URSSAF : Arnaque bancaire

Par 20 Minutes avec agence – Publié le vendredi 31 décembre 2021 à 11h00.

© RAPHAEL BLOCH/SIPA Ordinateur illustration.

Indemnité inflation – Attention à ce faux message de l’Urssaf, c’est une arnaque : PRUDENCE – Des hackers se font passer pour l’Urssaf et tentent de voler les coordonnées bancaires de leurs victimes.

Les hackers s’adaptent aux circonstances, et cette dernière arnaque recensée en est bien la preuve. L’Urssaf a remarqué que des courriels malveillants étaient envoyés en son nom concernant le versement de l’indemnité inflation mise en place par le gouvernement. L’objectif : mettre la main sur vos coordonnées bancaires.

« Des campagnes de phishing (hameçonnage) relatives au versement de cette indemnité inflation sont actuellement constatées », indique l’Urssaf sur son site. Et d’ajouter : « Si vous recevez un message émanant notamment de l’adresse « noreply@notre-urssaf.fr », ignorez son contenu et supprimez le directement de votre messagerie ».

Plusieurs points à vérifier : Les mails de l’Urssaf sont en effet envoyés avec les noms de domaine suivants : @votre-urssaf.fr, @urssaf.fr et@info.urssaf.fr. À noter également que vos coordonnées bancaires ne vous seront jamais demandées par courriel, ni même par téléphone. Enfin, le contenu du message, comportant souvent des fautes d’orthographe et des formulations assez vagues, peut également vous mettre la puce à l’oreille. Toute tentative d’hameçonnage peut être signalée sur le site : https://phishing-initiative.fr/contrib.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/indemnit%C3%A9-inflation-attention-%C3%A0-ce-faux-message-de-l-urssaf-c-est-une-arnaque/ar-AASiTE1?ocid=msedgdhp&pc=U531#image=1

© par Bernard TRITZ

94 ans la tête sur les épaules

À 94 ans cette brave dame a la tête sur les épaules et sait compter. Elle a aussi très bonne mémoire en citant tous les intervenants gouvernementaux successifs qui l’ont trahi.

Très bien résumée la situation ……. Où on est…

De 1956 à nos jours : 65 ans d’imagination fiscale… et de mensonges.

Je me présente. Je m’appelle Micheline SANY. Je suis née en 1927 et je vous le dis tout net : à force de tirer sur l’élastique, la corde va péter !

En 1956, quand Guy Mollet a instauré la vignette pour « fournir un revenu minimum à toutes les personnes âgées de 65 ans et plus », bon… moi j’avais à peine 30 ans et j’étais très fière de pouvoir venir en aide aux anciens.

En plus, Paul Ramadier, le ministre des Affaires économiques, avait affirmé que ça serait une taxe temporaire… Bah, il a duré quarante-quatre ans le temporaire ! Pendant quarante-quatre ans j’ai payé cette vignette ! Alors merci !

Surtout que les anciens n’en ont presque jamais vu la couleur, vu qu’au bout de trois ans, le Premier ministre, Michel Debré, a annoncé que le produit de la vignette serait finalement « acquis au budget de l’État… », qui le reverserait au Fonds national de solidarité. Enfin, en partie… Enfin, en petite partie… Que les vieux se fassent dépouiller comme ça, ça a fait du foin, pendant toutes ces années. Mais ça n’a jamais rien changé.

Ensuite en 1991, quand ils ont créé la CSG, la contribution sociale généralisée pour financer la branche famille, en remplacement des cotisations patronales d’allocations familiales, bon… sans râler, j’ai payé !

Surtout que ça ne devait durer que cinq ans. « Une contribution transitoire » qu’ils disaient… et puis 1,1 %, c’était supportable. Seulement vingt-sept ans plus tard, elle transite toujours la CSG !

Et elle a grimpé à 9,2 % pour les salariés et 8,3 % pour les retraités. Par étapes, bien sûr, c’est moins voyant.

En 1993, elle est passée de 1,1 à 2,4 %. Pour alimenter en plus le Fonds de solidarité vieillesse. Y’avait pas déjà la vignette pour ça ? Chuuuuut ! Arrêtez d’être insolents !

En 1997, elle augmente encore pour financer, en plus, la branche maladie : on en est à 3,4.

En 1998, toujours pour la branche maladie, elle passe à 7,5 %, etc., etc.

Bref, la protection sociale ne s’est pas redressée, et ce qui devait être temporaire est devenu… un impôt de plus.

Ah bah oui ! La CSG, ça rapporte plus que l’impôt sur le revenu aujourd’hui.

Si on vous demande combien vous payez d’impôts par an, vous savez le dire. Mais si on vous demande combien vous payez de CSG, vous savez ? 

Chez moi on disait : « C’est tout un art de plumer l’oie sans la faire crier ». Alors qu’il y aurait de quoi hurler.

Et puis en 1996, rebelote avec la CRDS, la « contribution à la réduction de la dette sociale ».

J’ai payé. (Mais j’avoue, j’ai râlé.)

À cette époque, les déficits sociaux s’élevaient à un montant estimé entre 30 et 38 milliards d’euros.

Oui, parce que nous, si on se trompe de dix euros dans notre déclaration de revenus, on risque une amende, mais eux, un flou de 8 milliards, ils ont le droit… Toujours est-il qu’ils avaient tout bien calculé : en treize ans, tout serait remboursé.

La CRDS devait disparaître le 31 janvier 2009.

Mais voilà- t’y pas qu’en septembre 1997, le gouvernement Jospin annonce 13 milliards d’euros supplémentaires de dettes, qui correspondaient aux déficits sociaux non financés des années 1996 à 1998.

Alors, ils ont tout bien recalculé, finalement pour tout éponger il fallait prolonger… jusqu’au 31 janvier 2014.

Mais voilà- t’y pas qu’en 2004, le plan de redressement de la Sécurité sociale concocté par Philippe Douste-Blazy annonce 50 milliards d’euros supplémentaires de dette à rembourser.  

Alors, ils ont tout bien re-recalculé… et ils ont vu que finalement, la Trinité était la meilleure date pour arrêter la CRDS. Donc, on la paye toujours…

Et puis, en 2004, Raffarin a inventé la « journée de solidarité », vouée à « l’autonomie des personnes âgées ».

Moi, ça va, j’étais déjà à la retraite, mais vous, vous avez travaillé… sans être payés !

Et en 2013, une nouvelle taxe pour les retraités. CASA, ça s’appelle. C’est la « contribution additionnelle de solidarité à l’autonomie », 0,3 % sur les retraites, pensions d’invalidité, allocations de préretraite.

C’est-à-dire qu’ils font payer les vieux pour que les vieux soient autonomes !

Ce n’est pas du bon foutage de gueule, ça ? Et on continue. En 2013, toujours, M. Jean-Marc Ayrault nous gèle les retraites complémentaires…

Et comme ça ne s’arrête jamais, maintenant, parce que j’ai 1.247 euros de revenu fiscal par mois, j’ai une augmentation monstrueuse de la CSG : 25 % d’augmentation !

Ah ben oui, on nous a dit 1,7 %, mais ce n’est pas 1,7 % de ce qu’on payait, c’est le taux qui augmente de 1,7 %       

Bref, nous les vieux, on est passés de 6,6 % à 8,3 % de CSG, ça nous fait 25 % dans les dents… Enfin celles qui nous restent.

Et maintenant, la cerise sur le pompon : on nous annonce que nos retraites vont être revalorisées de 0,3 %.

Cinq fois moins que l’augmentation dont on aurait dû bénéficier si le code de la Sécurité sociale avait été simplement respecté, puisqu’il prévoit que les pensions soient revalorisées du montant de l’inflation moyenne sur l’année pour éviter toute dégradation du niveau de vie

Et l’inflation prévue d’après l’Insee est de 1,6 %

Et Bruno Le Maire ose dire sur RTL : « Mais ils ne seront pas perdants, leur pension de retraite continuera à être revalorisée ». Il croit qu’on est tous gâteux ou quoi ?

Je n’ai que mon certificat d’études, mais y’a pas besoin de sortir de Polytechnique pour comprendre qu’une hausse de 0,3 % des pensions, quand les prix augmentent de 1,6 %, revient à une baisse du pouvoir d’achat.

D’après le baromètre de l’institut Elabe, publié le 6 septembre, 72 % des retraités déclarent ne pas avoir confiance dans le chef de l’État, alors qu’ils étaient 44 % en janvier et 35 % lors de son élection. On se demande vraiment pourquoi Un type qui pour se faire élire déclarait chez Jean-Jacques Bourdin en décembre 2016 : « L’engagement que je prends ici devant vous, c’est que, avec moi, toutes les petites retraites auront leur pouvoir d’achat protégé ».

Et sur RMC encore, en février 2017 : « Je ne veux pas, moi, faire d’économies sur le dos ni des retraités, ni de celles et ceux qui sont à quelques années d’aller à la retraite.

Et au 20 heures de France 2 en mars 2017 : « Je ne touche pas à la retraite de celles et ceux qui sont aujourd’hui retraités. Leur retraite sera préservée. Il n’y aura pas de perte de pouvoir d’achat, c’est essentiel ! ».

Alors je pose la question : 72 % qui n’ont pas confiance, comment est-ce possible ?

Comment peut-il se trouver encore 28 % de retraités qui lui fassent confiance ? …

Toute ma vie, j’ai payé pour aider les vieux et maintenant que je suis vieille, il faut que je paye pour aider les jeunes ? Que vont-ils nous inventer encore ?

NB : Cette noble dame souhaite que ce texte soit partagé, reblogué !

Courriel reçu d’un lanceur d’alertes, Ami, par courriel ce mercredi 15 décembre 2021 à 08h37.

© par Bernard TRITZ

Vite RECONQUÊTE !

App bancaires : Nouvelle arnaque ?

Par Eugénie BARBA – Challenges – Publié le mardi 14 décembre 2021 à 12h00.

© DENIS CHARLET / AFP Cette nouvelle fraude dans le viseur de la Banque de France

Fraude aux applications bancaires sécurisées : quelle est cette nouvelle arnaque ? : Depuis quelques mois, une nouvelle arnaque à la carte bancaire a émergé. Cette fois-ci, les escrocs s’attaquent aux consommateurs via un appel téléphonique pour tenter de dérober le code secret de leur application bancaire sécurisée.  

Les escrocs ne reculent devant rien pour tenter de dérober plusieurs centaines ou milliers d’euros aux Français les moins vigilants. Dernièrement, une nouvelle arnaque a émergé via le système de sécurisation mis en place par l’ensemble des banques françaises sur l’année 2021 pour vérifier et valider les opérations des clients.

Leur mode opératoire est bien rodé : via un appel téléphonique dont le numéro affiché peut parfois être identique à celui de votre banque, l’escroc se fait passer pour votre conseiller bancaire et vous informe que des opérations frauduleuses ont été repérées sur votre compte. Pour installer un climat de confiance, l’escroc n’hésiterait pas à inviter la future victime à vérifier qu’elle détient bien sa carte bancaire avec elle. Et afin d’annuler les transactions en cours, l’escroc demande de valider la procédure via un SMS et son application bancaire sécurisée (Sécur’pass, Sécuripass …) où un code secret est à rentrer manuellement ou via une empreinte. Mais en réalité, au bout du fil, l’arnaqueur est en train de réaliser un achat en ligne et vous incite à valider le paiement via le SMS et l’application. À noter que l’envoi de ces confirmations de paiement est possible car ces professionnels de l’arnaque détiennent les coordonnées bancaires de la victime, souvent achetées sur le dark web. Résultat, après validation, les victimes se font instantanément débiter une somme sur leur compte. « Depuis quelques semaines, on constate une augmentation de ce type de fraude via Sécur’pass », indique Matthieu Robin, chargé de mission banque et assurance pour l’UFC-Que Choisir. Même constat du côté de l’Observatoire de la Sécurité des Moyens de Paiements (OSMP) qui évoque un fléau naissant depuis avril 2021. Impossible toutefois de chiffrer le nombre de victimes concernées par cette arnaque, nous souffle-t-on à l’OSMP. Selon le dernier rapport de cet organisme publié en août 2021, 1,2 million de ménages ont été victimes d’une fraude à la carte bancaire pour une valeur totale de 473 millions d’euros en 2020.

Une fraude non remboursée : Alors qu’aujourd’hui 96% des porteurs de carte utilisent une application bancaire sécurisée pour valider ses paiements selon l’OSMP, la Banque de France espère bien « casser la dynamique de cette fraude qui monte en puissance ces derniers mois ». D’autant plus que les victimes ne peuvent pas se faire rembourser la somme qui leur a été dérobée. « À partir du moment où vous validez un paiement de votre plein gré via l’application, vous n’avez aucun moyen de vous faire rembourser », explique Matthieu Robin. Au total, 30% des fraudes ne sont pas remboursées par les banques, selon la dernière étude d’UFC-Que Choisir publiée en octobre 2020. L’OSMP recommande toutefois de déclarer systématiquement le vol auprès de sa banque et sur la plateforme Perceval.

Face à l’arrivée de cette nouvelle arnaque, l’association des consommateurs et l’OSMP appellent les consommateurs à faire preuve de vigilance. « Il faut garder à l’esprit que votre banque ne vous demandera jamais de communiquer vos données secrètes, ni de tester vos outils de sécurité. Si vous avez un doute sur l’authenticité du discours de votre interlocuteur, raccrochez et appelez votre banque via un autre canal », conseille Julien Lasalle, secrétaire de l’OSMP, et chef du service de la surveillance des moyens de paiements scripturaux à la Banque de France. Difficile toutefois de lutter efficacement contre ces fraudes qui concernent tous les Français, quels que soient leur âge ou leur classe sociale. « Malheureusement, les escrocs ont toujours une longueur d’avance et arrivent rapidement à s’adapter aux nouvelles réglementations. Ils cherchent une faille et là, pour ce type de fraude, c’est l’humain qui est la faille », conclut Matthieu Robin.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/fraude-aux-applications-bancaires-s%C3%A9curis%C3%A9es-quelle-est-cette-nouvelle-arnaque/ar-AARNpT3?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

France, Mobiles, arnaques massives

Par Dominique DESAUNAY – RFI – Publié le jeudi 9 décembre 2021 à 12h15.

© Getty Images/Tim Robberts Le phishing par SMS se développe fortement.

Les Français victimes d’arnaques massives « via » leur téléphone mobile : En cette période de fin d’année, de nombreux Français se plaignent de recevoir sur leur mobile une avalanche d’appels à caractère frauduleux et des torrents de SMS malveillants. Cette envolée des arnaques perpétrées par mobile est l’une des conséquences de la crise sanitaire qui a changé radicalement nos usages du numérique.

C’est un triste constat, la pandémie du Covid-19 a été une véritable aubaine cette année pour les arnaqueurs qui ont multiplié les fraudes en piratant ou récupérant sur le Web les numéros de nos smartphones. La prolifération de SMS malveillants et d’appels vocaux frauduleux est à son comble ! Et notamment la fameuse arnaque au colis avec une prolifération de faux texto qui connaissent actuellement un regain d’activité en cette période de fin d’année 2021 qui est propice aux emplettes en ligne.

Mais les cybercriminels en ont aussi après le compte personnel de formation. Cette plateforme en ligne mise en place par le gouvernement permettant à tout salarié de suivre une formation qualifiante ou certifiante est une cible de choix pour les pirates, alerte Jean-Jacques Latour, responsable expertise du site gouvernemental Cybermalveillance.fr, dont la mission, depuis 2015, est de porter assistance aux victimes d’escroqueries en ligne qu’elles soient perpétrées sur des ordinateurs ou sur des mobiles.

« Notre mission première est la prévention, c’est-à-dire faire en sorte que les gens comprennent les différentes menaces qui pèsent sur leurs systèmes numériques. Mais c’est également d’apporter une assistance aux victimes en leur donnant toutes les bonnes orientations et conseils pour pouvoir y faire face. Aujourd’hui votre numéro de mobile, vous l’avez donné à plein de personnes, à de nombreux sites internet et ces numéros circulent de fichiers en fichiers qui parfois peuvent tomber entre de mauvaises mains ».

Les mobiles seraient devenus ainsi les cibles de prédilections des cybercriminels : 60 % des fraudes passeraient actuellement par les smartphones et la plupart seraient réalisées depuis le pays dans lequel résident les victimes de ces malversations.

Certains modes opératoires employés par les cybercriminels sont particulièrement sophistiqués et quasiment indétectables. Un logiciel espion se glisse dans votre smartphone et siphonne toutes vos données confidentielles, vos mots de passes ainsi que votre carnet d’adresse afin de mener ensuite des attaques frauduleuses sur les mobiles de vos contacts.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/les-fran%C3%A7ais-victimes-d-arnaques-massives-via-leur-t%C3%A9l%C3%A9phone-mobile/ar-AAREdpv?ocid=msedgdhp&pc=U531#image=1

© par Bernard TRITZ

Hausse des prix de l’électricité : Plainte déposée !

Par Laure DUCOS – Publié le samedi 04 décembre 2021 à 07h31 – Mis à jour à 08h08.

Des pratiques trompeuses dénoncées par la CLCV. ILLUSTRATION MAXPPP – RICHARD VILLALON

Hausse des prix de l’électricité – des fournisseurs d’énergie ont « trompé » les consommateurs, une plainte déposée : Les distributeurs d’électricité ekWateur, GreenYellow, Mint et Ovo Energy, ont été assignés en justice par la CLCV, notamment pour transformer une offre indexée sur les tarifs réglementés vers une offre plus risquée.

Quatre fournisseurs d’électricité dans le viseur d’une plainte : ekWateur, GreenYellow, Mint et Ovo Energy, ont été assignés en justice par la CLCV, (Consommation, Logement, Cadre de Vie), association de défense des consommateurs et usagers.

Selon les premières estimations, il y aurait entre 500.000 et 600.000 consommateurs qui auraient choisi ces quatre fournisseurs d’électricité alternatifs et seraient ainsi sortis des tarifs réglementés afin de payer moins cher leur électricité.

Et ces consommateurs qui ont vu des hausses de plusieurs centaines d’euros sur leur facture au fil du temps.

Pour la CLCV, l’Association nationale de défense des consommateurs et usagers, le marché de l’énergie présente une « importante insécurité contractuelle et de nombreux opérateurs ont recours à des procédés qui peuvent être particulièrement préjudiciables pour les consommateurs ».

Sur Twitter

Offre bien plus risquée : La CLCV dénonce quelques pratiques trompeuses au tribunal dont « le fait de transformer, sans consentement explicite du consommateur, une offre indexée sur le tarif réglementé de vente en une offre indexée sur les fluctuations du marché de gros, ce qui rend l’offre bien plus risquée », comme le rapporte Challenges.

Elle ajoute qu’il s’agit d’une « pratique très préjudiciable pour le consommateur et qui créerait un grave problème de confiance dans le marché si elle venait à se développer ».

Une augmentation importante du prix : La CLCV dénonce également le fait « d’accroître, dans certains cas d’une façon très importante (+ 30 % par exemple), le prix de l’offre d’un consommateur en l’informant par un simple courriel qui ne dit pas clairement l’étendue de l’augmentation tarifaire qui va lui être appliquée ».

D’autres clauses abusives ont été également dénoncées.

La CLCV précise par ailleurs qu’elle « recommande de souscrire une offre au tarif réglementé de l’électricité », comme le souligne Le Figaro.

Lire la Source : https://www.midilibre.fr/2021/12/02/hausse-des-prix-delectricite-des-fournisseurs-denergie-ont-trompe-les-consommateurs-une-plainte-deposee-9966170.php

© par Bernard TRITZ

Arnaque Complémentaire santé !

Par Annick Berger – Capital – Publié le vendredi 26 novembre 2021 à 09h00.

© Pixabay Arnaque : attention à ce faux mail pour une complémentaire santé

Arnaque – attention à ce faux mail pour une complémentaire santé : Plusieurs habitants de Haute-Garonne ont récemment reçu un mail leur proposant une complémentaire santé par le biais du conseil départemental. Attention, il s’agit d’une arnaque.

On ne le dira jamais assez, il faut toujours se méfier des propositions trop alléchantes faites par mail. Le conseil départemental de Haute-Garonne vient de lancer une alerte contre une arnaque à la complémentaire santé. En effet, comme le rapporte France 3, depuis quelques jours des habitants reçoivent un courrier plutôt alléchant. Dans le texte, le « service conseil santé du département » propose une « complémentaire santé pour tous les habitants, à prix négociés » avec un contrat « jusqu’à 55% moins coûteux comparé aux mutuelles classiques, avec le même niveau de couverture ».

Le message invite ensuite à cliquer sur un lien pour souscrire à cette avantageuse mutuelle. Ce mail est bien entendu un faux et le conseil départemental de Haute-Garonne a mis en garde, jeudi 25 novembre, ses concitoyens contre cette « démarche abusive menée actuellement par voie de message électronique ». La collectivité précise ainsi que « le Département n’est pas l’émetteur de ce mail et ne propose pas de complémentaire santé ».

Attention virus ! : En y regardant de plus près, détaille France 3, plusieurs indices permettent de déjouer l’escroquerie. Le message ne comporte en effet aucun élément utilisé pour les communications officielles du département de Haute-Garonne.

L’adresse électronique est également suspecte : isabelle@servicedepartemental.org. Attention donc à ne pas répondre à ce message ou cliquer sur le lien « je reçois mon étude », au risque d’installer un virus sur votre ordinateur.

Le Département a annoncé avoir saisi le procureur de la République et une enquête de police est en cours. En attendant, la collectivité appelle tous ses concitoyens à la prudence. La Haute-Garonne n’est pas le premier territoire de l’Hexagone à être victime de ce genre de mail frauduleux. En septembre dernier, c’est le conseil départemental de la Nièvre qui avait mis en garde concernant un mail similaire vendant aux particuliers une mutuelle solidaire intitulée « Nièvre Santé ».

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/arnaque-attention-%C3%A0-ce-faux-mail-pour-une-compl%C3%A9mentaire-sant%C3%A9/ar-AAR9DbF?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Impôts : Danger, faux email, Arnaque

Par Clément Capot – Publié le mardi 23 novembre à 19h45.

© Fournis par Gentside Arnaque : un faux mail vous promet un remboursement d’impôts.

Arnaque – attention à ce faux mail des impôts qui vous promet un remboursement : Encore une ! Ces derniers jours, de nombreux Français et Françaises ont reçu un mail leur promettant un généreux remboursement d’impôts. Une véritable aubaine, à l’approche des fêtes. Le problème, c’est que plutôt que de vous offrir de l’argent sur un plateau, ce fameux mail préfère vous voler vos données personnelles. Explications.

Une arnaque bien ficelée : C’est l’UFC Que Choisir qui tire la sonnette d’alarme, ce lundi 22 novembre 2021. « Vous avez un remboursement non effectué de la part de votre impôts finances. Notre système de gestion des opérations détecte que vous avez le droit à recevoir ce remboursement », peut-on lire dans le fameux faux mail.

L’offre est alléchante et en apparence, elle a l’air plus que plausible : Le mail respecte la charte graphique des finances publiques, même s’il comporte quelques fautes de syntaxe, indétectables si l’on ne fait pas vraiment attention. Il invite à cliquer sur un lien qui mène vers le formulaire de remboursement, qui lui aussi ressemble bien au véritable site des impôts. Super, il n’y a plus qu’à empocher les 437€ promis. Malheureusement non, il s’agit bel et bien d’une tentative de phishing.

Comment repérer les arnaques aux phishing ? : Car en y regardant d’un peu plus près, on commence à voir les failles. L’adresse qui se cache derrière ce mail ne porte pas la mention « @dgfip.finances.gouv.fr », mais il s’agit d’un certain « 432100806@student.ksu.edu.sa ». Même traitement pour l’URL du formulaire de remboursement, qui n’est pas « impots.gouv.fr », mais plutôt « mandowalartstudio.com ». Il ne s’agit donc pas des impôts. Adieu les 437€, bonjour le vol de données personnelles.

Des petits détails qu’il faut impérativement vérifier à chaque fois que vous recevez un mail de ce genre. Qu’il s’agisse d’une offre trop belle pour être vraie, ou trop inquiétante et menaçante, vous incitant à agir dans la hâte.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/technologie-et-sciences/arnaque-attention-%C3%A0-ce-faux-mail-des-imp%C3%B4ts-qui-vous-promet-un-remboursement/ar-AAR38cH?ocid=msedgntp

© par Bernard TRITZ

Facebook – Messenger

J’en ai des dizaines de pages au fil des jours. Un véritable harcèlement de la part de Facebook Messenger, qui naturellement, impose, expose, propose. Cette pornographie doit cesser immédiatement ! Nous le savons le plus grand nombre sont de faux profils qui viennent de Côte d’Ivoire. Un réseau d’arnaqueur. Dont le but principal est de présenter un faux profil, un hameçon pour ferrer une proie dans le but d’obtenir un mandat postal…

Facebook est complice !

Quand l’Union Européenne mettra fin à ces contacts, en condamnant Facebook mettons 100.000,00 € par adresse que Facebook relaie, impose à l’un de ses membres ?

© par Bernard TRITZ

Rognac – Production Solaire.

Août 2021

AVANT :

Pour donner suite à un grand nombre d’irrégularités, d’agissements suspects, d’augmentations de facturation indues et anormales.

J’ai été contraint de revenir chez EDF le 22 février 2021. Ce changement de fournisseur est actif depuis cette date.

Ce que nous avons trouvé notre nouveau fournisseur et nous est incroyable.

Le dossier suit son cours.

DEPUIS :

Les captures d’écrans démontre nos dires !

© par Bernard TRITZ

Les dossiers de consommation qui fâchent.

Les dossiers de consommation qui fâchent :

Sur le flanc droit; neuf, ont été percés 4 trous de Ø 6 et un de Ø 18, délaissant les passages prévus sur le haut par Mitsubishi

Principaux dossiers :

  • Production solaire
  • Pompe à Chaleur
  • Isolation thermique
  • Autres

Pourquoi ?

Les entreprises lancent sur les routes des commerciaux aux pratiques : très curieuses, trompeuses, mensongères, Etc.

Aux beaux discours qui se ressemblent, aux mots prêts, aux gestes, aux méthodes, habitudes, à croire qu’ils ont tous été formés par les mêmes formateurs :

Discours hachés, gribouillages sur des feuilles de papier blanches, sans entête de la société qu’ils représentent, tous ces discours ces attitudes au pas de course, promesses, annonces, avantages, ne sont que des artifices, des trompent l’œil, des illusions, des asphyxies, des hallucinations qui n’ont qu’un seul but : faire signer une demande de crédit à la consommation.

Schéma type pour la pompe à chaleur (du vécu) : 13.500,00 €, 10.000,00 € d’aides de l’État, reste à charge 3.500,00 €. Vous commencez par payer le crédit pendant ce temps les aides tombent une à une et vous remboursez le crédit en recevant les aides. Au bout d’un an, vous n’aurez payé que le crédit 3.500,00 €, ayant remboursé le capital des 10.000,00 € des aides reçues.

Pour notre cas : seule l’aide d’EDF de 3.500,00 € est arrivée après 6 mois d’échanges multiples de courriers.

Finalité : 3.500,00 € d’aide seulement, le débours a bien été de 10.000,00 €. Soit exactement l’inverse des dires, griffonnages du commercial.

Une énorme tromperie ! Une escroquerie.

Nous sommes allés aux Impôts : rien !

J’ai écrit au président Macron : RIEN !

© par Bernard TRITZ