de commerçant — serait courant dans les gangs de pirates, notamment en Amérique latine. Cette technique est utilisée depuis des années pour siphonner l’argent sur des cartes bancaires volées. Elle nécessite évidemment un certain niveau d’organisation et n’est donc pas à la portée du premier hacker venu.

Peu de réactions : Timur Yunusov a communiqué les résultats de ses recherches à toutes les parties prenantes. Mais les réponses qu’il a obtenues sont assez décevantes. Du côté d’Apple, de Google et de Samsung, on s’en lave souvent les mains. Les éditeurs soutiennent que le comportement de leurs « wallets » est conforme à ce qui est voulu. Autrement dit, s’il y a un problème, c’est aux réseaux de cartes de le résoudre. Mais ces derniers se montrent très peu loquaces sur le sujet. Ce qui ne veut pas dire qu’ils n’agissent pas discrètement. L’une des failles mentionnées dans le rapport du chercheur a été discrètement patchée par Mastercard après en avoir été informée de manière indirecte.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/lifestyle/shopping/de-nouvelles-failles-d%C3%A9couvertes-dans-les-syst%C3%A8mes-de-paiement-par-mobile-de-google-et-de-samsung/ar-AAQF9yS?ocid=msedgntp#image=2

© par Bernard TRITZ

Pays Visiteur : 1 nouveau

Par Bernard TRITZ – Publié le samedi 13 novembre 2021 à 22h30.

Pays Visiteurs du samedi 13 novembre 2021, par WordPress.

Statistiques du samedi 13 novembre 2021 à 22h30.

1 Nouveau pays visiteur :

La Bosnie-Herzégovine

Durée de vie du Blog : 132 journées dont 124 de publication journalière continue.

Nombre de pays Visiteurs selon WordPress : 88

Nous souhaitons la bienvenue à nos nouveaux (lles) visiteuses, visiteurs. Bonnes lectures et visites sur ce blog.

© par Bernard TRITZ