Nétiquette : 26 ans et 2 mois

Rappel des règles

La Nétiquette est une règle informelle, puis une charte qui définit les règles de conduite et de politesse recommandées sur les premiers médias de communication mis à disposition par Internet. Il s’agit de tentatives de formalisation d’un certain contrat social pour Internet.

Le premier document officiel définissant les règles de la Nétiquette est la RFC 1855, rédigée par Sally Hambridge (de chez Intel) pour l’Internet Engineering Task Force, et diffusée en octobre 1995. D’autres documents font aussi autorité, comme Nétiquette (Virginia Shea, 1994) et The Net : Users guidelines and Nétiquette (Arlene Rinaldi, 1996).

S’il ne fallait retenir qu’une règle : Ce que vous ne feriez pas lors d’une conversation réelle face à votre correspondant, ne prenez pas l’Internet comme bouclier pour le faire.

À cette notion de courtoisie et de respect de l’autre viennent ensuite se greffer des règles supplémentaires relatives aux spécificités de plusieurs médias. Ces règles n’ont cependant pas été actualisées pour couvrir les médias plus récents (forums, wikis, blogs, vidéo-conférences, etc.), les standards plus récents (Unicode, XML, etc.) ni les technologies plus récentes (haut débit, VoIP, etc.).

Mise en page : Il est généralement mal vu d’écrire en langage SMS. Il est donc préférable de tenir un langage en français correct. « Bonjour, je désirerais savoir comment… » est par exemple à préférer à « Bjr, je voudré savoir komen » Etc.

L’écriture en capitales est considérée comme une parole criée, il est donc préférable d’éviter de l’utiliser. Pour une mise en évidence préférez une mise en gras ou en italique.

Confidentialité : L’écriture de données confidentielles est aussi à éviter, puisque la majorité des moyens d’échanges électroniques peuvent être sujets à des défaillances ou à des écoutes, tout comme une carte postale ou une discussion dans des transports en commun. Il convient aussi naturellement de respecter les lois en vigueur concernant le respect de la vie privée des personnes.

Fichiers joints : L’envoi de fichiers, quels qu’ils soient, est également soumis à des règles de bon sens et de correction : on veille à ne pas dépasser un poids prévisible selon la nature du document, de son correspondant ou du nombre de correspondants (listes de diffusion). Pour un correspondant unique, on s’assure avant envoi de l’accord de celui-ci. L’utilisateur privilégie un format compressé ou performant (ZIP, gzip, JPEG, Ogg, etc.) et respecte la liberté de choix de son interlocuteur par l’usage de formats interopérables et standardisés (OpenDocument, PDF, HTML, etc.). Quand le document n’est pas destiné à être modifié par le correspondant, le mettre sous un format réservé à la lecture comme le format normalisé PDF.

On peut aussi mettre le ou les fichiers dans un répertoire du Cloud (par exemple : Google Drive, Dropbox, Nextcloud, etc.) et insérer uniquement un lien vers ce répertoire dans le mail, ou encore envoyer un lien de téléchargement temporaire.

Signature : Une signature est fortement recommandée. L’absence de signature peut passer pour le refus d’assumer ses propos. Celle-ci doit rester sobre, courte et adaptée aux moyens de lecture du correspondant. Elle peut, si l’on est certain de son destinataire, être suivie de ses coordonnées si l’on souhaite être contacté par téléphone ou voie postale. On veille à ne pas y répéter des informations qui sont accessibles de façon simple (déjà indiquées dans l’en-tête du message par exemple).

On évite à tout prix d’apposer une signature sous forme d’image, qui générerait une pièce-jointe malvenue.

Politesse : On veillera à adapter le contenu de son message en fonction du contexte et du correspondant (formule de salutation, signature, formule de politesse).

En francophonie, on utilise fréquemment le tutoiement sur les forums, ou les chats, sans que cela soit considéré comme grossier ou familier, mais le vouvoiement pour les correspondances plus formelles.

Lorsqu’il s’agit d’échanges commerciaux ou professionnels, ne jamais oublier que le correspondant (surtout s’il s’agit d’un client) attend une réponse. Même si l’on ne peut pas lui donner une réponse claire, la moindre des politesses est de lui répondre pour l’informer que son courrier a bien été reçu et que l’on s’en occupe.

Etc.

Lire la Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9tiquette

© par Bernard TRITZ

3 réflexions au sujet de « Nétiquette : 26 ans et 2 mois »

    1. Oui, oui ! Cela fait de moi un vieux mammouth.
      En 1995 au balbutiement du Net, écran 4 couleurs, lecteur de disquette de 5″1/4, modem de 4.77 (950 aujourd’hui).
      Mon premier abonnement chez « World Net » ancêtre de FREE, naissance d’un Génie, Monsieur Xavier Niel.
      La Nétiquette était au programme tous les jours, sur les ancêtres des réseaux.
      Christine tu m’as fait sourire, merci à toi et bonne journée.
      De fait cet écroulement est comparable au reste : « RECONQUÊTE ! »

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s