Éric Zemmour a brillé !

Reçu par courriel ce vendredi 14 janvier 2022 à 10h59 !

Cher Soutien d’Éric Zemmour,

Éric Zemmour a particulièrement brillé mercredi soir dans l’émission #FaceABFM sur BFMTV.

Face à des journalistes spécialisés qui l’interrogeaient sur le fond de son programme, Éric Zemmour a montré sa parfaite maîtrise des sujets et sa pédagogie, abreuvée à la source des grands auteurs.

Les journalistes eux-mêmes le reconnaissent : Éric Zemmour a revêtu l’habit du présidentiable.

Vous pouvez voir la vidéo ou la revoir ci-dessous :

– Face à Natacha Polony, Éric Zemmour a notamment défendu son projet pour l’École et pour l’Armée.

– Face à Nicolas Doze, il a expliqué comment il va redresser l’économie française.

– Face à Bruce Toussaint, il est revenu sur sa propre biographie. Ce qui a permis à Éric Zemmour de rectifier les caricatures et les images fausses. Par exemple, il raconte avec pudeur comment il a connu la pauvreté. Il révèle ce que lui a dit son propre père quelques jours avant sa mort et qui est très symbolique.

– Face à Benjamin Duhamel, il montre comment il va arriver à l’immigration zéro.

– Face à Apolline de Malherbe, il explique pourquoi il est le seul à permettre l’union des droites.

– Julien Mielcarek présentait les réactions des internautes.

Ensemble, écrivons l’Histoire !

Diane Ouvry

Porte-parole de RECONQUÊTE!

P.S. : Il est crucial que vous transfériez ce courriel.

Beaucoup de Français ne connaissent pas encore les propositions d’Éric Zemmour. Cette vidéo est un bon moyen de se rendre compte de leur équilibre et de leur réalisme, pour sauver la France.

Aider Éric Zemmour, cliquer sur le lien ci-dessous :

© par Bernard TRITZ

Présidentielles 2022 – Dernier sondage LCI

Par La rédaction de LCI – Publié hier jeudi 13 janvier 2022 à 17h00 – Mis à jour hier jeudi 13 janvier 2022 à 17h33.

Report LCI

EXCLUSIF – Présidentielle 2022 – découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 13 janvier 2022 : BAROMÈTRE – Tous les jours jusqu’à l’élection présidentielle, le 10 et le 24 avril, l’IFOP Fiducial mesure en exclusivité et en temps réel pour LCI, Paris-Match et Sud Radio, le score que recueilleraient les candidats au premier et second tours du scrutin. Voici les résultats de ce jeudi 13 janvier, qui voient Valérie Pécresse passer devant Marine Le Pen.

Qui est en tête ? Qui prend l’avantage à gauche ? Qui perd des points ? Tous les jours jusqu’au scrutin grâce à son partenaire IFOP Fiducial, LCI propose une photographie en temps réel des rapports de force entre les candidats à l’élection présidentielle.

Les résultats de ce « rolling », publiés tous les jours à 17 heures, permettent tout au long de la campagne d’avoir une idée plus précise des évolutions des scores des candidats. Comment ont-ils évolué par rapport à la veille ? Voici les résultats de ce jeudi 13 janvier, à quatre-vingt-sept (87) jours du 1er tour.

Si l’élection présidentielle avait lieu dimanche prochain, quelles seraient les intentions de vote des Français au premier tour en considérant que Christiane Taubira qui, rappelons le, n’a pas encore acté sa candidature, ne se lance pas, en classant les candidats du meilleur au moins bon score :

– Emmanuel Macron, 26,5% (-0,5)

– Valérie Pécresse, 17% (+0,5)

– Marine Le Pen, 16,5% (=)

– Eric Zemmour, 13,5% (=)

– Jean-Luc Mélenchon, 9,5% (=)

– Yannick Jadot, 6,5% (=)

– Anne Hidalgo, 3,5% (=)

– Fabien Roussel, 2% (=)

– Nicolas Dupont-Aignan, 2% (=)

– Jean Lassalle, 1% (=)

– Philippe Poutou, 0,5% (=)

– Nathalie Arthaud, 0,5% (=)

– Arnaud Montebourg, 0,5% (=)

– Hélène Thouy, 0,5% (=)

——-

Pécresse confirme sa deuxième place : Si l’élection présidentielle avait lieu dimanche prochain, quelles seraient les intentions de vote des Français au premier tour (hypothèse avec Christiane Taubira), du meilleur au moins bon score :

– Emmanuel Macron, 25% (-0,5)

– Valérie Pécresse, 17% (+1)

– Marine Le Pen, 16% (-0,5)

– Eric Zemmour, 14% (=)

– Jean-Luc Mélenchon, 9% (=)

– Yannick Jadot, 6% (+0,5)

– Christiane Taubira, 4% (=)

– Anne Hidalgo, 3,5% (=)

– Fabien Roussel, 2% (=)

– Nicolas Dupont-Aignan, 1,5% (-0,5)

– Jean Lassalle, 1% (=)

– Nathalie Arthaud, 0,5% (=)

– Arnaud Montebourg, 0,5% (=)

– Hélène Thouy, 0% (=)

– Philippe Poutou, 0% (=)

Projection :

Lire la Source : https://www.lci.fr/politique/sondage-exclusif-presidentielle-2022-decouvrez-les-resultats-de-notre-rolling-quotidien-du-12-janvier-ifop-2207013.html

© par Bernard TRITZ

Marseille # Variant français ?

Par M.Cei. – 20minutes – Publié le jeudi 13 janvier 2022 à 12h45.

© SOPA Images/SIPA Vue de la façade de l’IHU

Coronavirus – C’est quoi ce bazar autour du variant français mis en lumière par l’IHU ? : EPIDEMIE – L’apparition d’un variant dit français, mis en lumière par l’IHU de Didier Raoult à Marseille, a fait les gros titres de la presse anglo-saxonne.

Tout est parti d’un tweet ​ de l’IHU, cet institut marseillais dirigé par Didier Raoult, publié 9 décembre dernier. « Un nouveau variant COVID-19 a été détecté à l’IHU Méditerranée Infection issu de patients de Forcalquier, écrit l’IHU. Il a été baptisé variant IHU et déposé sur GISAID sous le nom de B.1.640.2. ».

Quelques semaines après, l’IHU livre une prépublication sur ce variant dit français. Le texte crée rapidement l’inquiétude dans nombre de médias anglo-saxons, qui soulignent notamment le fait que ce variant présenterait de nombreuses mutations et serait lié à un grand nombre d’hospitalisations dans le sud du pays.

« La machine médiatique s’est emballée » : Alors, dangereux, le variant déposé par l’IHU ? Dans un récent bulletin, en date du 5 janvier, Santé Publique France indique avoir classé le variant 20A/C (B.1.640) comme « variant à suivre ». « Ce classement est dû à la poursuite de sa circulation en France et à des données préliminaires in vitro indiquant une diminution de l’efficacité de la neutralisation par les anticorps vaccinaux ou post infection et donc un possible échappement à la réponse immunitaire », justifie dans son bulletin Santé Publique France. Des résultats toutefois à « interpréter avec prudence », prévient cette même source, en raison « du petit nombre de sujets et de sérums analysés ».

« La machine médiatique s’est emballée et a fait marche arrière aussi vite, tance Samuel Alizon, directeur de Recherche au CNRS et à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Le rapport de l’IHU est une prépublication. Il s’agit donc de résultats non évalués. Autrement dit, n’importe quelle équipe peut poster ce qu’elle veut. De notre côté, lorsque nous tweetons sur de tels résultats, nous rajoutons « non relu par les pairs », afin de bien montrer que cela n’engage que nous et sont à manier avec infiniment de précautions. »

Un variant qui « n’est pas nouveau » : De plus, pour Samuel Alizon, ce variant « n’est pas nouveau », contrairement à ce qu’a pu laisser entendre l’IHU. « On trouve des séquençages quasi identiques, de la même lignée B.1.640.2, partagées par le laboratoire CEBRA le 4 novembre 2021 », rappelle le chercheur. « La lignée B1.640 a été identifiée depuis octobre novembre 2021 », abonde François Blanquart, chercheur du CNRS au Centre interdisciplinaire de recherche en biologie.

« Comme l’illustre la circulation ancienne de ces séquences, leur potentiel épidémique est limité car plus de deux mois plus tard elles demeurent très rares, souligne enfin Samuel Alizon. Bref, cette lignée a eu le temps d’émerger mais elle demeure marginale. Et on ne sait évidemment rien de la virulence vu la rareté de cette lignée. » . « B1.640.2 n’augmente pas en fréquence en France », note François Blanquart. Contacté, l’IHU n’a pas donné suite à nos sollicitations à l’heure où ces lignes sont écrites.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/coronavirus-c-est-quoi-ce-bazar-autour-du-variant-fran%C3%A7ais-mis-en-lumi%C3%A8re-par-l-ihu/ar-AASJHKF?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ