NOUS Y SOMMES !

VAE VICTIS ! : « Malheur aux vaincus », prononcée par le chef gaulois Brennos (ou Brennus), qui avait vaincu Rome. Fameux trophée du Rugby [Le Bouclier de Brennus].


Depuis les débuts de la rumeur sur son éventuelle candidature, nombreux sont ceux qui se demandent si Éric Zemmour a les qualités pour être Président de la République.

Génération Z revient sur cette question.

« Il fait peur », « il n’est pas compétent », « il n’est pas très bon en économie », « c’est un journaliste et pas un politique », « ce n’est pas un professionnel du monde électoral ». Les critiques pleuvent sur Éric Zemmour alors que sa candidature semble se concrétiser. Leur unique but : le décrédibiliser en réduisant son image à celle d’un simple journaliste, brillant sur les plateaux de télévision, mais incapable d’incarner la « fonction présidentielle ».

Encore faut-il savoir en quoi consiste cette fonction : Quel est le rôle d’un Président de la République ? Qu’est-ce qu’être un bon Président de la République ? Faut-il être un professionnel de la politique pour être un homme d’État ?

À chacune de ces questions, le caractère, la personnalité, la parole et les écrits d’Éric Zemmour nous offrent une réponse.

La fonction présidentielle : Commençons par définir le rôle du Président de la République. Institutionnellement, il doit être « la clef de voûte » de notre régime. Il a pour mission de donner un cap à la France, de donner une vision globale de la société française et de se placer au-dessus de la mêlée politique classique. Philosophiquement et même spirituellement, il doit incarner la France, montrer à son égard un amour charnel, suscitant ainsi la volonté des Français de poursuivre leur destin. Il doit leur rappeler qu’ils sont et doivent demeurer un peuple grand et libre.

Le général De Gaulle était en son temps la plus parfaite incarnation de la fonction présidentielle. Il était investi d’une légitimité historique, il avait une profonde connaissance de la France et de son passé, un sens de la majesté et une conscience de l’État inégalés, et un sens politique très affûté. Ses successeurs, bien que moins brillants, sont également parvenus à comprendre la stature et la « geste présidentielle ».

L’instauration du quinquennat et la chute du niveau de la classe politique ont eu pour effet de complétement désacraliser cette fonction. Depuis le mandat de Nicolas Sarkozy, les présidents ne sont plus que des « supers premiers-ministres ». Les campagnes ne s’intéressent plus aux grandes évolutions, aux grands phénomènes mondiaux et nationaux ; elles ne sont plus qu’un concours de recettes de cuisine, où les candidats énumèrent leurs ingrédients pour améliorer la vie des Français. La politique étrangère, migratoire et même économique se réduisent à parler de « l’enrichissement culturel des étrangers » ou à promettre des augmentations de salaires infinançables de plusieurs centaines d’euros – les propositions d’Anne Hidalgo et de Jean-Luc Mélenchon sont les derniers exemples en date.
Dans ce charabia technocratique fait de batailles de chiffres stériles et de formules creuses, la France a été la grande oubliée. Tout a été broyé : le courage des Français, leur fierté, leur génie en tant que peuple et leur force de vivre. Le rôle du président s’est réduit à celui de « premier des intrigants », davantage préoccupé « par la prochaine élection que la prochaine génération ».

Au contraire, Éric Zemmour suscite de l’espoir, comme en témoignent ses conférences et ses rencontres avec les Français. Partout, le discours est le même : « Vous nous redonnez foi en notre pays » clament ses lecteurs.

Pourquoi sa popularité croît-elle ? Parce qu’il parle aux Français de la France. Parce qu’il leur rappelle leur passé glorieux et veut les pousser à bâtir un avenir, au lieu de se contenter d’avoir un futur. Parce qu’il fait ressentir aux gens son adoration de la France et sa détermination de se battre pour elle. Éric Zemmour est préoccupé avant tout par la survie de la France, dont les Français ne sont que les gardiens. Il veut préserver et développer cet héritage afin de le transmettre aux générations suivantes. En cela, son discours se rapproche sensiblement de celui du Général De Gaulle – toute proportion gardée.


La compétence intellectuelle et technique : Bien entendu, pour préserver un héritage, il ne suffit pas de faire de grands discours. Le président doit donner une vision dans les domaines qui touchent à la vie de la cité, ce qui implique d’avoir une grande capacité intellectuelle et des compétences techniques poussées.

Tout le monde connaît et reconnaît la compétence d’Éric Zemmour pour tout ce qui concerne l’immigration et la démographie. Inutile de revenir sur un sujet qu’il maîtrise avec brio et sans réels contradicteurs depuis quinze ans.

Intéressons-nous plutôt à des thématiques qui relèvent des principales prérogatives d’un Président – les constitutionnalistes parleraient de « domaine réservé ». En matière de politique étrangère ou de défense nationale, Éric Zemmour a un atout majeur : sa culture générale et historique. Contrairement aux derniers présidents que nous avons eus, il connaît intimement l’histoire des grands peuples du monde, leur géographie, leur mentalité, et l’histoire de notre armée. Autant d’éléments essentiels pour avoir une vision sur des sujets éminemment complexes. Éric Zemmour est également au fait des grandes théories des relations internationales – le « Heartland » ou le « Rimland » par exemple – ou militaires – l’offensive à outrance, les stratégies défensives, le passage de l’armée de masse à l’armée de métier.

Éric Zemmour n’est pas non plus ignorant des défaillances de notre système juridique, qui expliquent entre autres l’échec de notre politique pénale : automaticité des remises de peines, textes flous ou doublons. Il est également au fait du manque de moyens de notre système carcéral – et notamment du nombre insuffisant de places de prison.

Remarquons néanmoins que ce n’est pas sur ces thèmes que la compétence d’Éric Zemmour est le plus souvent contestée, mais pour des domaines techniques, comme l’économie ou les enjeux liés à l’environnement.

Sur ces points, les dernières interviews d’Éric Zemmour et les dernières émissions auxquelles il a participé démontrent au contraire qu’il a acquis une profonde connaissance de ces sujets. Que ce soit lors du débat face à Jean-Luc Mélenchon sur BFM TV, ou lors de l’émission présentée par Ruth Elkrief sur LCI, Éric Zemmour a montré qu’il était au fait de la situation de la dette, de la balance commerciale, de la balance des paiements, de l’industrie française, de la production nucléaire, de la fabrication des éoliennes, du prix du gaz, etc. Ceci n’a d’ailleurs rien d’étonnant : si Éric Zemmour n’a commencé que récemment à s’intéresser aux problématiques environnementales, il est depuis longtemps un grand passionné d’économie.

Doit-il approfondir encore sa maîtrise de l’économie et des enjeux environnementaux ? Sans doute. Doit-il pour autant devenir un « expert » au sens de « technicien » ? Certainement pas. Un Président doit connaître les grands mécanismes des domaines sur lesquels il est tenu de se prononcer. La traduction concrète de sa vision est quant à elle dévolue à des spécialistes. De Gaulle connaissait les grandes théories monétaires, ce qui lui a permis de déterminer une politique en la matière ; son gouvernement et le directeur de la Banque de France étaient eux chargés de son application.

Le caractère d’un homme d’État : Il ne sert à rien qu’un Président ait l’intelligence et les compétences s’il n’a aucune détermination. Faire les bons constats n’a aucun intérêt si on n’a pas le courage d’agir en conséquence. Le pire défaut que les Français reprochent à leurs dirigeants est leur manque de courage. Chirac et Sarkozy sont vus par leurs anciens électeurs comme des « mous » qui n’ont pas eu le cran d’appliquer leurs programmes. Sarkozy plus particulièrement est marqué par cette expression devenue célèbre : « Il nous a promis le karcher et on a eu Kouchner ».

Personne ne peut dire si Éric Zemmour, dans l’hypothèse où il deviendrait Président, pourrait réaliser l’ensemble de ses propositions pour la France. Il a néanmoins prouvé au cours de ces quinze dernières années qu’il était doté d’un courage admirable, tant intellectuel que physique. Malgré la menace d’ostracisation et malgré les agressions qu’il a subies, jamais il n’a fait de concession sur ses convictions. Le système juridique, politique et médiatique est pourtant une gigantesque machine à broyer les individus qui « dérapent ». Nombreux sont les journalistes et les élus qui, par peur du système, se taisent et baissent la tête. Pas Éric Zemmour. Or, il nous faudra un homme capable d’imposer sa volonté – et à travers elle, la volonté du peuple français – à une caste d’administratifs, de technocrates et de juges qui détiennent les rênes du pouvoir.

Un Président doit encore posséder deux qualités essentielles : la capacité de se remettre en question, et surtout celle de raisonner froidement et de manière pragmatique. Le caractère d’Éric Zemmour correspond parfaitement à ces deux points. Contrairement à l’image que répandent les médias, Éric Zemmour est quelqu’un qui peut être convaincu et qui n’a pas réponse sur tout immédiatement. Il aime se faire l’avocat du diable, considérer le point de vue adverse. Il est également, selon son propre aveu, « très influencé » par ses lectures. Sur des sujets qu’il ne connaît pas, où il n’a pas « fait sa religion », il cherche, médite, réfléchit.

Enfin, Éric Zemmour aime la contradiction. Il n’est pas indifférent à la flatterie, mais il n’aime ni le conformisme, ni le consensus lorsqu’ils sont le produit de l’obséquiosité. Toujours, il a recherché le débat avec ses adversaires idéologiques. Il n’a jamais refusé la confrontation, même lorsqu’il était sûr qu’elle finirait en pugilat.

De toute évidence, Éric Zemmour n’est pas un homme ordinaire : Il ne sera pas non plus un homme politique ordinaire.

C’est exactement ce qu’il nous faut : dans les moments critiques, ce n’est pas l’homme politique traditionnel, celui qui respecte scrupuleusement tous les codes qui rétablit la situation. C’est au contraire un homme qui renverse la table, qui casse les certitudes et bouscule les habitudes, qui permet à son pays de survivre aux épreuves.


Par Rafaël P. – Rédacteur

© par Bernard TRITZ

CNEWS : Face à l’Info caracole devant !

Par Valentin Delepaul – Publié le mercredi 8 septembre 2021 à 12:21

Face à l’Info

Face à l’info – Éric Zemmour débarque sur BFMTV, CNews sanctionne Yves Calvi ! Ce mardi 7 septembre 2021, Christine Kelly animait une nouvelle édition de Face à l’info sur CNews. La chaîne s’est largement classée devant BFMTV et l’émission d’Yves Calvi.

Christine Kelly et Éric Zemmour ont fait leur rentrée sur CNews, le 30 août 2021. Pour leur retour, l’émission est un succès chaque soir et le polémiste, possiblement candidat à l’élection présidentielle de 2022, fait régulièrement l’actualité.

Pour cette nouvelle édition de Face à l’info, ce mardi 7 septembre 2021, l’éditorialiste accompagné de Marc Menant, Éric de Riedmatten et Dimitri Pavlenko ont passé l’actualité en revue. Ils ont notamment évoqué le Brésil et le président Bolsonaro, la souveraineté industrielle, le Qatar, l’écoféminisme et la primaire écologique.

Éric Zemmour infidèle à CNews : Diffusé entre 19 heures et 20h05, Face à l’info a réuni 655 000 téléspectateurs, soit 4,1 % de part de marché sur les quatre ans et plus. Une audience qui a permis à CNews d’être la première chaîne d’information.

En face, l’émission Calvi 3D présentée par Yves Calvi était proposée sur BFM TV. Le programme a réalisé 1,8 % de part d’audience.

Par ailleurs, Éric Zemmour sera dès la semaine prochaine sur BFMTV. Dans le cadre de la promotion de son livre, « La France n’a pas dit son dernier mot », il sera l’invité de Jean-Jacques Bourdin dans l’interview matinale de la chaîne d’information.

Éric Zemmour retrouve Laurent Ruquier et Léa Salamé : Éric Zemmour a connu une certaine notoriété à partir de 2006 lorsqu’il était chroniqueur dans On n’est pas couché sur France 2. Après avoir été évincé de l’émission en 2012, il est revenu en tant qu’invité dans l’émission de Laurent Ruquier.

À la rentrée 2013, Léa Salamé présente « Ça se dispute » sur I-télé où elle arbitre les débats entre Éric Zemmour et Nicolas Domenach. Ce samedi 11 septembre 2021, Éric Zemmour sera l’invité de « On est en direct » sur France 2. Il retrouvera donc Laurent Ruquier et Léa Salamé, nouvelle coanimatrice du programme.

Face à l’info est à retrouver sur CNews entre 19 heures et 20h05.

Lire la Source : https://www.toutelatele.com/face-a-l-info-eric-zemmour-debarque-sur-bfmtv-cnews-sanctionne-yves-calvi-133252

© par Bernard TRITZ

TousAntiCovid : Mesures d’audience !

Par Gaëtan Leurent, 01net – Manuel Castejon – Publié le dimanche 22 août 2021 à 09h37.

L’application TousAntiCovid accueille vos certificats de tests // Source : Frandroid

TousAntiCovid : vous devriez vite désactiver la collecte de statistiques ! TousAntiCovid collecte désormais des statistiques et mesures d’audience. Cette fonction met cependant à mal la sécurité et la protection de la vie privée des utilisateurs.

Trois chercheurs viennent de publier une analyse de risque sur le système de statistiques intégré à l’application TousAntiCovid depuis le mois de juin et censé permettre d’évaluer son utilisation et son efficacité. Le résultat est sans appel : selon eux, « la collecte de statistiques contredit le principe de minimisation des données et met en danger les propriétés de sécurité et de protection de la vie privée ». Explications.

CLÉA ET ROBERT ENTRENT DANS UN BAR… : Ça commence comme une mauvaise blague. TousAntiCovid intègre deux protocoles différents : Robert pour le traçage Bluetooth (contact tracing) et Cléa pour le traçage des lieux par QR Code. Mais désormais, le journal d’évènements détaillé du système et son horodatage précis permet de croiser de nombreuses informations et d’en tirer des conclusions qui vont à l’encontre des promesses de vie privée faites par gouvernement. Sur son compte Twitter, Gaëtan Leurent, l’un des trois chercheurs à l’origine de cette analyse, détaille plusieurs exemple permettant de se servir des données envoyées sur le serveur de statistiques.

PROBLÈME N°1 : LE RECOUPEMENT DES UTILISATEURS : Chaque scan de QR-Code avec le protocole Cléa est enregistré par le système de statistiques et un horodatage précis et envoyé sur un serveur. Ainsi en recoupant les scans de plusieurs personnes à un même endroit dans une unité de temps réduite, on peut deviner si deux personnes se sont rendues dans différents lieux au même moment, permettant ainsi d’en déduire qu’ils se connaissent.

Si Alice et Bob mangent au même moment dans des restaurants identiques tous les jours de la semaine par exemple, ils y sont certainement venus ensemble.

PROBLÈME N°2 : LA FUITE D’UNE DONNÉE DE SANTÉ : Le système de statistiques de TousAntiCovid synchronise de manière simultanée les informations provenant de Cléa et de Robert. Cependant, lorsqu’un utilisateur est testé positif au Covid, il n’a aucune raison de se rendre dans un lieu public et de scanner son QR-Code. La synchronisation des données de Cléa s’arrête donc et seul Robert continue.

En notant un arrêt de la synchronisation des données de Cléa, on peut donc déduire que l’utilisateur a été testé positif, révélant ainsi une donnée de santé confidentielle.

PROBLÈME N°3 : L’IDENTIFICATION PRÉCISE D’UNE PERSONNE : Certes, ces données peuvent être déduites, mais le serveur de statistiques cache l’identification personnelle de l’utilisateur en utilisant un identificateur unique (UUID) différent du couple nom + prénom. Malheureusement, le convertisseur de certificat enregistre une entrée spécifique horodatée. En croisant ses données avec l’horodatage de l’utilisation du convertisseur de l’application, il serait possible de déduire précisément l’identité d’une personne cachée derrière un UUID.

De même, les données de Robert et celles de Cléa sont enregistrées via des identifiants différents. Mais en recoupant l’horodatage de ces données, on peut déduire une corrélation entre ces deux paramètres.

COMMENT DÉSACTIVER LES STATISTIQUES : Depuis juin, cette collecte de statistiques est donc activée automatiquement pour tous les utilisateurs de TousAntiCovid. Il est cependant possible de la désactiver manuellement.

TousAntiCovid (AntiCovid / StopCovid)

Pour cela, ouvrez l’application TousAntiCovid, descendez tout en bas de la page d’accueil, puis cliquez sur « Paramètres ». À nouveau tout en bas, vous verrez une case « Statistiques et mesure d’audience » qu’il est possible de désactiver. Profitez-en aussi pour cliquer sur « Supprimer mes données ».

Lire la Source : https://www.frandroid.com/culture-tech/1034787_tousanticovid-vous-devriez-vite-desactiver-la-collecte-de-statistiques

© par Bernard TRITZ

Rite Écossais Rectifié.

Rite maçonnique hérité d’un autre siècle.

Par Mayeul Aldebert – Publié le mardi 17 août 2021 à 06h00, mis à jour le mardi 17 août 2021 à 10h56.

Le rite écossais rectifié, comme tous les rites maçonniques, peut être pratiqué dans plusieurs obédiences. Élodie Mézière / LE FIGARO.

LES CONFRÉRIES – Rite ancien et très minoritaire, le régime écossais rectifié a la particularité de demeurer inchangé depuis sa création, au XVIIIe siècle.

Vestige du corporatisme médiéval, la tradition des confréries a survécu à l’usure des âges et renaît même aujourd’hui avec une vivacité nouvelle. Gardiennes jalouses de leurs coutumes, ces organisations confraternelles perpétuent des arts et usages immémoriaux et en assurent joyeusement la transmission. Le Figaro est parti rencontrer cet été la France des confréries.

« Ces frères qui m’entouraient avaient une certaine élégance », se remémore Thierry, « revêtus d’un tablier et d’un chapeau tricorne, épée à la ceinture, ils m’impressionnent ! ». Initié il y a 30 ans à la franc-maçonnerie, tout bascule en 2012, pour le Nancéien de 52 ans, quand, par l’intermédiaire d’un ami, il découvre le rite (ou régime) écossais rectifié. « C’est un rituel rare dans le monde franc-maçon », raconte Thierry, « hérité directement du siècle des lumières, et dont rien n’a été modifié, des multiples symboles jusqu’aux tenues de cérémonie ».

Selon la formule d’engagement du premier grade, celui qui est désormais maître, après avoir été apprenti et compagnon, a promis d’être « bienfaisant envers tous les hommes […] et de ne jamais révéler aucun des mystères, secrets et symboles de la Franc-maçonnerie ». Thierry se souvient. Il se tenait un genou à terre, devant le plateau du vénérable maître, le frère qui préside la cérémonie, situé à l’orient dans le temple maçonnique. « Le vénérable maître a posé une épée sur mon épaule, comme un adoubement », avant de prêter serment sur l’Évangile selon Saint Jean, « en présence du grand architecte de l’Univers […] à être fidèle à la sainte religion chrétienne, au chef d’État et aux lois d’État », selon le cérémonial du rite.

Un rite maçonnique est comme une sorte de liturgie, avec ses rituels, ses symboles, sa finalité propre. Le rite écossais rectifié, comme tous les rites maçonniques, peut être pratiqué dans plusieurs obédiences qui sont les structures administratives des francs-maçons. Au Grand Orient de France, plus importante obédience en Europe, rassemblant près de 52.000 membres, seuls 2000 francs-maçons pratiquent le rite écossais rectifié, sur les cinq que compte l’obédience.

L’épée, le chapeau à partir du troisième grade, le tablier et les gants blancs. Noé Pernin

Depuis maintenant neuf ans, le frère maçon a prêté serment et rejoint une loge du Grand Orient qui pratique ce rite ancien, la loge étant l’assemblée locale, comme une église. Et l’analogie avec la religion chrétienne est loin d’être inadaptée.

Adogmatisme et références chrétiennes : Le frère nancéien raconte : « Nous nous retrouvons deux fois par mois pour des assemblées qui peuvent prendre différentes formes en fonction des cérémonies ». Initiation, fête particulière, prise de grade… Les rituels varient en fonction de l’événement. Chaque séance s’ouvre avec un rituel censé sacraliser le temple. Souvent, l’un des frères présente un travail de réflexion, « une planche » dans le vocabulaire. Pour une prochaine séance, Thierry prépare un travail « sur le lien entre saint Jean-Baptiste et Saint Jean l’Évangéliste ».

Les références chrétiennes abondent dans le rite écossais rectifié. C’est ce qui fait, en partie, la grande spécificité du « RER ». La longue histoire du conflit entre la franc-maçonnerie et l’Église depuis l’époque moderne est en effet bien connue. Dès 1738, le Vatican condamne les sociétés maçonniques – jugement inchangé à ce jour – et celles-ci scelleront la rupture à la Révolution, prenant parti pour l’État républicain et laïc.

Le rite écossais rectifié, constitué à Lyon en 1776, s’est, lui, réfugié à Genève avant la Révolution, pour réapparaître en France dans l’entre-deux-guerres. « Il n’a jamais pris le tournant anticlérical et a échappé aux grandes luttes politiques et idéologiques de la Révolution et du XIXe siècle », explique Jean-Marc Vivenza, philosophe et auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet. « Cette pratique maçonne se réveille au début du XXe, intacte, avec tous ses critères dont l’exigence de la croyance en Dieu », précise-t-il.

En pratique cependant, dans un environnement maçonnique adogmatique par définition, la croyance en Dieu peut être interprétée comme « l’acceptation d’un objet d’étude, la compréhension intellectuelle d’un être suprême, supérieur, d’un grand architecte, d’une notion de plus grand que soi », explique le prieur du Grand Prieuré Indépendant de France, responsable du rite au Grand Orient de France.

« Chevalerie spirituelle » : Par tradition, « on considère qu’à l’origine de la franc-maçonnerie, il y avait une maçonnerie de métier – dite opérative », développe Patrick Courbis, secrétaire du Directoire National Rectifié de France. La mutation de ces corporations en cénacle intellectuel, en maçonnerie dite « spéculative », se serait sans doute opérée en Écosse et en Angleterre dès le XVIIe siècle. Alors que les corporations de bâtisseurs déclinaient, les loges se sont ouvertes à de généreux notables locaux, appelés gentlemen masons ou free-masons, « maçons libres et acceptés ».

Le rite écossais rectifié, qui n’a pas été modifié – jusqu’à son vocabulaire – depuis le XVIIIe siècle, a été créé en revanche en France par le lyonnais Jean-Baptiste Willermoz. Influencé par divers courants maçonniques, et notamment par le régime allemand de la Stricte Observance Templière, le commerçant lyonnais a bâti un rite sur la conservation d’un héritage chevaleresque du Moyen-Âge. « L’idée initiale de Jean-Baptiste Willermoz est qu’il faut rectifier l’ordre du Temple », explique Jean Marc Vivenza. Les grades, c’est-à-dire les degrés d’initiation, en sont le reflet. Après apprenti, compagnon, maître et maître écossais de saint André, le cinquième grade est celui de chevalier bienfaisant de la cité sainte, véritable garant et protecteur du rite.

Une quête spirituelle s’ajoute à cet esprit chevaleresque. « Si l’homme s’était conservé dans la pureté de sa première origine, l’initiation n’aurait jamais eu lieu pour lui », peut-on lire dans les écrits du fondateur du rite, en référence au péché d’Adam et Eve. Pour lui, l’initiation est un des « secours providentiels » que Dieu a donné à l’Homme pour le rétablir dans ses premières propriétés, c’est-à-dire accéder à la vérité qu’il a perdu dans la chute originelle.

C’est dans cette perspective spirituelle et biblique qu’il faut comprendre le rite écossais rectifié. Jean-Marc Vivenza le résume comme un « ésotérisme chrétien ». Le frère maçon est à la recherche de l’expérience spirituelle initiale, celle que l’homme connaissait « avant de descendre dans une direction opposée à la lumière ».

Le prieur du Grand Prieuré Indépendant de France, qui ne veut pas révéler son nom, parle quant à lui de la recherche de « la loi d’amour au sens de l’Agape grec, un amour spirituel, de partage, de vécu avec les frères ». « L’expérience est incommunicable par essence, c’est le vrai secret maçonnique », souffle-t-il.

Le rite écossais rectifié étonne par ses nombreuses particularités, mais il reste, dans son identité, un rite maçonnique par excellence, c’est-à-dire un cercle humaniste et philosophique accessible par cooptation et qui cultive le secret, ou plutôt, comme ses membres aiment le souligner, la « discrétion ».

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/le-regime-ecossais-rectifie-ce-rite-maconnique-herite-d-un-autre-siecle-20210817

© par Bernard TRITZ

Décors personnels !

France – Lourdes – Invectives contre le président Macron !

Par Sophie LONCAN et Elsa P. – Publié le vendredi 16 juillet 2021 à 17h36 – Mis à jour vendredi 16 juillet 2021 à 20h28.

Incident dans les Hautes-Pyrénées : un individu apostrophe avec véhémence Emmanuel Macron / DDM / Pierre

Un individu a eu des paroles violentes et a tenté de se diriger vers Emmanuel Macron, qui est actuellement en Hautes-Pyrénées, ce vendredi 16 juillet. Il a rapidement été exfiltré.

En visite à Lourdes, Emmanuel Macron violemment pris à partie par un homme, qui blesse un garde du Sanctuaire.

Après une première journée où il a notamment suivi le Tour de France entre Campan et Luz-Ardiden, le Président de la République continuait aujourd’hui sa visite dans les Hautes-Pyrénées. Au programme : visite de l’usine ferroviaire CAF avant de rencontrer les acteurs touristiques à Lourdes et de visiter les sanctuaires.

« Honte à Macron ! » : Cependant, un incident s’est produit ce vendredi, aux alentours de 17 heures. À peine arrivé au Sanctuaire de Lourdes, alors qu’il s’adonnait à un bain de foule, Emmanuel Macron a été pris à partie verbalement par un homme visiblement énervé. L’individu s’est mis à crier des propos agressifs, lançant notamment « Honte à vous, Macron », et en l’accusant d’être un « athée primaire ». Une attitude qui a nécessité l’intervention de la sécurité. L’homme a été interpellé.

Sur Twitter

L’individu a blessé un garde du Sanctuaire qui tentait de le tenir à bonne distance du président. « Le garde a été blessé au bras, et évacué vers l’hôpital », a indiqué le Directeur départemental de la sécurité publique des Hautes-Pyrénées Laurent Sindic.  » Nous l’avons interpellé et placé en garde à vue pour violences volontaires sur le garde du Sanctuaire », précise-t-il.

Lire la Source : https://www.ladepeche.fr/2021/07/16/incident-dans-les-hautes-pyrenees-un-individu-apostrophe-avec-vehemence-emmanuel-macron-9675865.php

© par Bernard TRITZ

Xavier Bertrand « Je refuse le naufrage et le sabordage de la société française » !

Par Marion Mourgue et Vincent Trémolet de Villers – Publié hier jeudi 15 juillet à 19h29 – Mis à jour hier à 20h59.

M. Xavier BERTRANDChristoph Hardt via imago images/Future Image via Reuters Connect

ENTRETIEN EXCLUSIF – Le candidat à la présidentielle dénonce « le laxisme migratoire », « l’offensive de l’islamo-gauchiste » et « les fantasmes du transhumanisme ».

LE FIGARO. – Emmanuel Macron a étendu l’utilisation du passe-sanitaire. Est-ce nécessaire ?

Xavier BERTRAND. – Je réclamais cette mesure depuis l’accélération du variant Delta. Je ne vais certainement pas la dénoncer aujourd’hui. Car l’objectif, c’est bien de protéger des vies et de retrouver une vie normale par la vaccination. Ce qui est en revanche une fois de plus dramatique, c’est l’impréparation dans la mise en œuvre, tant dans les hôpitaux que dans la restauration, la culture ou les commerces.

On ne peut pas se décharger de l’exécution de telles décisions sur les entreprises sans aménager de périodes transitoires et sans fixer un cadre clair, notamment s’agissant des contrôles des passes sanitaires. Et y ajouter, en plus, des sanctions invraisemblables sur les employeurs ! C’est comme si le gouvernement n’avait rien appris de ses erreurs sur les masques, les tests et le lancement de la vaccination.

Au-delà du Covid, que pensez-vous de cette intervention ? : Volontarisme d’opérette sur les

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/politique/xavier-bertrand-je-refuse-le-naufrage-et-le-sabordage-de-la-societe-francaise-20210715

© par Bernard TRITZ

Retour dans le monde de WordPress

Après quelques années passées sur Google Blogger, l’actualité subie, obligea ce retour. Déçu par Google Blogger, content de retrouver WordPress. Patience il en faudra afin que je retrouve mes marques.

Phase délicate de lancement d’un nouveau blog.

Cela se fera petit à petit. Merci pour votre indulgence. Vos encouragements à venir. Vos critiques également seront nécessaire dans le but d’avancer et satisfaire.

Présentation personnelle

Retraité actif : Après avoir travaillé durant 44 années et 6 mois, totalisant 174 trimestres alors qu’il était nécessaire d’en totaliser 160.

Tout m’intéresse à des degrés divers, j’écoute, cherchant à comprendre les émotions, les idées, les dires en favorisant celui qui parle en faisant face sans détour.

Mon objectif ?

  • Informer
  • Partager
  • Instruire
  • Participer
  • Conseiller
  • Coacher

Des priorités s’imposent : la famille, les amis, relations, collègues et proches. De mon séjour dans la Marine Nationale, l’Aéronautique Navale, les écoles, il ne me reste qu’un seul ami du premier jour d’incorporation, celui du 08 septembre 1964. Si la formation technique fut intense qu’elle fit de nous de supers techniciens, elle fit surtout de nous des hommes accomplis n’ayant peur de rien.

Pourquoi un blog public au lieu de tenir un journal personnel ? C’est dans ma nature d’aider dans la mesure de mes possibilités.

Production solaire

Le 15 juin 2019, j’ai signé un bon de commande pour l’achat de 20 panneaux solaire avec la Société M…..e de Lyon. Avec un commercial, pour une installation prévue terminée au 15 septembre 2019. Sur le toit de la maison principale orientée plein Ouest. Aux dires de ce commercial, qui parlait beaucoup, un second technicien devait passer pour valider l’implantation des panneaux.

Le second technicien ne valida pas ! La décision fut prise pour mettre :

12 panneaux, sur un toit, orientés Ouest

08 panneaux, sur un toit, orientés plein Sud.

Avant le montage des panneaux solaires.

Finalement, ils furent installés plein EST, pas sur l’habitation mais sur les garages.

Les panneaux sont là sur les garages, à la commande c’était sur les toits Sud et Ouest, cela ne devait prendre que 4 à 5 jours. Le résultat fut décevant ils sont revenus 6 fois et prirent fin 3ème semaine de novembre 2019, soit un retard de 5 mois !

À suivre !