Rappel des Ambassadeurs !

Par Noémie Lair, France Bleu – Publié le vendredi 17 septembre 2021 à 22h02.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken en visite à Paris avec Jean-Yves Le Drian en juin dernier. © AFP – GONZALO FUENTES / POOL

L’annulation par l’Australie d’un gros contrat d’achat de sous-marins à la France a déclenché une grave crise diplomatique et le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian annonce ce vendredi soir rappeler pour consultations les ambassadeurs français aux États-Unis et en Australie.

C’est une première dans l’Histoire : la France a rappelé pour consultations ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie, a annoncé ce vendredi soir le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Cette grave crise diplomatique a été déclenchée mercredi soir par l’annulation par l’Australie d’un gros contrat d’achat de sous-marins à la France, le pays privilégiant un partenariat stratégique avec Washington et Londres. Le gigantesque contrat signé en 2016 prévoyait la fourniture de 12 sous-marins français à propulsion conventionnelle à l’Australie, pour 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros).

« À la demande du Président de la République, j’ai décidé du rappel immédiat à Paris pour consultations de nos deux ambassadeurs aux États-Unis et en Australie : Cette décision exceptionnelle est justifiée par la gravité exceptionnelle des annonces effectuées le 15 septembre par l’Australie et les États-Unis », déclare-t-il dans un communiqué.

Un « coup dans le dos » : Jean-Yves Le Drian avait déjà dénoncé jeudi un « coup dans le dos » de l’Australie, et une décision « brutale » du président américain Joe Biden, comparant sa méthode à celle de son prédécesseur Donald Trump. Les Américains avaient ensuite tenté d’apaiser la colère des Français. « La France est un partenaire vital » dans la région indopacifique « et dans beaucoup d’autres domaines », avait déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken. « C’était le cas depuis longtemps, et ce sera le cas à l’avenir », avait-il assuré.

Mais rien n’y fait : La France a également annulé une soirée de gala prévue vendredi soir pour commémorer l’anniversaire de la bataille de Chesapeake Bay, décisive dans la guerre d’indépendance des États-Unis, conclue par une victoire de la flotte française sur la flotte britannique, le 5 septembre 1781.

Lire la Source : https://www.francebleu.fr/infos/international/crise-des-sous-marins-paris-rappelle-ses-ambassadeurs-aux-etats-unis-et-en-australie-pour-1631908915

© par Bernard TRITZ

USA – France : Le divorce est consommé !

Par Orange avec Media Services – Publié le jeudi 16 septembre 2021 à 21h57.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a qualifié de « coup dans le dos » la rupture du contrat avec l’Australie (ici le 10 septembre 2021, à Budapest) – ©Attila KISBENEDEK / AFP

La rupture du contrat des sous-marins australiens provoque une crise diplomatique entre la France et les États-Unis : La rupture du « contrat du siècle » avec l’Australie, à savoir 12 sous-marins pour 56 milliards d’euros, jette un froid entre la France et les Etats-Unis. Les autorités françaises ont annulé une soirée de gala prévue vendredi à Washington.

C’est un coup dur pour la France. Les Etats-Unis, qui cherchent à renforcer tous azimuts leurs alliances face à la Chine, ont annoncé mercredi 15 septembre avec l’Australie et le Royaume-Uni un vaste partenariat de sécurité dans la zone indopacifique, comprenant notamment la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire à Canberra. La France voit par conséquent lui échapper un contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros) pour fournir à l’Australie 12 sous-marins à propulsion conventionnelle.

États-Unis, Australie et Royaume-Uni scellent un pacte de sécurité dans l’Indopacifique, colère de Pékin et Paris

La rupture du « contrat du siècle » avec l’Australie, à savoir 12 sous-marins pour 56 milliards d’euros, jette un froid entre la France et les Etats-Unis. Les autorités françaises ont annulé une soirée de gala prévue vendredi à Washington.

C’est un coup dur pour la France. Les Etats-Unis, qui cherchent à renforcer tous azimuts leurs alliances face à la Chine, ont annoncé mercredi 15 septembre avec l’Australie et le Royaume-Uni un vaste partenariat de sécurité dans la zone indopacifique, comprenant notamment la livraison de sous-marins à propulsion nucléaire à Canberra. La France voit par conséquent lui échapper un contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros) pour fournir à l’Australie 12 sous-marins à propulsion conventionnelle.

Sous-marins français en Australie : « La crise diplomatique la plus sévère entre la France et les États-Unis » par FRANCE 24. « C’est vraiment, en bon français, un coup dans le dos », s’est indigné ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian sur Franceinfo jeudi matin, qui avait conclu le « contrat du siècle » sur les sous-marins lorsqu’il était ministre de la Défense. « Cette décision unilatérale, brutale, imprévisible ressemble beaucoup à ce que faisait Monsieur Trump », l’ancien président américain, a encore fustigé le chef de la diplomatie française.

Mais les Etats-Unis ont affirmé plus tard dans la journée avoir eu des contacts avec la France avant l’annonce de cette nouvelle alliance. « De hauts responsables de l’administration américaine ont été en contact avec leurs homologues français pour discuter de ‘AUKUS’ (ndlr : le nom de ce nouveau partenariat), y compris avant l’annonce » intervenue mercredi, a déclaré à l’AFP un haut responsable de la Maison Blanche. « Comme le président (Biden) l’a dit hier, nous coopérons étroitement avec la France à propos de nos priorités communes dans l’Indopacifique et nous continuerons à le faire », a néanmoins dit le haut responsable de la Maison Blanche, qui a demandé l’anonymat.

Ce que Paris a aussitôt démenti. « Nous n’avons pas été informés de ce projet avant la publication des premières informations dans la presse américaine et australienne, qui elles-mêmes ont précédé de quelques heures l’annonce officielle de Joe Biden », a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’ambassade de France à Washington, Pascal Confavreux.

La France annule une célébration à Washington : Cette rupture de contrat avec l’Australie jette un froid entre Paris et Washington, alors que Joe Biden était censé incarner une embellie dans la relation transatlantique après quatre années de brutalité trumpienne. « Il est certain que nous avons une petite crise diplomatique sur la table », résume pour l’AFP Anne Cizel, spécialiste de politique étrangère américaine à l’université parisienne de la Sorbonne. « Les Etats-Unis envoient un signal un peu curieux en ce sens qu’ils réclament une présence (militaire) de leurs alliés européens dans l’Indopacifique et dans le même temps se positionnent en premiers concurrents des ventes de sous-marins français », résume-t-elle.

Paris peut se targuer d’une relation privilégiée avec les Etats-Unis sur un certain nombre de dossiers, à commencer par la lutte anti-jihadiste, de l’Irak au Sahel. Mais l’affaire du partenariat stratégique avec l’Australie concrétise un peu plus, après le retrait d’Afghanistan, un mode d’action et de décision très unilatéral du nouveau président américain. Les Européens ont désormais une idée « assez claire » de la façon dont Washington considère ses alliés, a résumé une source proche du dossier à Paris.

Preuve des tensions entre Paris à Washington, les autorités françaises ont annulé une soirée de gala prévue vendredi à Washington, a confirmé jeudi à l’AFP un responsable sous le couvert de l’anonymat. Cette réception, à la résidence de l’ambassadeur de France à Washington, était censée célébrer l’anniversaire d’une bataille navale décisive de la guerre d’indépendance des Etats-Unis, conclue par une victoire de la flotte française sur la flotte britannique, le 5 septembre 1781.

La bataille de la baie de Chesapeake, aussi connue sous le nom de bataille des caps de Virginie, opposant la flotte de l’amiral britannique Thomas Graves à celle du lieutenant-général des armées navales François Joseph Paul de Grasse, a été jugée cruciale pour la victoire finale des armées coalisées de George Washington, Rochambeau et La Fayette.

D’autres événements s’inscrivant dans la célébration de ce 240e anniversaire ont été toutefois maintenus, comme l’escale d’une frégate française à Baltimore et celle d’un sous-marin à Norfolk, ou encore la dépose d’une gerbe sur un monument à Annapolis.

Lire la Source : https://actu.orange.fr/monde/la-rupture-du-contrat-des-sous-marins-australiens-provoque-une-crise-diplomatique-entre-la-france-et-les-etats-unis-magic-CNT000001EqRdj.html

© Par Bernard TRITZ

Manu

Manu Manu rêva
Où es-tu Manu Manu rêva ?
Bateau fantôme, toi qui rêvas
Des îles et qui jamais n’arrivas
Là-bas (là-bas)Où es-tu Manu Manu rêva ?
Portée disparue Manu rêva
Des jours et des jours tu dérivas
Mais jamais, jamais tu n’arrivas
Là-bas (là-bas)As-tu abordé les côtes de Jamaïca?
Oh, héroïque Manu rêva
Es-tu sur les récifs de Santiago de Cuba ?
Où es-tu Manu rêva ?
Dans les glaces de l’Alaska ? Où es-tu Manu Manu rêva ?
Portée disparue Manu rêva
Bateau fantôme, toi qui rêvas
Des îles et qui jamais n’arrivas
Là-bas (là-bas)Tu es parti, oh Manu rêva
À la dérive Manu rêva
Là-bas (là-bas)As-tu aperçu les lumières de Nouméa ?
Oh, héroïque Manu rêva
Aurais-tu sombré au large de Bora Bora ?
Où es-tu Manu rêva ?
Dans les glaces de l’Alaska? Où es-tu Manu Manu rêva ?
Portée disparue, Manu rêva
Des jours et des jours tu dérivas
Mais jamais, jamais tu n’arrivas
Là-bas (là-bas)Manu rêva, pourquoi ? Manu rêva, pourquoi ?

2 victimes identifiées 20 ans après !

Par Le Figaro avec AFP – Publié le mercredi 08 septembre 2021 06h58 – Mis à jour à 07h00.

FILE PHOTO: Smoke is seen at the towers of the World Trade Center shortly after being struck by a hijacked commercial aircraft, in New York, U.S., September 11, 2001. REUTERS/Brad Rickerby/File Photo SEARCH « 20TH ANNIVERSARY OF THE SEPTEMBER 11 ATTACKS » FOR THE PHOTOSDeux victimes de plus tuées dans les attentats de New York ont été officiellement identifiées. BRAD RICKERBY / REUTERS

Deux nouvelles victimes identifiées vingt ans après le 11 septembre 2001 : La responsable de l’institut médico-légal de New York a précisé dans un communiqué que son laboratoire avait identifié les 1646e et 1647e personnes qui avaient perdu la vie dans le World Trade Center.

À quelques jours de la commémoration des attaques djihadistes du 11 septembre, deux victimes de plus tuées dans les attentats de New York ont été officiellement identifiées, grâce à une nouvelle technologie de séquençage de l’ADN, a annoncé mardi la ville. La responsable de l’institut médico-légal de New York a précisé dans un communiqué que son laboratoire avait identifié les 1.646e et 1.647e personnes qui avaient perdu la vie dans le World Trade Center.

Au total, 2.753 personnes sont mortes après qu’un commando d’al-Qaida eut précipité deux avions de ligne dans les tours jumelles de Manhattan le 11 septembre 2001. Parmi elles, 1.106 personnes doivent encore être identifiées, soit quelque 40% de celles et ceux qui sont décédés à New York.

« Il y a 20 ans, nous avons promis aux familles des victimes du World Trade Center que nous ferions tout ce que nous pourrions – quel que soit le temps que cela prendrait – pour identifier leurs êtres chers. Avec ces deux nouvelles identifications, nous continuons de répondre à nos obligations impérieuses », a écrit la cheffe de l’institut médico-légal de New York, Barbara Sampson.

La première était une femme, Dorothy Morgan, domiciliée sur Long Island et dont les restes retrouvés en 2001 ont été soumis à des tests ADN. La seconde victime était un homme dont des parties de la dépouille ont été retrouvées en 2001, 2002 et 2006, mais dont l’identité restera secrète à la demande de sa famille.

Pour Barbara Sampson, le processus et les techniques mis en place depuis deux décennies pour identifier chaque victime du World Trade Center représentent « l’enquête de médecine légale la plus importante et la plus complexe de l’histoire des États-Unis ». Elle a notamment été rendue possible grâce à une nouvelle technologie de séquençage de l’ADN, dit de nouvelle génération, selon l’institut médico-légal de New York.

Les États-Unis doivent commémorer samedi les attentats les plus meurtriers de l’Histoire, autour d’un Joe Biden affaibli par la fin chaotique de la guerre en Afghanistan, un conflit déclenché justement par les attaques du 11 septembre. Le président américain a prévu de se rendre autour des trois sites où ont péri au total près de 3.000 personnes.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/international/deux-nouvelles-victimes-identifiees-vingt-ans-apres-le-11-septembre-20210908

© par Bernard TRITZ

Covid-19 : Biden accuse la Chine !

Par Le Figaro avec AFP – Publié le vendredi 27 août 2021 à 22h08 – Mis à jour le vendredi 27 août 2021 à 22h53.

FILE PHOTO: U.S. President Joe Biden delivers remarks about Afghanistan, from the East Room of the White House in Washington, U.S. August 26, 2021. REUTERS/Jonathan Ernst/File Photo – Le président américain Joe Biden. JONATHAN ERNST / REUTERS

Covid-19 : Biden accuse la Chine de cacher des « informations cruciales sur les origines de la pandémie » ! : Le virus n’a pas été développé « comme arme biologique » et n’a « probablement » pas été conçu « génétiquement », ont conclu les renseignements américains dans un rapport commenté par Joe Biden.

Joe Biden a accusé vendredi 27 août la Chine de dissimuler des « informations cruciales sur les origines de la pandémie » de Covid-19, après la publication du résumé d’un rapport d’enquête du renseignement américain.

« Des informations cruciales sur les origines de la pandémie existent en Chine, et pourtant depuis le début, des responsables gouvernementaux en Chine œuvrent pour empêcher les enquêteurs internationaux et les acteurs mondiaux de la santé publique d’y accéder », a écrit le président américain dans un communiqué. « À ce jour, la Chine continue de rejeter les appels à la transparence et de cacher des informations, alors même que le bilan de cette pandémie continue de grimper », a-t-il ajouté.

Pas une « arme biologique » : Le virus du Covid-19 n’a pas été développé « comme arme biologique », et n’a « probablement » pas été conçu « génétiquement », ont conclu les renseignements américains selon le résumé du rapport, qui ne tranche toutefois pas sur la question de l’origine du SARS-CoV-2.

Les renseignements américains sont toujours divisés entre l’hypothèse d’un premier cas causé par une exposition naturelle à un animal infecté, ou bien ayant résulté d’un accident de laboratoire, via « des expérimentations, la manipulation d’animaux, ou des prélèvements par l’Institut de virologie de Wuhan ».

Dans le détail, quatre agences de renseignement et le Conseil national du renseignement estiment avec « un bas degré de confiance » que la thèse animale est la plus « probable ». Ils s’appuient notamment, pour justifier leur verdict, sur « les nombreux vecteurs pour une exposition animale » existants, ainsi que sur l’ignorance par la Chine de l’existence du virus avant son apparition.

Fuite de laboratoire ? : « La communauté du renseignement des Etats-Unis juge que les responsables chinois n’avaient pas connaissance en amont du virus avant le début de l’épidémie », est-il en effet écrit dans ce résumé. Toutefois, une autre agence de renseignement estime au contraire avec « un niveau de confiance modéré » que la thèse d’une fuite de laboratoire est à privilégier, « probablement » via « des expérimentations, la manipulation d’animaux, ou des prélèvements par l’Institut de virologie de Wuhan ». Enfin, « des analystes de trois agences » ne se prononcent pas entre l’une ou l’autre des hypothèses.

Les services de renseignement s’estiment « incapables de prodiguer une explication plus définitive » pour l’origine du Covid-19 sans « de nouvelles informations » fournies par la Chine, écrivent-ils. Ce rapport classé top secret a été remis cette semaine à Joe Biden, qui avait donné 90 jours aux services de renseignement américains pour « redoubler d’efforts » afin d’expliquer l’origine du Covid-19.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-biden-accuse-la-chine-de-cacher-des-informations-cruciales-sur-les-origines-de-la-pandemie-20210827

© par Bernard TRITZ

USA : Vaporette – 3 marques interdites !

Par Le Figaro avec AFP – Publié il y a 2 heures, mis à jour il y a 1 heure

FILE PHOTO: A saleswoman demonstrates vaping at the Vape Shop that sells e-cigarette products in Beijing, China January 30, 2019. REUTERS/Thomas Peter/File Photo – Les E-cigarettes peuvent représenter une porte d’entrée dans le tabagisme. THOMAS PETER / REUTERS

États-Unis : les E-cigarettes de trois entreprises interdites par les autorités sanitaires : Ces produits n’ont pas réussi à démontrer que leur bénéfice était supérieur aux risques posés pour les plus jeunes.

Les produits de vapotage de trois entreprises n’ont pas obtenu l’autorisation des autorités sanitaires d’être commercialisés aux États-Unis, a annoncé jeudi l’Agence américaine des médicaments, la première d’une série de décisions amenées à bousculer cette industrie.

Ces produits n’ont pas réussi à démontrer que le bénéfice tiré par les adultes (notamment pour les aider à arrêter de fumer) était plus important que les risques posés pour les plus jeunes. En effet, pour ces derniers, les E-cigarettes peuvent au contraire représenter une porte d’entrée dans le tabagisme.

« Cola », « crumble aux pommes », « céréales à la cannelle » : Les produits concernés sont ceux des groupes JD Nova Group LLC, Great American Vapes, et Vapor Salon. Ils comprennent des E-cigarettes aux goûts « cola », « crumble aux pommes » ou encore « céréales à la cannelle ». S’ils sont déjà commercialisés, ces produits devront être retirés du marché, informe l’Agence américaine des médicaments (FDA) dans un communiqué. Cette dernière a été chargée de les passer en revue afin de s’assurer de leur bénéfice pour la santé publique.

« Le Congrès a donné à la FDA l’autorité de réguler les produits au tabac afin de protéger la population des effets nocifs de l’usage du tabac à travers des régulations fondées sur la science », a rappelé la cheffe par intérim de la FDA, Janet Woodcock, citée dans le communiqué. « Nous savons que les produits au tabac aromatisés sont très attractifs pour les jeunes, donc évaluer leur impact potentiel ou actuel sur l’utilisation par les jeunes est un facteur essentiel pour décider quel produit peut être commercialisé », a-t-elle déclaré.

Le leader du marché, Juul, n’est pas concerné par cette première décision : « Les demandes pour le reste des produits restent à l’étude », a précisé la FDA. Plus de 500 entreprises ont déposé une demande. La date limite pour le faire est le 9 septembre. « L’agence est engagée à travailler à une transition vers un marché dans lequel tous les systèmes électroniques d’administration de nicotine (SEAN) disponibles à la vente ont démontré qu’ils sont convenables pour la protection de la santé publique », a assuré la FDA dans son communiqué.

Lire la Source : https://www.lefigaro.fr/societes/etats-unis-les-e-cigarettes-de-trois-entreprises-interdites-par-les-autorites-sanitaires-20210827

© par Bernard TRITZ