Windows 11 : imprimante non reconnue

Très gros défaut de Windows 11 : À chaque nouvelle « Mise à Jour », soit à reconnaître beaucoup trop souvent, l’imprimante est non reconnue et doit être réinstallée. C’est insupportable !

Défaut récurrent suite à toutes installations de Mise à jour !

C’est un scandale Bill !


Test des débits ce samedi à 07h47 après la Mise à jour et le nettoyage d’après !

Pour réinstaller l’imprimante ce fut encore un poème ! Puis il a fallu nettoyer l’ordinateur de fond en comble. Et tester les performances des débits de la fibre optique. Une fois à nouveau avec EDGE, qui est supérieur à Google Chrome, il me faut l’admettre !

© par Bernard TRITZ

Windows 11 : un certificat périmé !

Par Gilbert Kallenborn – Source : Microsoft – Publié le vendredi 05 novembre 2011 à 11h31.

Windows 11 fait chier ! (on se fait chier !)

Des bugs dans Windows 11 en raison d’un certificat périmé : Une série d’applications Windows, dont l’outil de capture d’écran et le menu Démarrer peuvent ne plus fonctionner. Un patch est disponible, mais pas encore pour tous les programmes.

Même les meilleurs commettent des erreurs. Microsoft a oublié de renouveler l’un de ses certificats numériques dans Windows 11, rendant inopérantes tout un tas d’applications chez certains utilisateurs depuis le 31 octobre, la date de péremption. Parmi les victimes : l’outil de capture d’écran, le panneau d’émojis, le clavier tactile, l’interface de gestion des méthodes d’entrée, la reconnaissance vocale, le guide de démarrage, le menu Démarrer ou l’application des Paramètres (uniquement en mode S pour ces deux derniers). Plutôt embêtant quand même.

Microsoft a publié un patch (K5006746) qui résout ce problème, mais seulement pour une partie de ces applications. À savoir le panneau d’émojis, le clavier tactile, la reconnaissance vocale et l’interface de gestion des méthodes d’entrée et le guide de démarrage. Pour installer le patch, il faut aller dans la rubrique Mise à jour et sécurité → Windows Update. Pour les autres applications, il faudra patienter encore un peu.

En attendant, les adeptes de l’outil de capture d’écran pourront se référer aux bons conseils de l’éditeur. « Pour contourner le problème avec l’outil de capture d’écran, utilisez la touche d’impression écran de votre clavier et collez la capture d’écran dans votre document. Vous pouvez également la coller dans Paint pour sélectionner et copier la partie souhaitée », peut-on lire dans une note technique. Merci Microsoft ! On aurait vraiment eu du mal à trouver ça par nous-mêmes…

Lire la Source : https://www.01net.com/actualites/des-bugs-dans-windows11-en-raison-d-un-certificat-perime-2050742.html

© par Bernard TRITZ

Planches à billets : Gabegies d’ampleur !

Par Barthélemy Dont sur The Economist – Publié le lundi 25 octobre 2021 à 7h50.

Dollar dollar bill, y’all. | Mufid Majnun via Unsplash

Des millions de billets de banque manquent à l’appel et personne ne s’en soucie : Comment expliquer que les banques centrales en impriment plus alors qu’ils sont moins utilisés ?

Nous utilisons de moins en moins d’argent liquide. Cette tendance de fond qui se poursuit depuis des années a accéléré pendant la pandémie, lorsque de nombreux commerces n’ont plus accepté que la carte bancaire. Pourtant, alors que l’utilisation du cash diminue, le nombre de billets en circulation ne cesse d’augmenter.

En vingt ans, explique The Economist, la valeur cumulée de toutes les pièces et billets en livres sterling a triplé, pour désormais atteindre les 75 milliards de livres (89 milliards d’euros). Seulement, le tiers de ces billets sont utilisés dans les transactions courantes. La situation est similaire pour le dollar et l’euro. En février, la Banque centrale européenne estimait que seuls 15% à 20% des euros liquides étaient utilisés pour des transactions au sein de la zone euro.

Or, contrairement à ce que l’expression « faire marcher la planche à billets » suggère, lorsque les banques centrales créent de l’argent, elles émettent de la monnaie virtuelle. Ce sont ensuite les banques commerciales qui leur demandent de l’argent afin d’alimenter leurs distributeurs. Cela veut dire que si le nombre de billets en circulation augmente, c’est forcément qu’il y a une demande. Mais à quoi peut-elle bien correspondre ?

Ce phénomène a été baptisé en 2009 le « paradoxe des billets de banque » par Andrew Bailey, alors directeur de la banque centrale britannique et premier à reconnaître officiellement cette curiosité. Car malgré le constat qu’il se passe quelque chose d’étrange, les banques centrales ne semblent pas particulièrement intéressées de savoir où disparaît leur cash.

Cash rules everything around me : Utilisation hors des frontières, accumulation de liquide, bas taux d’intérêts, baisse de confiance envers le système bancaire… Plusieurs hypothèses ont été avancées par les banques centrales, mais aucune ne suffit à expliquer les milliards manquants.

Selon The Economist, la police a bien plus de réponses à apporter que les banquiers au paradoxe des billets de banque. Mafias, organisations terroristes, gouvernements corrompus : le liquide permet aux criminels d’empêcher les autorités financières de mettre le nez dans leurs affaires et d’effectuer des transactions sans laisser aucune trace, y compris en traversant les frontières.

Pourquoi les gouvernements ne réévaluent-ils pas leur production de billets de banque, alors qu’elle est manifestement trop importante par rapport à l’utilisation réelle et finit souvent entre de mauvaises mains ?

The Economist suggère que cela pourrait avoir un lien avec le seigneuriage, et le bénéfice effectué lors de l’impression de monnaie. En effet, la différence entre le coût de production d’un billet et sa valeur nominale va directement dans les caisses de l’État.

L’UE a pendant des années imprimé des billets de 500 euros largement réputés pour ne servir qu’au crime organisé. Il a fallu attendre 2018, et que la Banque de France estime publiquement que le billet facilite le blanchiment et le financement du terrorisme, pour qu’elle cesse d’en émettre.

Lire la Source : https://korii.slate.fr/biz/economie-millions-billets-banque-manquent-appel-utilisation-cash-crime-organise-blanchiment

© Par Bernard TRITZ

Facebook : Dysfonctionnements !

Par Le Figaro avec AFP – Publié le samedi 23 octobre 2021 à 06h00 – Mis à jour  il y a 7 heures, le samedi 23 octobre 2021 à 10h00 heures.

FILE PHOTO: Facebook logo displayed through broken glass in this illustration taken October 4, 2021. REUTERS/Dado Ruvic/Illustration/File Photo – Les dernières révélations ont été extraites de milliers de documents internes remis à la SEC, l’autorité boursière, par la lanceuse Frances Haugen, qui a déjà été auditionnée par le Congrès américain. DADO RUVIC / REUTERS

Nouvelle salve de révélations sur les pratiques de Facebook : Selon plusieurs médias, le réseau social avait conscience du flot de désinformation en lien avec la présidentielle américaine de 2020, mais n’a pas réagi.

Facebook avait conscience de la radicalisation de nombreux utilisateurs et du flot de désinformation en lien avec l’élection présidentielle américaine de 2020, mais n’a pas réagi en conséquence d’après des documents de la lanceuse d’alerte Frances Haugen, obtenus par différents journaux américains. Ces révélations sont les dernières en date d’une longue série, depuis une première vague d’enquêtes publiées par le Wall Street Journal en septembre grâce à des rapports internes transmis par cette ex-employée du groupe californien. Vendredi, des articles du New York Times, du Washington Post ou encore de la chaîne NBC portaient sur le rôle de Facebook dans la polarisation intense de la vie politique aux États-Unis.

Début novembre, quelques jours après le scrutin, un analyste faisait par exemple savoir à ses collègues que 10% des contenus politiques visionnés par les utilisateurs américains de la plateforme étaient des messages assurant que le vote avait été truqué, d’après le New York Times. Cette rumeur sans fondement, martelée par l’ex-président Donald Trump, a alimenté la colère de nombreux conservateurs et conspirationnistes, qui a culminé avec les émeutes du Capitole le 6 janvier. Des partisans du milliardaire républicain avaient ce jour-là envahi le Congrès pendant la certification de la victoire du démocrate Joe Biden. Cinq personnes ont trouvé la mort pendant ou peu après l’attaque.

Dans la foulée, Facebook, comme Twitter et les autres grandes plateformes, ont banni Donald Trump et les mouvements extrémistes impliqués dans les émeutes. Mais d’après les nouvelles révélations publiées vendredi, des employés du groupe californien estiment qu’il aurait pu mieux anticiper le problème. Ces informations ont été extraites de milliers de documents internes remis à la SEC, l’autorité boursière, par Frances Haugen. Début octobre, elle a répété devant des sénateurs américains que les dirigeants de la firme, Mark Zuckerberg en tête, « financent leurs profits avec notre sûreté ».

Ce sera un feu de paille. Des élus vont râler. Et d’ici quelques semaines, ils seront passés à autre chose. En attendant on imprime de l’argent au sous-sol et tout va bien ». Propos attribués à Tucker Bounds, membre de l’équipe de communication de Facebook

Elle avait auparavant fait fuiter des études montrant que Facebook a conscience des problèmes psychologiques des adolescentes surexposées aux vies et corps apparemment « parfaits » des influenceuses sur Instagram. C’est le fil rouge de ces révélations : le géant des réseaux sociaux connaissait les problèmes mais a choisi, en bonne partie, de les ignorer, selon la lanceuse d’alerte et d’autres sources anonymes.

Les articles de vendredi évoquent ainsi un rapport intitulé « Le voyage de Carol vers QAnon ». Carol Smith, une « mère conservatrice de Caroline du Nord », était un faux compte créé par un chercheur, payé par Facebook pour étudier le rôle de la plateforme dans la polarisation des utilisateurs. D’après ce chercheur, dès l’été 2019, Carol Smith était exposée par l’algorithme du réseau social à un «torrent de contenus extrêmes, conspirationnistes et choquants », dont des groupes de la mouvance QAnon. La responsabilité de l’insurrection revient à ceux qui ont enfreint la loi et à ceux qui les y ont incités ». Guy Rosen, vice-président du groupe chargé de l’intégrité civique

Face à cette nouvelle vague de critiques, Facebook a publié un communiqué rappelant ses investissements conséquents pour assainir ses plateformes et soutenir le processus démocratique. « Mais la responsabilité de l’insurrection revient à ceux qui ont enfreint la loi et à ceux qui les y ont incités », y déclare Guy Rosen, un vice-président du groupe chargé de l’intégrité civique. Cette défense a peu de chances de satisfaire des élus remontés à bloc contre le réseau social. D’autant que le flot de révélations ne tarit pas : un consortium d’une dizaine d’organisations de presse, de CNN au Monde, s’apprête à publier des articles basés sur ces documents, d’après le site spécialisé The Information.

Et un nouveau lanceur d’alerte s’est manifesté, selon un article du Washington Post paru vendredi. Ex-membre de l’équipe d’intégrité civique, il a fait une déposition auprès de la SEC le 13 octobre, où il accuse Facebook de faire passer les profits avant les enjeux humains. Dans ce document, l’ancien employé relate notamment des propos tenus en 2017, quand l’entreprise décidait de la meilleure façon de gérer la polémique liée à l’interférence de la Russie dans la présidentielle américaine de 2016, via sa plateforme. « Ce sera un feu de paille. Des élus vont râler. Et d’ici quelques semaines, ils seront passés à autre chose. En attendant on imprime de l’argent au sous-sol et tout va bien », aurait alors déclaré Tucker Bounds, un membre de l’équipe de communication de Facebook.

D’après le Washington Post, le deuxième lanceur d’alerte assure dans sa déposition que les managers de Facebook sapaient régulièrement les efforts de lutte contre la désinformation et les discours haineux par peur de mettre en colère Donald Trump et ses alliés, et pour ne pas risquer de perdre l’attention des utilisateurs, essentielle à ses volumineux profits.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/la-presse-americaine-lance-une-nouvelle-salve-de-revelations-sur-les-pratiques-de-facebook-20211023?utm_source=CRM&utm_medium=email&utm_campaign=[20211023_NL_ACTUALITES]&een=86641ea8c294d5c7be9a97f7f353f771&seen=2&m_i=DR9DBlB1MHe%2Byca7Gh8H7OpqcO4U_fTetRJ73ks2qR5CgM4NOZ0TI24OmA2YSKP27I51pQ1vp06%2BPkiAmb4RRxutdhK3LLBDDr


Comme le sexe, la pornographie, et bien d’autres !

Déjà signalé à plusieurs reprises : tous ces clics rapporte de l’argent ! Eh voilà !

© Par Bernard TRITZ

Windows 11 : 3 bugs connus

Par Arnaud Deschamps – Publié le jeudi 14 octobre 2021 à 10h17.

Windows 11

Problèmes avec Windows 11 – trois nouveaux bugs connus : Lors de la sortie de Windows 11, Microsoft avait déjà documenté plusieurs bugs connus. Parmi ceux-ci : une incompatibilité avec le logiciel réseau Intel Killer, l’application VirtualBox d’Oracle et le navigateur Cốc Cốc. La firme vient aujourd’hui d’ajouter trois nouveaux bugs à cette liste qui avouons-le reste assez courte pour un « nouveau » système d’exploitation.

Microsoft a donc ajouté sur son site Release Health de nouveaux bugs connus pour Windows 11. Ils sont au nombre de trois et concernent tous des problèmes d’impression. Non, je ne vous parle pas de problèmes avec les imprimantes Brother mais de problème d’impression en réseau.

Notons toutefois que Microsoft ne bloque pas le déploiement de la mise à jour même si ces bugs peuvent se présenter… car ils sont également répertoriés pour Windows 10. Peut-être ont-ils été introduits lors du colmatage de la faille du spouler d’impression ? Microsoft a confirmé travailler sur un correctif sans toutefois communiquer de date. On imagine que cela sera prêt pour le Patch Tuesday de novembre, voire peut-être avant sous forme de mise à jour facultative. Voici, ci-dessous, les nouveaux bugs connus et leur solution de contournement tels que répertoriés par Microsoft.

L’installation d’imprimantes peut échouer lorsqu’elle est tentée sur certaines connexions réseau : Les périphériques qui tentent de se connecter à une imprimante réseau pour la première fois peuvent ne pas réussir à télécharger et à installer les pilotes d’imprimante nécessaires.

Ce problème a été observé dans les périphériques qui accèdent aux imprimantes via un serveur d’impression, en utilisant des connexions HTTP. Lorsqu’un client se connecte au serveur pour installer l’imprimante, une incompatibilité de répertoire se produit, ce qui entraîne une génération incorrecte des fichiers du programme d’installation. Par conséquent, les pilotes peuvent ne pas être téléchargés.

Remarque : les méthodes de connexion à l’imprimante décrites dans ce numéro ne sont pas couramment utilisées par les appareils conçus pour un usage domestique. Les environnements d’impression concernés par ce problème se trouvent le plus souvent dans les entreprises et les organisations.

Solution de contournement : les administrateurs informatiques disposant de privilèges d’administrateur peuvent toujours installer des pilotes d’imprimante sur le client par d’autres moyens, tels que la copie des pilotes fournis à partir d’un emplacement de package connu. Seuls les processus de téléchargement et d’installation automatiques sont concernés par ce problème.

Prochaines étapes : Microsoft travaille sur une résolution et cible sa sortie dans une future mise à jour.

Les propriétés d’impression personnalisées peuvent ne pas être correctement fournies aux clients du serveur d’impression :  Les propriétés d’impression définies sur ce serveur peuvent ne pas être correctement fournies aux clients. Notez que ce problème est spécifique aux serveurs d’impression et n’a pas d’impact sur l’impression réseau standard. Ce problème n’entraînera pas l’échec des opérations d’impression, cependant, les paramètres personnalisés définis sur le serveur (par exemple, les paramètres d’impression recto-verso) ne seront pas appliqués automatiquement et les clients n’imprimeront qu’avec les paramètres par défaut.

Ce problème résulte d’une construction incorrecte du fichier de données qui contient les propriétés de l’imprimante. Les clients qui reçoivent ce fichier de données ne pourront pas utiliser le contenu du fichier et procéderont à la place aux paramètres d’impression par défaut. Les serveurs qui utilisent les paramètres d’impression par défaut et n’ont pas de paramètres personnalisés à fournir aux clients ne sont pas affectés.

Remarque : les méthodes de connexion à l’imprimante décrites dans ce numéro ne sont pas couramment utilisées par les appareils conçus pour un usage domestique. Les environnements d’impression concernés par ce problème se trouvent le plus souvent dans les entreprises et les organisations.

Solution de contournement : les administrateurs informatiques disposant de privilèges d’administrateur peuvent toujours installer des pilotes d’imprimante sur le client par d’autres moyens, tels que la copie des pilotes packagés à partir d’un bon emplacement de package connu. De plus, les clients peuvent toujours être modifiés manuellement pour adopter les paramètres d’imprimante souhaités.

Prochaines étapes : Microsoft travaille sur une résolution et cible sa sortie dans une future mise à jour.

L’installation d’imprimantes via Internet Printing Protocol (IPP) peut échouer : L’installation d’imprimantes utilisant Internet Printing Protocol (IPP) peut ne pas aboutir.

Remarque : IPP n’est pas couramment utilisé par les appareils conçus pour un usage domestique. Les environnements d’impression concernés par ce problème se trouvent le plus souvent dans les entreprises et les organisations.

Prochaines étapes : Microsoft travaille sur une résolution et cible sa sortie dans une future mise à jour.

Lire la Source : https://www.monwindows.com/blog/problemes-avec-windows-11–trois-nouveaux-bugs-connus-t113828.html

© par Bernard TRITZ

OVH – Panne massive !

Par Salomé Dubart – Journaliste – Publié le mercredi 13 octobre 2021 à 15h21 – Mis à jour à 15h24.

La maintenance, à l’origine de cette panne, était organisée pour contrer les nombreuses attaques D Dos des derniers jours.

Panne massive d’OVH – Des milliers de sites inaccessibles à cause, d’un mauvais copier-coller : Ce mercredi 13 octobre, l’hébergeur OVH a connu une panne massive de ses systèmes vers 9h17. Des milliers de sites ont été inaccessibles à cause d’une erreur humaine.

Ce mercredi 13 octobre, le fournisseur de services cloud et hébergeur OVH cloud a essuyé une panne massive. Des milliers de sites internet ont été inaccessibles depuis 9h30, à quelques jours de l’introduction en Bourse de l’hébergeur.

Selon les dernières informations données par le directeur d’OVH, cette panne serait le fait d’un mauvais copier-coller dans le terminal de la reconfiguration du routeur. Ce serait le chiffre 4 qui serait passé sur la seconde ligne au lieu de la première. Les serveurs étaient donc accessibles en IPv6 mais pas en IPv4.

Sur Twitter

Une erreur humaine : « Le routeur avec la mauvaise configuration D2 a été coupé » a rassuré le directeur Octave Klaba, le routeur étant un ordinateur spécialisé dans l’envoi de paquets à travers le réseau de données. Ainsi les sites internet étaient de nouveau accessibles.

Sur Twitter 2

La maintenance, à l’origine de cette panne, était organisée pour contrer les nombreuses attaques DDos des derniers jours. « Ces derniers jours, l’intensité des attaques DDoS a beaucoup augmenté. Nous avons décidé d’augmenter notre capacité de traitement de DDoS en ajoutant de nouvelles infrastructures dans notre DC VH (US-EST). Une mauvaise configuration du routeur a provoqué la panne du network » a confirmé Octave Klaba.

Lire la Source : https://www.ladepeche.fr/2021/10/13/panne-massive-dovh-des-milliers-de-sites-inaccessibles-a-causedun-mauvais-copier-coller-9848446.php

© par Bernard TRITZ

Facebook, Instagram et WhatsApp – Nouvelle panne !

Par Le Parisien avec AFP Publié le vendredi 8 octobre 2021 à 22h06, modifié le 8 octobre 2021 à 22h33.

FILE PHOTO: A Facebook logo is displayed on a smartphone in this illustration taken January 6, 2020. REUTERS/Dado Ruvic/Illustration/File Photo

Ce vendredi soir, vers 20 heures (heure de Paris) selon les rapports signalés au site spécialisé Downdetector, des utilisateurs des applications Instagram et dans une moindre mesure WhatsApp et Facebook Messenger ne pouvaient pas accéder à ces services.

Facebook, Instagram et WhatsApp face à une nouvelle panne : Plusieurs réseaux sociaux du groupe Facebook connaissent des difficultés d’accès ce vendredi soir. L’entreprise précise « travailler pour que les choses reviennent à la normale le plus rapidement possible ».

Facebook refait le coup de la panne : Ce vendredi soir aux alentours de 18 heures GMT (soit 20 heures en France), selon les rapports signalés au site spécialisé Downdetector, des utilisateurs des applications Instagram et dans une moindre mesure WhatsApp et Facebook Messenger ne pouvaient pas accéder à ces services. Des perturbations confirmées par Facebook.

La situation semblait toutefois en cours de résolution vers 20H05 GMT (22h05 en France), le nombre de personnes rapportant des incidents sur le site de Down Detector ayant fortement diminué.

Sur Twitter !

« Nous sommes conscients que certaines personnes et entreprises ont des difficultés à accéder aux produits Facebook. Nous travaillons pour que les choses reviennent à la normale le plus rapidement possible et nous nous excusons pour tout inconvénient », a indiqué un porte-parole de l’entreprise, quelques jours après une panne géante ayant paralysé ses services pendant plusieurs heures.

Pendant plus de six heures lundi soir, Facebook, Messenger, WhatsApp et Instagram avaient en effet été inaccessibles avant un retour à la normale dans la nuit : Facebook avait fini par indiquer tard lundi soir dans un communiqué que la panne majeure de ses réseaux et messageries avait été causée par un « changement de configuration défectueux » de ses serveurs.

Des incidents à répétition qui arrivent au pire moment pour la firme de Mark Zuckerberg, qui traverse l’une des pires crises sur sa réputation depuis deux semaines, à cause d’une ancienne ingénieure, Frances Haugen, qui a accusé le groupe de choisir « le profit plutôt que la sûreté » de ses utilisateurs, dans un entretien diffusé par la chaîne CBS.

Lire la Source : https://www.leparisien.fr/high-tech/facebook-instagram-whatsapp-et-messenger-face-a-une-nouvelle-panne-08-10-2021-OIF5G4KRWZD77EPYTRFRMK2RTI.php

© par Bernard TRITZ

Microsoft : il y en a marre !

Hier soir, avant de fermer, cela fonctionnait normalement. Ça n’a pas duré !

Ce matin une mise à jour imposée, comme d’habitude ! Hé ! Patatras ! Tout était en Panique !

Bill Gates : retiens tes ingénieurs et techniciens ! Ils nous cassent les pieds ! Ils nous les brisent ! Je voudrais rester poli, je me retiens, je ne te promets pas que cela va durer, je vais devenir grossier te réservant les pires insultes.

Merde ! J’ai payé le prix demandé début décembre 2020. Toute l’année, des téléchargements abusifs et les dysfonctionnements qui allaient avec.

Arrête, au Nom de Dieu ! De me faire changer de mots de passe plusieurs fois par an. Et ce matin ont m’écrit une mise à jour dans un mois. MAIS C’EST QUOI TOUT CE BORDEL ?

Puis mon imprimante a changé de statut, impossible d’imprimer en couleurs, uniquement en noir !

Tu vas appeler tes techniciens à Dublin et demande à l’un d’eux de me téléphoner afin de réparer TOUS les désordres. TOUT LES DESORDRES et DURABLEMENT.

Bill je suis très en colère ! Et tu vas me faire un avoir commercial de 50% off !

© Par Bernard TRITZ

Rognac – Amazon livraison

Par Bernard TRITZ – Publié le mercredi 25 août 2021 à 17h57.

Courriel Amazon !

Rognac en Provence une nouvelle livraison d’Amazon remarquable ! Mr Jeff Bezos qu’en pensez-vous ? La même commande : (livraison transport gratuit) quelques jours plus tôt trouvée dans la Boîte à Lettres, rien à redire !

Quelque jours plus tard, la même, (livraison et transport payants) jeté par-dessus le portail.

1
2
3

Entre ce qui est prévu, normal et la réalisation, c’est décevant !

Qu’en pensez-vous ?

© par Bernard TRITZ

Compteur Linky, encore et toujours !

Par Annick Berger – Publié le mardi 03 août 2021 à 12h53 – Mis à jour le mardi 03 août 2021 à 15h36.

My Linky

Leur facture d’électricité atteignait 180.000 euros : EDF attribue l’erreur au compteur Linky.

Les gérants d’un kiosque à pizzas situé à Attin, dans le Pas-de-Calais, avaient reçu une facture d’électricité exorbitante. EDF a admis une erreur.

C’est un soulagement pour ce couple du Pas-de-Calais : Propriétaires d’un kiosque à pizzas dans la commune d’Attin, Julie et son mari avaient reçu une facture d’électricité faramineuse : 179.527 euros, détaille la Voix du Nord, lundi 2 août. Un montant qui les a immédiatement alertés. « C’était évident que nous ne pouvions pas avoir consommé plus d’un million de kWh en un mois », explique-t-elle au quotidien local. Aussitôt, le couple contacte le service client d’EDF, qui facture les abonnés. « Je suis tombée sur un monsieur très gentil qui a tout de suite reconnu une erreur », explique la restauratrice.

En cause : le compteur Linky installé pour le petit kiosque. « La personne m’a expliqué qu’il y avait un problème technique, détaille-t-elle. [Le compteur] ne télétransmet plus les données de la consommation du kiosque en temps réel. Un technicien serait venu effectuer un relevé en avril-mai. Nous n’avons pas été avertis car notre compteur est accessible depuis la rue. C’est peut-être là qu’une erreur a été faite, dans les chiffres communiqués ».

Pas de panique : Le couple dit ne pas vraiment avoir paniqué à la réception de la facture, mais être soulagé. « L’erreur est humaine, mais on s’en souviendra… ». La restauratrice explique que désormais elle relèvera elle-même ses compteurs plus régulièrement, au kiosque et dans sa maison. La situation devrait rapidement être régularisée puisque les propriétaires du kiosque à pizzas ont renvoyé le bon index à EDF qui doit émettre une nouvelle facturation.

« Ils ont prévenu que ça pouvait prendre un peu de temps et nous ont informés qu’un technicien d’Enedis passerait aussi pour régler le souci de transmission des données du compteur Linky », explique le couple au quotidien local. Par ailleurs, EDF a affirmé qu’il prendrait à sa charge les éventuels frais d’oppositions facturés par la banque des restaurateurs, qui avaient dû bloquer le prélèvement de 180.000 euros initialement réclamé par le leader de l’électricité en France.

Lire la Source : https://www.capital.fr/votre-argent/leur-facture-delectricite-atteignait-180000-euros-edf-attribue-lerreur-au-compteur-linky-1411186?amp

© par Bernard TRITZ  

France – Fibre optique – La colère gronde

Par Dimitri Tamion – actu.fr – Publié le mercredi 28 juillet 2021 à 09h46.

Armoire de raccordement Fibre Optique

Fibre optique. Agacé par les problèmes, un maire prend le taureau par les cornes : On le sait, le fibrage de la France avance à grands pas, mais s’accompagne aussi de couacs obligeant à la mise en place d’un plan de bataille. C’en est en tout cas trop pour un maire, qui a ainsi mis en place de nouvelles règles. Les opérateurs et sous-traitants ne le respectant pas risquent des amendes.

Depuis quelque temps, la commune Couilly-Pont-aux-Dames, dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France, rencontrait des problèmes avec la fibre optique. L’origine des dysfonctionnements n’a pas tardé à être identifiée : les nombreux passages au niveau du NRO.

“Concrètement, si un habitant appelle son opérateur pour se plaindre de sa fibre qui ne fonctionne pas, celui-ci va accéder sans soucis au NRO et débrancher comme bon lui semble un câble pour brancher sur cet emplacement celui de son client. Donc pour une personne qu’on raccorde, l’opérateur prive une ou plusieurs personnes de la fibre”, explique Jean-Louis Vaudescal, maire de Couilly-Pont-aux-Dames. “C’est l’anarchie totale, je suis dépassé par cette situation”, déplore-t-il.

Respect des règles ou amende à la clé : Fini d’avoir “carte blanche” et d’intervenir sans prévenir le maire. Via deux arrêtés, l’édile a en effet décidé de prendre des mesures à son niveau, déplorant devoir en arriver là, mais estimant ne pas avoir le choix avec les opérateurs, les sous-traitants et la communauté d’agglomération qui “se renvoient la balle sans arrêt”.

Les opérateurs et sous-traitants doivent désormais avertir de leur passage au NRO, en déposant une déclaration de travaux ou une déclaration d’intention de commencement de travaux auprès de la municipalité. Ceux ne respectant pas cette démarche “s’exposent à une amende de 1.500 euros”, indique-t-il. Trois procès-verbaux ont d’ailleurs été dressés depuis l’arrêté.

Par ailleurs, toute intervention auprès d’un particulier devra également être notifiée à la municipalité. “La dernière fois, un habitant a fait venir un technicien pour qu’il raccorde ses branchements à la fibre. Il s’est étalé devant chez l’habitant avec son échelle. Si celle-ci tombe et assomme quelqu’un par exemple, il en va de ma responsabilité alors que je ne suis pas prévenu de cette intervention”, explique Jean-Louis Vaudescal.

Lire la Source : https://www.universfreebox.com/article/494327/fibre-optique-agace-par-les-problemes-un-maire-prend-le-taureau-par-les-cornes

© par Bernard TRITZ  

Aéroport Marseille-Provence : Nouveau problème technique !

Par C.R. – La Provence – Publié le mercredi 28 juillet 2021 à 13h38.

Marseille-Provence – international airport by Google Maps !

Aéroport Marseille-Provence : un problème technique provoque un retard de 25 heures et fait poireauter près de 300 passagers. Selon l’aéroport Marseille-Provence, cet incident serait dû à un problème technique de l’appareil et à la difficulté de récupérer une pièce pour le réparer.

Ils auraient dû embarquer lundi dernier, à 22h05, direction le soleil de La Réunion. Mais les près de 300 passagers du vol SS-636, opéré par la compagnie Corsair, ont dû prendre leur mal en patience puisque le début de leurs vacances ne s’est pas vraiment passé comme sur des roulettes.

En effet, ce n’est qu’hier, à 23h10, soit plus d’un jour après le décollage prévu initialement, que l’avion a quitté le tarmac. Selon l’aéroport Marseille-Provence, cet incident serait dû à un problème technique de l’appareil et à la difficulté de récupérer une pièce pour le réparer. « La société Alyzia (une société d’assistance au sol, Ndlr) a pris en charge les passagers en leur offrant une nuit d’hôtel et les repas du midi et du soir », nous assure l’aéroport.

Lire la Source : https://www.laprovence.com/actu/en-direct/6440620/aeroport-marseille-provence-un-probleme-technique-provoque-un-retard-de-25heures-et-fait-poireauter-pres-

© par Bernard TRITZ