Radars de bruit : pluie de PV attendue !

Par Marie Lizak – Auto-MOTO – radars-auto.com – Publié le lundi 03 janvier 2022 à 11h30.

© Fournis par Auto Moto radar anti-bruit

Radars de bruit – voici le montant de l’amende : Alors que les premiers PV seront envoyés dans les prochains mois, on connaît désormais le montant des amendes des radars de bruit.

Alors que les premiers PV seront envoyés dans les prochains mois, on connaît désormais le montant des amendes des radars de bruit.

On vous en parlait il y a quelques semaines déjà : S’ils étaient déjà en phase de tests depuis quelques années déjà pour certains, c’est en 2022 que les radars anti-bruit se mettront finalement à verbaliser les contrevenants. Déjà installés dans plusieurs communes de France, telles que Toulouse, Nice, Rueil-Malmaison ou encore Saint-Forget, dans la vallée de Chevreuse, ces dispositifs étaient pour l’heure uniquement en phase de test, qui se prolongera encore quelques mois. Pas de panique donc, les premiers PV ne devraient pas tomber tout de suite. En effet, une nouvelle phase d’expérimentation sera mise en place dans les prochains mois, avant le début des verbalisation, prévues d’ici la fin de l’année.

Une amende salée : Néanmoins, alors que la date précise de mise en fonctionnement de ces radars n’a pas été annoncée, il vaudra mieux faire preuve de prudence. D’autant plus que la sanction s’annonce plutôt salée, comme le révèlent nos confrères du Parisien, qui dévoilent en exclusivité le montant de l’amende. Celle-ci sera alors établie à 135 €, alors qu’aucun retrait de point n’est heureusement prévu pour les contrevenants. Néanmoins, on ne sait pas encore les modalités précises des verbalisations, alors qu’en aout dernier, la directrice de Bruitparif affirmait que « un seuil maximum de décibels sera fixé par décret pour déterminer à quel niveau il convient de sanctionner un conducteur qui fait trop de bruit ».

Selon une récente étude commandée par Bruiparif, 87 % des Franciliens seraient favorables à un renforcement des contrôles et des sanctions, notamment pour les deux-roues motorisés trop bruyants. A noter que la pollution sonore coûterait chaque année plus de 156 milliards d’euros.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/radars-de-bruit-voici-le-montant-de-l-amende/ar-AASnybE?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Radars : Pays autres flashés ?

Par LePoint.fr – Publié le jeudi 16 décembre 2021 à 03h30.

© Franck DELHOMME / MAXPPP / PHOTOPQR/DNA/MAXPPP amendes, contraventions, radars, vitesse, code de la route, nationalité

Radars – la nationalité la plus flashée sur les autoroutes françaises est : Hormis les Français, qui sont les automobilistes qui ont le plus manqué au respect du code de la route en 2020 ? Selon le dernier bilan de l’Agence nationale de traitement des infractions (ANTAI), 13 millions de contraventions ont été envoyées en 2020, à la suite d’excès de vitesse constatés par radar automatique. Et sur ce total, quelque 2 millions de petits papiers verts ont été adressés à l’extérieur des frontières françaises, à des conducteurs étrangers. Un petit jeu auquel, sans surprise, les citoyens des pays frontaliers à la France sont les grands gagnants. Une fois n’est pas coutume, ce sont même les Belges qui remportent la compétition, près de 245.586 PV ayant été envoyés outre-Quiévrain en 2020.

30 pays, tous européens : Le podium est complété par deux autres voisins de la France, puisque 219.704 contraventions ont été envoyées en Espagne, et 210.474 de l’autre côté de la Manche. La quatrième place est occupée par les automobilistes allemands, sans doute en manque des « autobahn » sans limitation de vitesse, qui sont 170.271 à avoir reçu une amende en 2020. Comme le rapporte Le Figaro, ces quatre pays frontaliers concentrent la moitié des contraventions expédiées à l’étranger l’année dernière. À noter que, sur tous les 30 pays listés par l’ANTAI, tous sont européens ? une exclusivité intracontinentale s’expliquant facilement, bien peu de touristes non-européens ne prenant la peine de voyager avec leur propre véhicule.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/auto/actualite/radars-la-nationalit%C3%A9-la-plus-flash%C3%A9e-sur-les-autoroutes-fran%C3%A7aises-est/ar-AARRfof?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Faux Passe Sanitaire : Sanctions

Par la Direction de l’information légale et administrative (Premier Ministre) – Publié le 18 novembre 2021.

Passe Sanitaire

Passe sanitaire – quelles sanctions si je ne respecte pas sa présentation ou son contrôle ? : Face aux risques élevés de rebond de l’épidémie de Covid-19 liés au variant Delta, le passe sanitaire est désormais exigé dans de nombreux lieux accueillant du public. Quels sont les risques à ne pas le présenter lors d’un contrôle ou bien à utiliser un passe qui n’est pas le sien ? À combien s’élèvent le montant des amendes ?  Service-Public.fr vous rappelle les différentes sanctions encourues en cas de non-respect des règles.

Différentes sanctions sont prévues :

. Ne pas présenter son passe peut entraîner une amende d’au minimum 135 €. Si une 2e infraction est constatée dans un délai de 15 jours, l’amende peut atteindre jusqu’à 1 500 €. Si cela se produit plus de 3 fois en 30 jours, les sanctions sont de 6 mois d’emprisonnement et 3 750 € d’amende.

. Utiliser le passe sanitaire authentique appartenant à autrui ou prêter un passe sanitaire authentique à quelqu’un en vue d’une utilisation frauduleuse est puni d’une amende de 750 € maximum, forfaitisée à 135 € si elle est réglée rapidement. En cas de récidive dans les 15 jours suivant la 1re verbalisation, le montant atteint 1 500 €. Si cette violation est constatée plus de 3 fois en 30 jours, la sanction pénale encourue est portée à 6 mois d’emprisonnement et 3 750 € d’amende.

. Utiliser, procurer ou vendre de faux passes sanitaires, notamment via les réseaux sociaux, est passible de 5 ans de prison et de 75 000 € d’amende maximum (contre 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende avant la loi « Vigilance sanitaire »).

. Commettre des violences sur les personnels chargés de vérifier le passe est puni, selon leur gravité, de peines d’emprisonnement et d’amendes pouvant aller jusqu’à 75 000 € définies par le Code pénal.

. Les commerçants et professionnels ne contrôlant pas le passe s’exposent à une mise en demeure et à une éventuelle fermeture temporaire de l’établissement, puis en cas de 4 verbalisations dans un délai de 40 jours à une peine d’un an de prison et à une amende de 1 000 € et jusqu’à 45 000 € pour les personnes morales à partir de la 5e verbalisation.

Par ailleurs, les attestations frauduleuses de vaccination contre le Covid-19 font l’objet de sanctions :

. Produire ou utiliser un faux document expose jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende.

. Procurer frauduleusement à autrui un document délivré par une administration publique est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende.

. Introduire frauduleusement des données dans un système de traitement automatisé est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 150 000 € d’amende.

Sources :

Textes de loi et références

Loi n° 2021-1465 du 10 novembre 2021 portant diverses dispositions de vigilance sanitaire

Article L3136-1 du Code de la Santé publique

Loi n° 2021-1040 du 5 août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire

Code pénal – Des violences (Articles 222-7 à 222-16-03)

Lire la Source : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A15095

© par Bernard TRITZ

Permis de conduire : Que faire ?

Par Guillaume DUSSOURT – Publié le mardi 07 décembre 2021 à 17h50.

© RMC 800.000 automobilistes sans permis de conduire : faut-il réformer le permis à points ?

800.000 automobilistes sans permis de conduire – faut-il réformer le permis à points ? : Près de 800.000 personnes rouleraient sans permis de conduire sur les routes de France. Chaque année, ils seraient 100.000 de plus à se voir suspendre leur droit à la conduite.

Depuis la suspension de son permis de conduire pour 6 mois Babou ambulancier, conduit depuis 4 mois sans le précieux papier rose. Car l’absence de permis valide rime pour lui avec chômage. « Je ne l’ai pas dit à mon employeur et quand je passe devant la police, en général ils ne me contrôlent pas, vu que je suis en ambulance », raconte-t-il ce mardi sur RMC. « Au début, c’était un stress énorme mais maintenant ça va. J’ai l’habitude je fais attention bien sûr, mais ça ne m’empêche pas de conduire ».

Comme lui, ils sont 763.000 en France à conduire sans permis alors que chaque année, plus de 100.000 permis sont annulés pour des défauts de points, selon les dernières données de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière. Des chiffres en hausse depuis dix ans.

Sur l’ensemble des points retirés, 65% le sont pour des excès de vitesse. Et dans ces excès de vitesse, plus de la moitié (53,7%) le sont pour des infractions d’un point, soit de très légers dépassements de la vitesse maximale autorisée (jusqu’à 20 km/h au-dessus de la limite).

« Créons une autre tranche d’infraction entre 1 et 10 km/h » : Et là est le problème pour Pierre Chasseray, délégué général de l’association « 40 millions d’automobilistes »: « En France, on a une règle de tranche avec une sanction tous les 10 km/ sauf la première tranche qui elle est entre 1 et 20″, déplore-t-il sur le plateau d' »Estelle Midi ». « Créons une autre tranche d’infraction entre 1 et 10 km/h où le petit excès involontaire ne sera pas sanctionné par une perte de point ! Certains perdent des points pour des excès de 1km/h ! », dénonce-t-il.

« Dans de nombreux pays, il y a une tolérance sur les excès de vitesse, en plus de la tolérance mécanique de 5% appliquée en France. Ici, les sanctions pour les petites infractions sont démesurées mais sont les plus rentables. Il faut arrêter cet acharnement contre les automobilistes », ajoute Pierre Chasseray.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/800-000-automobilistes-sans-permis-de-conduire-faut-il-r%C3%A9former-le-permis-%C3%A0-points/ar-AARzpr3?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Guadeloupe – Violences extrêmes !

Par La Rédaction – RMC – Publié le mardi 30 novembre 2021 à 08h00.

© afp Barrages bloquants, manifestations : on vous explique la grogne des soignants et des sapeurs-pompiers en Guadeloupe

« On arrose au 9mm dans les rues » – face aux violences, 70 gendarmes et 10 membres du GIGN supplémentaires arrivent en Guadeloupe : Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a annoncé lundi à Pointe-à-Pitre l’envoi d’un escadron de 70 gendarmes mobiles et 10 membres du GIGN supplémentaires, pour faire face à la violence durant la crise sociale en Guadeloupe.

Le ministre a appelé à une « prise de conscience collective » au sujet des violences qui « prennent pour cibles les forces de l’ordre ». Il y a des « policiers blessés ». « Lorsqu’on tire et qu’on arrose au 9 millimètres dans les rues », c’est « un miracle qu’un enfant de 9 ou 10 ans » ne se soit pas « retrouvé sous ces balles », a-t-il insisté. « Il y a des barrages sur lesquels des bouteilles de gaz ont été installées, il faut le dire », a également indiqué Sébastien Lecornu.

Il a critiqué les responsables syndicaux qui « ont commencé à vouloir chercher des amnisties pour celles et ceux qui ont voulu délibérément assassiner des policiers ou des gendarmes ». Selon lui, ils participent à une « jonction dangereuse entre ce qu’il se passe la nuit et la journée » lors du mouvement social.

« Assez de ces caricatures ! » : Le ministre y voit « une des grandes différences avec ce qu’il se passe en Martinique », où « la situation n’est en rien comparable ». En Guadeloupe, « plus de 120 interpellations » ont été réalisées depuis le début de la crise, a-t-il indiqué. Et « l’autorité judiciaire a enregistré en une semaine une activité équivalente à trois ou quatre mois ordinaires ».

« Il nous faut tenir, permettre aux forces de l’ordre de se régénérer » et « procéder aux déblocages », « dès demain un nouvel escadron de 70 militaires de la gendarmerie arrivera ici en Guadeloupe pour venir renforcer l’offre de sécurité », a-t-il ajouté. « 10 militaires supplémentaires du GIGN se rendront demain en Guadeloupe ». « Nous continuons ces renforts parce que la situation est tendue », a-t-il poursuivi.  Et « je veux tordre le cou à ces caricatures disant ‘à un problème social vous répondez par le RAID et le GIGN’. Stop et assez de ces caricatures ! », a réclamé le ministre.

« Lorsqu’on se précipite sur un scooter, qu’on s’arrête le long d’une portière d’un véhicule de police et qu’on cherche à vider son chargeur dans la tête d’un fonctionnaire de police ou d’un militaire de la gendarmerie, ça n’a rien à voir avec un pompier ou un soignant qui n’est pas d’accord avec l’obligation vaccinale », a-t-il conclu sur ce point.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/on-arrose-au-9mm-dans-les-rues-face-aux-violences-70-gendarmes-et-10-membres-du-gign-suppl%C3%A9mentaires-arrivent-en-guadeloupe/ar-AARhRVG?ocid=msedgdhp&pc=U531#image=1

© par Bernard TRITZ

Radar : Signalements !

Par Ouest-France – Publié le mercredi 24 novembre 2021.

© JOËL LE GALL / OUEST-FRANCE Les automobilistes peuvent partager des informations routières, y compris sur les contrôles de vitesse, a tranché le Conseil constitutionnel (illustration).

Les automobilistes ont le droit de signaler les contrôles de vitesse… à une exception près : Le Conseil constitutionnel a donné raison au fabricant de systèmes d’aide à la conduite et à la navigation Coyote. Partout en France, les conducteurs ont le droit de partager des informations sur les radars. Sauf dans un cas.

Victoire pour Coyote et ses concurrents : Les automobilistes peuvent partager des informations routières, y compris sur les contrôles de vitesse, sur tout le réseau routier français, a décidé le Conseil constitutionnel mercredi 24 novembre 2021.

Les Sages avaient été saisis d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) par le Conseil d’État en septembre, pour donner suite à une requête du fabricant de systèmes d’aide à la conduite et à la navigation Coyote System.

La société contestait un article non encore appliqué du Code de la route (loi du 24 décembre 2019), qui prévoyait l’interdiction totale, à l’occasion de certains contrôles routiers, de rediffuser les messages et indications émis par les utilisateurs de ce service, même si ces indications n’avaient pas de rapport avec le contrôle.

Au nom de la liberté d’expression : Cette interdiction, sous le contrôle des préfets, ne valait que sur les routes départementales. En vertu d’une disposition de l’Union européenne, les préfets ne pouvaient en effet pas empêcher les échanges entre automobilistes sur les autoroutes et les routes nationales. Toujours à l’exception des contrôles impliquant l’interception des véhicules par les forces de l’ordre.

Lors d’une audience du Conseil constitutionnel délocalisée à Bourges le 16 novembre 2021, les avocats de Coyote System avaient reproché à ces dispositions de porter atteinte à la liberté d’expression et de communication, une atteinte qui ne serait ni nécessaire, ni adaptée, ni proportionnée à l’objectif poursuivi par le législateur​.

Sur Twitter

Dans sa décision, le Conseil constitutionnel a rappelé l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme. Ce droit implique la liberté d’accéder à ces services et de s’y exprimer​, note-t-il dans un communiqué.

Une exception : L’interdiction de communiquer certaines informations en temps réel peut toutefois être appliquée par les préfets dans le cas de contrôles routiers impliquant l’interception des véhicules, ont rappelé les Sages.

Ce blocage peut donc être prononcé temporairement par les préfets pour des contrôles d’alcoolémie et de stupéfiants, à certains contrôles d’identité, fouilles de véhicules et bagages, à des recherches pour des crimes ou délits punis d’au moins trois ans d’emprisonnement ou à la recherche de personnes en fuite.

Cette interdiction ne s’applique qu’à ces contrôles limitativement énumérés, au nombre desquels ne figurent pas les contrôles de vitesse, précise le Conseil constitutionnel.

La société Coyote a salué cette décision qui permet aux automobilistes de continuer de s’informer en temps réel des dangers de la route. Son directeur général Benoit Lambert, cité dans un communiqué, y voit une reconnaissance officielle supplémentaire de la contribution de nos outils à la sécurité routière​.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/les-automobilistes-ont-le-droit-de-signaler-les-contr%C3%B4les-de-vitesse-%C3%A0-une-exception-pr%C3%A8s/ar-AAR5ml9?ocid=msedgdhp&pc=U531#image=1

© par Bernard TRITZ

Puy de Dôme : 2g/l = 6 mois fermes

Par NB – Publié le mardi 23 novembre 2021 à 17h15.

© Daniel Fouray / Ouest-France Le prévenu était parti de son domicile isérois pour rejoindre l’océan avant de se faire contrôler en état d’ivresse. Photo d’illustration.

Contrôlé avec 2 g/l d’alcool dans le sang dans le Puy-de-Dôme, un homme écope de six mois de prison fermes : Un automobiliste de 55 ans a écopé de douze mois de prison dont six mois fermes pour conduite en état d’ivresse. Cet habitant de Romans-sur-Isère (Isère) a été contrôlé au volant avec 2 g d’alcool par litre de sang le 19 novembre. Sa voiturette a été saisie par la justice.

Un homme âgé de 55 ans était jugé en comparution immédiate, lundi 22 novembre 2021, pour conduite en état d’ivresse. Cet automobiliste vivant à Romans-sur-Isère (Isère) a été interpellé à Thiers (Puy-de-Dôme), le 19 novembre dernier, avec près de 2 g/l d’alcool dans le sang, rapporte La Montagne.

Le quinquagénaire disait vouloir « changer d’air », dans des propos rapportés par le quotidien régional. Il était parti de chez lui avec sa voiture sans permis en ayant pour destination l’océan. Avant qu’il ne tombe sur les gendarmes, vers 1 h du matin.

Six mois de prison fermes : Les militaires ont découvert de la bière et du rosé dans le coffre de la voiturette. Ils l’ont alors placé en garde à vue. Le mis en cause a été mis en détention provisoire avant son procès. Ce dernier a reconnu son alcoolisme, pour lequel il est soigné. Le président du tribunal a souligné le danger qu’il faisait encourir aux autres usagers de la route.

Le prévenu a écopé de douze mois de prison, dont six assortis d’un sursis probatoire de deux ans. Son véhicule a été confisqué et il a été maintenu en détention.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/contr%C3%B4l%C3%A9-avec-2-g-l-d-alcool-dans-le-sang-dans-le-puy-de-d%C3%B4me-un-homme-%C3%A9cope-de-six-mois-de-prison-ferme/ar-AAR2JgS?ocid=msedgdhp&pc=U531

© par Bernard TRITZ

0.5 par verre peut-être ?

Marseille – Drogues : 23 interpellations !

Par Shéhérazade Ben Essaid – Publié le jeudi 18 novembre 2021.

© Thomas Samson – AFP Le Raid a été déployé dans le quartier Saint-Roch à Nice. (Photo d’illustration)

Démantèlement d’un réseau de trafic de stupéfiants à Marseille – 23 individus interpellés, des armes saisies : Les forces de l’ordre ont saisi mardi dernier plus de 15kg de cannabis et plus de 6000 euros dans la cité des Oliviers A, située dans le 13e arrondissement de Marseille.

Dans un communiqué publié ce jeudi, le parquet de Marseille a annoncé le démantèlement d’un réseau de trafic de stupéfiants mardi dernier, dans la cité des Oliviers, située dans le 13e arrondissement.

Une opération qui a mobilisé plus de 180 enquêteurs de police judiciaire, le RAID 13, les équipes cynophiles des douanes, la Direction départementale de la sécurité publique de Marseille et une compagnie républicaine de sécurité.

Environ 15kg de cannabis et des armes saisies : Au total, 23 individus ont été interpellés. Les forces de l’ordre ont saisi plus de 15kg de cannabis, plus de 6000 euros, ainsi qu’une arme de poing et un fusil d’assaut.

Cette cité, lieu où le trafic de stupéfiants est le plus actif à Marseille, avec un chiffre d’affaires estimé à 80.000 euros, a déjà fait l’objet d’une interpellation le 9 septembre 2020. 180kg de cannabis et deux fusils d’assaut avaient été saisis. Le déferrement de 14 personnes est prévu à ce jour.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/d%C3%A9mant%C3%A8lement-d-un-r%C3%A9seau-de-trafic-de-stup%C3%A9fiants-%C3%A0-marseille-23-individus-interpell%C3%A9s-des-armes-saisies/ar-AAQRPzR?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Rognac contrôlé à 190 au lieu de 90

Rognac – Saint Chamas

Par la Provence – S.R. – Publie vendredi 12 novembre 2021 à 08h31 – Mis à jour à 08h35.

Contrôlé à 190 km/h, le conducteur a perdu le permis et son véhicule. PHOTO DR

La RD21 est, on le sait, un lieu très accidentogène. Si elle n’empêche pas les fous du volant de commettre des excès de vitesse, elle n’empêche pas les gendarmes de la brigade motorisée (BMO) de Saint-Chamas, non plus, d’y effectuer des contrôles. Et certains conducteurs l’ont appris à leurs dépens.

Ainsi, parmi tous les automobilistes verbalisés lors de ce contrôle, la palme est revenue à ce conducteur flashé à hauteur de Rognac à… 190 km/h, là où la vitesse maximale est limitée à 90.

Pour lui, la sanction a été immédiate : son permis lui a été retiré et son véhicule a été placé en fourrière. De surcroît, il devra répondre de cette imprudence devant le tribunal correctionnel.

Lire la Source : https://www.laprovence.com/actu/en-direct/6557701/rognac-un-automobiliste-controle-a-190-kmh-sur-une-portion-de-route-a-90.html

© par Bernard TRITZ

Jean Macé s’en est allé !

Voici une partie du message que nous avons reçu. Nous avons tous baissé le regard et la tête pour penser à notre ami. Pour moi-même près de trente années.

Reconnaissable entre tous, il avait un style, une gouaille qui lui était propre. C’était notre Jean, Notre capitaine Haddock. Tous nous l’aimions pour son sourire, il aimait plaisanter.

Jean Macé notre ami s’en est allé !

—–

« C’est avec beaucoup de tristesse que je viens vous annoncer le décès de notre ami Jean MACÉ (87 ans) ce matin (4/11) à 07h00.

Il a été déposé à la chambre funéraire de Vitrolles où il sera possible de se recueillir à partir du 5 novembre et ce jusqu’au 10 novembre.

Un code d’entrée à la chambre funéraire devrait nous être donné en fin de journée. Me téléphoner : 07 88 32.94.80.

Pour info, j’irai demain après-midi avec son épouse Marie et un de ses fils.

Le mercredi 10 novembre, à 10 heures 30, le corps partira en direction du crématorium de LUYNES où la cérémonie débutera à 11 heures 30. (Possibilité de partir en convoi de Vitrolles à Luynes). 

Très lié à toutes les associations (Gendarmerie – anciens combattants – souvenirs français), la famille souhaite la présence des drapeaux.

Pas de fleurs. »

—–

À toute la famille à son épouse, aux enfants nous présentons notre infinie compassion accompagnée de nos sincères condoléances attristées.

Rognac, la Gendarmerie, la Police Municipale, la Marine, les Anciens Combattants, de très nombreuses personnes sont affectées par la perte de ce bel ami.

Jean tu vas nous manquer !

© par Bernard TRITZ

Coyote – Waze : changements ce lundi 1er novembre 2021

Par Andy David – Auto-Moto – Publié le vendredi 29 octobre 2021.

Fournis par Auto-Moto – Peugeot 5008 Police et Gendarmerie

Signalements, radars, contrôles – ce qui disparaît de Waze et Coyote ce lundi 1er novembre 2021 : Les applications de navigation ne pourront plus signaler certains contrôles de police. Le résumé des changements au 1er novembre 2021.

Les applications de navigation ne pourront plus signaler certains contrôles de police. Le résumé des changements au 1er novembre 2021.

Rassurez-vous, les avertisseurs vous diront toujours où sont les radars. Mais à l’initiative du ministère de l’Intérieur et des préfets, les applications GPS d’aide à la conduite ne pourront plus signaler dès lundi 1er novembre 2021 un certain nombre de contrôles de police.

La mesure, mise en place par un décret publié dans le Journal officiel en avril dernier, prend effet le 1er novembre 2021. Objectif affiché par les autorités : éviter que des malfrats ou des terroristes n’utilisent ces dispositifs pour fuir.

Ce qui change : Désormais, en cas de contrôle de police ou de gendarmerie concernant l’alcoolémie, les stupéfiants ou dans le cadre d’une attaque terroriste, une « zone blanche » sera définie par les autorités. Dans cette zone, les interventions des forces de l’ordre ne pourront plus apparaître sur Waze, TomTom ou Coyote.

Nos confères du Parisien précisent que les automobilistes ne risquent pas de sanctions s’ils signalent la présence d’un contrôle. En revanche, les autres utilisateurs ne recevront plus de notification.

Pour un enlèvement ou une attaque terroriste, la zone blanche pourra être établie pour une durée maximale de 12 heures dans un périmètre de deux kilomètres en agglomération et jusqu’à 10 kilomètres hors agglomération.

Les exploitants des applications risquent deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende s’ils ne respectent pas ce décret.

Ce qui ne change pas : Les accidents, les travaux et les contrôles de vitesse (fixes ou mobiles) demeurent signalés.

Source : Microsoft News : les actualités à ne pas manquer par Windows 11.

© Par Bernard TRITZ

Marseille : Vol à main armé à 13 ans !

Par E.Mi. – Publié le mardi 21 septembre 2021 à 10h01.

Deux hommes font irruption dans un commerce à proximité du marché aux Puces munis d’une arme de poing – PHOTO ARCHIVES/ILLUSTRATION VALÉRIE VREL

Marseille – Un ado de 13 ans interpellé après un vol à main armé près des Puces : À Marseille, peu après minuit, dans la nuit de lundi à mardi, deux hommes font irruption dans un commerce à proximité du marché aux Puces munis d’une arme de poing. D’après le témoignage du commerçant, âgé d’une quarantaine d’années, deux coups de feu auraient été tirés en l’air afin de lui dérober ses effets personnels. Alertés de la situation, une patrouille de nuit de la CSI s’est immédiatement rendue sur place et a réussi à interpeller les deux individus âgés pour l’un de seulement 13 ans et l’autre de 38 ans.

Lire la Source : https://www.laprovence.com/actu/en-direct/6497661/.html

© par Bernard TRITZ

Oise, 71 infractions, Amendes 10.000 €, 100 points en moins

Par Raphaël Thomas – Publié le lundi 20 septembre 2021 à 18h47 – Modifié le mardi 21 septembre 2021 à 06h27.

Mariage Laigneville Vidéoverbalisation

1- Laigneville, ce dimanche. Le cortège des mariés, composé d’une trentaine de véhicules, est passé deux fois dans la rue principale de la commune (Capture d’écran de la vidéoverbalisation). Mairie de Laigneville

Oise : 71 infractions, 10.000 euros d’amende et 100 points de permis annulés dans le cortège d’un mariage : Ce dimanche, à Laigneville, une trentaine de véhicules célébrant un couple de mariés a commis de multiples infractions au code de la route en passant dans cette commune adepte de la vidéoverbalisation…

C’est un record pour la police municipale de Laigneville (Oise) : 71 infractions, 9585 euros d’amendes et 100 points retirés dimanche, en une seule journée. Les agents ont ainsi sanctionné les invités d’un mariage ayant traversé en trombe et en voiture cette petite ville de 4500 habitants. Entre 13 heures et 13h30, le cortège de berlines est passé à deux reprises sur la route principale de la commune au son des klaxons. « Ils ont commis tous les types d’infractions possibles, lance le maire (SE), Christophe Dietrich. Dépassement en ville, non-port de la ceinture, feux rouges grillés et circulation à contresens. On ne leur a pas fait de cadeaux. »

« J’ai été obligée de me garer sur le bord de la route » : Une fête qui n’est pas passée inaperçue. « Ils étaient sur les deux voies de circulation, je me suis retrouvée coincée avec ma voiture au milieu du cortège et j’ai été obligée de me garer sur le bord de la route pour les laisser passer », raconte une habitante de l’Oise, jointe par téléphone, qui travaillait ce jour-là à Laigneville. « L’événement » a également déclenché de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux.

A Laigneville, le l’utilisation de vidéoverbalisation a permis de faire baisser la vitesse moyenne des automobilistes selon le maire.

2 – A Laigneville, le panneau indiquant la présence de vidéoverbalisation est pourtant bien visible à l’entrée de la commune.

« J’ai prévenu les deux policiers d’astreinte qui ont bien fait de ne pas intervenir en personne pour ne pas envenimer la situation, poursuit Christophe Dietrich. Tout s’est fait par vidéoverbalisation ». Un système mis en place en décembre 2018 à Laigneville. Dans l’Oise, 62 communes utilisent ou comptent utiliser la vidéo pour sanctionner les infractions routières. « Ici, nous ne sanctionnons que les infractions flagrantes et dangereuses, prévient le maire. Là c’est clairement le cas, et ils n’ont aucune excuse, il y a un gros panneau fluorescent à l’entrée de la ville pour prévenir de la présence des caméras ».

Les invités de ce mariage n’ont pas encore reçu la note dans leurs boîtes aux lettres mais Christophe Dietrich, lui, est fier de son coup de filet. « Vive les mariés ! » ironise-t-il dans un post Facebook publié ce lundi sur son compte personnel et sur celui de la commune. « Je les avais entendus de chez moi, sacré bordel, réagit une habitante en commentaire. Comme on dit, ils ont joué, ils vont assumer les conséquences ».

Lire la Source : https://www.leparisien.fr/oise-60/oise-71-infractions-10-000-euros-damende-et-100-points-de-permis-annules-dans-le-cortege-dun-mariage-20-09-2021-5LDHLBSYP5BFZPFVW5LZFXRVDA.php

© par Bernard TRITZ

Alerte enlèvement, Côtes d’Armor

Par Eloïse Aubé – Publié le 31 Juil 21 à 8h06.

Alerte enlèvement

Un enfant de 8 ans enlevé par son père dans les Côtes d’Armor : Dewi, un garçon de 8 ans a été enlevé par son père, vendredi 30 juillet 2021 à Lannion dans les Côtes d’Armor. Le ministère de la Justice vient de déclencher une alerte enlèvement.

Le ministère de la Justice a déclenché une alerte enlèvement samedi 31 juillet 2021. Le jeune Dewi, 8 ans, a été enlevé à Lannion dans les Côtes d’Armor « par son père qui ne peut le voir seul » peut-on lire dans la description de l’alerte.

Sur la photo publiée par le ministère, l’enfant est âgé de 4 ans.

Sur Twitter

Le jour de l’enlèvement, Dewi atteint de surdité, portait un jean et un manteau bleu marine.

Quant à son père, 38 ans, suspecté d’être à l’origine de l’enlèvement, il mesure entre 1.65 et 1.70 mètres avec de longs cheveux bruns. Au moment des faits, il portait « un pantalon beige/gris, des baskets beiges / grises et un bonnet ».

D’importants moyens de recherches ont été déployés vendredi soir, dont un hélicoptère, pour retrouver le père et l’enfant.

N’intervenez pas vous même : Cet homme, domicilié en Ille-et-Vilaine, est venu à la Maison du Département, afin de voir son fils de 8 ans dans le cadre de son droit de visite. Il est reparti avec l’enfant peu avant 12h explique le commandant Poilbout, du commissariat de Lannion à nos confrères du Trégor.

Si vous croisez le père de famille « n’intervenez pas vous-même » rappelle le ministère de la Justice. Contactez directement le 197 ou envoyez un mail à l’adresse suivante https://alerte.enlèvement@interieur.gouv.fr

Alerter cliquer ci-après : http://www.alerte-enlevement.gouv.fr/

© par Bernard TRITZ