Covid-19 : Passe Vaccinal – Contrôles, Amendes, Lieux

Par 20 Minutes avec AFP – Publié le dimanche 16 janvier 2022 à 20h30.

Vote Assemblée Nationale

Coronavirus – Contrôles, amendes, lieux d’application. . . Que contient le projet de loi instaurant le passe vaccinal ?  : Après deux semaines agitées, le Parlement a définitivement adopté le projet de loi controversé instaurant le passe vaccinal. Le gouvernement veut voir entrer en vigueur le dispositif au plus vite face au « raz-de-marée » du Covid-19. Passe vaccinal à parti de 16 ans, sanctions durcies pour les fraudes… On revient sur les principales dispositions du projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire ».

Passe vaccinal largement requis :

. L’article 1er prévoit qu’un justificatif de statut vaccinal pour le Covid-19 sera demandé aux personnes d’au moins 16 ans, en lieu et place de l’actuel passe sanitaire, pour accéder aux activités de loisirs, aux restaurants et débits de boisson (à l’exception de la restauration collective), aux foires, séminaires et salons professionnels et aux transports publics interrégionaux (avions, trains, cars). Dans le cas des transports, une exception est prévue : pas besoin d’un passe pour « motif impérieux d’ordre familial ou de santé » – un proche mourant par exemple – sous réserve de présenter un test négatif, « sauf en cas d’urgence ».

. Les salariés des secteurs concernés auront l’obligation, sous conditions, de disposer d’un tel pass. Un « justificatif d’engagement dans un schéma vaccinal » pourra être suffisant, le temps de recevoir les doses requises.

. Un simple passe sanitaire (test Covid-19 négatif, attestation de vaccination complète ou certificat de rétablissement) restera valable pour les plus de 12 ans afin d’accéder aux établissements de santé et aux services médico-sociaux, sauf urgence, que ce soit pour les malades ou leurs accompagnants. Et les mineurs de 12 à 15 ans resteront soumis à l’obligation de présenter l’actuel passe sanitaire pour l’accès aux activités de loisirs, restaurants et bars, foires ou transports publics interrégionaux.

. Les organisateurs de meetings politiques auront la possibilité d’exiger un passe sanitaire aux participants.

. Pour les autres salles et les stades, les règles d’accès du public pourront prendre en compte « la situation sanitaire » et les « caractéristiques » de ces lieux, notamment leur capacité d’accueil. Les grands rassemblements sont limités actuellement à une jauge uniforme de 2.000 personnes en intérieur, 5.000 en extérieur.

Pour obtenir le nouveau passe vaccinal, il faudra un schéma complet (deux doses ou une seule, en fonction du vaccin). A partir du 15 février, il faudra effectuer une dose de rappel quatre mois – et non plus sept – après sa deuxième dose pour que le passe reste valable. Dans certaines circonstances à définir par décret, et au nom de « l’intérêt de la santé publique », il pourra être exigé la présentation cumulée d’un justificatif de statut vaccinal et d’un test négatif.

Le passe vaccinal doit entrer en application dans les prochains jours mais les préfets pourront adapter la date, en particulier en Outre-mer où le taux de vaccination est plus faible.

Lutte durcie contre la fraude :

. Contrôles : outre les forces de l’ordre, les gérants des lieux et activités soumis au passe, tels les cafetiers et restaurateurs, pourront vérifier ces passes mais dans des conditions très encadrées. Ainsi, « lorsqu’il existe des raisons sérieuses de penser que le document présenté ne se rattache pas à la personne qui le présente », il pourra être demandé « un document officiel comportant sa photographie »

. Echange : le fait de présenter un passe appartenant à autrui et le fait de transmettre à autrui un passe en vue de son utilisation frauduleuse seront punis dès le premier manquement d’une amende forfaitaire de 1.000 euros, contre 135 euros actuellement.

. Faux passes : la détention elle-même de plusieurs faux passes sera réprimée de cinq ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

. « Repentir » : sous la condition de s’engager dans un parcours vaccinal, il pourra ne pas y avoir de sanction pour faux passe.

. L’absence de contrôle du passe par l’exploitant d’un établissement recevant du public sera passible dès le premier manquement d’une amende de 1.000 euros, contre une sanction à partir du troisième manquement actuellement.

. Les entreprises ne jouant pas le jeu du télétravail pour lutter contre l’épidémie pourront être sanctionnées d’une amende administrative allant jusqu’à 500 euros par salarié, dans la limite de 50.000 euros.

Outre-mer : Le projet de loi-programme l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 mars en Martinique, à La Réunion, en Guadeloupe, en Guyane, à Mayotte, Saint-Barthélemy et Saint-Martin. Et si ce régime d’exception, qui permet reconfinement ou couvre-feu, était déclaré sur un autre territoire ultra-marin avant le 1er mars, il serait automatiquement prolongé jusqu’à la fin mars également.

En France métropolitaine, c’est un régime transitoire dit de « sortie de l’état d’urgence sanitaire » qui est déjà en vigueur, et ce jusqu’au 31 juillet 2022. C’est ce régime, sorte de boîte à outils à la disposition du gouvernement, qui permet d’ordonner des mesures de restrictions (circulation des personnes, manifestations, accès aux établissements recevant du public…) dont le passe.

En cas d’aggravation de l’épidémie et s’il y avait nécessité de mesures plus lourdes, l’état d’urgence sanitaire devrait être réenclenché en métropole. Et si ce régime devait être prolongé plus de quatre semaines, le Parlement devrait l’autoriser.

© Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP Le passe vaccinal devrait bientôt être obligatoire en France

La Source : Microsoft Windows 11 – Actualités

© par Bernard TRITZ

Passe Sanitaire au 15 janvier 2022

Par Ouest-France avec AFP – Publié le vendredi 14 janvier 2022 à 05h58 – Modifié le samedi 15 janvier 2022.

À partir du 15 janvier, les règles concernant la validité du passe sanitaire en France changent. Photo d’illustration. | THOMAS BREGARDIS / OUEST-FRANCE

Passe sanitaire et rappel de vaccin. Ce qui change à partir de ce 15 janvier 2022 : À compter d’aujourd’hui, samedi 15 janvier 2022, les personnes n’ayant pas fait leur rappel de vaccin sept mois après leur dernière injection de vaccin ou leur dernière infection au Covid-19 verront leur passe sanitaire désactivé. Le 15 février, ce délai passera à quatre mois. On vous explique les nouvelles règles.

Entre 500.000 et 700.000 personnes n’ayant pas fait leur rappel de vaccin contre le Covid-19 à temps après leur dernière injection, ou leur dernière infection, risquent de voir leur passe sanitaire désactivé à partir de ce samedi 15 janvier. Quelle est la règle, comment savoir si on est concerné ? On fait le point.

Ce qui change à partir d’aujourd’hui : Initialement, il suffisait d’avoir reçu deux doses de vaccin contre le Covid-19 pour avoir un schéma vaccinal dit complet et ainsi obtenir son passe sanitaire.

À compter d’aujourd’hui, les personnes vaccinées devront avoir reçu leur dose de rappel dans les 7 mois suivants leur dernière injection de vaccin ou leur dernière infection au Covid-19, faute de quoi elles verront leur passe sanitaire désactivé.

Attention, si le site de l’Assurance maladie indique qu’« une tolérance de 7 jours supplémentaires est consentie après la date de fin de validité du passe sanitaire », notez qu’il faut aussi compter 7 jours avant l’activation du QR Code de votre dose de rappel ou de votre certificat de rétablissement.

Qui est concerné ? : Toutes les personnes majeures de moins de 65 ans ayant reçu leur dose dernière injection ou ayant été infectée au Covid-19 dans les 7 derniers mois sont concernées.

Pour rappel, la date butoir pour la dose de rappel des personnes âgées de plus de 65 ans et celles souffrant de comorbidité avait, elle, été fixée au 15 décembre.

À partir du 15 février 2022, le délai raccourcit : À partir du 15 février, le délai pour faire sa dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 sera réduit à quatre mois maximum au lieu de sept après sa dernière injection ou infection. En d’autres mots, cela signifie que toute personne majeure n’ayant pas reçu sa dose de rappel quatre mois après sa dernière injection ou sa dernière infection au Covid verra son passe sanitaire désactivé.

Combien de temps faut-il attendre entre la dernière injection et le rappel ? : Depuis le 28 décembre 2021, le délai minimum entre la deuxième et la troisième dose est fixé à trois mois, contre quatre mois auparavant.

Quelle est la règle si on a été infecté au Covid-19 après la deuxième dose ? Si vous avez été infecté au Covid, cela ne vous dispense pas de votre dose de rappel vaccinal. Vous devez cependant attendre 3 mois avant de pouvoir la recevoir, ce qui correspond au même délai nécessaire entre deux doses de vaccin.

Un site pour savoir quand faire votre dose de rappel : Pour savoir à partir de quelle date faire votre dose de rappel et connaître la date de fin de validité de votre passe sanitaire, rendez-vous sur le site dédié de l’Assurance maladie : https://monrappelvaccincovid.ameli.fr/

Il vous faudra notamment fournir votre date de naissance, la date de votre dernière infection au Covid ou le nom du vaccin que vous avez reçu ainsi que la date de la dernière injection complétant votre schéma vaccinal initial.

Vous pouvez également utiliser l’application TousAntiCovid. Si vous êtes concerné par le rappel, un message d’alerte vous indiquant la date de fin de validité de votre passe sanitaire apparaîtra.

Lire la Source : https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/pass-sanitaire/passe-sanitaire-et-rappel-de-vaccin-ce-qui-change-a-partir-du-15-janvier-8c38937b-8b7d-4348-afd8-6ee7560eafc6

© par Bernard TRITZ

Passe vaccinal : retouché au Sénat !

Par Capital – 6medias – Publié le jeudi 13 janvier 2022 à 07h30.

© Nicolas Sandanassamy Passe vaccinal : un texte sensiblement modifié voté au Sénat

Passe vaccinal – un texte sensiblement modifié voté au Sénat : Députés et sénateurs se réuniront jeudi en début d’après-midi au Palais Bourbon, pour tenter de s’accorder sur une version commune du texte en commission mixte paritaire (CMP).

Le vote a été bien plus rapide qu’à l’Assemblée nationale. Le Sénat dominé par l’opposition de droite a voté, dans la nuit de mercredi 12 à jeudi 13 janvier en première lecture, après l’avoir sensiblement modifié, le projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire, qui instaure le passe vaccinal. Le vote de l’ensemble du texte a été acquis par 249 voix pour et 63 contre, sous la présidence de Gérard Larcher (LR), au terme de deux longues journées de débats apaisés, contrastant avec le climat agité qui avait entouré son adoption la semaine dernière à l’Assemblée nationale.

Députés et sénateurs se réuniront jeudi en début d’après-midi au Palais Bourbon, pour tenter de s’accorder sur une version commune du texte en commission mixte paritaire (CMP). En cas d’accord, il sera soumis pour adoption définitive une dernière fois au vote du Sénat jeudi puis de l’Assemblée vendredi. Si la CMP échoue, le projet de loi repartira en nouvelle lecture dans les deux chambres, l’Assemblée ayant le dernier mot.

Un passe vaccinal conditionné : Une fois le projet de loi adopté par le Parlement, il faudra pouvoir justifier d’un statut vaccinal pour accéder aux activités de loisirs, restaurants et bars, foires ou transports publics interrégionaux. Un test négatif ne suffira plus, sauf pour accéder aux établissements et services de santé. Le Sénat a apporté au texte plusieurs modifications qui ne sont pas du goût du gouvernement.

Le passe vaccinal ne pourrait ainsi être imposé que lorsque le nombre d’hospitalisations liées au Covid-19 serait supérieur à 10.000 patients au plan national, et disparaîtrait automatiquement en deçà de ce seuil. Le nombre de patients hospitalisés est aujourd’hui de près de 24.000, selon les chiffres des autorités sanitaires.

Les sénateurs ont encore limité la possibilité d’imposer la présentation d’un passe vaccinal aux personnes de plus de 18 ans. Les mineurs âgés de 12 à 17 ans resteraient soumis à l’obligation de présenter un simple passe sanitaire. Ils ont supprimé la possibilité, pour les patrons de bars, cafés et restaurants, de vérifier l’identité du détenteur du passe, afin d’éviter les fraudes.

Ils se sont enfin opposés aux sanctions administratives contre les entreprises ne jouant pas le jeu du télétravail ou n’appliquant pas les protocoles, dans le cadre de l’épidémie de Covid-19. Vantant « un texte significativement amélioré », le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau a affirmé que « balayer d’un revers de main » en CMP les apports du Sénat « serait un mauvais choix ». « Nous tendons la main, mais nous ne le ferons pas à n’importe quel prix », a-t-il ajouté.

« Nous voulons la responsabilité, mais nous voulons aussi la proportionnalité », avait-il déclaré un peu plus tôt. Le texte a été voté par une majorité de sénateurs des groupes LR, centriste, PS, RDPI à majorité En Marche, RDSE à majorité radicale et l’ensemble du groupe Indépendants. Une vingtaine de sénateurs LR a voté contre et une autre vingtaine s’est abstenue.

« Nous avons une responsabilité par rapport à un certain nombre de rumeurs ou d’emballements qui nous font parfois perdre le sens commun », a souligné la centriste Françoise Gatel. À gauche, le socialiste Jean-Pierre Sueur a relevé que le passe vaccinal « se rapproche » de la position du groupe en faveur de l’obligation vaccinale. Les groupes CRCE à majorité communiste et écologiste ont voté contre, la présidente du groupe CRCE Eliane Assassi fustigeant « une logique sécuritaire ».

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/pass-vaccinal-un-texte-sensiblement-modifi%C3%A9-vot%C3%A9-au-s%C3%A9nat/ar-AASIXN0?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

La France, dans nos rues, se rue !

Par BFMTV – Publié le samedi 08 janvier 2022 à 17h15.

Non aux vaccins !

À Paris et en province, les anti vax remobilisés après les propos d’Emmanuel Macron : Plusieurs dizaines de milliers de personnes étaient réunies afin de montrer leur désaccord contre au pass vaccinal, qui devrait entrer en vigueur dans le pays dans les jours à venir.

La revanche des anti ? Quelques mois après les importantes manifestations anti pass sanitaire qui avaient réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes à travers le pays, les défilés ont regagné en intensité, ce samedi, après des semaines d’essoufflement. Cette fois-ci, l’objet de la colère des manifestants est le pass vaccinal, que le gouvernement veut installer en France le plus rapidement possible, ainsi que la dernière sortie d’Emmanuel Macron qui a assuré vouloir « emmerder les non vaccinés. »

Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, près de 105.200 personnes étaient réunies à travers le pays pour un total de 179 actions, dont 18.000 à Paris, où trois actions ont été recensées.

Pour rappel, près de 237.000 participants avaient ainsi été dénombrés le 7 août 2021, au cœur de l’été, une mobilisation importante qui n’était pourtant pas repartie à la hausse à la rentrée, avec 121.000 manifestants dénombrés le 11 septembre 2021, par exemple. Depuis, la mobilisation n’avait eu de cesse de s’affaiblir.

À Paris, les manifestants étaient rassemblés à l’appel du candidat à la prochaine présidentielle Florian Philippot. A partir de 15h, la manifestation organisée par les Patriotes du candidat pro Frexit est partie de la place du Palais royal pour rejoindre la place Vauban, dans le VIIe arrondissement, non loin du ministère des Solidarités et de la Santé. Autre défilé parisien, celui qui reliait le boulevard de l’Hôpital et la place de la Bastille, au cours duquel les BRAV (Brigades de Répression des Actions Violentes) ont dû intervenir et utiliser des gaz lacrymogènes.

Mobilisation en province : Lyon, une petite foule de manifestants de tous âges et peu masqués s’est rassemblée dans une ambiance bon enfant sur la place Bellecour, en centre-ville. Parmi eux quelques « gilets jaunes », des drapeaux tricolores et un rouge de la CGT. Slogans dénonçant « l’apartheid social » et huées contre le président Emmanuel Macron et son Premier ministre ont ponctué la manifestation.

Un autre rassemblement de moins de 200 personnes se tenait non loin, avec une banderole « Contre la ‘covictature’. Ni cobaye, ni anti vax ». À deux pas, quatre retraités déployaient des affichettes contre la « dictature et le dogmatisme ».

À Bordeaux, entre 500 et 1.000 personnes, selon la police, ont manifesté malgré la pluie sous les cris de « Macron on t’emmerde », dans un parcours empruntant les quais de la Garonne et la vaste place des Quinconces. « A quand un vaccin du respect ? », #ontemmerde », « Confiance rompue », pouvait on lire sur les pancartes.

Emmanuel Macron a créé un tollé mardi en déclarant avoir « très envie d’emmerder » les non vaccinés, en « limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale ». Des propos qu’il a dit assumer « totalement » vendredi.

Dans l’Est, 1.250 manifestants ont défilé à Colmar et 1.900 à Mulhouse, selon la préfecture du Haut-Rhin. Ils étaient 1.500 à Strasbourg, selon la préfecture du Bas-Rhin.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/a-paris-et-en-province-les-anti-vax-remobilis%c3%a9s-apr%c3%a8s-les-propos-demmanuel-macron/ar-AASzuZp?ocid=msedgntp

© par Bernard TRITZ

Les Emmerdés sont dans nos rues !

Par Le Figaro avec AFP – Publié le samedi 08 janvier 2022 à 17h20, mis à jour le samedi 08 janvier 2022 à 20h20.

Demonstrator holds a banner reading « No to health pass » and « Truth » during a protest against the health pass and Covid-19 vaccines after the call of leader of French nationalist party « Les Patriotes » (The Patriots) Florian Philippot, at Place du Palais-Royal, Paris, on January 8, 2022. (Photo by Christophe ARCHAMBAULT / AFP) – Rassemblement contre le passe vaccinal, sur la place du Palais-Royal, à Paris, le 8 janvier 2022. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Covid-19 – plus de 100.000 manifestants en France contre le passe vaccinal : Le président de la République a créé un tollé mardi en déclarant avoir « très envie d’emmerder » les non vaccinés au moyen du passe vaccinal, qui doit succéder au passe sanitaire.

Plusieurs manifestations contre le projet de passe vaccinal se sont déroulées samedi à travers la France, quelques jours après les déclarations controversées d’Emmanuel Macron sur les non vaccinés qu’il souhaite « emmerder ». Plus de 100.000 personnes ont manifesté en France.

À Toulouse, 2.200 selon la préfecture, ont battu le pavé samedi pour protester contre le projet de passe vaccinal, une manifestation émaillée d’incidents. Quatre interpellations ont eu lieu, notamment pour « jets de projectiles » et « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique », a indiqué la préfecture de Haute-Garonne à l’AFP. Au total, « une quarantaine de moyens lacrymogènes ont été utilisés », a-t-elle ajouté sans plus de précisions sur les incidents qui ont opposé les manifestants aux forces de l’ordre.

Sur des vidéos postées sur les réseaux sociaux par des participants à la manifestation, on peut voir des groupes de personnes entonner des chants à l’encontre d’Emmanuel Macron, qui avait déclaré mardi vouloir « emmerder » les non vaccinés. Certains manifestants se sont filmés devant la place du Capitole, qui leur était interdite d’accès par la préfecture, tout comme l’ensemble de l’hypercentre.

Par ailleurs à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, la manifestation du mouvement des anti passe sanitaire a réuni 1.300 personnes, selon la police.

Incidents à Marseille : Des heurts entre manifestants et forces de l’ordre ont émaillé la manifestation anti passe sanitaire à Montpellier samedi, qui a rassemblé 3.700 personnes selon la préfecture. En tête de cortège, plusieurs jeunes hommes cagoulés défilaient, suivis de quelques dizaines de gilets jaunes. « Macron, on t’emmerde », ont-ils scandé, « Montpellier est en colère ». Selon la police, un petit groupe a dégradé la porte d’entrée de la gare Saint-Roch, en centre-ville. La gare a dû être fermée quelques minutes, a raconté un vigile à une journaliste de l’AFP qui a constaté l’impact sur la porte.

Un peu plus tard, les manifestants ont, selon la police, essayé de grimper par-dessus les grilles de la préfecture. Des gaz lacrymogènes ont été lancés par les forces de l’ordre à plusieurs reprises dans l’après-midi, dans les rues bondées de passants.

En fin d’après-midi, les gendarmes ont tenté d’évacuer la place de la Préfecture, poussant de force les manifestants en bas de l’un des escaliers de cette place, créant un mouvement de foule. « Qu’on ne vienne pas me dire que les manifestants contre le passe vaccinal sont des méchants. La réplique des forces de l’ordre est totalement démesurée. Je ne faisais pas partie des  »gilets jaunes » à l’époque, mais ce qu’il se passe aujourd’hui y ressemble beaucoup », a témoigné Vanessa Sunni, infirmière.

En début de soirée, des manifestants jetaient des chaises d’une terrasse de bar, ou encore des pots de fleurs d’une boutique du centre-ville, a constaté l’AFP, dans une atmosphère suffocante du fait des gaz lacrymogènes. Place forte du mouvement des « gilets jaunes », Montpellier a connu de nombreuses manifestations violentes.

Selon la préfecture de police des Bouches-du-Rhône, 1.500 manifestants se sont rassemblés à Marseille ainsi qu’à Aix-en-Provence, des chiffres en hausse par rapport aux derniers samedis de mobilisation mais bien inférieurs à ceux du début du mouvement anti passe sanitaire.

Quelques milliers de personnes à Paris : À Paris, quelques milliers de personnes se sont rassemblées à l’appel des Patriotes du candidat pro Frexit à la présidentielle Florian Philippot, selon une journaliste de l’AFP. Ils sont partis sous la pluie depuis la place du Palais royal vers 15h00, en direction de la place Vauban. L’ancien bras droit de Marine Le Pen a dénoncé « le pays de la tyrannie, de la ségrégation, où on met à part des millions de gens ».

Dans la foule, une bibliothécaire de 57 ans, se déclarant proche des idées de La France Insoumise et des écologistes, se dit « dérangée » par la personne de Florian Philippot. Mais elle a tenu à protester contre « le passe qui devient une obligation vaccinale déguisée ». Le projet de loi sur le passe vaccinal, adopté par les députés jeudi, doit passer devant le Sénat la semaine prochaine.

« Contre la  »covictature » » : À Lyon, une petite foule de manifestants de tous âges et peu masqués s’est rassemblée dans une ambiance bon enfant sur la place Bellecour, en centre-ville. Parmi eux quelques « gilets jaunes », des drapeaux tricolores et un rouge de la CGT. Slogans dénonçant « l’apartheid social » et huées contre le président Emmanuel Macron et son premier ministre ont ponctué la manifestation. Un autre rassemblement de moins de 200 personnes se tenait non loin, avec une banderole « Contre la  »covictature  ». Ni cobaye, ni anti vax ». À deux pas, quatre retraités déployaient des affichettes contre la « dictature et le dogmatisme ».

À Bordeaux, entre 500 et 1.000 personnes, selon la police, ont manifesté malgré la pluie sous les cris de « Macron on t’emmerde », dans un parcours empruntant les quais de la Garonne et la vaste place des Quinconces. « À quand un vaccin du respect ? », « #ontemmerde », « Confiance rompue », pouvait on lire sur les pancartes.

Emmanuel Macron a créé un tollé mardi en déclarant avoir « très envie d’emmerder » les non vaccinés, en « limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale ». Des propos qu’il a dit assumer « totalement » vendredi. Une manifestante bordelaise, non vaccinée contre le Covid-19 « mais pas antivaccin », a dit défiler « pour la première fois de sa vie » car les propos du président de la République ont « fait déborder le vase ».

À titre de comparaison les autorités avaient compté 121.000 manifestants contre la vaccination et le passe sanitaire sur l’ensemble du territoire le 11 septembre 2021, et quelque 237.000 participants le 7 août 2021.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/manifestations-anti-passe-vaccinal-mobilisation-en-demi-teinte-apres-les-propos-controverses-de-macron-20220108

© par Bernard TRITZ

Passe Sanitaire : 15 février 2022 date buttoir !

Par Nina Siahpoush-Royoux – teleloisirs.fr – et la collaboration de 6Medias – Publié le dimanche 02 janvier 2022 à 13h00.

© Blondet/POOL/SIPA Passe sanitaire : Olivier Véran annonce un gros changement dans le schéma vaccinal à partir du 15 février 2022.

Dans les colonnes du JDD, ce dimanche 2 janvier 2022, Olivier Véran a évoqué le schéma vaccinal et ce qui va changer concernant la dose de rappel, à partir du 15 février 2022. Interviewé par Le Journal du dimanche paru ce 2 janvier 2022, Olivier Véran a fait plusieurs annonces. Il a notamment détaillé les nouvelles règles concernant l’isolement des cas contacts et des personnes positives au Covid-19. Le ministre de la Santé a aussi évoqué la troisième dose du vaccin, dont l’administration sera avancée, dès le 15 février 2022. Pour conserver son passe sanitaire, il faudra faire sa dose de rappel au plus tard quatre mois après l’injection de la deuxième dose, au lieu de sept actuellement. « Une infection équivaudra toujours à une injection. Cela veut dire qu’une personne qui a ses deux doses, n’a pas encore fait son rappel, mais a été récemment contaminée par le virus répond aux conditions posées », a-t-il toutefois précisé.

Un objectif collectif plus ambitieux que jamais : Le but désormais étant de pousser la population à avoir un schéma vaccinal complet pour ralentir la progression du Covid-19 au sein du territoire. « Avec l’ouverture du rappel trois mois après la deuxième dose, 45 millions de Français sont désormais éligibles », a affirmé Olivier Véran, avant de se réjouir du fait qu’environ « 25 millions » de personnes « ont déjà reçu leur dose de rappel ». « Pour que chacun puisse avoir son passe vaccinal le 15 février 2022, je fixe donc l’objectif collectif le plus ambitieux de l’histoire de la vaccination dans notre pays : ensemble, nous devons atteindre, en cinq semaines, au moins 25 millions d’injections. Soit en moyenne près de 5 millions d’injections par semaine », a poursuivi le ministre de la Santé, soulignant que « ce serait un exploit logistique jamais vu ».

38 millions de doses de vaccin commandées : Pour que ce souhait puisse se réaliser, le gouvernement a pris ses précautions puisque, durant le mois de janvier, « 13 millions de doses de Pfizer et 25 millions de doses de rappel de Moderna » sont attendues. Pour qu’un maximum de personnes puisse continuer à se faire vacciner, Olivier Véran a déclaré : « À côté des centres de vaccination, des pharmaciens, des médecins de ville et des sages-femmes, nous allons encore accroître notre effort avec le renfort des pompiers, des militaires, des associations… Toutes celles et tous ceux qui se mobilisent sans relâche pour protéger les Français ».

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/pass-sanitaire-olivier-v%C3%A9ran-annonce-un-gros-changement-dans-le-sch%C3%A9ma-vaccinal-%C3%A0-partir-du-15-f%C3%A9vrier/ar-AASmbVy?ocid=msedgntp

© par Bernard TRITZ

Covid-19 : Positifs et cas contact

Par Capital et 6médias – Publié le dimanche 2 janvier 2022 à 08h45.

© Pixabay Covid-19 : durée, conditions… le gouvernement dévoile des règles allégées pour les personnes positives et cas contact

Covid-19 – durée, conditions… le gouvernement dévoile des règles allégées pour les personnes positives et cas contact : Dès ce lundi, les cas contact disposant d’un schéma vaccinal complet n’auront plus besoin de faire de quarantaine mais devront faire des « tests réguliers ».

Le gouvernement prend des décisions fortes pour éviter la paralysie du pays tant redoutée avec la déferlante du variant Omicron. Les règles d’isolement des personnes positives au Covid-19 seront allégées à partir de lundi 3 janvier pour celles ayant un schéma vaccinal complet, qui devront s’isoler pendant une durée de sept jours quel que soit le variant, un isolement qui pourra être levé au bout de cinq jours en cas de test antigénique ou PCR négatif, a annoncé le gouvernement dimanche. Par ailleurs, il n’y aura plus de quarantaine pour les personnes cas contact disposant d’un schéma vaccinal complet, qui devront cependant strictement respecter les gestes barrières et « faire des tests réguliers », a expliqué le ministre de la Santé, Olivier Véran, dans une interview au journal du dimanche.

Le Premier ministre, Jean Castex, avait annoncé lundi que de nouvelles règles en matière d’isolement, face à la vague du variant Omicron, seraient dévoilées en cette fin de semaine. Ces règles, « nous les harmonisons et les simplifions : elles seront désormais identiques quel que soit le variant contaminant », Delta ou Omicron, explique le ministre dans le JDD. Ainsi, dès lundi, « les personnes positives dont le schéma vaccinal est complet devront s’isoler pendant sept jours », précise-t-il, mais « cet isolement pourra être levé au bout de cinq jours en cas de test antigénique ou PCR négatif » et à condition de ne plus avoir de signe clinique d’infection depuis 48 heures.

Toujours les mesures barrières : De leur côté, les personnes n’ayant pas de schéma vaccinal complet « devront s’isoler dix jours, avec une sortie possible au bout de sept jours selon les mêmes conditions ». En ce qui concerne les cas contact, « si vous avez un schéma vaccinal complet, vous pourrez continuer vos activités à condition de faire des tests réguliers ». Le premier, un test PCR ou antigénique, devra être effectué « le jour où vous apprenez que vous êtes cas contact. Ensuite, vous devrez pratiquer un autotest à J+2 et J+4. En apportant la preuve de votre premier dépistage à J0 en pharmacie, vous recevrez gratuitement tous les autotests nécessaires à votre suivi », détaille Olivier Véran.

Les personnes cas contact devront « appliquer de manière stricte les mesures barrières, notamment le port du masque en intérieur et en extérieur », et télétravailler « dans la mesure du possible », précise le ministère dans un communiqué. En revanche, si vous êtes cas contact et que « vous n’êtes pas vacciné ou si vous n’avez pas fait votre rappel dans les temps, vous devrez vous isoler sept jours », explique le ministre, puis obtenir un test antigénique ou PCR négatif à l’issue de cette période pour pouvoir sortir d’isolement. Jusqu’ici, les personnes positives devaient rester à l’isolement pendant 10 jours quel que soit le variant, et les cas contacts d’une personne ayant contracté le variant Omicron devaient s’isoler au minimum 7 jours.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/other/covid-19-dur%C3%A9e-conditions-le-gouvernement-d%C3%A9voile-des-r%C3%A8gles-all%C3%A9g%C3%A9es-pour-les-personnes-positives-et-cas-contact/ar-AASlKOn?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Faux Passe Sanitaire : Sanctions

Par la Direction de l’information légale et administrative (Premier Ministre) – Publié le 18 novembre 2021.

Passe Sanitaire

Passe sanitaire – quelles sanctions si je ne respecte pas sa présentation ou son contrôle ? : Face aux risques élevés de rebond de l’épidémie de Covid-19 liés au variant Delta, le passe sanitaire est désormais exigé dans de nombreux lieux accueillant du public. Quels sont les risques à ne pas le présenter lors d’un contrôle ou bien à utiliser un passe qui n’est pas le sien ? À combien s’élèvent le montant des amendes ?  Service-Public.fr vous rappelle les différentes sanctions encourues en cas de non-respect des règles.

Différentes sanctions sont prévues :

. Ne pas présenter son passe peut entraîner une amende d’au minimum 135 €. Si une 2e infraction est constatée dans un délai de 15 jours, l’amende peut atteindre jusqu’à 1 500 €. Si cela se produit plus de 3 fois en 30 jours, les sanctions sont de 6 mois d’emprisonnement et 3 750 € d’amende.

. Utiliser le passe sanitaire authentique appartenant à autrui ou prêter un passe sanitaire authentique à quelqu’un en vue d’une utilisation frauduleuse est puni d’une amende de 750 € maximum, forfaitisée à 135 € si elle est réglée rapidement. En cas de récidive dans les 15 jours suivant la 1re verbalisation, le montant atteint 1 500 €. Si cette violation est constatée plus de 3 fois en 30 jours, la sanction pénale encourue est portée à 6 mois d’emprisonnement et 3 750 € d’amende.

. Utiliser, procurer ou vendre de faux passes sanitaires, notamment via les réseaux sociaux, est passible de 5 ans de prison et de 75 000 € d’amende maximum (contre 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende avant la loi « Vigilance sanitaire »).

. Commettre des violences sur les personnels chargés de vérifier le passe est puni, selon leur gravité, de peines d’emprisonnement et d’amendes pouvant aller jusqu’à 75 000 € définies par le Code pénal.

. Les commerçants et professionnels ne contrôlant pas le passe s’exposent à une mise en demeure et à une éventuelle fermeture temporaire de l’établissement, puis en cas de 4 verbalisations dans un délai de 40 jours à une peine d’un an de prison et à une amende de 1 000 € et jusqu’à 45 000 € pour les personnes morales à partir de la 5e verbalisation.

Par ailleurs, les attestations frauduleuses de vaccination contre le Covid-19 font l’objet de sanctions :

. Produire ou utiliser un faux document expose jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende.

. Procurer frauduleusement à autrui un document délivré par une administration publique est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende.

. Introduire frauduleusement des données dans un système de traitement automatisé est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 150 000 € d’amende.

Sources :

Textes de loi et références

Loi n° 2021-1465 du 10 novembre 2021 portant diverses dispositions de vigilance sanitaire

Article L3136-1 du Code de la Santé publique

Loi n° 2021-1040 du 5 août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire

Code pénal – Des violences (Articles 222-7 à 222-16-03)

Lire la Source : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A15095

© par Bernard TRITZ

Covid-19, 3e dose, retard : Conséquences ?

Par Maéva FERRENZ – Femme actuelle – Publié le jeudi 09 décembre 2021.

© iStock / Jelena Stanojkovic Troisième dose : devrez vous être revacciné intégralement si vous prenez trop de retard ?

Troisième dose : devrez vous être revacciné intégralement si vous prenez trop de retard ? : Toutes les personnes âgées de plus de 18 ans peuvent désormais prendre rendez-vous pour recevoir une troisième dose de vaccin contre le coronavirus. Dans le cas d’un retard pour effectuer cette dose de rappel, le passe sanitaire pourra être désactivé. Mais qu’en est-il du schéma initial de vaccination ? Faudra t-il tout recommencer ? On fait le point.

Depuis le 27 novembre dernier, toutes les personnes majeures sont invitées à aller se faire administrer une dose de rappel du vaccin contre le Covid-19. Cette troisième dose conditionne la validité du passe sanitaire. Mais quelles peuvent être les conséquences pour les Français qui s’y prennent trop tard ? Devrez vous vous refaire vacciner intégralement ?

Un retard pour la troisième dose n’entraîne pas une obligation de se refaire vacciner : La dose de rappel doit être administrée entre 5 et 7 mois après un schéma vaccinal complet. À ce jour, plus de 12 millions de troisièmes doses de vaccin contre le Covid-19 ont déjà été réalisées. Cependant, le gouvernement n’a pas précisé ce qu’il adviendrait des personnes qui recevraient cette troisième dose avec du retard.

Contactée par nos confrères de Ouest France, la Direction Générale de la Santé (DGS) affirme qu’il ne sera pas nécessaire de « recommencer le schéma vaccinal initial à zéro » en cas de retard pour effectuer la troisième dose. Si le dépassement du délai n’entraîne donc pas une nouvelle vaccination intégrale, la troisième dose conditionne cependant la validité du passe sanitaire.

Le passe sanitaire sera immédiatement réactivé après la dose de rappel : Comme l’indique le Ministère des Solidarités et de la Santé sur son site, ce ne sera pas le passe sanitaire en lui-même qui sera désactivé en cas de retard pour effectuer la dose de rappel, mais bien le « certificat de vaccination ». En effet, il ne pourra plus être utilisé et sera placé dans les « Certificats expirés » une semaine après la date limite prévue de l’injection.

Dans le cas d’une première ou d’une deuxième dose, il faudra attendre une semaine avant que le certificat de vaccination ne devienne valide. Mais ce délai est réduit pour l’administration d’une troisième dose : dès lors que celle-ci sera effectuée, le nouveau certificat de vaccination sera immédiatement valable.

La dose de rappel serait efficace pour augmenter la protection vaccinale : Pour savoir exactement, quand votre passe sanitaire, sera désactivé, l’Assurance Maladie a mis en place un simulateur appelé « Mon rappel vaccin Covid-19 ». Il vous permettra également de savoir à partir de quand vous pouvez effectuer votre troisième dose, afin de ne pas voir votre certificat de vaccination disparaître.

Si les autorités sanitaires recommandent à toutes les personnes de plus de 18 ans de recevoir une dose de rappel, c’est parce que la protection contre le Covid-19 « semble s’atténuer légèrement au fil du temps », comme l’affirme une récente étude menée par la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques (DREES). Son effet « booster » serait donc efficace, tant pour prévenir l’infection que pour réduire le risque d’hospitalisation.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/lifestyle/trucs-et-astuces/troisi%C3%A8me-dose-devrez-vous-%C3%AAtre-revaccin%C3%A9-int%C3%A9gralement-si-vous-prenez-trop-de-retard/ar-AARDH3z?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Fausses attestations de vaccination !

Par Claire Domenech – Capital – Publié le samedi 27 novembre 2021 à 14h20.

© Pixabay Le médecin s’enrichissait en établissant de fausses attestations de vaccination

Le médecin s’enrichissait en établissant de fausses attestations de vaccination : Une praticienne varoise a été placée en garde à vue jeudi 25 novembre. Elle est soupçonnée d’avoir délivré de fausses attestations de vaccination contre le Covid-19.

Le cas de ce médecin n’est pas unique : Plusieurs généralistes peu scrupuleux se seraient servis de la pandémie pour s’enrichir. Jeudi 25 novembre, les gendarmes de la compagnie de Gassin (Var) ont interpellé et placé en garde à vue un médecin du Plan-de-la-Tour, soupçonné d’avoir fourni de faux certificats de vaccination contre le Covid-19, rapportent Var Matin et France Bleu Provence. Son cabinet a été perquisitionné.

Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Draguignan pour « escroquerie aggravée aux organismes de protection, fraude fiscale, faux certificats et usage, et mise en danger de la vie d’autrui ». « Nous avions besoin de vérifier qu’il existait une discordance entre le nombre de patients passés par son cabinet et les doses que cette professionnelle avait commandées », a précisé le parquet.

L’Agence régionale de santé avait fait part de premiers soupçons en début d’année face au fort taux de vaccination de cette praticienne. « Le médecin était l’une des plus importantes vaccinatrices du Var, ce qui était étonnant par rapport à la taille de son cabinet. Elle était officiellement capable de vacciner plusieurs centaines de patients par jour, ce qui est impossible », explique une source proche du dossier à France Bleu.

Pour le parquet, il s’agit certainement d’une recherche de profits financiers et non pas d’une démarche antivaccin. « D’autant que certains patients ne savaient même pas qu’ils n’avaient pas été réellement vaccinés. Certains auraient en effet reçu du placebo comme du sérum physiologique », indique le procureur de la République de Draguignan. Montant du préjudice pour la sécu : plusieurs centaines de milliers d’euros. Selon France Bleu, la soignante aurait reconnu une partie des faits.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/le-m%C3%A9decin-s-enrichissait-en-%C3%A9tablissant-de-fausses-attestations-de-vaccination/ar-AARcftH?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Bouches du Rhône – Centres Commerciaux, fin du passe-sanitaire !

Par La Provence -publié le mercredi 29 septembre 2021 à 18H30 – Mis à jour à 18H30

Le passe-sanitaire ne sera plus obligatoire dans les centres commerciaux de plus de 20.000 m² des Bouches-du-Rhône. PHOTO F. PENNANT

Covid-19 : fin du passe-sanitaire dans les centres commerciaux des Bouches-du-Rhône dès vendredi 1er octobre 2021.

Le passe-sanitaire ne sera plus obligatoire dans les centres commerciaux de plus de 20.000 m² des Bouches-du-Rhône, à compter de vendredi. La préfecture vient de l’annoncer dans un communiqué. « La situation sanitaire s’améliore progressivement. Les indicateurs épidémiologiques sont en baisse avec un taux d’incidence de 141 cas pour 100.000 habitants », écrit le préfet.

Soit en dessous du seuil pour lequel le gouvernement permettait aux préfets de prendre un tel arrêté depuis le 8 septembre 2021 : un taux d’incidence inférieur à 200/100.000 et en baisse depuis au moins sept jours.

Le port du masque reste obligatoire dans les lieux à forte concentration de population, dans les établissements recevant du public, sur les marchés, événements sur la voie publique, aux abords des écoles et crèches et sur le parvis et les quais des gares.

Lire la Source : https://www.laprovence.com/actu/en-direct/6507643/coronavirus-fin-du-pass-sanitaire-dans-les-centres-commerciaux-des-bouches-du-rhone-des-vendredi.html

© par Bernard TRITZ

Passe sanitaire obligatoire – Réponses

Par Jean Gaboriau – Publié le vendredi 27 août 2021 à 11h08 – Mis à jour le lundi 30 août 2021 à 12h53.

A staff member flashes a QR code of a suporter’s Covid-19 health pass before the start of the French L1 football match between Stade Rennais Football Club and RC Lens at The Roazhon Park Stadium in Rennes, northwestern France on August 8, 2021. (Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

À compter de ce lundi 30 août, certains salariés doivent présenter un passe sanitaire pour aller au travail. JEAN-FRANCOIS MONIER AFP

Passe sanitaire obligatoire au travail à partir de ce lundi : les réponses à vos questions : Secteurs concernés, contrôles, sanctions et prochaines échéances… Le Figaro fait le point.

SOMMAIRE :

1. Quels sont les salariés concernés ?

2. L’obligation de passe sanitaire s’applique-t-elle à tout le personnel des lieux concernés ?

3. Qui sera chargé du contrôle du passe sanitaire des salariés ?

4. Le masque reste-t-il obligatoire pour les salariés des établissements soumis au passe sanitaire ?

5. Les entreprises devront-elles payer les tests de leurs employés qui ne souhaitent pas se faire vacciner ?

6. Quelles sanctions en cas de refus de présentation du passe sanitaire ?

7. Quelles sont les prochaines échéances ?

8. Combien de temps l’obligation de passe sanitaire devrait-elle durer, et pourrait-elle être étendue ?

Pour faire face à la quatrième vague de Covid-19, le passe sanitaire devient obligatoire pour les salariés des établissements recevant du public. Le Figaro récapitule les différentes modalités du dispositif.

Quels sont les salariés concernés ?

Les salariés qui devront pouvoir justifier de la détention d’un passe sanitaire (certificat de vaccination complète, test négatif de moins de 72h, ou preuve de rétablissement du Covid-19 d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois) dès ce lundi sont ceux qui travaillent dans les lieux suivants :

01. Les lieux d’activité et de loisirs :

02. Les salles d’auditions, de conférences, de projection, de réunions

03. Les salles de concert et de spectacle

04. Les cinémas

05. Les musées et salles d’exposition temporaire

06. Les festivals

07. Les établissements sportifs clos et couverts ainsi que les événements sportifs (y compris les manifestations sportives amateurs en plein air)

08. Les établissements de plein air (terrains de sport, stades, piscines…)

09. Les conservatoires, lorsqu’ils accueillent des spectateurs, et les autres lieux d’enseignement artistique à l’exception des pratiquants professionnels et des personnes engagées dans des formations professionnalisantes

10. Les salles de jeux, Escape-Games et Casinos

11. Les parcs zoologiques, parcs d’attractions et cirques

12. Les chapiteaux, tentes et structures

13. Les foires et salons

14. Les séminaires professionnels de plus de 50 personnes, lorsqu’ils ont lieu dans un site extérieur à l’entreprise

15. Les bibliothèques (sauf celles universitaires et spécialisées type Bibliothèque nationale de France)

16. Les manifestations culturelles organisées dans les établissements d’enseignement supérieur

17. Les fêtes foraines comptant plus de 30 stands ou attractions

18. Les navires et bateaux de croisière avec restauration ou hébergement

19. Tous les événements culturels, sportifs, ludiques ou festifs, organisés dans l’espace public ou dans un lieu ouvert au public susceptible de donner lieu à un contrôle de l’accès des personnes.

Les lieux de convivialité :

1. Les discothèques, clubs et bars dansants

2. Les bars, cafés et restaurants, à l’exception des cantines, restaurants d’entreprise, ventes à emporter et relais routiers, ainsi que lors des services en chambres et des petits-déjeuners dans les hôtels

Les transports publics :

1. Les transports de longue distance, à savoir les trains à réservation (par exemple, TGV), les vols nationaux ou encore les cars interrégionaux.

2. Les grands centres commerciaux de plus de 20.000 m2 (la décision doit être prise par le préfet).

3. Les lieux de santé (obligation du passe sanitaire depuis le 9 août, d’avoir reçu une première dose de vaccin à compter du 15 septembre et de disposer d’un schéma vaccinal complet à partir du 16 octobre).

L’obligation de passe sanitaire s’applique-t-elle à tout le personnel des lieux concernés ? :

Selon le ministère du travail, tous « les salariés, bénévoles et autres personnes qui interviennent dans les lieux, établissements, services ou événements » des établissements de la liste ci-dessus sont concernés par l’obligation de présenter un passe sanitaire, sauf si leur activité est réalisée :

1. dans des espaces non accessibles au public (ex : bureaux) ;

2. en dehors des horaires d’ouverture au public.

Pour les cafés, bars et restaurants, le passe sanitaire ne peut donc pas être exigé pour les salariés qui travaillent uniquement « dans le cadre de la vente à emporter de plats préparés ». Par ailleurs, « les personnels effectuant des livraisons ne sont pas soumis à l’obligation du passe sanitaire ainsi que ceux effectuant des interventions d’urgence ». L’obligation s’applique cependant aux intérimaires et consultants en contact avec le public.

Les salariés mineurs (comme les apprentis) ne seront concernés par l’obligation qu’à partir du 30 septembre.

Qui sera chargé du contrôle du passe sanitaire des salariés ? :

Dans les établissements mentionnés plus haut, les responsables devront s’assurer que leurs équipes et toutes les personnes intervenant dans les locaux au contact du public (intérimaires, intervenants extérieurs, etc.) disposent d’un passe sanitaire en règle. Pour réaliser les contrôles, ils sont invités à télécharger l’application TousAntiCovid Verif. Ils pourront également « habiliter nommément les personnes autorisées à contrôler les justificatifs pour leur compte ».

Le masque reste-t-il obligatoire pour les salariés des établissements soumis au passe sanitaire ? :

À compter du 30 août 2021, date à laquelle le passe sanitaire devient obligatoire pour les professionnels, ceux-ci ne seront plus contraints de porter le masque, indique l’exécutif. Le masque peut cependant être rendu obligatoire lorsque la situation au niveau local le justifie sur décision du préfet, de l’exploitant ou de l’organisateur.

Les entreprises devront-elles payer les tests de leurs employés qui ne souhaitent pas se faire vacciner ? :

La question n’est pas si simple. Les tests pourraient être considérés comme des frais professionnels, mais aucune disposition n’est prévue à ce jour pour la prise en charge par l’employeur, rapportait maître Benoit Sevillia, avocat du droit du travail interrogé par le Figaro pour un article sur le sujet. Par ailleurs, « le temps nécessaire à la réalisation d’un test n’est pas du temps de travail effectif », selon le ministère du travail.

Quelles sanctions en cas de refus de présentation du passe sanitaire ? :

Si un salarié d’un des lieux concernés par l’obligation du passe sanitaire refuse de présenter son passe, il « peut, en accord avec l’employeur, poser des jours de repos conventionnels ou de congés payés ». En cas de refus, « l’employeur sera tenu de suspendre le contrat de travail du salarié jusqu’à régularisation de la situation », selon le ministère du Travail. Le salarié peut aussi être réaffecté à des tâches qui ne nécessitent pas la présentation du passe et où il n’est pas en contact avec le public «si les besoins et l’organisation de l’entreprise le permettent ».

Aucune sanction ne devrait cependant être prise avant le 6 septembre, a annoncé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Les salariés concernés par le passe sanitaire ainsi que leurs employeurs pourront ainsi bénéficier d’une « semaine de souplesse et de pédagogie » a indiqué l’exécutif.

Quelles sont les prochaines échéances ? :

Les personnels des établissements de santé devront justifier d’une première dose de vaccin avant le 15 septembre et d’un schéma vaccinal complet d’ici le 16 octobre pour continuer à exercer leur métier.

Dans les établissements de soin, « les salariés des entreprises extérieures intervenant ponctuellement, c’est-à-dire de manière non récurrente pour des tâches de très courte durée ne sont pas soumis à l’obligation vaccinale » précise cependant le ministère du Travail. Les salariés intervenant pour « une entreprise de livraison ou une réparation urgente » ne seront donc pas obligés de se faire vacciner pour accéder à ces établissements. Seront cependant soumis à l’obligation vaccinale les employés réalisant des « travaux lourds dans l’entreprise (rénovation d’un bâtiment) ou […] des services de nettoyage du fait de leur caractère récurrent ».

Combien de temps l’obligation de passe sanitaire devrait-elle durer, et pourrait-elle être étendue ? :

Le décret d’application prévoit la fin du dispositif au 15 novembre 2021 mais celui-ci pourrait être reconduit « si le Covid ne disparaissait pas de nos vies dans les trois prochains mois » a confié Olivier Véran lors d’une conférence de presse le jeudi 26 août. Il faudrait alors « un nouveau texte de loi, qui serait à nouveau débattu au Parlement » a-t-il précisé. L’obligation vaccinale restera quant à elle en vigueur.

Si l’épidémie venait à gagner du terrain, le passe sanitaire pourrait cependant voir son périmètre étendu, selon certains avocats interrogés par Le Figaro. Les activités syndicales, politiques et cultuelles devraient cependant être épargnées, même en cas de dégradation de l’épidémie. Une décision du Conseil constitutionnel avait été prise en ce sens, le 31 mai : « la notion d’activité de loisirs […] exclut notamment une activité politique, syndicale ou cultuelle », rappelaient les Sages de la rue de Montpensier. Les meetings politiques de la campagne présidentielle ne devraient donc pas être soumis au passe sanitaire.

Jean Castex s’est toutefois voulu rassurant sur l’extension du passe à toutes les entreprises. « Au moment où je m’exprime, le passe sanitaire dans l’entreprise n’est pas d’actualité » a-t-il affirmé au micro de RTL, jeudi 26 août. Le passe sanitaire « est un outil parmi d’autres » mais « la finalité c’est la vaccination », précise le premier ministre.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/decideurs/emploi/passe-sanitaire-obligatoire-au-travail-a-partir-du-30-aout-etes-vous-concerne-20210827

© par Bernard TRITZ

Passe sanitaire

obligé au travail au 30 août 2021 !

Par Jean Gaboriau – Publié le vendredi 27 août 2021 à 11h08 – Mis à jour le vendredi 27 août 2021 à 15h35.

A staff member flashes a QR code of a suporter’s Covid-19 health pass before the start of the French L1 football match between Stade Rennais Football Club and RC Lens at The Roazhon Park Stadium in Rennes, northwestern France on August 8, 2021. (Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP) – À compter du 30 août, certains salariés devront présenter leur passe pour aller au travail. JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Passe sanitaire obligatoire au travail à partir du 30 août : êtes-vous concerné ? : Le fameux QR code sera indispensable dès la fin du mois pour les employés de nombreux secteurs, comme la restauration, les transports publics, les salles de sport… Le Figaro répond à toutes vos questions.

Pour faire face à la quatrième vague de Covid-19, le passe sanitaire est sur le point de devenir obligatoire pour les salariés des établissements recevant du public. Le Figaro récapitule les différentes modalités du dispositif.

Quels sont les salariés concernés ? : Les salariés qui devront pouvoir justifier de la détention d’un passe sanitaire (certificat de vaccination complète, test négatif de moins de 72h, ou preuve de rétablissement du Covid-19 d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois) à partir du 30 août prochain sont ceux qui travaillent dans les lieux suivants :

Les lieux d’activité et de loisirs :

Les salles d’auditions, de conférences, de projection, de réunions

Les salles de concert et de spectacle

Les cinémas

Les musées et salles d’exposition temporaire

Les festivals

Les établissements sportifs clos et couverts ainsi que les événements sportifs (y compris les manifestations sportives amateurs en plein air)

Les établissements de plein air (terrains de sport, stades, piscines…)

Les conservatoires, lorsqu’ils accueillent des spectateurs, et les autres lieux d’enseignement artistique à l’exception des pratiquants professionnels et des personnes engagées dans des formations professionnalisantes

Les salles de jeux, escape-games et casinos

Les parcs zoologiques, parcs d’attractions et cirques

Les chapiteaux, tentes et structures

Les foires et salons

Les séminaires professionnels de plus de 50 personnes, lorsqu’ils ont lieu dans un site extérieur à l’entreprise

Les bibliothèques (sauf celles universitaires et spécialisées type Bibliothèque nationale de France)

Les manifestations culturelles organisées dans les établissements d’enseignement supérieur

Les fêtes foraines comptant plus de 30 stands ou attractions

Les navires et bateaux de croisière avec restauration ou hébergement

Tous les événements culturels, sportifs, ludiques ou festifs, organisés dans l’espace public ou dans un lieu ouvert au public susceptible de donner lieu à un contrôle de l’accès des personnes.

Les lieux de convivialité

Les discothèques, clubs et bars dansants

Les bars, cafés et restaurants, à l’exception des cantines, restaurants d’entreprise, ventes à emporter et relais routiers, ainsi que lors des services en chambres et des petits-déjeuners dans les hôtels

Les transports publics :

Les transports de longue distance, à savoir les trains à réservation (par exemple, TGV), les vols nationaux ou encore les cars interrégionaux.

Les grands centres commerciaux de plus de 20.000 m2 (la décision doit être prise par le préfet).

Les lieux de santé (obligation du passe sanitaire depuis le 9 août, d’avoir reçu une première dose de vaccin à compter du 15 septembre et de disposer d’un schéma vaccinal complet à partir du 16 octobre).

L’obligation de passe sanitaire s’applique-t-elle à tout le personnel des lieux concernés ?

Selon le ministère du travail, tous « les salariés, bénévoles et autres personnes qui interviennent dans les lieux, établissements, services ou événements » des établissements de la liste ci-dessus sont concernés par l’obligation de présenter un passe sanitaire, sauf si leur activité est réalisée :

Dans des espaces non accessibles au public (ex : bureaux) ;

En dehors des horaires d’ouverture au public.

Pour les cafés, bars et restaurants, le passe sanitaire ne peut donc pas être exigé pour les salariés qui travaillent uniquement « dans le cadre de la vente à emporter de plats préparés ». Par ailleurs, « les personnels effectuant des livraisons ne sont pas soumis à l’obligation du passe sanitaire ainsi que ceux effectuant des interventions d’urgence ». L’obligation s’applique cependant aux intérimaires et consultants en contact avec le public.

Les salariés mineurs (comme les apprentis) ne seront concernés par l’obligation qu’à partir du 30 septembre.

Qui sera chargé du contrôle du passe sanitaire des salariés ? : Dans les établissements mentionnés plus haut, les responsables devront s’assurer que leurs équipes et toutes les personnes intervenant dans les locaux au contact du public (intérimaires, intervenants extérieurs, etc.) disposent d’un passe sanitaire en règle. Pour réaliser les contrôles, ils sont invités à télécharger l’application TousAntiCovid Verif. Ils pourront également « habiliter nommément les personnes autorisées à contrôler les justificatifs pour leur compte ».

Le masque reste-t-il obligatoire pour les salariés des établissements soumis au passe sanitaire ? : À compter du 30 août, date à laquelle le passe sanitaire deviendra obligatoire pour les professionnels, ceux-ci ne seront plus contraints de porter le masque, indique l’exécutif. Le masque peut cependant être rendu obligatoire lorsque la situation au niveau local le justifie sur décision du préfet, de l’exploitant ou de l’organisateur.

Les entreprises devront-elles payer les tests de leurs employés qui ne souhaitent pas se faire vacciner ? : La question n’est pas si simple. Les tests pourraient être considérés comme des frais professionnels, mais aucune disposition n’est prévue à ce jour pour la prise en charge par l’employeur, rapportait maître Benoit Sevillia, avocat du droit du travail interrogé par le Figaro pour un article sur le sujet. Par ailleurs, « le temps nécessaire à la réalisation d’un test n’est pas du temps de travail effectif », selon le ministère du travail.

Quelles sanctions en cas de refus de présentation du passe sanitaire ? : Si un salarié d’un des lieux concernés par l’obligation du passe sanitaire refuse de présenter son passe, il « peut, en accord avec l’employeur, poser des jours de repos conventionnels ou de congés payés ». En cas de refus, « l’employeur sera tenu de suspendre le contrat de travail du salarié jusqu’à régularisation de la situation », selon le ministère du Travail. Le salarié peut aussi être réaffecté à des tâches qui ne nécessitent pas la présentation du passe et où il n’est pas en contact avec le public « si les besoins et l’organisation de l’entreprise le permettent ».

Quelles sont les prochaines échéances ? : Les personnels des établissements de santé devront justifier d’une première dose de vaccin avant le 15 septembre et d’un schéma vaccinal complet d’ici le 16 octobre pour continuer à exercer leur métier.

Dans les établissements de soin, « les salariés des entreprises extérieures intervenant ponctuellement, c’est-à-dire de manière non récurrente pour des tâches de très courte durée ne sont pas soumis à l’obligation vaccinale » précise cependant le ministère du Travail. Les salariés intervenant pour « une entreprise de livraison ou une réparation urgente » ne seront donc pas obligés de se faire vacciner pour accéder à ces établissements. Seront cependant soumis à l’obligation vaccinale les employés réalisant des « travaux lourds dans l’entreprise (rénovation d’un bâtiment) ou […] des services de nettoyage du fait de leur caractère récurrent ».

Combien de temps l’obligation de passe sanitaire devrait-elle durer, et pourrait-elle être étendue ? : Le décret d’application prévoit la fin du dispositif au 15 novembre 2021 mais celui-ci pourrait être reconduit « si le Covid ne disparaissait pas de nos vies dans les trois prochains mois » a confié Olivier Véran lors d’une conférence de presse le jeudi 26 août. Il faudrait alors « un nouveau texte de loi, qui serait à nouveau débattu au Parlement » a-t-il précisé. L’obligation vaccinale restera quant à elle en vigueur.

Si l’épidémie venait à gagner du terrain, le passe sanitaire pourrait cependant voir son périmètre étendu, selon certains avocats interrogés par Le Figaro. Les activités syndicales, politiques et cultuelles devraient cependant être épargnées, même en cas de dégradation de l’épidémie. Une décision du Conseil constitutionnel avait été prise en ce sens, le 31 mai : « la notion d’activité de loisirs […] exclut notamment une activité politique, syndicale ou cultuelle », rappelaient les Sages de la rue de Montpensier. Les meetings politiques de la campagne présidentielle ne devraient donc pas être soumis au passe sanitaire.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/decideurs/emploi/passe-sanitaire-obligatoire-au-travail-a-partir-du-30-aout-etes-vous-concerne-20210827

© par Bernard TRITZ

Passe Sanitaire : Questions-réponses !

Par Chloé Woitier et Océane Herrero – Publié le 19/04/2021 à 16h01 – Mis à jour le 10/08/2021 à 15h19.

Lancement de TousAntiCovid Carnet ( carnet de vaccination integre a l’application TousAntiCovid qui servira aux personnes qui veulent voyager ) Le passe sanitaire peut être obtenu via une vaccination complète, un certificat de vaccination ou un test négatif au coronavirus. Eric TSCHAEN/REA / PANORAMIC

Passe sanitaire étendu depuis le 9 août 2021 : les réponses à toutes vos questions ! : L’accès à un certain nombre de lieux du quotidien est désormais réservé aux personnes présentant une attestation de vaccination ou un test négatif. Le Figaro répond à vos interrogations.

Tout juste validée par le Conseil constitutionnel, la loi relative à la gestion de la crise sanitaire a été promulguée au Journal Officiel (JO). Parmi ses mesures phares, l’obligation de présentation d’un passe sanitaire dans un certain nombre de lieux du quotidien, comme l’avait annoncé le président Emmanuel Macron en juillet. Le Figaro fait le point sur ce dispositif et répond aux questions des lecteurs sur le passe sanitaire.

Quels lieux exigent la présentation d’un passe sanitaire ? Le passe sanitaire a fait son apparition dans le quotidien des Français en juin et s’est étendu à de nouveaux lieux à ce lundi 9 août.

Lieux et activités concernés par le passe sanitaire : DEPUIS LE 9 AOÛT 2021 !

LES EXEMPTIONS DE PASSE SANITAIRE :

• les enfants de moins de 12 ans

• les jeunes de 12 à 17 ans jusqu’au 30 septembre

Le passe sanitaire ne concerne que les personnes vaccinées ? : Non ! Le passe sanitaire désigne les documents qui prouvent que vous n’avez pas le Covid-19. Cela peut-être : votre certificat attestant d’un schéma vaccinal complet, remis par votre centre de vaccination, votre pharmacien ou votre médecin, le résultat d’un test (PCR ou antigénique) négatif de moins de 72 heures, remis par le laboratoire ou la pharmacie. Les autotests sont valables (également pendant 72 heures), mais seulement s’ils sont « supervisés par un professionnel de santé », a expliqué le ministre de la Santé Olivier Véran samedi 7 août 2021. Ou un certificat de rétablissement du Covid-19. Celui-ci vaut passe sanitaire quand il date de moins de six mois.

Si vous êtes vacciné, votre passe sanitaire est valable :

  • Une semaine après votre deuxième injection (Pfizer, AstraZeneca, Moderna)
  • Une semaine après votre unique injection si vous avez déjà contracté le Covid-19
  • Quatre semaines après l’unique injection du vaccin Johnson and Johnson

Si vous avez eu toutes vos injections mais que vous n’avez pas atteint ce délai de 1 ou 4 semaines, vous devrez présenter un test PCR ou antigénique négatif.

Comment obtient-on un certificat de rétablissement ? : On pourrait croire qu’il s’agit d’un document remis par son médecin. En réalité, pour prouver qu’elle a été malade du Covid-19, la personne concernée doit montrer le résultat positif d’un ancien test PCR ou antigénique. Ce dernier doit avoir plus de onze jours – le temps de la guérison – et dater de moins de six mois. Il est ainsi sous-entendu que la personne a encore des anticorps en quantité suffisante dans le sang.

Les enfants sont-ils concernés par le passe sanitaire ? : Le gouvernement a reporté au 30 août l’obligation pour les 12-17 ans de présenter un passe sanitaire pour accéder aux lieux protégés. Les adolescents, éligibles à la vaccination depuis seulement la mi-juin, auront ainsi le temps de terminer leur schéma vaccinal d’ici la rentrée, sans avoir à subir des tests PCR ou antigéniques durant leurs vacances estivales.

Qu’en est-il des salariés des lieux visés par le passe ? : Tous sont concernés, avec des modalités différentes : Le personnel soignant et non-soignant des hôpitaux, cliniques, maisons de retraite, ainsi que les pompiers, les ambulanciers, et les aides à domicile devront obligatoirement être vaccinés d’ici au 15 septembre. Ils ont jusqu’au 15 octobre s’ils ont déjà reçu une première dose de vaccin. Des contrôles auront lieu et les récalcitrants seront suspendus sans indemnisation.

Les salariés des lieux recevant du public (cinéma, restaurants, bars, train, avion Etc.) devront présenter un passe sanitaire à partir du 30 août 2021 pour pouvoir travailler. Les récalcitrants pourront être suspendus, sans toucher de salaire.

Les chefs des entreprises concernées encourent jusqu’à 1000 euros d’amende (voire 9.000 euros et un an de prison à la troisième transgression) s’ils ne vérifient pas le passe sanitaire de leurs salariés, selon une circulaire révélée par le JDD. L’amende pourrait monter jusqu’à 45.000 euros pour les personnes morales (les entreprises, NDLR).

Qui est habilité à me demander mon passe sanitaire ? : Les organisateurs d’événements concernés par le passe auront la possibilité de contrôler le passe, de même que les exploitants de services de transports de voyageurs. Les personnes chargées des contrôles aux frontières et les établissements concernés par le passe ont la même obligation.

Le passe sanitaire est-il obligatoirement sur mon smartphone ? : Si vous le souhaitez. Il faut pour cela scanner, via l’application TousAntiCovid, le QR Code présent sur votre attestation de vaccination ou votre résultat de test.

Mais cela n’a rien d’obligatoire. Vous pouvez montrer vos documents au format papier.

Exemple d’une attestation de test dans l’application Tous AntiCovid Secrétariat d’Etat au Numérique

Le passe sanitaire sert-il aussi à prendre l’avion ? : Oui. Le dispositif est entré en application début juillet et permet de voyager en Europe, en Corse et en outre-mer.

Peut-on me demander un document d’identité en plus du passe sanitaire ? : Le premier ministre Jean Castex a déclaré le 21 juillet dernier que les restaurateurs, cafetiers et autres professionnels habilités à demander le passe sanitaire n’auraient pas obligation de contrôler les pièces d’identité des clients.

Les faux certificats ne vont-ils pas se multiplier ? : Certaines personnes créent de fausses attestations de tests négatifs pour pouvoir voyager ou se rendre à des événements festifs. Pour lutter contre cette fraude, les documents émis par les laboratoires et les centres de vaccination sont désormais authentifiés. Tous comprennent un « datamatrix », une sorte de QR Code qui certifie que le document est authentique : les informations sont croisées avec les bases de données de l’Assurance maladie.

Pour vérifier le datamatrix, les personnes effectuant le contrôle doivent utiliser l’application professionnelle TousAntiCovid Vérif. « Les festivaliers, par exemple, verront seulement [sur leur écran de contrôle] une couleur : vert ou rouge », a expliqué au Figaro le secrétaire d’État au Numérique Cédric O. « Ils ne sauront pas si vous êtes vacciné, malade et immunisé ou testé depuis moins de quarante-huit heures. La vie privée des Français sera protégée ».

Que risquent les fraudeurs ? : De nouvelles sanctions contre les fraudeurs seront communiquées, dès l’extension du passe sanitaire ce lundi 9 août, aux différentes juridictions, selon une circulaire du ministère de la Justice. La circulaire prévoit notamment la création d’un délit de « présentation frauduleuse d’un passe sanitaire appartenant à autrui ». Il sera passible d’une amende de quatrième classe de 750 euros, « forfaitisée à 135 euros ».

La sanction sera doublée, à hauteur de 1.500 euros, en cas de récidive dans les quinze jours. Il s’agira d’une amende de 3.750 euros et six mois de prison ferme pour une troisième violation en l’espace de trente jours. Un barème qui devrait également s’appliquer aux soignants non-vaccinés.

Selon la circulaire, les chefs des entreprises concernées par le passe sanitaire encourent jusqu’à 1.000 euros d’amende – voire 9.000 euros et un an de prison à la troisième transgression – s’ils ne vérifient pas celui de leurs salariés. L’amende pourrait monter jusqu’à 45.000 euros pour les personnes morales (les entreprises, NDLR).

Concernant les « faux certificats de vaccination », le gouvernement souhaite poursuivre les soignants qui délivreraient de faux passes sanitaires pour « détention et usage de faux », avec des peines allant de deux à cinq ans de prison. Mais aussi pour « escroquerie en bande organisée » dans le cadre d’un réseau, avec des peines allant jusqu’à dix ans de prison.

Quelle est la différence avec le passe sanitaire européen ? : Aucune. Le passe sanitaire français est en réalité l’une des 27 briques qui compose le futur passe sanitaire européen, un système unifié qui permet de voyager à l’intérieur du continent.

Sur demande de Bruxelles, chaque pays membre de l’Union a dû mettre en place un système national permettant de certifier, via des datamatrix, l’authenticité des attestations de vaccination ou des résultats de tests. Et ces 27 systèmes sont interopérables, c’est-à-dire qu’ils « communiquent » entre eux. Objectif, lutter contre la fraude et passer outre la barrière de la langue.

Ainsi, les compagnies aériennes n’auront qu’à scanner le datamatrix du certificat de vaccination ou du résultat de test pour s’assurer de sa validité, sans avoir besoin de regarder s’il est écrit en anglais, tchèque, bulgare, espagnol…

J’ai perdu mon attestation de vaccination, que faire ? : Pas de panique ! Toute personne s’étant fait vacciner en France peut télécharger son attestation officielle sur le site de l’Assurance Maladie, afin de l’imprimer ou de l’importer dans TousAntiCovid. Ce nouvel espace a été ouvert le 27 mai dans la matinée. Il est accessible à l’adresse attestation-vaccin.ameli.fr.

Vous n’avez pas d’ordinateur, de smartphone ou d’accès à Internet ? : L’Assurance Maladie pourra vous renvoyer votre attestation par courrier à votre domicile.

J’ai perdu le résultat de mon test, que faire ? : Là encore, pas de panique. Vous avez normalement reçu de la part du SI-DEP (Système d’information national de dépistage populationnel pour le Covid-19, géré par le ministère de la Santé et l’AP-HP), par SMS ou par courriel, un lien pour télécharger votre résultat de test. Vous pourrez aussi retrouver tous vos résultats de tests datant de moins de trois mois sur le portail sidep.gouv.fr. Il faudra utiliser votre compte France Connect.

Je me suis fait vacciner hors de France, je peux utiliser le passe sanitaire ? : Les personnes expatriées âgées de plus de 18 ans peuvent désormais, elle aussi, obtenir un QR code pour circuler dans les lieux du quotidien concernés par le passe sanitaire. Pour cela, il leur faut un schéma de vaccination complet avec l’un des sérums reconnus par l’Agence européenne des médicaments. Sont donc acceptés les vaccins Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson.

Une série de documents administratifs doivent ensuite être transmis sous format numérique aux autorités françaises. L’adresse électronique à laquelle ces documents doivent être envoyés varie en fonction du pays où a eu lieu la vaccination. La liste complète de ces adresses est disponible sur le site service-public.fr.

Les étudiants à l’université devront-ils présenter un passe ? : Préconisé par le Haut Conseil pour la Santé publique, le passe sanitaire dans les universités n’a à ce stade pas été l’option retenue par le gouvernement. « Pour les cours, de l’école maternelle à la fac, pas de passe sanitaire » a encore réaffirmé Emmanuel Macron mercredi 4 août, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux.

Après des mois d’enseignement à distance, le ministère de l’Enseignement supérieur envisage une rentrée de septembre à 100% en présentiel. Mais il conserve malgré tout autant de cartes en main que possible en cas de nouvelle escalade épidémique. « Si la vaccination n’est pas au rendez-vous à la rentrée, nous prendrons les décisions qui s’imposent », avait ainsi prévenu Frédérique Vidal le 9 juillet dernier.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/voyages-en-corse-outre-mer-et-bientot-europe-comment-va-fonctionner-tousanticovid-carnet-20210419

© par Bernard TRITZ

Passe-sanitaire bientôt retiré !

Par Rita Perflinker – Publié le samedi 14 août 2021 à 09h47.

Crédits photos : LCI

Le passe-sanitaire bientôt retiré ? Le Dr Martin Blachier fait de surprenantes révélations ! : Invité sur LCI ce vendredi 13 août, Martin Blachier a fait de surprenantes révélations concernant le passe sanitaire. Selon lui, le gouvernement aurait pour projet de le retirer très rapidement mais choisirait de ne pas le dire afin de favoriser la campagne de vaccination.

Le passe sanitaire divise les Français : Entré en vigueur le 9 août dernier, il est à l’origine de nombreuses manifestations dans tout le pays. Selon un sondage ÉLABE pour Radio Classique, Les Echos et L’institut Montaigne daté du 4 août, 37% de la population y serait même opposée. Mais pour le docteur Martin Blachier, invité sur tous les plateaux de télévision depuis le début de la crise sanitaire, il ne s’agirait que d’une question de temps avant qu’il ne soit retiré.

Celui qui est régulièrement invité dans Touche pas à mon poste affirme que Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, et Olivier Véran, ministre de la Santé, sont pris entre deux feux. Ces derniers seraient contraints de « faire semblant d’être encore pour ce passe sanitaire » en allant parfois à l’encontre de leurs convictions. Car le but du gouvernement serait avant tout d’inciter massivement à la vaccination.

Une stratégie bien rodée ? : Martin Blachier affirme que si les deux membres du gouvernement défendent tant le passe sanitaire, c’est « pour que les gens continuent à se faire vacciner en se disant : ‘j’en aurais besoin’. » En d’autres termes, les deux hommes tenteraient de gagner du temps, en sachant pertinemment que les dernières mesures ne perdureront pas. « Il ne faut pas qu’ils disent qu’ils vont le retirer rapidement », a-t-il conclu, bien sûr de lui, avant d’ajouter : « Ça va être un moment difficile à gérer ce passe sanitaire. »

Il faut dire que selon le spécialiste de la santé, le passe sanitaire ne serait d’aucune utilité. Au contraire, il pourrait même être « responsable de nombreuses infections ». « On croyait qu’il ne pouvait pas y avoir de transmission avec les gens vaccinés, or il y a pu en avoir », a en effet expliqué Martin Blachier. Preuve en est : de Capucine Anav à Sabrina Perquis, de nombreuses célébrités ont été touchées par le variant Delta en dépit du vaccin…

Lire la Source : https://www.voici.fr/news-people/actu-people/le-pass-sanitaire-bientot-retire-le-dr-martin-blachier-fait-de-surprenantes-revelations-710237

© par Bernard TRITZ

Marseille et autour – PASSE-SANITAIRE

Il sera exigé là ! Et à peu près partout :

Pour l’obtenir munissez-vous du document que vous a remis le Médecin vaccinateur, feuille blanche, au format A4, avec les deux QR, en bas de page.

Télécharger l’Application AntiCovid scanner les deux codes QR afin d’obtenir le PASSE-SANITAIRE. (le mien ci-dessus)

Télécharger l’Application : AntiCovid

Lancer l’application AntiCovid, il ne vous reste qu’à scanner les 2 codes QR du document que le Médecin vaccinateur vous aura remis.

Seule facilité pour obtenir le précieux Passe-Sanitaire !

© par Bernard TRITZ