ADSL : Fin du réseau cuivre !

Par Alexandre BOERO – Clubic – Source : Le Figaro – Publié le lundi 29 novembre 2021 à 19h45.

© Fournis par Clubic fibre-optique-câbles-orange.png © Alexandre Boero pour Clubic

11 à 12 millions de français seront bientôt privés de leur ligne téléphonique classique (connexion cuivre) : L’arrêt du cuivre se rapproche à mesure que la fibre optique continue d’être déployée en France. Comment se passe le début de la bascule et qu’est-il prévu pour les années à venir ?

La fin du réseau cuivre n’est pas une évocation sensationnelle ni une hypothèse, c’est un événement acté qui n’est désormais plus qu’une question de temps. En théorie, la fin du fameux réseau cuivre est prévue pour 2030. Ce réseau permet aux abonnés ADSL de disposer d’un accès à Internet et du téléphone fixe. Il est prévu qu’Orange, opérateur historique d’infrastructure, dévoile son plan pour l’arrêt du cuivre au début du mois de décembre. Restera ensuite à mettre toutes les parties (opérateurs, régulateurs, autorités) d’accord. La ligne téléphonique telle que nous l’avons connue ces dernières années n’existera plus.

Des millions de Français se voient imposer la fibre : La commercialisation du réseau cuivre s’est déjà arrêtée sur une partie du territoire. Les 10 millions de foyers aujourd’hui éligibles à la fibre optique ne pourront plus prétendre à une offre ADSL d’ici la fin de l’année. Autrement dit, une personne ou une famille qui emménage dans une zone couverte par la fibre ne pourra plus se voir proposer une offre cuivre. Même chose en cas de changement d’opérateur sur une zone couverte.

Dans les prochains mois, Orange annonce même que 11 à 12 millions de locaux devraient être concernés par la fermeture commerciale. Depuis cet automne, quelque 3 millions de foyers et entreprises ne peuvent déjà plus prétendre à une connexion au cuivre.

Outre la progression de la fibre optique sur le territoire, un second élément pousse les opérateurs télécoms à dire « stop » au réseau cuivre. Il s’agit de son coût au sens large, tout simplement. Il y a d’abord le coût environnemental, puisque la fibre optique est bien moins énergivore que le cuivre, et le coût d’entretien de ce dernier, de plus en plus coûteux, le réseau étant très vieillissant.

L’arrêt prochain du cuivre ajoutée à la fin prochaine du RTC, le « réseau téléphonique commuté » : Une fois n’est pas coutume, les quatre opérateurs, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free, sont tous d’accord sur le principe de l’arrêt du cuivre. Mais la mise en œuvre de cet arrêt définitif dans le temps est encore à discuter. Chez Free par exemple, on évoque une « fin de support », qui se traduirait par la fin des réparations en cas de panne sur le réseau cuivre. La solution est radicale et tranche avec le discours de Bouygues Telecom, qui appelle à un « maintien de la qualité du cuivre. »

L’intérêt, pour les télécoms, serait sans doute d’assurer la transition la plus douce possible. Car la fibre optique ne tend pas à convaincre tout le monde : il y a les sceptiques, ceux qui n’en ont pas l’utilité, et ceux qui restent attachés au cuivre.

Un autre chantier, de plus court terme encore, est en cours et rejoint celui du prochain arrêt du cuivre : celui de l’arrêt progressif du RTC, le « réseau téléphonique commuté », technologie historique utilisée pour fournir un service de téléphonie fixe, qui souffre de son obsolescence. Le réseau cuivre est le support physique qui livre la prise en T dans les habitations et locaux. Le RTC constitue la technologie qui relie le téléphone à la prise en T sans aucun boitier ni box intermédiaire. L’intérêt est de le faire migrer, d’ici 2023, vers des technologies plus modernes, comme la Voix sur IP (VoIP). Les Français qui disposent d’une ligne téléphonique et utilisent un combiné relié à leur prise murale ne seront pas impactés avant 2023. Ceux qui utilisent la téléphonie fixe via leur box internet, en revanche, ne seront pas impactés du tout. La technologie RTC voit son nombre d’abonnés diminuer de 10 % tous les ans, et ce depuis plusieurs années. D’ici 2023, 85 % du parc devrait avoir migré vers une technologie moderne.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/lifestyle/shopping/11-%c3%a0-12-millions-de-fran%c3%a7ais-seront-bient%c3%b4t-priv%c3%a9s-de-leur-ligne-t%c3%a9l%c3%a9phonique-classique-connexion-cuivre/ar-AARgC3O?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

WhatsApp – Mises à jour ?

Par La rédaction – Publié le mercredi 27 octobre 2021 à 19h45 – Mis à jour le mercredi 27 octobre 2021 à 19h47.

WhatsApp application

WhatsApp – attention, l’application ne sera plus fonctionnelle sur certains smartphones dès lundi : WhatsApp va opérer des mises à jour à partir du 1er novembre 2021. Il a indiqué que l’application de messagerie cessera de fonctionner correctement sur une quarantaine de smartphones datés. Voici la liste des appareils concernés.

Vous possédez un vieux smartphone et utilisez WhatsApp régulièrement ? Prenez garde, l’application de messagerie ne sera très prochainement plus fonctionnelle sur certains appareils aux systèmes d’exploitation trop anciens, rappellent notamment Phonandroid et RTL.

Sur son site, le réseau détenu par Facebook indique qu’il ne prendra plus en charge, à partir du lundi 1er novembre 2021, les téléphones Android sous Android 4.0.4 et versions antérieures. Du côté d’IOS, le système d’exploitation d’Apple, l’application ne sera plus compatible avec les appareils sous iOS 9 et versions antérieures.

WhatsApp considère que ces systèmes d’exploitation, mis en services il y a plusieurs années, ne pourront pas supporter les mises à jour à venir de son service. Une quarantaine de smartphones sont concernés. Phonandroid précise toutefois que si l’application est déjà installée sur ces terminaux, il sera possible de continuer à l’utiliser après le 1er novembre. Mais certaines fonctionnalités rencontreront des bugs et l’application cessera progressivement de fonctionner.

La liste complète des smartphones qui ne seront plus pris en charge le 1er novembre 2021 :

Apple : iPhone SE, 6s et 6s Plus

Samsung : Galaxy Trend Lite, Galaxy Trend II, Galaxy S2, Galaxy S3 mini, Galaxy Xcover 2, Galaxy Core et Galaxy Ace 2

Huawei : Ascend G740, Ascend Mate, Ascend D Quad XL, Ascend D1 Quad XL, Ascend P1 S et Ascend D2

Sony : Xperia Miro, Sony Xperia Neo L et Xperia Arc S

LG : Lucid 2, Optimus F7, Optimus F5, Optimus L3 II Dual, Optimus F5, Optimus L5, Optimus L5 II, Optimus L5 Dual, Optimus L3 II, Optimus L7, Optimus L7 II Dual, Optimus L7 II, Optimus F6, Enact, Optimus L4 II Dual, Optimus F3, Optimus L4 II, Optimus L2 II, Optimus Nitro HD and 4X HD, et Optimus F3Q

ZTE : Grand S Flex, ZTE V956, Grand X Quad V987 et Memo

Alcatel : One Touch Evo 7, Archos 53 Platinum, HTC Desire 500, Caterpillar Cat B15, Wiko Cink Five, Wiko Darknight, Lenovo A820, UMi X2, Faea F1 et THL W8

Quelles solutions ? : Pas de panique, si votre smartphone se trouve dans la liste ci-dessus, il n’est pas forcément nécessaire de changer d’appareil. Pour continuer d’échanger sur WhatsApp sans problème, les propriétaires de certains des téléphones concernés ont la possibilité d’installer une version plus récente du système d’exploitation. Il suffit de se rendre dans les paramètres avancés et d’opérer directement une mise à jour du système. Phonandroid souligne ainsi que les iPhone SE et 6s d’Apple sont par exemple compatibles avec la mise à jour iOS 15, lancée le 20 septembre dernier.

Si la mise à jour demeure impossible, pas le choix : il faudra se procurer un nouveau smartphone pour utiliser correctement WhatsApp, en privilégiant donc un appareil plus récent.

Source : Microsoft News format Windows 11

© Par Bernard TRITZ

Microsoft Teams – Téléphonie du futur !

Par Capucine Simon – Publié le lundi 27 septembre 2021.

Windows Teams

Microsoft dessine le futur de la téléphonie d’entreprise dans Teams : Issy-Les-Moulineaux, le 27 septembre 2021 – Alors que les réunions à distance font désormais partie du quotidien de tous, Microsoft annonce de nouvelles fonctionnalités audios pour permettre à chaque collaborateur de profiter dans Teams d’une expérience de téléphonie d’entreprise encore plus riche et innovante. Avec plus de 80 millions d’utilisateurs actifs par mois dans plus de 180 pays, Teams Phone réinvente aujourd’hui la téléphonie en entreprise. 

En l’espace d’une année, les appels passés depuis Microsoft Teams Phone vers une ligne fixe ou mobile ont augmenté de 50%, le mode de travail hybride poussant les entreprises à unifier leur système de téléphonie au sein de Teams. A juste titre, le nouveau mode travail nomade rend obsolète l’usage d’un téléphone fixe sur un bureau. Recevoir ou passer des appels depuis sa plateforme digitale de collaboration professionnelle et les transférer simplement entre les différents appareils, est désormais une attente légitime des utilisateurs.

Augmenter les fonctionnalités de la téléphonie pour les collaborateurs : Simplification des transferts d’appels entre appareils : pour des questions de confort et de mobilité, il est de plus en plus nécessaire de pouvoir transférer un appel téléphonique entre un PC et un appareil mobile. Teams Phone offre désormais la possibilité de transférer un appel entre différents terminaux sans interrompre l’appel. Il suffit d’ouvrir l’application Teams sur l’appareil vers lequel vous souhaitez transférer l’appel, puis de sélectionner l’option de transfert d’appel.  

Identification des appels indésirables : les appels spam ou indésirables sont courants dans la sphère professionnelle et restent un irritant majeur dans la téléphonie fixe. Désormais disponible, la fonction anti-spam identifie les appels indésirables potentiels et les affiche comme tels pour l’utilisateur, ce qui lui permet d’être plus efficace dans son travail au quotidien. De plus, Teams propose l’affichage du nom pour les appels sortants, afin qu’ils ne soient pas confondus avec des numéros inconnus par les destinataires externes.

Transcription et enregistrement des appels individuels : qu’un collaborateur soit en déplacement ou qu’il n’ait tout simplement pas de bloc-notes à portée de main, il est parfois utile de pouvoir enregistrer un appel. D’ici fin 2021, Teams Phone permettra à ses utilisateurs, dans le respect de la protection des données individuelles, d’enregistrer les appels et de consulter leur transcription.

Better Together: les utilisateurs peuvent désormais mettre leurs appels en mode silencieux ou y mettre fin directement depuis leur téléphone ou Microsoft Teams. 

Talkie-walkie pour les téléphones de bureau – lancée en octobre, cette nouvelle expérience sera disponible aussi pour les appels vers des lignes fixes ou mobiles, afin de faciliter les échanges entre collaborateurs grâce à une fonctionnalité “push-to-talk ».

Bénéficier facilement d’un service de téléphonie fixe dans Teams, c’est possible : La téléphonie d’entreprise reste un besoin majeur pour encore une majorité de fonctions. Teams Phone facilite l’intégration de la téléphonie fixe au sein de Teams, permettant à chacun de profiter de services de communications et de répertoire intégrés, unifiés et sécurisés.

Microsoft annonce la disponibilité d’Operator Connect pour permettre aux entreprises de toute taille d’unifier de manière plus simple la téléphonie fixe de leur operateur existant. En effet, les opérateurs télécom partenaires rendent maintenant disponible directement leurs services dans la console administrateur de Microsoft, ce qui offre aux DSI plus de simplicité dans l’intégration de leur téléphonie dans Teams comme dans la gestion des lignes fixes. Parmi les opérateurs participants au programme Operator Connect en France : Orange Business Services, Tata Communications, BT, Intrado, NTT, Pure IP ou encore NuWave.

Simplification de la gestion d’un centre d’appels : les centres d’appels sont les premiers utilisateurs de téléphonie fixe, et leurs besoins ont drastiquement évolué depuis la pandémie, notamment pour intégrer rapidement et de n’importe où de nouveaux effectifs. L’intégration des solutions de centre d’appels dans Teams est un enjeu majeur pour bénéficier du potentiel digital dans la gestion des appels, ainsi que dans le suivi de bout en bout des ventes et services par téléphone. Les solutions de centre d’appels existantes dans Teams sont désormais régies dans un nouveau programme appelé Connected Contact Center. Celui-ci, piloté par une entité indépendante, permet une qualité de service encore plus fiable et transparente. Huit solutions de centre d’appels sont désormais certifiées et 12 autres solutions sont en cours de certification.

Lire la Source : https://news.microsoft.com/fr-fr/2021/09/27/microsoft-dessine-le-futur-de-la-telephonie-dentreprise-dans-teams/

© Par Bernard TRITZ

Google Pixel Fold : Smartphone pliant

Google Pixel Fold : le smartphone pliant se précise et devient de plus en plus intéressant !

Par Remi Lou – Publié le mercredi 21 juillet 2021 à 09h00.

Smartphone pliant.

Le Pixel pliant de Google continue de livrer ses secrets, et se dégote une dalle flexible d’exception signée Samsung.

Cela fait déjà plusieurs années que les smartphones pliants font les choux gras de l’actualité tech, mais force est de constater qu’ils sont encore bien peu nombreux sur le marché et ne se sont pas vraiment généralisés auprès du grand public. En effet, le concept est encore jeune et les prix plutôt prohibitifs, mais cela devrait peu à peu changer à mesure que d’autres constructeurs se lanceront sur ce marché.

Samsung, qui règne sur le petit monde des smartphones pliants, devrait ainsi propulser le secteur tout entier grâce à ses technologies d’écrans flexibles. Selon le média coréen The Elec — généralement de bonnes sources — Google devrait notamment en profiter. Samsung Display devrait ainsi fournir son panneau Ultra Thin Glass (UTG) au géant californien afin d’équiper son premier smartphone pliant, communément appelé Pixel Fold par les rumeurs.

Toujours d’après The Elec, Google aurait commandé des écrans OLED flexibles de 7,57 pouces à Samsung. Il s’agirait d’une dalle LTPO, capable d’ajuster automatiquement son taux de rafraîchissement de 1 à 120 Hz en fonction du contenu affiché. L’écran serait destiné à trouver sa place à l’intérieur du Pixel Fold, tandis qu’un second écran plus ordinaire servirait d’affichage externe. Le concept se rapprocherait ainsi du Galaxy Z Fold 2 — et du futur Galaxy Z Fold 3 — de Samsung. D’ailleurs, le futur smartphone pliant de Samsung, dont la présentation est attendue ce 11 août, devrait également bénéficier d’un écran LTPO 120 Hz.

Smartphone pliant sur Twitter.

Reste à voir quand sortira ce fameux smartphone pliant façon Google. Selon de précédentes rumeurs, le Pixel Fold pourrait bien voir le jour avant la fin de l’année, même si l’entreprise déclarait en 2019 ne pas être « pressée de mettre un produit pliable sur le marché. » Quoi qu’il en soit, le lancement d’un smartphone pliant chez Google serait un événement en soi. Étant à l’origine d’Android, la firme pourrait définitivement bouleverser le secteur en adaptant pleinement son logiciel à ce nouveau form factor.

Lire la Source : https://www.journaldugeek.com/2021/07/21/google-pixel-fold-le-smartphone-pliant-se-precise-et-devient-de-plus-en-plus-interessant/

© Par Bernard TRITZ

Pegasus – France : Macron et bien d’autres en sus !

Par Damien Leloup et Martin Untersinger – Publié, le mardi 20 juillet à 17h59 – Mis à jour, le mardi 20 juillet à 19h13.

président au téléphone – Image JOHN THYS / AFP –

Projet Pegasus : un téléphone portable d’Emmanuel Macron dans le viseur du Maroc.

ENQUÊTE : En 2019, les numéros du chef de l’Etat, de son premier ministre et de quatorze ministres alors en exercice ont été sélectionnés pour une éventuelle mise sous surveillance par le logiciel espion. Contacté par « Le Monde », l’Elysée affirme : « si les faits sont avérés, ils sont évidemment très graves. Toute la lumière sera faite sur ces révélations ».

Emmanuel Macron adore ses téléphones portables : Pour le président français, ils sont un outil de travail, un moyen de gouverner et même un symbole de sa modernité. Deux iPhones trônent à ses côtés sur son portrait officiel et, dans la vidéo tournée en mai avec les youtubeurs McFly et Carlito, on le voit dans les salons de l’Elysée en train d’en dégainer un pour appeler le footballeur Kylian Mbappé.

Mais l’utilisation de ces appareils s’est peut-être retournée contre lui : L’un des numéros du président de la République, qu’il utilise, selon nos informations, régulièrement depuis au moins 2017 et jusqu’à ces derniers jours, figure dans la liste des numéros sélectionnés par un service de sécurité de l’Etat marocain, utilisateur du logiciel espion Pegasus, pour un potentiel piratage. Des numéros de téléphone appartenant à Edouard Philippe, alors premier ministre, ainsi qu’à quatorze autres membres du gouvernement ont également été visés.

Ces numéros font partie d’une liste de plus de 50.000 numéros de téléphone consultée par l’organisation Forbidden Stories et Amnesty International, avant d’être partagée à seize médias, dont Le Monde, réunis au sein du « Projet Pegasus ». Selon les analyses menées par le consortium et Amnesty, la présence dans cette liste signifie qu’un client de Pegasus s’y est intéressé et a envisagé une possible infection.

L’authenticité de cette liste et son lien avec le logiciel espion Pegasus ont notamment été établis en analysant plusieurs dizaines de téléphones y figurant. Dans une grande majorité de cas, des traces techniques laissées par Pegasus y ont été trouvées, souvent quelques secondes après l’apparition sur la liste du numéro de téléphone correspondant.

Faute d’avoir pu examiner le téléphone du président de la République, il n’est pas possible de dire s’il a été infecté par ce logiciel espion, l’un des plus sophistiqués de la planète. Pegasus est aussi invisible qu’intrusif ; seul un protocole d’analyse technique précis, établi par une poignée d’experts, permet d’en déceler des traces a posteriori. Dans un communiqué transmis au Projet Pegasus le 20 juillet, NSO affirme qu’Emmanuel Macron « n’a pas, et n’a jamais été, une cible ou n’a jamais été sélectionné comme une cible par des clients de NSO ». NSO ne précise pas sur quoi elle se base pour l’affirmer, l’entreprise précisant qu’elle n’a « pas accès aux données de ses clients, qui doivent toutefois fournir ce type d’informations » à NSO en cas d’enquête. Il vous reste 81.17% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Lire la Suite : https://www.lemonde.fr/projet-pegasus/article/2021/07/20/projet-pegasus-un-telephone-portable-d-emmanuel-macron-dans-le-viseur-du-maroc_6088950_6088648.html

© Par Bernard TRITZ

Pegasus – Système mondial d’espionnage

Projet Pegasus – Révélations sur un système mondial d’espionnage de téléphones !

Par Damien Leloup et Martin Untersinger – Publié le dimanche 18 juillet à 18h00 – Mis à jour le dimanche 18 juillet à 20h13.

Pégasus – Espionnage des conversations téléphoniques

ENQUÊTE – « Le Monde » et seize autres rédactions ont eu accès à plus de 50.000 numéros de téléphone potentiellement ciblés par Pegasus, un puissant logiciel espion israélien, pour le compte d’une dizaine d’États. Une arme numérique utilisée contre des journalistes, des avocats, des militants et des responsables politiques de nombreux pays, dont la France.

C’est un annuaire ahurissant, dans lequel on trouve un chef d’Etat et deux chefs de gouvernement européens ; des hommes et des femmes aux plus hauts échelons du pouvoir d’une ex-République soviétique ; des dizaines de députés de l’opposition d’un pays africain ; des princes et des princesses, des chefs d’entreprise, quelques milliardaires, des ambassadeurs, des généraux. Et puis, aussi et surtout, des centaines de journalistes, d’avocats, de militants des droits de l’homme.

Le Monde, associé au sein d’un consortium à seize autres rédactions, a eu accès à environ 50.000 numéros de téléphone – partagés par l’organisation Forbidden Stories et Amnesty International – de cibles potentielles d’un puissant logiciel espion de l’entreprise israélienne NSO Group, baptisé « Pegasus », pour le compte d’une dizaine de gouvernements. Il s’avère que nombre de ces cibles au sein de la société civile ont été effectivement infectées par Pegasus. Le Monde et le consortium coordonné par Forbidden Stories ont pu confirmer l’authenticité des données en les croisant avec plusieurs autres sources et en identifiant des dizaines de nouvelles victimes du logiciel par des analyses techniques extrêmement poussées sur leurs téléphones mobiles, grâce aux experts du Security Lab d’Amnesty International.

Violation des droits de l’homme : Ces listes de « cibles » sont d’un intérêt exceptionnel : l’usage de Pegasus que font les Etats clients de NSO, en dehors de tout cadre légal, est un secret bien gardé. Depuis sa création, en 2011, l’entreprise israélienne vend son logiciel comme un outil décisif, destiné uniquement à la lutte contre le terrorisme et le crime organisé – et multiplie les discours assurant que tout est mis en œuvre pour garantir cet usage « légitime ». L’analyse des données consultées par Le Monde et ses partenaires montre que, pour une grande partie des clients de NSO, terrorisme et grand banditisme ne constituent qu’une infime partie des utilisations.

En Azerbaïdjan, au Maroc ou au Rwanda, ce sont avant tout des journalistes, des opposants, des avocats, des défenseurs des droits de l’homme qui sont les principales cibles de ce logiciel espion sophistiqué. NSO répète depuis des années que les cas de surveillance politique sont des incidents isolés. Les informations que Le Monde et ses partenaires publient, à partir du 18 juillet, dans une série de révélations programmées tout au long de la semaine, prouvent de manière incontestable que ces abus sont la norme et non l’exception.

Il vous reste 67.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Lire la Source : https://www.lemonde.fr/projet-pegasus/article/2021/07/18/projet-pegasus-revelations-sur-un-systeme-mondial-d-espionnage-de-telephones_6088652_6088648.html

© Par Bernard TRITZ