Présidentielle – Sondage première semaine. Bilan !

Par la Rédaction de Paris Match – Publié le vendredi 14 janvier 2022 à 16h55 – Mis à jour à 17h11.

Malgré une légère érosion en fin de semaine, Emmanuel Macron reste en tête avec 26% des intentions de vote. Ludovic Marin/Pool Via REUTERS

Exclu – Sondage élection présidentielle – Ce que révèle la première semaine : Frédéric Dabi, politologue et directeur général de l’IFOP, analyse pour Paris Match la première semaine de notre sondage quotidien IFOP Fiducial pour Paris Match-LCI-Sud-Radio.

Lancé trois mois jour pour jour avant le premier tour, le Rolling IFOP-Fiducial pour Paris Match, LCI et Sud Radio scrute la présidentielle en temps réel . Au terme d’une première semaine de mesure, il apparaît que les intentions de vote des Français déjouent les attentes. Le verbatim d’Emmanuel Macron envers les non-vaccinés lui a-t-il coûté ? La victoire de Valérie Pécresse lui permet-elle de s’imposer à droite ? Réponses.

Emmanuel Macron en pole position : Quelle que soit l’hypothèse de premier tour testée, le président sortant a truste la pole position durant toute la semaine de démarrage du Rolling : Emmanuel Macron rassemble au moins un quart des intentions de vote exprimées, jusqu’à 27%, soit des niveaux comparables à ceux mesurés jusqu’en fin d’année dernière. En tout état de cause, ni sa sortie sur sa volonté « d’emmerder » les non vaccinés – dans laquelle certains voyaient un redoutable vecteur de « dé présidentialisation » – ni le lancement non avoué de sa campagne en tant que président candidat n’ont entamé son capital électoral. Le « roc » Emmanuel Macron, constant dans les intentions de vote, résiste ainsi à l’érosion et capitalise sur des segments force acquis aussi bien depuis le début de son quinquennat que plus récemment : « en même temps » les plus jeunes (36% au vendredi 14) et les plus âgés (26%), les cadres (33%), les plus diplômés (31%), les plus aisés (34%)… et une part non négligeable des électorats de Benoît Hamon (22%) et François Fillon (15%) en 2017, preuve que le locataire actuel de l’Élysée fait toujours figure de centre de gravité du paysage politique.

En revanche, la récente mobilisation des professeurs et parents d’élèves coalisés constitue une menace prise au sérieux au sommet de l’État et, en cas d’enlisement, pourrait pénaliser le président sortant si la cible désignée du mouvement passait du ministre de l’Education nationale à Emmanuel Macron lui-même. De même, la hausse du coût de l’énergie, dans un climat où le pouvoir d’achat émerge en troisième position des déterminants du vote, représente une épée de Damoclès au-dessus de la tête du chef de l’Etat.

Incertitude sur la deuxième place : « L’effet blast » a vécu. Alors qu’en décembre, Valérie Pécresse a vu les intentions de vote bondir en sa faveur après qu’elle a été auréolée à sa victoire de la primaire des Républicains, l’opposante d’Emmanuel Macron n’a commencé la semaine qu’à la troisième place des intentions de vote, derrière Marine Le Pen (15,5% contre 17,5%).

Pour autant, la présidente d’Ile-de-France bénéficie ces derniers jours d’une légère dynamique qui l’a petit à petit ramenée au même niveau que la candidate du Rassemblement national : désormais « à touche-touche » (17%), Valérie Pécresse et Marine Le Pen se disputent plus que jamais la deuxième place au premier tour de l’élection présidentielle, dans un contexte où le ticket d’entrée pour le second tour apparaît remarquablement bas en raison de l’éclatement de l’offre électorale, le plus bas depuis le 21 avril 2002. Pour autant, il ne faudrait pas oublier le troisième challenger à droite : avec 13,5% des intentions de vote, Éric Zemmour n’a pas vu sa candidature retomber après sa dynamique impressionnante de l’automne et reste un concurrent sérieux dans cette « primaire sauvage » de la droite et de la droite extrême.

« La gauche évaporée » : Additionnées, les intentions de vote en faveur de tous les candidats de gauche (même extrême !) arrivent à peine… au niveau d’Emmanuel Macron, soit environ un quart des suffrages, voire moins. Avec un total historiquement bas (contre 43,8% en 2012 et 27,7% en 2017… si l’on ignore les 24% du candidat Macron) et un éclatement des candidatures, la gauche ne semble guère exister en ce début de campagne. Parmi les nombreux candidats en lice, Jean-Luc Mélenchon demeure le plus coté (8,5 à 9,5% des intentions de vote), devant Yannick Jadot (5,5 à 7%). Côté socialistes ou apparentés, plus que marquer le pas, la candidature d’Anne Hidalgo enregistre un léger recul cette semaine, passant de 4 à 3,5% des intentions de vote.

Dans l’hypothèse d’une candidature supplémentaire de Christiane Taubira, si la maire de Paris ne semble pas perdre de terrain (avec des scores de 3 à 3,5%), l’ancienne garde des Sceaux parvient toutefois à faire jeu égal, voire à la dépasser : dans le Rolling du vendredi 14 janvier, Christiane Taubira émarge à 4,5% des intentions de vote, un point devant sa rivale du Parti socialiste, notamment grâce à sa capacité à capter des électeurs qui auraient opté pour Yannick Jadot (12%) ou Jean-Luc Mélenchon (8%) en son absence. Avec des scores aussi faibles et une dispersion aussi importante, les prochains jours de poker menteur autour d’une éventuelle primaire de gauche seront à scruter de près.

Lire la Source : https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Exclu-sondage-presidentiel-Ce-que-revele-la-premiere-semaine-1781674

© par Bernard TRITZ

Marseille : Sous la Bonne Mère, grosse mer pour Anne

Par Romain Cluzel (avec J.A.) – RMC – Publiée vendredi 14 janvier 2021 à 11h40.

© RMC Huée à la manif des profs, lâchée par le maire de Marseille: journée noire pour Anne Hidalgo

Huée à la manif des profs, lâchée par le maire de Marseille : journée noire pour Anne Hidalgo : Ce devait être une journée pour relancer à nouveau sa campagne. Anne Hidalgo a présenté son programme devant la presse à Paris, ce jeudi. Un projet « riche, neuf, complet et financé » selon la candidate, détaillé en 70 mesures.

Parmi elles : augmentation du Smic de 15%, « tiers payant » pour la rénovation thermique des logements, limitation des écarts de rémunération de 1 à 20 dans chaque entreprise ou instauration d’un référendum d’initiative citoyenne.

De quoi relancer sa campagne ? : La candidate, toujours située entre 3 et 4% dans les sondages, n’arrive pas à sortir du marasme.

La journée a tourné un peu plus au cauchemar lors de la manifestation des profs dans Paris : Avec la présentation de son programme, Anne Hidalgo espérait calmer les tensions au sein de sa famille politique. Des tensions qui éclatent au grand jour depuis son renoncement à participer à la primaire populaire. Mais aucune mesure n’est sortie du lot lors de cette conférence de presse.

La journée a tourné un peu plus au cauchemar lors de la manifestation des profs dans Paris. La candidate PS a été sifflée et interpellée par des manifestants, qui lui reprochent le bilan du quinquennat Hollande en matière d’éducation.

Remise en cause au sein même du PS : Ensuite, dans la soirée, elle a été pratiquement lâchée par le maire de Marseille Benoit Payan. Dans une interview à Libération, l’élu PS annonce qu’il soutiendra le vainqueur de la primaire populaire, et assume donc de ne pas soutenir Anne Hidalgo si Christiane Taubira l’emporte.

Pour couronner le tout, Anne Hidalgo devrait faire face à une nouvelle candidature à gauche dès samedi puisque Christiane Taubira doit officialiser sa candidature à Lyon. De mal en pis.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/hu%C3%A9e-%C3%A0-la-manif-des-profs-l%C3%A2ch%C3%A9e-par-le-maire-de-marseille-journ%C3%A9e-noire-pour-anne-hidalgo/ar-AASM18P?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Présidentielles 2022 – Dernier sondage LCI

Par La rédaction de LCI – Publié hier jeudi 13 janvier 2022 à 17h00 – Mis à jour hier jeudi 13 janvier 2022 à 17h33.

Report LCI

EXCLUSIF – Présidentielle 2022 – découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 13 janvier 2022 : BAROMÈTRE – Tous les jours jusqu’à l’élection présidentielle, le 10 et le 24 avril, l’IFOP Fiducial mesure en exclusivité et en temps réel pour LCI, Paris-Match et Sud Radio, le score que recueilleraient les candidats au premier et second tours du scrutin. Voici les résultats de ce jeudi 13 janvier, qui voient Valérie Pécresse passer devant Marine Le Pen.

Qui est en tête ? Qui prend l’avantage à gauche ? Qui perd des points ? Tous les jours jusqu’au scrutin grâce à son partenaire IFOP Fiducial, LCI propose une photographie en temps réel des rapports de force entre les candidats à l’élection présidentielle.

Les résultats de ce « rolling », publiés tous les jours à 17 heures, permettent tout au long de la campagne d’avoir une idée plus précise des évolutions des scores des candidats. Comment ont-ils évolué par rapport à la veille ? Voici les résultats de ce jeudi 13 janvier, à quatre-vingt-sept (87) jours du 1er tour.

Si l’élection présidentielle avait lieu dimanche prochain, quelles seraient les intentions de vote des Français au premier tour en considérant que Christiane Taubira qui, rappelons le, n’a pas encore acté sa candidature, ne se lance pas, en classant les candidats du meilleur au moins bon score :

– Emmanuel Macron, 26,5% (-0,5)

– Valérie Pécresse, 17% (+0,5)

– Marine Le Pen, 16,5% (=)

– Eric Zemmour, 13,5% (=)

– Jean-Luc Mélenchon, 9,5% (=)

– Yannick Jadot, 6,5% (=)

– Anne Hidalgo, 3,5% (=)

– Fabien Roussel, 2% (=)

– Nicolas Dupont-Aignan, 2% (=)

– Jean Lassalle, 1% (=)

– Philippe Poutou, 0,5% (=)

– Nathalie Arthaud, 0,5% (=)

– Arnaud Montebourg, 0,5% (=)

– Hélène Thouy, 0,5% (=)

——-

Pécresse confirme sa deuxième place : Si l’élection présidentielle avait lieu dimanche prochain, quelles seraient les intentions de vote des Français au premier tour (hypothèse avec Christiane Taubira), du meilleur au moins bon score :

– Emmanuel Macron, 25% (-0,5)

– Valérie Pécresse, 17% (+1)

– Marine Le Pen, 16% (-0,5)

– Eric Zemmour, 14% (=)

– Jean-Luc Mélenchon, 9% (=)

– Yannick Jadot, 6% (+0,5)

– Christiane Taubira, 4% (=)

– Anne Hidalgo, 3,5% (=)

– Fabien Roussel, 2% (=)

– Nicolas Dupont-Aignan, 1,5% (-0,5)

– Jean Lassalle, 1% (=)

– Nathalie Arthaud, 0,5% (=)

– Arnaud Montebourg, 0,5% (=)

– Hélène Thouy, 0% (=)

– Philippe Poutou, 0% (=)

Projection :

Lire la Source : https://www.lci.fr/politique/sondage-exclusif-presidentielle-2022-decouvrez-les-resultats-de-notre-rolling-quotidien-du-12-janvier-ifop-2207013.html

© par Bernard TRITZ

Présidentielles – Dernier Sondage LCI

Par La rédaction de LCI – Publié aujourd’hui, mardi 11 janvier 2022 à 17h00 – Mis à jour à 17h23.

Capture d’écran.

EXCLUSIF – Présidentielle 2022 – découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 11 janvier : BAROMÈTRE – Tous les jours jusqu’à l’élection présidentielle, l’IFOP Fiducial mesure en exclusivité et en temps réel pour LCI, Paris-Match et Sud Radio, le score que recueilleraient les candidats au premier et second tours du scrutin. Voici les résultats de ce mardi 11 janvier.

Qui est en tête ? Qui prend l’avantage à gauche ? Qui perd des points ? Tous les jours jusqu’au scrutin grâce à son partenaire ‘IFOP Fiducial, LCI propose une photographie en temps réel des rapports de force entre les candidats à l’élection présidentielle. Les résultats de ce « rolling », publiés tous les jours à 17 heures, permettent tout au long de la campagne d’avoir une idée plus précise des évolutions des scores des candidats. Comment ont-ils évolué par rapport à la veille ? Voici les résultats de ce mardi 11 janvier, à quatre-vingt-neuf jours du 1er tour.

Si l’élection présidentielle avait lieu dimanche prochain, quelles seraient les intentions de vote des Français au premier tour (hypothèse sans Christiane Taubira), du meilleur au moins bon score :

– Emmanuel Macron, 27% (=)

– Marine Le Pen, 17% (-0,5)

– Valérie Pécresse, 16,5% (+1)

– Eric Zemmour, 12,5% (=)

– Jean-Luc Mélenchon, 9% (-0,5)

– Yannick Jadot, 6,5% (+0,5)

– Anne Hidalgo, 4% (=)

– Fabien Roussel, 2% (-0,5)

– Nicolas Dupont-Aignan, 2% (=)

– Philippe Poutou, 1% (=)

– Jean Lassalle, 1% (=)

– Nathalie Arthaud, 0,5% (=)

– Arnaud Montebourg, 0,5% (=)

– Hélène Thouy, 0,5% (=)

Taubira prend l’avantage sur Hidalgo – Si l’élection présidentielle avait lieu dimanche prochain, quelles seraient les intentions de vote des Français au premier tour (hypothèse avec Christiane Taubira), du meilleur au moins bon score :

– Emmanuel Macron, 26% (=)

– Marine Le Pen, 17% (=)

– Valérie Pécresse, 16% (=)

– Eric Zemmour, 12,5% (=)

– Jean-Luc Mélenchon, 8,5% (=)

– Yannick Jadot, 6% (+0,5)

– Anne Hidalgo, 3% (-0,5)

– Christiane Taubira, 3,5% (=)

– Fabien Roussel, 2% (=)

– Nicolas Dupont-Aignan, 2% (=)

– Philippe Poutou, 1% (=)

– Jean Lassalle, 1% (=)

– Nathalie Arthaud, 0,5% (=)

– Arnaud Montebourg, 0,5% (=)

– Hélène Thouy, 0,5% (=)

Au second tour, en cas d’affrontement entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, dans un remake de 2017, l’actuel président de la République l’emporterait avec 57% (-1) des voix. Face à Valérie Pécresse, il serait élu avec 53% (-1) des suffrages.

Lire la Source : https://www.lci.fr/politique/exclusif-presidentielle-2022-decouvrez-les-resultats-de-notre-sondage-quotidien-2206921.html

© par Bernard TRITZ

Les Républicains # Implosion ?

Par Stéphane VERNAY – Ouest France – Publié le lundi 10 janvier 2022 à 15h04.

«C’est un non-événement pour nous», a commenté la candidate LR Valérie Pécresse à propos du départ de l’ex vice-président de son parti chez Éric Zemmour. | AFP

COMMENTAIRE. Les Républicains peuvent-ils imploser avant la présidentielle ? : Guillaume Peltier, ancien vice-président des Républicains, rallie Eric Zemmour à trois mois du premier tour de la présidentielle. Initiative individuelle et marginale ou point de départ d’une bascule de la droite classique vers la droite extrême ? À ce stade, Valérie Pécresse n’a pas – ou peu – de soucis à se faire…

La défection de Guillaume Peltier peut-elle faire dérailler la campagne de Valérie Pécresse ? L’annonce du ralliement de l’ancien vice-président des Républicains à Eric Zemmour, dimanche sur Europe 1 et CNews, est commentée en boucle depuis hier. Le député du Loir-et-Cher laisse entendre que d’autres ​le suivront.

De quoi déstabiliser Les Républicains ? Jusqu’à faire capoter la candidature de Valérie Pécresse ? On ne va pas faire durer le suspense, il n’y en a pas. La réponse est non. La décision de Guillaume Pelletier ne remet rien en cause. « C’est un non-évènement pour nous » ​, a commenté – à raison – la candidate de la droite à la présidentielle ce matin sur franceinfo. Les Républicains n’imploseront pas dans la foulée de son départ.

Guillaume Peltier. | AFP

Un scénario du pire tenu à distance grâce à une primaire réussie : La question d’une éventuelle fracture du vieux parti de gouvernement ​se pose pourtant. Ou plutôt, elle s’est posée. Avant la primaire interne des LR, dont l’épilogue s’est tenu en décembre. Si Les Républicains avaient raté ce rendez-vous, en ne parvenant pas à embarquer Xavier Bertrand dans leur processus de départage​, par exemple, ou en se choisissant un candidat incapable d’assurer l’unité de la famille, ce scénario du pire était possible.

Des sondages défavorables, ne laissant que peu d’espoir quant aux chances du champion choisi, auraient également pu semer le doute dans les esprits. Jusqu’à persuader une partie des cadres LR de s’exfiltrer vers la Macronie – en passant par Horizons, le sas créé pour eux par Édouard Philippe – et une autre vers les droites extrêmes d’Éric Zemmour ou de Marine Le Pen.

L’image d’une famille unie, l’Élysée à portée : Ce mouvement de panique n’a pas eu lieu. Et il n’y a aucune raison qu’il se produise. D’abord parce que la primaire LR a été bien menée. Fidèles à leurs engagements, tous les candidats à la candidature se sont rangés derrière la gagnante. Contrairement à ce qui s’est joué à gauche en 2017, tous les ténors du parti s’affichent aujourd’hui publiquement derrière Valérie Pécresse. Ils la défendent sur les plateaux, et elle a fait une place à chacun, tous courants confondus, dans son état-major de campagne.

LR Twitter

La grande armée ​de Valérie, présentée la semaine dernière, compte une quarantaine de noms… mais pas celui de Guillaume Peltier, en voie de marginalisation depuis le printemps.

L’ancien vice-président des Républicains avait perdu son titre de numéro 2 ​du parti dès le mois de juillet, pour des propos tenus en mai (sur la justice et le partage d’un certain nombre de convictions communes ​avec Robert Ménard, le maire de Béziers, proche du Rassemblement national). Un commentaire sur le rassemblement de Villepinte d’Éric Zemmour (Comment rester insensible au discours pour la France d’Éric Zemmour ?) posté le 5 décembre lui a fait perdre le poste de vice-président des Républicains.

La tentation de nouveaux horizons : Si son appel de dimanche lui vaut d’être exclu du parti, il n’y avait déjà plus sa place. Écarté, Guillaume Peltier décide de changer de crémerie. Ses détracteurs rappellent opportunément ses débuts en politique au mouvement de jeunesse du Front national, dans les années 1990, suivi d’un passage au MNR de Bruno Mégret, puis au Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, avant son entrée à l’UMP.

« Moi, il a tapé à ma porte mais je ne l’ai pas ouverte », raille Marine Le Pen sur BFMTV, sous-entendant que Guillaume Peltier ne serait qu’une girouette. Le tempo qu’il a choisi pour retourner sa veste est certes mauvais, mais la question de la recomposition de la droite pourrait bien se reposer d’ici trois mois. En fonction des résultats de la présidentielle.

Une victoire de Valérie Pécresse balayerait évidemment tous les doutes, et pour longtemps. Un ratage, en revanche, ne manquerait pas de replonger le parti dans la crise. Si la candidate LR ne passait pas la barre du premier tour, on peut parier que nombre des grands noms du parti se mettraient bien vite en quête de nouveaux horizons…

Lire la Source :

https://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/decryptage/commentaire-les-republicains-peuvent-ils-imploser-avant-la-presidentielle-344e36b2-7216-11ec-9387-6c239fe68028

© par Bernard TRITZ

Sondage : Valérie Pécresse, nouvelle percée

Par BFMTV – Publié le mercredi 09 décembre 2021 à 22h30.

© Anne Christine POUJOULAT © 2019 AFP La candidate LR pour l’élection présidentielle 2022, Valérie Pécresse, le 4 décembre 2021 à Paris

Présidentielle – Un nouveau sondage confirme la percée de Valérie Pécresse : La candidate des Républicains serait à égalité avec la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, au premier tour.

Une confirmation : Depuis son intronisation samedi passé comme candidate officielle des Républicains après sa victoire au congrès du parti de droite, Valérie Pécresse a le vent en poupe et réalise de belles percées dans plusieurs sondages.

Dernier exemple en date, ce mercredi, avec cette enquête réalisée par Ipsos Sopra Steria pour Le Parisien/Aujourd’hui en France et France Info. On y apprend que, la présidente de la région Île-de-France, avec 16% d’intentions de vote si le scrutin devait avoir lieu dimanche prochain, se retrouverait en deuxième position à égalité avec Marine Le Pen, et donc en situation de se qualifier pour le second tour de l’élection. Dans ses colonnes, Le Parisien souligne que 49% des électeurs ayant voté François Fillon en 2017 seraient enclins à voter pour Valérie Pécresse en 2022. En première position, Emmanuel Macron est, à quatre mois du vote, crédité de 25% des voix.

Mercredi, cette dernière était, dans un sondage Elabe pour BFMTV, donnée gagnante au second tour, avec 53% d’intentions de vote, dans un face-à-face avec Emmanuel Macron après être arrivée en deuxième position au premier tour avec 20% des scrutins. « Les sondages, ça va et vient. Mais ce qui est intéressant c’est de sentir qu’il y a une envie d’alternance dans le pays, d’alternance concrète avec des solutions pour le pays », avait elle déclaré quelques heures plus tard à notre antenne.

La gauche stagne : Plus loin dans les résultats de cet ultime sondage, le polémiste Éric Zemmour est quant à lui crédité de 14% des voix trois jours après son premier rassemblement de campagne qui s’est tenu à Villepinte dans une ambiance tendue.

Finalement, une nouvelle fois, aucun des candidats de gauche ne dépasserait les 10% au premier tour, le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon atteignant péniblement les 8% et Yannick Jadot, candidat écologiste, étant à la tête de 6% des suffrages.

Plus loin, Anne Hidalgo et Arnaud Montebourg, qui tous deux appelaient ce mercredi à une candidature commune à gauche, sont crédités de respectivement 5 et 2,5% des voix, tandis que Fabien Roussel, Philippe Poutou et Nicolas Dupont-Aignan reçoivent 2, 1,5 et 1,5% des voix.

Sondage réalisé sur 1.500 personnes majeures, représentatives de la population française, qui ont été sondées par Ipsos Sopra Steria par Internet de lundi à ce mercredi matin. Seules celles se disant certaines d’aller voter, soit environ une sur deux, ont ensuite été incluses dans les résultats. Ces scores pourraient donc évoluer au fil de l’avancée de la campagne.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/elections/pr%C3%A9sidentielle-un-nouveau-sondage-confirme-la-perc%C3%A9e-de-val%C3%A9rie-p%C3%A9cresse/ar-AARCCym?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Sondage : Pécresse donnée gagnante !

Par Dominique Albertini – Publié le mardi 07 décembre 2021 à 19h00.

© Albert Facelly Pécresse en tête au second tour selon un sondage ? « C’est beaucoup trop haut, trop vite et surtout trop tôt », relativise un député de la majorité.

Sondages – Pécresse donnée gagnante face à Macron à la présidentielle, une première : « Macron, on arrive ! » s’emballait sur Twitter un jeune cadre de droite, lundi en fin d’après-midi. Trois jours après la désignation de Valérie Pécresse comme candidate de LR à la présidentielle, deux sondages ont eu sur son camp l’effet d’une injection d’amphétamine. Publié par l’IFOP, le premier la crédite de 17% des intentions de vote, deuxième ex aequo avec la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, et quatre points devant Éric Zemmour. Emmanuel Macron reste en tête, avec les faveurs de 25% des sondés. Dans un hypothétique second tour entre ce dernier et Valérie Pécresse, le président sortant l’emporterait avec 52% des voix.

Le second sondage surtout, celui du cabinet d’études Elabe, a suscité l’enthousiasme à droite. Il est le premier à qualifier sans ambiguïté la candidate de droite pour le second tour, ce à quoi ni elle, ni aucun de ses anciens concurrents chez LR, n’étaient parvenus jusqu’ici. Dans cette enquête, la présidente d’Ile-de-France gagne 11 points, à 20% des intentions de vote. Emmanuel Macron est à 23%, et Marine Le Pen, en fort recul, à 15% seulement. Et pour l’étude, au second tour, c’est la candidate LR qui l’emporterait sur le chef de l’Etat, avec 52% des voix. C’est la première fois qu’un sondage donne ce dernier perdant.

Nuances et réserves : On va se congratuler, chez LR, de ces résultats, dont l’interprétation appelle tout de même d’importantes réserves. Réalisés dans la foulée de la primaire de LR, à un moment où tous les projecteurs se sont braqués sur sa gagnante, ils ne livrent pas les mêmes résultats. S’ils reflètent l’état de l’opinion au moment de leur réalisation, ils ne prédisent pas le résultat de la présidentielle. Dernière nuance : parmi les principaux candidats, l’électorat de Valérie Pécresse est le moins sûr de son choix. Seuls 54% d’entre eux se disent certains de ne pas changer d’avis, contre 66% pour Emmanuel Macron.

Il n’empêche : ces enquêtes vont soutenir le moral d’un parti dont les possibles candidats, jusqu’à la primaire, semblaient promis à un second rôle dans la campagne présidentielle. Le mieux placé d’entre eux, Xavier Bertrand, n’avait jamais atteint les niveaux aujourd’hui associés à Valérie Pécresse. On s’appuiera sur ces résultats, chez LR, pour démontrer qu’il existe un large espace politique entre Emmanuel Macron et l’extrême droite, et que la gagnante de la primaire est bien la plus redoutable adversaire du chef de l’Etat. Le propre entourage de celui-ci l’accréditait, ces derniers jours, notant que la présidente d’Ile-de-France « rassemble un arc plus large que l’électorat Macroniste ».

Chez les amis du chef de l’Etat, lundi on appelait au « calme » et au « sang-froid » : « C’est beaucoup trop haut, trop vite et surtout trop tôt », estime un député de la majorité, pour qui ce résultat « ne dit pas grand-chose : 11 points de plus, ce n’est pas sérieux ». C’est « à prendre avec sérénité et recul comme à chaque fois, réagit un proche du président. On verra si c’est structurel ou plus conjoncturel ».

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/elections/sondages-p%C3%A9cresse-donn%C3%A9e-gagnante-face-%C3%A0-macron-%C3%A0-la-pr%C3%A9sidentielle-une-premi%C3%A8re/ar-AARzzZu?ocid=msedgntp#image=1

© par Bernard TRITZ

Sondage : Pécresse devant Macron

Par lexpress.fr – Publié le mardi 7 décembre 2021 à 18h15.

© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP Entre Valérie Pécresse et Emmanuel Macron, le duel pour 2022 commence.

SONDAGE EXCLUSIF – Pécresse devant Macron au second tour : Valérie Pécresse devance Emmanuel Macron au second tour, selon un sondage Elabe « Opinion 2022 » pour BFM TV/ L’Express en partenariat avec SFR.

À droite, la candidate de LR fait une percée spectaculaire dans les sondages. Au second tour, Valérie Pécresse devancerait d’une courte tête Emmanuel Macron (52% contre 48%). Après sa victoire au congrès Les Républicains, la présidente de la région Ile-de-France est en très forte hausse selon les résultats d’une étude Elabe « Opinion 2022 » pour BFM TV/ L’Express en partenariat avec SFR.

Au premier tour, Emmanuel Macron est en légère baisse, mais reste en tête des intentions de vote (23%, -2). Parmi les sondés qui expriment une intention de vote, le président serait le premier choix des 18-24 ans (37%) et des cadres (30%). Valérie Pécresse, arriverait deuxième (20%). La candidate de la droite gagne 11 points par rapport aux précédents sondages. Si elle progresse au sein de toutes les tranches d’âge, il faut noter que cette envolée est à nuancer : seule la moitié des potentiels électeurs de Valérie Pécresse sont aujourd’hui certains de leur choix (54%).

À l’extrême droite, l’écart se réduit fortement entre les deux rivaux : Marine Le Pen est en baisse (15%) et Éric Zemmour affiche en légère hausse cette semaine (14%, +1). La chute de la fille de Jean-Marie Le Pen s’explique par des électeurs démobilisés ou qui seraient tentés par l’ancien polémiste ou la candidate LR. A gauche, Jean-Luc Mélenchon (8%) et Yannick Jadot (7%) sont au coude-à-coude. A quatre mois de la présidentielle, les jeux sont encore loin d’être faits. A ce jour, 44% des électeurs ayant l’intention d’aller voter ne sont pas certains de leur choix et pourraient changer d’avis.

D’autant qu’on ignore encore si les Français se mobiliseront pour ce scrutin. A ce jour, 57% des électeurs se disent tout à fait certains d’aller voter à l’élection présidentielle de 2022, et 25% l’envisagent sérieusement. L’intention de se rendre aux urnes augmente avec l’âge : 71% des 18-24 ans sont certains d’aller voter ou l’envisagent sérieusement (notes 8 à 10), contre 89% des 65 ans et plus. Mais leur intérêt pour l’élection est en baisse par rapport à fin septembre : 62% (-6) des Français se disent intéressés par la campagne de l’élection présidentielle, dont 23% (-8) très intéressés.

Sur le fond, la campagne présidentielle révèle une France divisée. En effet, 50% des personnes interrogées estiment qu’il faut faire évoluer la société et les lois de manière progressive, plutôt que de vouloir faire des changements radicaux. L’autre moitié des individus interrogés pensent l’inverse.

Le sondage a été réalisé sur un échantillon de 1.474 personnes représentatif des résidents de France métropolitaine âgés de 18 ans et plus, dont 1.354 inscrits sur les listes électorales. Ils ont été interrogés par Internet les 6 et 7 décembre 2021. Terrain effectué intégralement après la désignation de Valérie Pécresse et les meetings d’Éric Zemmour et de Jean-Luc Mélenchon. La marge d’erreur est entre 1,4 et 3,1 points de pourcentage.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/sondage-exclusif-p%C3%A9cresse-devant-macron-au-second-tour/ar-AARzuYH?ocid=msedgntp

© par Bernard TRITZ

Sondage : Macron en tête

Par Le Point – AFP – Publié le lundi 06 décembre 2021 à 21h10.

© AFP/Archives

Présidentielles – Macron en tête au 1er tour, Le Pen devant Zemmour et Pécresse : Emmanuel Macron arriverait en tête du premier tour de l’élection présidentielle devant la candidate du RN Marine Le Pen, qui distancerait Éric Zemmour et la néo candidate LR Valérie Pécresse, au coude-à-coude, selon un sondage Harris Interactive pour Challenges lundi.

Le chef de l’Etat pas encore officiellement candidat à sa réélection est crédité de 23 % des intentions de vote (-1 point par rapport à la semaine précédente), devant Marine Le Pen (18 %, en baisse de 2 points), devant Éric Zemmour et Valérie Pécresse (tous les deux à 14 %), laquelle progresse de trois points en une semaine, deux jours après sa victoire au congrès LR.

À gauche, Jean-Luc Mélenchon monte à 11 % (+1 point) pour la première fois depuis mi-octobre, alors que Yannick Jadot tombe à 7 %, en recul d’un point, et Anne Hidalgo stable à 5 %. Nicolas Dupont-Aignan recueillerait 2 %.

Au second tour, M. Macron serait réélu de peu face à Mme Pécresse : 53/47 %. Il l’emporterait aussi contre Mme Le Pen (55/45 %) et contre M. Zemmour (62/38 %).

N.B. : Les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin.

Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Sondage réalisé en ligne du 3 au 6 décembre selon la méthode des quotas, auprès d’un échantillon de 2.613 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 2.129 personnes inscrites sur les listes électorales. Marge d’erreur entre 1 et 2,3 points.

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/other/pr%C3%A9sidentielle-macron-en-t%C3%AAte-au-1er-tour-le-pen-devant-zemmour-et-p%C3%A9cresse/ar-AARx5QN?ocid=msedgdhp&pc=U531#image=1

© par Bernard TRITZ

Éric Zemmour rassemble !

Par Franceinfo – Publié le samedi 4 décembre 2021 à 19h50.

© Fournis par Franceinfo

« Je vous attends demain » : Éric Zemmour appelle les électeurs d’Éric Ciotti à le rejoindre pour son rassemblement : Éric Zemmour, candidat à l’élection présidentielle, a appelé samedi les électeurs d’Éric Ciotti, battu au second tour du congrès des Républicains, à venir à son premier rassemblement, dimanche à Villepinte (Seine-Saint-Denis).

« Nous pouvons faire ensemble des choses inoubliables. Nous allons les faire ». C’est par ces mots qu’Éric Zemmour, candidat à l’élection présidentielle, a lancé samedi 4 décembre un appel aux électeurs d’Éric Ciotti. Le député des Alpes-Maritimes a en effet perdu son duel face à Valérie Pécresse au second tour du congrès du parti Les Républicains, pour une investiture à l’élection présidentielle de 2022.

Dans un courrier adressé aux électeurs d’Éric Ciotti, qui a obtenu près de 40% des voix lors du second tour, Éric Zemmour les enjoint donc à venir le rejoindre dimanche, lors de son premier rassemblement de campagne, à Villepinte (Seine-Saint-Denis). « Vous pouvez compter sur moi et je sais que c’est réciproque. Je vous attends demain. A bientôt », écrit Éric Zemmour. « Soyez certains de mon désir de nous voir prochainement monter à l’assaut de la fatalité. »

Éric Ciotti, « indiscutable patriote » : Éric Zemmour y brosse par ailleurs un portrait flatteur du candidat malheureux du parti Les Républicains. « En portant Éric Ciotti en tête du premier tour de votre congrès, vous aviez choisi un homme bien, droit, fiable et sincère. Un indiscutable patriote, fidèle aux convictions que nous partageons. » Le candidat affirme d’ailleurs « entretenir avec lui une réelle amitié ».

Sur Twitter

Il en profite pour rapprocher ses idées de celles des électeurs d’Éric Ciotti. « Votre identité est gaulliste. Vos valeurs sont la fierté nationale et la sauvegarde des piliers essentiels de notre civilisation. » Il rappelle ce qui fait le socle de sa campagne : « La grandeur de notre culture, la profondeur du legs chrétien, la puissance de notre armée, de notre paysannerie. » Il conclut : « Je crois que nous serons bientôt unis et je devine que vous le croyez aussi. »

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/je-vous-attends-demain-eric-zemmour-appelle-les-%C3%A9lecteurs-d-eric-ciotti-%C3%A0-le-rejoindre-pour-son-meeting/ar-AARsV5t?ocid=msedgntp

© par Bernard TRITZ

Éric Zemmour rassemble !

Par Sophie Louet – Reuters – Publié le samedi 4 décembre 2021 à 19h00.

© Reuters/TOM NICHOLSON ERIC ZEMMOUR LANCE UN APPEL AUX SYMPATHISANTS D’ERIC CIOTTI

Éric Zemmour lance un appel aux sympathisants d’Éric Ciotti : PARIS (Reuters) – L’essayiste d’extrême droite Éric Zemmour a appelé samedi les partisans d’Éric Ciotti, finaliste malheureux de la primaire des Républicains, à se rallier à sa candidature pour l’élection présidentielle.

Valérie Pécresse a remporté samedi face à Éric Ciotti la primaire des Républicains pour l’investiture à l’élection présidentielle d’avril 2022.

« En portant Éric Ciotti au premier tour de votre congrès, vous aviez choisi un homme bien, droit, fiable et sincère. Un indiscutable patriote, fidèle aux convictions que nous partageons. Je m’enorgueillis d’entretenir avec lui une réelle amitié », écrit Éric Zemmour dans une « Lettre aux militants LR » diffusée par son service de presse.

« Nous sommes si proches et avons tant en commun ! Je veux que vous sachiez que je pense à vous avec affection. (…) Je crois que nous serons bientôt unis, et je devine que vous le croyez aussi », souligne-t-il, à la veille de son premier rassemblement de campagne à Villepinte (Seine-Saint-Denis).

Lire la Source : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/eric-zemmour-lance-un-appel-aux-sympathisants-deric-ciotti/ar-AARt1Zw?ocid=msedgntp

© par Bernard TRITZ

14:00 – Les votes sont clos !

Les Républicains

Les dés sont jetés ! Le scrutin du second tour de la primaire des Républicains est désormais fermé. Il est 14 heures. Plus aucun adhérent ne peut voter. Place au dépouillement avant l’annonce des résultats à 14h30.

Des minutes importantes pour le sort de la France !

Le scrutin a été clos à 14 heures, samedi. La participation atteignait 76,6% à 10 heures, contre 73,3% à la même heure lors du premier tour.

Valérie Pécresse ===> 69.326 voix 60.95%

Éric Ciotti ==========> 44.412 voix 39.05%

© par Bernard TRITZ

Éric Zemmour à cœur ouvert !

Éric Zemmour

Pourquoi je suis candidat ?

Mes chers compatriotes,

Depuis des années, un même sentiment vous étreint, vous oppresse, vous hante : un sentiment étrange et pénétrant de dépossession. Vous marchez dans les rues de vos villes et vous ne les reconnaissez pas. Vous regardez vos écrans et on vous parle une langue étrange et pour tout dire étrangère. Vous jetez un œil et une oreille aux affiches publicitaires, aux séries télévisées, aux matchs de football, aux films de  cinéma, aux spectacles, aux chansons, et aux livres scolaires de vos enfants ; vous prenez des métros, des trains, vous vous rendez dans des gares, dans des aéroports, vous attendez votre fille ou votre fils à la sortie de l’école, vous accompagnez votre mère aux urgences de l’hôpital, vous faites la queue à la poste ou à l’agence pour l’emploi, vous patientez dans un commissariat ou dans un tribunal, et vous avez l’impression de ne plus être dans le pays que vous connaissez.

Vous vous souvenez du pays que vous avez connu dans votre enfance ; vous vous souvenez du pays que vos parents vous ont décrit ; vous vous souvenez du pays que vous retrouvez dans les films ou dans les livres ; le pays de Jeanne d’Arc et de Louis XIV, le pays de Bonaparte et du général de Gaulle ; le pays des chevaliers et des gentes dames ; le pays de Victor Hugo et de Chateaubriand ; le pays de Pascal et de Descartes ; le pays des fables de la Fontaine, des personnages de Molière et des vers de Racine ; le pays de Notre-Dame de Paris et des clochers dans les villages ; le pays de Gavroche et de Cosette ; le pays des barricades et de Versailles ; le pays de Pasteur et de Lavoisier ; le pays de Voltaire et de Rousseau  ; de Clémenceau et des poilus de 14 ; de de Gaulle et de Jean Moulin ; le pays de Gabin et de Delon, de Brigitte Bardot et de Belmondo ; de Johnny et d’Aznavour, de Brassens et de Barbara ; des films de Sautet et de Verneuil ; Ce pays à la fois léger et brillant, ce pays à la fois littéraire et scientifique, ce pays tellement intelligent et fantasque ; le pays du Concorde et des centrales nucléaires, qui invente le cinéma et l’automobile ; ce pays que vous cherchez partout avec désespoir, dont vos enfants ont la nostalgie sans même l’avoir connu, ce pays que vous chérissez…et qui est en train de disparaître.

Vous n’avez pas déménagé et pourtant vous avez la sensation de ne plus être chez vous. Vous n’avez pas quitté votre pays mais c’est comme si votre pays vous avait quitté. Vous vous sentez étrangers dans votre propre pays. Vous êtes des exilés de l’intérieur.

Longtemps vous avez cru être le seul à voir, à entendre, à penser, à craindre. Vous avez eu peur de le dire, vous avez eu honte de vos impressions. Longtemps, vous n’avez pas osé dire ce que vous voyiez, et surtout vous n’avez pas osé voir ce que vous voyiez.

Et puis, vous l’avez dit à votre femme, à votre mari, à vos enfants, à votre père, à votre mère, à vos amis, à vos collègues, à vos voisins. Et puis, vous l’avez dit à des inconnus, et vous avez compris que votre sentiment de dépossession était partagé par tous.

La France n’était plus la France et tout le monde s’en était aperçu.

Bien sûr, on vous a méprisé. Les puissants, les élites, les bien-pensants, les journalistes, les politiciens, les universitaires, les sociologues, les syndicalistes, les autorités religieuses, vous disaient que tout cela était un leurre, que tout cela était faux, que tout cela était mal. Mais vous avez compris avec le temps que c’étaient eux qui étaient un leurre, que c’étaient eux qui avaient tout faux – que c’étaient eux qui vous faisaient du mal.

La disparition de notre civilisation n’est pas la seule question qui nous harcèle. L’immigration n’est pas cause de tous nos problèmes, même si elle les aggrave tous.

Bien sûr, vous avez souvent du mal à finir vos fins de mois. Bien sûr, nous devons réindustrialiser la France. Bien sûr, nous devons rééquilibrer notre balance commerciale, réduire notre dette qui grossit, ramener en France nos entreprises qui ont déménagé, redonner du travail à nos chômeurs. Bien sûr nous devons protéger nos trésors technologiques et cesser de les brader aux étrangers. Bien sûr, nous devons permettre à nos petites entreprises de vivre et de grandir, et d’être transmises de génération en génération. Bien sûr, nous devons préserver notre patrimoine architectural, culturel, et naturel.

Bien sûr, nous devons restaurer notre école républicaine, son excellence et son culte du mérite, et cesser de livrer nos enfants aux expériences égalitaristes des pédagogisâtes et des Docteur Fol amour des théories du genre et de l’islamo-gauchiste.

Bien sûr, nous devons reconquérir notre souveraineté, abandonnée aux technocrates et aux juges européens qui ont dépouillé le peuple français de sa capacité à décider de son sort, au nom des chimères d’une Europe qui ne sera jamais une nation.

Oui, nous devons rendre le pouvoir au peuple ! Le reprendre aux minorités qui ne cessent de tyranniser la majorité, et aux juges qui substituent leur férule juridique au  gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple.

Depuis des décennies, nos gouvernants, de droite comme de gauche, nous ont conduit sur ce chemin funeste du déclin et de la décadence. Droite ou gauche, ils vous ont menti, vous ont dissimulé la gravité de notre déclassement, ils vous ont caché la réalité de notre remplacement.

Vous me connaissez depuis des années. Vous savez ce que je dis, ce que je diagnostique, ce que j’annonce. Je me suis longtemps contenté du rôle de journaliste, d’écrivain, de cassandre, de lanceur d’alerte. Je croyais alors qu’un politicien allait s’emparer du flambeau que je lui transmettais. Je me disais à chacun son métier, à chacun son rôle, à chacun son combat

Je suis revenu de cette illusion.

Comme vous, je n’ai plus confiance.

Comme vous, j’ai décidé de prendre notre destin en main.

J’ai compris qu’aucun politicien n’aurait le courage de sauver le pays du destin tragique qui l’attendait. J’ai compris que tous ces prétendus compétents étaient surtout des impuissants. Que le Président Macron, qui s’était présenté comme un homme neuf, était en vérité la synthèse de ses deux prédécesseurs en pire. Que dans tous les partis, ils se contentaient de réformettes alors que le temps presse.

Il n’est plus temps de réformer la France, mais de la sauver.

J’ai donc décidé de me présenter à l’élection présidentielle.

J’ai donc décidé de solliciter vos suffrages pour devenir votre président de la République. Pour que nos enfants et nos petits-enfants ne connaissent pas la barbarie. Pour que nos filles ne soient pas voilées et que nos fils ne soient pas soumis. Pour que nous puissions leur transmettre la France telle que nous l’avons reçue de nos ancêtres.

Pour que nous puissions encore préserver nos modes de vie, nos traditions, notre langue, nos conversations, nos controverses sur l’Histoire ou la mode, notre goût pour la littérature et la gastronomie.

Pour que les Français restent des Français fiers de leur passé et confiants dans leur avenir. Pour que les Français se sentent de nouveau chez eux et pour que les derniers arrivés s’assimilent à leur culture, s’approprient leur Histoire.

Pour que nous refassions des Français en France et pas des étrangers sur une terre inconnue.

Nous les Français, nous sommes une grande nation, un grand peuple. Notre passé glorieux plaide pour notre avenir. Nos soldats ont conquis l’Europe et le monde. Nos grands écrivains et nos artistes ont suscité l’admiration universelle. Les découvertes de nos scientifiques et les fabrications de nos industriels ont marqué leur époque. Le charme de notre art de vivre fait l’envie et le bonheur de tous ceux qui y goûtent. Nous avons connu d’immenses victoires et nous avons surmonté de cruelles défaites. Depuis mille ans, nous sommes une des puissances qui ont écrit l’histoire du monde. Nous serons dignes de nos ancêtres. Nous ne nous laisserons pas dominer, vassaliser, conquérir, coloniser. Nous ne nous laisserons pas remplacer.

Face à nous, se dressera un monstre froid et déterminé qui cherchera à nous salir. Ils vous diront que vous êtes racistes, ils vous diront que vous êtes animés par des passions tristes, alors que c’est la plus belle des passions qui vous anime, la passion de la France ; ils vous diront le pire sur moi. Mais je tiendrai bon. Les quolibets et les crachats ne m’impressionneront pas. Je ne baisserai jamais la tête, car nous avons une mission à accomplir.

Le peuple français était intimidé, tétanisé, endoctriné. Culpabilisé. Mais il relève la tête, il fait tomber les masques, il dissipe les miasmes mensongers, il chasse ses mauvais bergers.

Nous allons continuer la France.

Nous allons poursuivre la belle et noble aventure française.

Nous allons transmettre le flambeau aux prochaines générations.

Aidez-moi ! Rejoignez-moi ! Dressez-vous !

Nous les Français, nous avons toujours triomphé de tout.

Vive la République, et surtout…

Vive la France !

—-

Reçu par email ce vendredi 03 décembre 2021 à 17h21

© par Bernard TRITZ

Boualem Sansal : Guerre civile

Par Jacques Guillemain

Boualem Sansal

Objet :  Boualem Sansal – le scénario le plus probable est la guerre civile – Ainsi s’exprime Boualem Sansal dans une interview parue dans le Figaro.

« En France, le scénario le plus probable est la guerre civile »

Le brillant écrivain algérien sait de quoi il parle : Cet athée a vécu le basculement de l’Algérie dans la guerre civile au cours des années 1990, une tragédie qui fit 200.000 morts.

Une guerre qui a d’abord commencé par des attentats ponctuels, çà et là, comme en France actuellement. Puis le cancer terroriste s’est diffusé peu à peu, jusqu’à se transformer en guerre civile dévastatrice durant une décennie.

Une terrible menace que les élites françaises refusent de voir, niant obstinément le lien immigration-islam-islamisme-terrorisme.

Hommages et commémorations ne suffiront pas à vaincre l’islamisme, prévient Boualem Sansal.

Pour l’écrivain, ce qui attend la France, c’est une libanisation du pays ou une algérianisation, c’est-à-dire un mix entre dictature militaire et dictature islamiste.

Si la libanisation est un risque indéniable, l’algérianisation du pays n’est pas crédible. Il n’y aura jamais de mix entre dictature militaire et dictature islamiste, l’armée française n’ayant pas vocation à diriger le pays et encore moins à partager le pouvoir avec les islamistes.

Mais passons sur cette comparaison un peu hâtive de Boualem Sansal.

Car sur le fond, il a raison. Sans un sursaut rapide des autorités mettant fin à une immigration démentielle et à une islamisation suicidaire, l’embrasement du pays et sa libanisation à terme ne font aucun doute.

Face à l’islam conquérant, la France est tétanisée : Elle subit, se soumet, s’agenouille, sanglote et s’humilie sans que personne ne le lui demande.

Il y a d’abord « la crainte de désespérer la banlieue et la peur de la guerre civile, du séparatisme et des représailles des gardiens de l’islam ou des parrains de l’islamisme. Mais cela n’explique pas tout. »

On a l’impression que la France s’est lancée dans une conversion volontaire à l’islam.

À l’acte de guerre d’une violence inouïe du 13 novembre 2015, la France a répondu par des larmes et des lamentations. « Ce faisant, elle a humilié son peuple, sa police et son armée, et signé sa fin ».

« Il est insupportable de voir la France de Macron passer ses journées à rendre hommage aux victimes de l’islamisme, et les enterrer une deuxième fois. Un chef des armées n’enterre pas ses morts, ne fait pas de discours en larmoyant, il tonne, il agit, il frappe vite et fort sans se soucier du politiquement correct. C’est cela que les morts et les vivants réclament ».

La vraie nouveauté c’est Éric Zemmour, qui a imposé ses thèmes : Mais tous ceux qui lui emboîtent le pas hypocritement ne feront rien, tous soumis à la doxa en vigueur.

Revenant sur les rapports France/Algérie, Boualem Sansal n’est pas tendre avec Macron, qu’il juge « intelligent mais peureux ».

Personnellement, je le trouve peu intelligent vu ses décisions et ses comportements, et poltron, ce qui n’arrange rien.

Macron est inconséquent. Il abreuve ses amis algériens d’hommages et de reconnaissance, accusant même la France de crime contre l’humanité, mais il leur reproche ensuite de vivre de la rente mémorielle comme de la rente pétrolière, ajoutant même que l’Algérie n’existait pas avant l’arrivée de la France.

Le résultat ? Son ami Tebboune rappelle son ambassadeur à Paris, ferme son espace aérien aux avions militaires français, interdit l’usage du français dans les ministères, rompt 500 contrats avec des PME françaises et appelle les grandes firmes allemandes et italiennes à venir remplacer les entreprises du CAC 40 opérant en Algérie. Et Macron se tait et se couche misérablement.

Voilà la désastreuse réalité de la diplomatie française que nous rappelle Boualem Sansal et qu’on ne verra pas sur les chaînes TV de la Macronie.

Macron, c’est le Président français rêvé pour les Algériens.

Qu’il se répande en repentance mielleuse ou bien qu’il prenne les Algériens à rebrousse-poil, il cautionne indirectement la désastreuse politique du FLN, fournissant aux autorités une diversion inespérée pour faire oublier le pillage de la manne pétrolière, la corruption généralisée et l’incompétence d’une caste dirigeante prédatrice, qui a dilapidé l’héritage colonial pendant 60 ans.

« Guerre civile », un mot que pas un seul candidat n’ose prononcer, à part Zemmour.

Autant dire que Macron et tous les prétendants à l’Élysée autres que Zemmour, s’ils l’emportent en 2022, ne feront rien pour nous éviter l’Apocalypse. Ils attendront sagement la déflagration, au nom du politiquement correct.

Et c’est bien pour cette raison que toute la meute mondialiste diabolise Zemmour, le seul candidat qui parle cash et veut sauver le pays.

Jacques Guillemain

© par Bernard TRITZ

Éric CIOTTI – Chers amis, chers compagnons,

Éric CIOTTI

Depuis plusieurs mois je parcours les routes de France à votre rencontre, plus de 50 réunions et 17.000 km parcourus.

Du 1er au 4 décembre lors des deux tours du congrès, c’est votre volonté et votre espérance qui détermineront l’avenir de la France.

N’ayez pas peur. Ne vous laissez dicter votre choix par personne.

Soyez totalement libres, votez pour vos idées, soyez fiers d’être de droite !

Je suis le candidat de la fidélité, fidèle en toute circonstance et jusqu’au bout à : Nicolas Sarkozy, François Fillon puis Laurent Wauquiez.

Le candidat de la clarté, le seul candidat à avoir refusé de voter Emmanuel Macron en 2017.

Le candidat du courage et du projet, le seul candidat à vous avoir envoyé un projet de 150 propositions, sérieux crédible et chiffré.

Courage, dans la force d’un projet de rupture, seul à même de redresser la France, avec des idées fortes, un projet libéré du politiquement correct et des tabous dictés par la pensée unique de gauche.

Je porte le seul projet qui ose enfin la droite ! : Je suis le candidat d’une droite qui défend l’héritage de notre civilisation judéo-chrétienne pour que la France reste la France, notamment face aux conséquences de l’immigration de masse et de la montée du communautarisme islamiste.

Je suis le candidat de la liberté : je veux sortir la France d’une économie quasi administrée et abattre les totems socialistes qui nous paralysent depuis si longtemps pour massivement baisser les dépenses publiques et les impôts, en particulier l’impôt sur la mort sur les successions.

Je suis le candidat qui incarne le rassemblement du peuple de droite : de tous les électeurs de droite d’où qu’ils viennent.

Cette force qui monte sera le pivot d’une droite forte et fière qui ramènera chez nous, nos électeurs partis depuis 2007 chez Le Pen, Zemmour ou Macron.

Soyons le socle d’une renaissance française.

Je sens monter cette force, de nombreux amis rejoignent ma candidature : Julien Aubert, président d’Oser la France, Guillaume Peltier, fondateur de la Droite Forte, Alain Joyandet, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, et tant d’autres. Notre aventure ne fait que commencer, une aventure exigeante.

Nous ne gagnerons pas en étant les calques d’Emmanuel Macron.

Comme en 2007 avec Nicolas Sarkozy, je veux rassembler tous les électeurs de droite autour des valeurs de la droite républicaine : l’autorité, l’identité, la liberté.

Des valeurs qui sont puissamment attendues et plébiscitées par les Français.

Alors osez la droite !

Votez pour vos idées ! 

L’espérance est un risque à prendre.

Éric CIOTTI

—————–

N.B. – Déroulement du vote pour le Congrès LR :

Le premier tour se déroule en ligne du 1er décembre à 8 heures au 2 décembre 2021 à 14 heures. Un second tour est prévu les 3 et 4 décembre 2021, aux mêmes horaires, si aucun candidat n’obtient plus de 50 % des suffrages exprimés, seuls les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix pouvant se présenter à ce second tour.

Pour pouvoir voter, il faut être adhérent aux Républicains. Lors de la date limite d’inscription, 16 novembre 2021, le parti compte près de 148.900 adhérents à jour de cotisation (contre 66.000 au début de l’année). Cependant, à la fin du mois, après 180.000 relances émanant des autorités du parti, quelque 9.000 adhérents n’ont pas fourni leur numéro de téléphone leur permettant de recevoir un mot de passe pour voter, LR indiquant alors que le nombre d’électeurs pouvant participer au congrès est ramené à 139.918.

(Source : Wikipédia)

N.B. : Vote pour le Congrès LR du mercredi 01 décembre 2021 – J’ai voté à 08h06. Bravo aux équipes techniques, cela m’a paru facile à réaliser. La sécurité est active et rassurante. Chapeau à toutes et tous !

© par Bernard TRITZ