Zemmour : faute de temps !

Par Charles Sapin – Publié hier lundi 15 septembre2021 à 20h19 – Mis à jour le mardi 16 novembre 2021 à 06h50.

French far-right media pundit Eric Zemmour looks on as he visits the « Made in France » fair at the Porte de Versailles, in Paris, on November 14, 2021. (Photo by Thomas SAMSON / AFP) – Ses équipes – qu’elles aient la charge du financement, des parrainages ou des ralliements nécessaires à sa candidature – le pressent, au plus vite, de sauter le pas dans l’intérêt de leurs quêtes respectives. THOMAS SAMSON/AFP

Candidature d’Éric Zemmour : le spectre de la « faute de temps » : ANALYSE – Après avoir signé une percée fulgurante dans les intentions de vote, Éric Zemmour sait ne plus pouvoir progresser davantage sans tomber le masque.

Trente-cinq ans de carte de presse ont forgé chez lui une conviction : il n’est pas pire erreur en politique qu’une faute de temps. Éric Zemmour l’a encore rappelé en petit comité récemment. Pour un candidat, la justesse d’une incarnation est une chose cardinale. L’efficacité des propositions en est une autre. Mais pas plus la première que la seconde ne sauraient pallier un mauvais minutage. Or se pose justement à l’essayiste, ces derniers jours, un délicat dilemme de calendrier : quand se jeter à l’eau et enfin se déclarer officiellement candidat à l’élection présidentielle ?

Après avoir signé une percée fulgurante dans les intentions de vote, Éric Zemmour sait ne plus pouvoir progresser davantage sans tomber le masque. Ses équipes – qu’elles aient la charge du financement, des parrainages ou des ralliements nécessaires à sa candidature – le pressent, au plus vite, de sauter le pas dans l’intérêt de leurs quêtes respectives. Même les études d’opinion, jusque-là si clémentes et porteuses, en viennent ces derniers jours à envoyer au non candidat un même signal, en enregistrant une dynamique marquant le pas, voire se contractant tout à fait.

Si les ambitions présidentielles de l’auteur du Suicide français (Albin Michel, 2014) ne font plus guère de doute, il peut espérer de son acte de candidature un certain élan. L’ouverture d’un nouveau cycle susceptible de lui redonner une nouvelle dynamique.

Mais voilà. Malgré les promesses de son équipe « qu’aucun calcul ni tactique » ne viendra interférer dans le choix du lieu et du moment de cette déclaration tant attendue, la tentation de la reporter encore de quelques semaines est la plus forte.

Retarder sa candidature, c’est prendre le risque de l’érosion, de nourrir la lassitude face à un « vrai faux » candidat : Frédéric Dabi, le directeur général de l’institut de sondage IFOP.

Comme le révélait Le Figaro, dans son édition du 7 novembre, le candidat entend se porter officiellement candidat à la fin du mois. Une déclaration qui sera suivie d’un 20 Heures, probablement sur TF1, puis les jours suivant d’un premier grand rassemblement au Zénith de Paris, le 5 décembre. Façon de faire coïncider le raout avec la désignation du candidat Les Républicains, prévue la veille. Et ainsi – espère Éric Zemmour – priver au maximum le parti de droite de lumière médiatique et clouer au sol son prétendant à peine consacré.

Une stratégie déjà étrennée, il y a exactement cinq ans, par un certain Emmanuel Macron. Celui qui était alors ministre démissionnaire de l’Économie avait choisi le 16 novembre pour officialiser sa candidature à l’Élysée. Quatre jours seulement avant le premier tour de la primaire de la droite d’alors. Mais la tactique n’avait connu qu’un succès mitigé. « Sa déclaration n’avait pas eu d’effet sur les sondages, rappelle Frédéric Dabi, le directeur général de l’institut de sondage IFOP. Ce n’est que bien plus tard, en février, que les courbes se croiseront avec le candidat de la droite ». Comparaison n’est pas toujours raison. Le candidat En marche ! bénéficiait alors de 15 % d’intentions de vote. Contre 28 %, près du double, pour le vainqueur de la primaire LR, François Fillon. Le pari d’Éric Zemmour ne se révèle pas moins risqué.

« Retarder sa candidature, c’est prendre le risque de l’érosion, de nourrir la lassitude face à un « vrai faux » candidat », note Frédéric Dabi. En clair, de provoquer une inversion de dynamique ô combien préjudiciable, dans l’espoir tout hypothétique de l’annihilation d’un possible élan en faveur du futur candidat LR. Sans compter le risque pour le polémiste d’être pris à son propre piège. Et de voir finalement sa propre candidature prendre l’ombre d’une désignation surprise au terme du congrès LR.

Si une déclaration de candidature seule n’a jamais fait perdre ou gagner une élection à un candidat, celle-ci place néanmoins la campagne sous de plus ou moins bons auspices. La déclaration alambiquée de Michel Rocard en 1980, celle grandiloquente d’Édouard Balladur en 1995 ou celle par simple fax de Lionel Jospin en 2002 figurent sans doute au Panthéon des plus manquées. Sans en être la cause, chacune de ces déclarations ont dit quelque chose de leur candidat et du pourquoi aucun d’eux n’a atteint le second tour. L’avenir dira si le choix d’Éric Zemmour de caler son calendrier sur celui de ses adversaires du parti Les Républicains relève, ou non, de la « faute de temps ».

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/vox/politique/candidature-d-eric-zemmour-le-spectre-de-la-faute-de-temps-20211115

© par Bernard TRITZ

4 réflexions au sujet de « Zemmour : faute de temps ! »

  1. Il n’est pas trop tard : déposer la demande de participation officielle à la prochaine campagne électorale.
    Rassembler tous, proches, moins proches, les indécis, les hésitants en changeant d’image, finies les escarmouches nous ne sommes pas sur un plateau de CNEWS, m’enfin ! Dis lui, toi, Christine KELLY de : PRENDRE la STATURE de PRÉSIDENT de toutes les françaises et français !

    Aimé par 1 personne

    1. En effet, j’y ai pensé ou je l’ai soupçonné.

      Il est trop resté polémiste comme sur CNEWS. Alors qu’il devrait endosser le costume de président de tous les français.
      Il perd en crédibilité !

      Ce n’est pas perdu, mais !

      Merci beaucoup pour ce commentaire !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s