Passe sanitaire obligatoire – Réponses

Par Jean Gaboriau – Publié le vendredi 27 août 2021 à 11h08 – Mis à jour le lundi 30 août 2021 à 12h53.

A staff member flashes a QR code of a suporter’s Covid-19 health pass before the start of the French L1 football match between Stade Rennais Football Club and RC Lens at The Roazhon Park Stadium in Rennes, northwestern France on August 8, 2021. (Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

À compter de ce lundi 30 août, certains salariés doivent présenter un passe sanitaire pour aller au travail. JEAN-FRANCOIS MONIER AFP

Passe sanitaire obligatoire au travail à partir de ce lundi : les réponses à vos questions : Secteurs concernés, contrôles, sanctions et prochaines échéances… Le Figaro fait le point.

SOMMAIRE :

1. Quels sont les salariés concernés ?

2. L’obligation de passe sanitaire s’applique-t-elle à tout le personnel des lieux concernés ?

3. Qui sera chargé du contrôle du passe sanitaire des salariés ?

4. Le masque reste-t-il obligatoire pour les salariés des établissements soumis au passe sanitaire ?

5. Les entreprises devront-elles payer les tests de leurs employés qui ne souhaitent pas se faire vacciner ?

6. Quelles sanctions en cas de refus de présentation du passe sanitaire ?

7. Quelles sont les prochaines échéances ?

8. Combien de temps l’obligation de passe sanitaire devrait-elle durer, et pourrait-elle être étendue ?

Pour faire face à la quatrième vague de Covid-19, le passe sanitaire devient obligatoire pour les salariés des établissements recevant du public. Le Figaro récapitule les différentes modalités du dispositif.

Quels sont les salariés concernés ?

Les salariés qui devront pouvoir justifier de la détention d’un passe sanitaire (certificat de vaccination complète, test négatif de moins de 72h, ou preuve de rétablissement du Covid-19 d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois) dès ce lundi sont ceux qui travaillent dans les lieux suivants :

01. Les lieux d’activité et de loisirs :

02. Les salles d’auditions, de conférences, de projection, de réunions

03. Les salles de concert et de spectacle

04. Les cinémas

05. Les musées et salles d’exposition temporaire

06. Les festivals

07. Les établissements sportifs clos et couverts ainsi que les événements sportifs (y compris les manifestations sportives amateurs en plein air)

08. Les établissements de plein air (terrains de sport, stades, piscines…)

09. Les conservatoires, lorsqu’ils accueillent des spectateurs, et les autres lieux d’enseignement artistique à l’exception des pratiquants professionnels et des personnes engagées dans des formations professionnalisantes

10. Les salles de jeux, Escape-Games et Casinos

11. Les parcs zoologiques, parcs d’attractions et cirques

12. Les chapiteaux, tentes et structures

13. Les foires et salons

14. Les séminaires professionnels de plus de 50 personnes, lorsqu’ils ont lieu dans un site extérieur à l’entreprise

15. Les bibliothèques (sauf celles universitaires et spécialisées type Bibliothèque nationale de France)

16. Les manifestations culturelles organisées dans les établissements d’enseignement supérieur

17. Les fêtes foraines comptant plus de 30 stands ou attractions

18. Les navires et bateaux de croisière avec restauration ou hébergement

19. Tous les événements culturels, sportifs, ludiques ou festifs, organisés dans l’espace public ou dans un lieu ouvert au public susceptible de donner lieu à un contrôle de l’accès des personnes.

Les lieux de convivialité :

1. Les discothèques, clubs et bars dansants

2. Les bars, cafés et restaurants, à l’exception des cantines, restaurants d’entreprise, ventes à emporter et relais routiers, ainsi que lors des services en chambres et des petits-déjeuners dans les hôtels

Les transports publics :

1. Les transports de longue distance, à savoir les trains à réservation (par exemple, TGV), les vols nationaux ou encore les cars interrégionaux.

2. Les grands centres commerciaux de plus de 20.000 m2 (la décision doit être prise par le préfet).

3. Les lieux de santé (obligation du passe sanitaire depuis le 9 août, d’avoir reçu une première dose de vaccin à compter du 15 septembre et de disposer d’un schéma vaccinal complet à partir du 16 octobre).

L’obligation de passe sanitaire s’applique-t-elle à tout le personnel des lieux concernés ? :

Selon le ministère du travail, tous « les salariés, bénévoles et autres personnes qui interviennent dans les lieux, établissements, services ou événements » des établissements de la liste ci-dessus sont concernés par l’obligation de présenter un passe sanitaire, sauf si leur activité est réalisée :

1. dans des espaces non accessibles au public (ex : bureaux) ;

2. en dehors des horaires d’ouverture au public.

Pour les cafés, bars et restaurants, le passe sanitaire ne peut donc pas être exigé pour les salariés qui travaillent uniquement « dans le cadre de la vente à emporter de plats préparés ». Par ailleurs, « les personnels effectuant des livraisons ne sont pas soumis à l’obligation du passe sanitaire ainsi que ceux effectuant des interventions d’urgence ». L’obligation s’applique cependant aux intérimaires et consultants en contact avec le public.

Les salariés mineurs (comme les apprentis) ne seront concernés par l’obligation qu’à partir du 30 septembre.

Qui sera chargé du contrôle du passe sanitaire des salariés ? :

Dans les établissements mentionnés plus haut, les responsables devront s’assurer que leurs équipes et toutes les personnes intervenant dans les locaux au contact du public (intérimaires, intervenants extérieurs, etc.) disposent d’un passe sanitaire en règle. Pour réaliser les contrôles, ils sont invités à télécharger l’application TousAntiCovid Verif. Ils pourront également « habiliter nommément les personnes autorisées à contrôler les justificatifs pour leur compte ».

Le masque reste-t-il obligatoire pour les salariés des établissements soumis au passe sanitaire ? :

À compter du 30 août 2021, date à laquelle le passe sanitaire devient obligatoire pour les professionnels, ceux-ci ne seront plus contraints de porter le masque, indique l’exécutif. Le masque peut cependant être rendu obligatoire lorsque la situation au niveau local le justifie sur décision du préfet, de l’exploitant ou de l’organisateur.

Les entreprises devront-elles payer les tests de leurs employés qui ne souhaitent pas se faire vacciner ? :

La question n’est pas si simple. Les tests pourraient être considérés comme des frais professionnels, mais aucune disposition n’est prévue à ce jour pour la prise en charge par l’employeur, rapportait maître Benoit Sevillia, avocat du droit du travail interrogé par le Figaro pour un article sur le sujet. Par ailleurs, « le temps nécessaire à la réalisation d’un test n’est pas du temps de travail effectif », selon le ministère du travail.

Quelles sanctions en cas de refus de présentation du passe sanitaire ? :

Si un salarié d’un des lieux concernés par l’obligation du passe sanitaire refuse de présenter son passe, il « peut, en accord avec l’employeur, poser des jours de repos conventionnels ou de congés payés ». En cas de refus, « l’employeur sera tenu de suspendre le contrat de travail du salarié jusqu’à régularisation de la situation », selon le ministère du Travail. Le salarié peut aussi être réaffecté à des tâches qui ne nécessitent pas la présentation du passe et où il n’est pas en contact avec le public «si les besoins et l’organisation de l’entreprise le permettent ».

Aucune sanction ne devrait cependant être prise avant le 6 septembre, a annoncé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Les salariés concernés par le passe sanitaire ainsi que leurs employeurs pourront ainsi bénéficier d’une « semaine de souplesse et de pédagogie » a indiqué l’exécutif.

Quelles sont les prochaines échéances ? :

Les personnels des établissements de santé devront justifier d’une première dose de vaccin avant le 15 septembre et d’un schéma vaccinal complet d’ici le 16 octobre pour continuer à exercer leur métier.

Dans les établissements de soin, « les salariés des entreprises extérieures intervenant ponctuellement, c’est-à-dire de manière non récurrente pour des tâches de très courte durée ne sont pas soumis à l’obligation vaccinale » précise cependant le ministère du Travail. Les salariés intervenant pour « une entreprise de livraison ou une réparation urgente » ne seront donc pas obligés de se faire vacciner pour accéder à ces établissements. Seront cependant soumis à l’obligation vaccinale les employés réalisant des « travaux lourds dans l’entreprise (rénovation d’un bâtiment) ou […] des services de nettoyage du fait de leur caractère récurrent ».

Combien de temps l’obligation de passe sanitaire devrait-elle durer, et pourrait-elle être étendue ? :

Le décret d’application prévoit la fin du dispositif au 15 novembre 2021 mais celui-ci pourrait être reconduit « si le Covid ne disparaissait pas de nos vies dans les trois prochains mois » a confié Olivier Véran lors d’une conférence de presse le jeudi 26 août. Il faudrait alors « un nouveau texte de loi, qui serait à nouveau débattu au Parlement » a-t-il précisé. L’obligation vaccinale restera quant à elle en vigueur.

Si l’épidémie venait à gagner du terrain, le passe sanitaire pourrait cependant voir son périmètre étendu, selon certains avocats interrogés par Le Figaro. Les activités syndicales, politiques et cultuelles devraient cependant être épargnées, même en cas de dégradation de l’épidémie. Une décision du Conseil constitutionnel avait été prise en ce sens, le 31 mai : « la notion d’activité de loisirs […] exclut notamment une activité politique, syndicale ou cultuelle », rappelaient les Sages de la rue de Montpensier. Les meetings politiques de la campagne présidentielle ne devraient donc pas être soumis au passe sanitaire.

Jean Castex s’est toutefois voulu rassurant sur l’extension du passe à toutes les entreprises. « Au moment où je m’exprime, le passe sanitaire dans l’entreprise n’est pas d’actualité » a-t-il affirmé au micro de RTL, jeudi 26 août. Le passe sanitaire « est un outil parmi d’autres » mais « la finalité c’est la vaccination », précise le premier ministre.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/decideurs/emploi/passe-sanitaire-obligatoire-au-travail-a-partir-du-30-aout-etes-vous-concerne-20210827

© par Bernard TRITZ

Listériose Rappel de jambon Herta

Par Lefigaro.fr – Publié mardi 31 août 2021 à 20h12.

Le jambon, « le bon Paris à l’étouffée six tranches », a été commercialisé du 25 au 27 août. Rappel Conso

Risque de listériose, rappel massif de jambon de la marque Herta : Plusieurs distributeurs sont concernés par ce rappel du jambon « le bon Paris à l’étouffée six tranches » suspecté d’être contaminé par la bactérie Listeria.

C’est un rappel massif de jambon sur lequel alerte le site du gouvernement Rappel Conso. Cette mise en garde concerne le jambon « le bon Paris à l’étouffée six tranches » de la marque Herta commercialisé du 25 au 27 août par plusieurs distributeurs de toute la France.

Système U, Leclerc, Monoprix, Metro, Leader Price, Intermarché, Francap, Atac, Schiever, Carrefour, Casino et Franprix sont en effet concernés par ce rappel motivé par une suspicion de présence de Listeria. Les personnes en possession du produit concerné par ce rappel ne doivent plus le consommer et sont invitées à contacter le service consommateur et à détruire le produit.

Risque de listériose : La bactérie « Listeria monocytogenes » est responsable de la listériose, « une maladie qui peut être grave et dont le délai d’incubation peut aller jusqu’à huit semaines », indique Rappel Conso. Les personnes qui en auraient consommé et « qui présenteraient de la fièvre, isolée ou accompagnée de maux de tête, et des courbatures, sont invitées à consulter leur médecin traitant en lui signalant cette consommation », est-il ajouté. Le site précise que « des formes graves avec des complications neurologiques et des atteintes maternelles ou fœtales chez la femme enceinte peuvent également parfois survenir ». Il invite donc « les femmes enceintes ainsi que les personnes immunodéprimées et les personnes âgées » à se montrer « particulièrement attentives à ces symptômes ».

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/conso/risque-de-listeriose-rappel-massif-de-jambon-de-la-marque-herta-20210831

© par Bernard TRITZ

Passe sanitaire

obligé au travail au 30 août 2021 !

Par Jean Gaboriau – Publié le vendredi 27 août 2021 à 11h08 – Mis à jour le vendredi 27 août 2021 à 15h35.

A staff member flashes a QR code of a suporter’s Covid-19 health pass before the start of the French L1 football match between Stade Rennais Football Club and RC Lens at The Roazhon Park Stadium in Rennes, northwestern France on August 8, 2021. (Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP) – À compter du 30 août, certains salariés devront présenter leur passe pour aller au travail. JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Passe sanitaire obligatoire au travail à partir du 30 août : êtes-vous concerné ? : Le fameux QR code sera indispensable dès la fin du mois pour les employés de nombreux secteurs, comme la restauration, les transports publics, les salles de sport… Le Figaro répond à toutes vos questions.

Pour faire face à la quatrième vague de Covid-19, le passe sanitaire est sur le point de devenir obligatoire pour les salariés des établissements recevant du public. Le Figaro récapitule les différentes modalités du dispositif.

Quels sont les salariés concernés ? : Les salariés qui devront pouvoir justifier de la détention d’un passe sanitaire (certificat de vaccination complète, test négatif de moins de 72h, ou preuve de rétablissement du Covid-19 d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois) à partir du 30 août prochain sont ceux qui travaillent dans les lieux suivants :

Les lieux d’activité et de loisirs :

Les salles d’auditions, de conférences, de projection, de réunions

Les salles de concert et de spectacle

Les cinémas

Les musées et salles d’exposition temporaire

Les festivals

Les établissements sportifs clos et couverts ainsi que les événements sportifs (y compris les manifestations sportives amateurs en plein air)

Les établissements de plein air (terrains de sport, stades, piscines…)

Les conservatoires, lorsqu’ils accueillent des spectateurs, et les autres lieux d’enseignement artistique à l’exception des pratiquants professionnels et des personnes engagées dans des formations professionnalisantes

Les salles de jeux, escape-games et casinos

Les parcs zoologiques, parcs d’attractions et cirques

Les chapiteaux, tentes et structures

Les foires et salons

Les séminaires professionnels de plus de 50 personnes, lorsqu’ils ont lieu dans un site extérieur à l’entreprise

Les bibliothèques (sauf celles universitaires et spécialisées type Bibliothèque nationale de France)

Les manifestations culturelles organisées dans les établissements d’enseignement supérieur

Les fêtes foraines comptant plus de 30 stands ou attractions

Les navires et bateaux de croisière avec restauration ou hébergement

Tous les événements culturels, sportifs, ludiques ou festifs, organisés dans l’espace public ou dans un lieu ouvert au public susceptible de donner lieu à un contrôle de l’accès des personnes.

Les lieux de convivialité

Les discothèques, clubs et bars dansants

Les bars, cafés et restaurants, à l’exception des cantines, restaurants d’entreprise, ventes à emporter et relais routiers, ainsi que lors des services en chambres et des petits-déjeuners dans les hôtels

Les transports publics :

Les transports de longue distance, à savoir les trains à réservation (par exemple, TGV), les vols nationaux ou encore les cars interrégionaux.

Les grands centres commerciaux de plus de 20.000 m2 (la décision doit être prise par le préfet).

Les lieux de santé (obligation du passe sanitaire depuis le 9 août, d’avoir reçu une première dose de vaccin à compter du 15 septembre et de disposer d’un schéma vaccinal complet à partir du 16 octobre).

L’obligation de passe sanitaire s’applique-t-elle à tout le personnel des lieux concernés ?

Selon le ministère du travail, tous « les salariés, bénévoles et autres personnes qui interviennent dans les lieux, établissements, services ou événements » des établissements de la liste ci-dessus sont concernés par l’obligation de présenter un passe sanitaire, sauf si leur activité est réalisée :

Dans des espaces non accessibles au public (ex : bureaux) ;

En dehors des horaires d’ouverture au public.

Pour les cafés, bars et restaurants, le passe sanitaire ne peut donc pas être exigé pour les salariés qui travaillent uniquement « dans le cadre de la vente à emporter de plats préparés ». Par ailleurs, « les personnels effectuant des livraisons ne sont pas soumis à l’obligation du passe sanitaire ainsi que ceux effectuant des interventions d’urgence ». L’obligation s’applique cependant aux intérimaires et consultants en contact avec le public.

Les salariés mineurs (comme les apprentis) ne seront concernés par l’obligation qu’à partir du 30 septembre.

Qui sera chargé du contrôle du passe sanitaire des salariés ? : Dans les établissements mentionnés plus haut, les responsables devront s’assurer que leurs équipes et toutes les personnes intervenant dans les locaux au contact du public (intérimaires, intervenants extérieurs, etc.) disposent d’un passe sanitaire en règle. Pour réaliser les contrôles, ils sont invités à télécharger l’application TousAntiCovid Verif. Ils pourront également « habiliter nommément les personnes autorisées à contrôler les justificatifs pour leur compte ».

Le masque reste-t-il obligatoire pour les salariés des établissements soumis au passe sanitaire ? : À compter du 30 août, date à laquelle le passe sanitaire deviendra obligatoire pour les professionnels, ceux-ci ne seront plus contraints de porter le masque, indique l’exécutif. Le masque peut cependant être rendu obligatoire lorsque la situation au niveau local le justifie sur décision du préfet, de l’exploitant ou de l’organisateur.

Les entreprises devront-elles payer les tests de leurs employés qui ne souhaitent pas se faire vacciner ? : La question n’est pas si simple. Les tests pourraient être considérés comme des frais professionnels, mais aucune disposition n’est prévue à ce jour pour la prise en charge par l’employeur, rapportait maître Benoit Sevillia, avocat du droit du travail interrogé par le Figaro pour un article sur le sujet. Par ailleurs, « le temps nécessaire à la réalisation d’un test n’est pas du temps de travail effectif », selon le ministère du travail.

Quelles sanctions en cas de refus de présentation du passe sanitaire ? : Si un salarié d’un des lieux concernés par l’obligation du passe sanitaire refuse de présenter son passe, il « peut, en accord avec l’employeur, poser des jours de repos conventionnels ou de congés payés ». En cas de refus, « l’employeur sera tenu de suspendre le contrat de travail du salarié jusqu’à régularisation de la situation », selon le ministère du Travail. Le salarié peut aussi être réaffecté à des tâches qui ne nécessitent pas la présentation du passe et où il n’est pas en contact avec le public « si les besoins et l’organisation de l’entreprise le permettent ».

Quelles sont les prochaines échéances ? : Les personnels des établissements de santé devront justifier d’une première dose de vaccin avant le 15 septembre et d’un schéma vaccinal complet d’ici le 16 octobre pour continuer à exercer leur métier.

Dans les établissements de soin, « les salariés des entreprises extérieures intervenant ponctuellement, c’est-à-dire de manière non récurrente pour des tâches de très courte durée ne sont pas soumis à l’obligation vaccinale » précise cependant le ministère du Travail. Les salariés intervenant pour « une entreprise de livraison ou une réparation urgente » ne seront donc pas obligés de se faire vacciner pour accéder à ces établissements. Seront cependant soumis à l’obligation vaccinale les employés réalisant des « travaux lourds dans l’entreprise (rénovation d’un bâtiment) ou […] des services de nettoyage du fait de leur caractère récurrent ».

Combien de temps l’obligation de passe sanitaire devrait-elle durer, et pourrait-elle être étendue ? : Le décret d’application prévoit la fin du dispositif au 15 novembre 2021 mais celui-ci pourrait être reconduit « si le Covid ne disparaissait pas de nos vies dans les trois prochains mois » a confié Olivier Véran lors d’une conférence de presse le jeudi 26 août. Il faudrait alors « un nouveau texte de loi, qui serait à nouveau débattu au Parlement » a-t-il précisé. L’obligation vaccinale restera quant à elle en vigueur.

Si l’épidémie venait à gagner du terrain, le passe sanitaire pourrait cependant voir son périmètre étendu, selon certains avocats interrogés par Le Figaro. Les activités syndicales, politiques et cultuelles devraient cependant être épargnées, même en cas de dégradation de l’épidémie. Une décision du Conseil constitutionnel avait été prise en ce sens, le 31 mai : « la notion d’activité de loisirs […] exclut notamment une activité politique, syndicale ou cultuelle », rappelaient les Sages de la rue de Montpensier. Les meetings politiques de la campagne présidentielle ne devraient donc pas être soumis au passe sanitaire.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/decideurs/emploi/passe-sanitaire-obligatoire-au-travail-a-partir-du-30-aout-etes-vous-concerne-20210827

© par Bernard TRITZ

USA : Vaporette – 3 marques interdites !

Par Le Figaro avec AFP – Publié il y a 2 heures, mis à jour il y a 1 heure

FILE PHOTO: A saleswoman demonstrates vaping at the Vape Shop that sells e-cigarette products in Beijing, China January 30, 2019. REUTERS/Thomas Peter/File Photo – Les E-cigarettes peuvent représenter une porte d’entrée dans le tabagisme. THOMAS PETER / REUTERS

États-Unis : les E-cigarettes de trois entreprises interdites par les autorités sanitaires : Ces produits n’ont pas réussi à démontrer que leur bénéfice était supérieur aux risques posés pour les plus jeunes.

Les produits de vapotage de trois entreprises n’ont pas obtenu l’autorisation des autorités sanitaires d’être commercialisés aux États-Unis, a annoncé jeudi l’Agence américaine des médicaments, la première d’une série de décisions amenées à bousculer cette industrie.

Ces produits n’ont pas réussi à démontrer que le bénéfice tiré par les adultes (notamment pour les aider à arrêter de fumer) était plus important que les risques posés pour les plus jeunes. En effet, pour ces derniers, les E-cigarettes peuvent au contraire représenter une porte d’entrée dans le tabagisme.

« Cola », « crumble aux pommes », « céréales à la cannelle » : Les produits concernés sont ceux des groupes JD Nova Group LLC, Great American Vapes, et Vapor Salon. Ils comprennent des E-cigarettes aux goûts « cola », « crumble aux pommes » ou encore « céréales à la cannelle ». S’ils sont déjà commercialisés, ces produits devront être retirés du marché, informe l’Agence américaine des médicaments (FDA) dans un communiqué. Cette dernière a été chargée de les passer en revue afin de s’assurer de leur bénéfice pour la santé publique.

« Le Congrès a donné à la FDA l’autorité de réguler les produits au tabac afin de protéger la population des effets nocifs de l’usage du tabac à travers des régulations fondées sur la science », a rappelé la cheffe par intérim de la FDA, Janet Woodcock, citée dans le communiqué. « Nous savons que les produits au tabac aromatisés sont très attractifs pour les jeunes, donc évaluer leur impact potentiel ou actuel sur l’utilisation par les jeunes est un facteur essentiel pour décider quel produit peut être commercialisé », a-t-elle déclaré.

Le leader du marché, Juul, n’est pas concerné par cette première décision : « Les demandes pour le reste des produits restent à l’étude », a précisé la FDA. Plus de 500 entreprises ont déposé une demande. La date limite pour le faire est le 9 septembre. « L’agence est engagée à travailler à une transition vers un marché dans lequel tous les systèmes électroniques d’administration de nicotine (SEAN) disponibles à la vente ont démontré qu’ils sont convenables pour la protection de la santé publique », a assuré la FDA dans son communiqué.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/societes/etats-unis-les-e-cigarettes-de-trois-entreprises-interdites-par-les-autorites-sanitaires-20210827

© par Bernard TRITZ

Marseille : Pr Didier Raoult

Poussé à la retraite !

Par Stéphany Gardier – Publié jeudi 19 août 2021 à 08h05, mis à jour hier à 19h47.

La mission d’information sur l’impact, la gestion et les conséquences dans toutes ses dimensions de l’épidémie de coronavirus – covid 19 organise l’audition de Didier RAOULT, directeur de l’institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille (IHU) à l’Assemblée Nationale à Paris le 24/06/2020 Photo Jean-Christophe Marmara / Le Figaro

Pourquoi Didier Raoult est poussé à la retraite ? L’AP-HM et l’université d’Aix-Marseille souhaitent que le scientifique soit remplacé à la tête de l’IHU Méditerranée Infection.

L’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection pourrait voir son sulfureux directeur, le Pr Didier Raoult, passer la main avant la fin de l’année. Non que le microbiologiste, désormais célèbre pour ses travaux controversés sur l’hydroxychloroquine, se soit lassé de la recherche, mais deux des organismes fondateurs de l’IHU souhaitent proposer, dès le mois de septembre, au conseil d’administration de l’établissement de partir en quête d’un successeur à Didier Raoult, qui, à 69 ans, aurait atteint la limite d’âge à l’université. Un argument qui ressemble à un prétexte administratif saisit par l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) et Aix-Marseille Université pour remplacer au plus vite le scientifique, dont on ne compte plus les prises de position iconoclastes sur la pandémie de Covid.

« Il y a un besoin de tourner une page et d’organiser l’avenir de l’IHU pour les vingt ans à venir. Il faut aller vite, lancer le processus à l’automne pour aboutir entre la fin de l’année et le début de 2022 », a expliqué au journal Le Monde François Crémieux, nouveau directeur de l’AP-HM, qui n’a pas souhaité répondre à nos questions. Ancien directeur adjoint de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) il a été nommé à la tête de l’AP-HM en juin dernier. « Quand j’ai su que François Crémieux avait été choisi pour reprendre la tête de l’AP-HM, j’ai compris que certaines choses allaient changer, et qu’il n’y allait pas pour faire de la figuration », commente le Dr Bernard Jomier, sénateur de Paris. Le médecin avait auditionné Didier Raoult dans le cadre de la commission d’enquête du Sénat. Un échange qui avait été pour le moins tendu et qui avait valu des représailles au sénateur, qui confie avoir été « harcelé, menacé par des personnes de l’IHU ».

Pôles d’excellence : Nés sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, les IHU sont au nombre de six en France, chacun étant consacré à une thématique. Financés dans le cadre des programmes d’investissement d’avenir, ces instituts regroupant une université, un établissement de santé et des organismes de recherche avaient pour ambition de devenir des pôles d’excellence. Celui de Marseille avait bénéficié de plus de 150 millions d’euros lors de sa création.

« L’IHU Méditerranée était censé être le vaisseau amiral des maladies infectieuses en France, or cet institut est complètement parti à la dérive. Et ça ne date pas du Covid, cela a été pointé dès 2014, déplore Bernard Jomier. Au lieu d’être un lieu d’excellence, l’IHU de Marseille est devenu la boussole qui indique le sud. » En 2018, après une évaluation scientifique défavorable, le CNRS et l’Inserm avaient retiré leurs labels à deux laboratoires de l’IHU. Un camouflet pour Raoult.

Le nouveau directeur de l’AP-HM dénonce ouvertement l’implication de l’IHU dans la mouvance complotiste : « Que ce soit délibéré ou pas, l’Institut est devenu la caution scientifique du discours antivaccin, anti-passe, et nourrit la sphère complotiste. C’est une difficulté à laquelle il faut mettre un terme », a déclaré François Crémieux au Monde.

Que ce soit délibéré ou pas, l’Institut est devenu la caution scientifique du discours antivaccin, anti-passe, et nourrit la sphère complotiste

François Crémieux, nouveau directeur de l’AP-HM : Sur les réseaux sociaux, les fervents soutiens au Pr Raoult n’ont pas tardé à réagir, en lançant notamment le mot-dièse #TouchePasARaoult, peu après l’annonce de cette retraite, qui prendrait effet dès le mois de septembre selon Éric Berton, président d’Aix-Marseille Université. Dans la foulée, ils ont appris le départ du Dr Louis Fouché de l’AP-HM. Très impliqué dans le collectif anti-restrictions ReinfoCovid, le médecin réanimateur aurait demandé une mise en disponibilité. Une démarche qui fait cependant suite à un courrier de la direction de l’AP-HM condamnant ses dernières prises de paroles dans les médias, des propos « à l’opposé des principes moraux, éthiques, déontologiques et scientifiques de l’AP-HM », peut-on lire dans un communiqué de l’institution marseillaise. « Si l’AP-HM n’avait pas fermé les yeux durant si longtemps, on n’en serait pas là, insiste Bernard Jomier. Que les tutelles et tous ceux qui ont soutenu ces dérives assument leur responsabilité dans ce fiasco ! »

L’IHU pourrait subir des changements plus en profondeur, avec notamment une refonte de son comité d’administration. Une enquête, toujours en cours, avait mené en juin dernier à une perquisition à l’Institut. Elle porte sur des soupçons de conflits d’intérêts entre l’IHU et l’Institut de recherche pour le développement (IRD) dont le président de l’époque, Jean-Paul Moatti, également membre du conseil d’administration de l’IHU n’est autre que le mari de Yolande Obadia, présidente de l’Institut. « Il faut désormais des changements profonds si on veut sauver l’IHU, estime Bernard Jomier. Aux ministres Olivier Véran et Frédérique Vidal de prendre leurs responsabilités. Il serait plus que temps qu’ils sortent de leur silence jusqu’ici remarquable. »

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/sciences/les-membres-fondateurs-de-l-ihu-de-marseille-ne-veulent-pas-prolonger-le-mandat-de-didier-raoult-20210819

© par Bernard TRITZ

Oxyde d’éthylène, rappel massif de glaces

Par Johanna Anselem – Pubkié le mercredi 11 août 2021, à 11h15.

De nombreux lots de glaces ont été rappelés

Oxyde d’éthylène, nouveau rappel massif de glaces : La DGCCRF assure qu’aucun « signalement d’intoxication de consommateur à l’oxyde d’éthylène en lien avec les produits rappelés » n’a été rapporté.

Les rappels de produits alimentaires pour cause de teneurs trop élevées en oxyde d’éthylène continuent de se multiplier. Ce produit, jugé cancérigène, a été retrouvé dans de nombreux lots de glaces en pots ou de bâtonnets glacés. Il s’agit d’un désinfectant gazeux, utilisé pour éviter les risques de salmonelles et de moisissures.

La DGCCRF assure qu’aucun « signalement d’intoxication de consommateur à l’oxyde d’éthylène en lien avec les produits rappelés » n’a été effectué actuellement. L’association de consommateurs Foodwatch met en garde contre cette substance « dangereuse pour la santé et cancérigène », même à petite dose.

De nombreuses marques concernés : Le site officiel des rappels de produits continue de relayer les rappels de glaces affichant des taux trop importants d’oxyde d’éthylène. C’est, notamment, le cas des lots de six minis bâtonnets de glace vanille et chocolat et de quatre bâtonnets de glace vanille et chocolat, les deux de la marque Milka. Ce rappel concerne également les lots de quatre bâtonnets vanille/chocolat et noisette ; de bâtonnets chocolat /chocolat et noisette et de quatre bâtonnets caramel /chocolat et amandes le tout de la marque Côte d’Or.

Un stabilisateur pour glaces de la marque Patisdecor est également concerné. Au rayon glaces, les consommateurs ne doivent plus manger non plus le bac La Laitière ® crème brulée ; vanille ; vanille pécan ; rhum raisins et celui La Laitière ® caramel beurre salé ; chocolat caramel beurre salé ; café gourmand ; façon crème au chocolat. Les bâtonnets glacés Toblerone et Daim sont aussi concernés par le rappel.

La marque Pilpa rappelle aussi ses paquets de quatre bâtonnets classiques de glace à la vanille enrobés de chocolat au lait, de bâtonnets vanille/fruits et de vanille/exotique. Les lots Extrême vanille praliné de huit glaces et vanille/fraise sont aussi concernés par ce rappel massif de produits. Toutes ces glaces ne doivent pas être mangées et doivent être rapportées directement au point de vente pour obtenir un remboursement.

Lire la Source : https://fr.news.yahoo.com/oxyde-dethylene-nouveau-rappel-glaces-091525433.html

© par Bernard TRITZ

France, LISTERIA : Rappels, lots de produits

Par femmeactuelle.fr – Publié le mardi 3 août 2021 à 13h09.

Rappel de produits laitiers !

Rappel produits : du fromage vendus chez Carrefour, Super U, Intermarché, Leclerc, Casino, et Auchan retirés de la vente !

De la listeria a été retrouvé dans du fromage vendu dans de nombreuses enseignes. Leclerc, Carrefour, Auchan et d’autres distributeurs rappellent ces produits contaminés et potentiellement dangereux pour la santé. On vous dit tout.

Leclerc et d’autres distributeurs comme Carrefour, Super U, Intermarché, Casino et Auchan, alertent les consommateurs et procèdent à un rappel ainsi qu’un retrait de produits. Si vous avez récemment acheté du fromage chez l’une de ces enseignes, soyez vigilants et vérifiez que vous n’êtes pas en possession d’un de ces articles potentiellement dangereux pour la santé :

Saint-Nectaire Fermier de la marque L’Empereur

Reblochon AOP de la marque La Dent du Chat

Ne consommez surtout pas ces produits et rapportez-les en point de vente afin de vous faire rembourser.

De la listeria retrouvée dans des fromages vendus en grandes surfaces :

Le Reblochon AOP de la marque La Dent du Chat et le Saint-Nectaire Fermier de la marque L’Empereur font l’objet d’un rappel en magasin à cause de la présence de Listeria monocytogenes retrouvée dans ces produits.

Rappel du Reblochon AOP de la marque La Dent du Chat :

Noms des modèles ou références : Reblochon AOP « La Dent du Chat » vendu à l’unité Reblochon AOP « La Dent du Chat » vendu par 12

Code-barres : 3309480000379

Lot : 311630

Date Limite de Consommation – Date de Durabilité Minimale : 03/09/2021

Conditionnement : à l’unité

Date début/Fin de commercialisation : du 26/07/2021 au 30/07/2021

Marque de salubrité : FR73-114-001

Distributeurs : ensemble des distributeurs (crémerie, magasin, GMS local, restaurateur, EPHAD…)

Pour toutes questions, un numéro gratuit est mis à disposition des consommateurs : 04 79 36 71 57.

Rappel du Saint-Nectaire Fermier de la marque L’Empereur :

Noms des modèles ou références : Saint-Nectaire Fermier 1/8 ; Saint-Nectaire Fermier 1/4 ; Saint-Nectaire Fermier 1/2 ; Saint-Nectaire Fermier 1/6 ; Saint-Nectaire Fermier entier.

Lot : CG 24

Date Limite de Consommation – Date de Durabilité Minimale : entre le 29/07/2021 et le 31/07/2021

Date début/Fin de commercialisation : du 13/07/2021 au 23/07/2021

Marque de salubrité : FR 15 141 001 CE

Distributeurs : Spar, Netto, Carrefour, Super U, Intermarché, Leclerc, Casino, Auchan.

Pour toutes questions, un numéro gratuit est mis à disposition des consommateurs : 04 71 20 50 04.

Qu’est-ce que la listériose et quels en sont les symptômes? : La listériose est une infection alimentaire causée par la bactérie Listeria. C’est une maladie qui peut être grave et dont le délai d’incubation peut atteindre huit semaines. Les symptômes habituels sont une fièvre plus ou moins élevée, accompagnée de maux de tête et parfois de troubles digestifs (nausées, diarrhées, vomissements). Des complications neurologiques (méningite, encéphalite) peuvent également survenir dans certains cas.

En cas de consommation des produits et dès l’apparition d’éventuels symptômes, consultez votre médecin traitant. Une attention particulière doit être portée sur les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées, ainsi que les personnes âgées, plus fragiles.

Lire la Source : https://www.femmeactuelle.fr/cuisine/news-cuisine/rappel-produits-du-fromage-vendus-chez-carrefour-super-u-intermarche-leclerc-casino-et-auchan-retires-de-la-vente-2117498?amp

© par Bernard TRITZ  

Vaccination obligatoire

Marseille : menaces de grèves !

Par NG – Ouest-France – Publié le lundi 02 août 2021 à 16h50.

Des soignants grévistes ont prévu de manifester jeudi 5 août à Marseille. PHOTO D’ILLUSTRATION. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Vaccination obligatoire : À Marseille, des soignants menacent de se mettre en grève dans deux hôpitaux !

Un préavis de grève illimitée a été déposé : À Marseille (Bouches-du-Rhône) pour s’opposer à la vaccination obligatoire des soignants. Le mouvement débutera le 4 août prochain dans les hôpitaux de l’APHM et le 9 août à Édouard-Toulouse (15e).

Les opposants à la vaccination des soignants se mobilisent : À Marseille (Bouches-du-Rhône), le syndicat Sud santé a déposé un préavis de grève illimitée. Le mouvement de contestation concerne tous les hôpitaux de l’APHM et celui d’Édouard-Toulouse (15e), explique France Bleu Provence dimanche 1er août.

Les soignants des hôpitaux de l’APHM doivent débuter leur grève à partir du mercredi 4 août 2021. Puis, leurs collègues d’Édouard-Toulouse doivent les rejoindre le 9 août. Par ailleurs, deux rassemblements sont prévus par le syndicat, complètent nos confrères. Les soignants opposés à la vaccination obligatoire doivent se réunir le jeudi 5 août à 11 h devant l’hôpital Nord et devant la Timone, précise la radio régionale.

Contre des sanctions : Le projet de loi anti-Covid, qui doit être étudié par le Conseil constitutionnel, prévoit la suspension du salaire des soignants qui ne seraient pas vaccinés le 15 octobre prochain. Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux le 13 juillet dernier, le syndicat a réagi à cette sanction, parlant « d’une menace d’une brutalité extrême ». Il estime que les soignants sont « stigmatisés comme principaux vecteurs du virus ».

À Lyon, un préavis de grève illimitée a été déposé contre la vaccination obligatoire des soignants : À l’hôpital Édouard-Herriot à Lyon (3e), le mouvement a débuté le 29 juillet dernier.

Lire la Source : https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/vaccination-obligatoire-a-marseille-des-soignants-menacent-de-se-mettre-en-greve-dans-deux-hopitaux-7370424

© par Bernard TRITZ